Quand les adolescentes n’en sont plus

Commenter cet article

Dans notre monde actuel, élever une adolescente revient parfois à traverser un champ de mines, les yeux bandés ! Je vais illustrer ce propos par deux articles, récemment publiés dans le magazine canadien Maclean’s, à propos des défis rencontrés par notre jeunesse – et par une anecdote vécue lors d’une partie de baseball au collège.


Dans l’article de couverture de Maclean’s, intitulé « Des mères outragées, des filles sans morale », voici ce qu’on pouvait lire : « Les filles sont “élevées dans une culture hyper-sexualisée, au milieu des poupées Bratz et des publicités d’American Apparel [société américaine de textile], inspirées de l’univers du porno. Elles entendent que le moyen le plus rapide pour une femme d’accéder à la célébrité est de divulguer une sextape, comme Kim Kardashian […] La vedette du moment est une jeune fille de 22 ans, Snooki. L’ambition de cette participante à la téléréalité Jersey Shore, est de s’enivrer, de vomir devant la caméra et de passer ses journées dans un salon de bronzage » (Maclean’s, 16 août 2010. C’est nous qui traduisons tout au long de cet article).

Malheureusement, j’ai vu cette même tendance au collège où étudie ma fille, lors d’une partie de baseball. Son équipe était constituée de jeunes filles athlétiques, d’un bon niveau scolaire et dotées d’un bon comportement. La plupart d’entre elles venaient de familles aisées. Ces filles étaient ce qu’on pourrait appeler des élèves modèles. Cependant, lors d’une interruption de match causée par la pluie, quelque chose de bizarre et de dérangeant s’est produit.

Pour divertir l’assistance qui s’impatientait, l’opérateur du son a commencé à diffuser de la musique sexuellement suggestive et inconvenante – dont les paroles étaient explicites et inappropriées, même pour des adultes. Alors que je cherchais un responsable capable de corriger cette erreur de jugement, j’ai vu de nombreuses jeunes filles sur le banc de touche – connaissant ces airs par cœur – commencer à danser ensemble sur la musique, en exécutant des chorégraphies dont les mouvements et les pas de danse, très suggestifs, auraient davantage eu leur place dans une maison de tolérance que sur un terrain de baseball dans un collège.

Le plus étonnant est que cela ne dérangeait pas du tout les parents. Au contraire, certains se sont même joints à la folie ambiante en approuvant le comportement sexuellement provocateur de leurs jeunes filles.

Voulons-nous enseigner ce genre de comportement à nos enfants ? Est-ce le mode de vie que nous voulons apprendre à nos jeunes filles ? Avez-vous pensé aux conséquences de cette éducation ? Le résultat sera-t-il positif ? Bien sûr que non ! (Lévitique 19 :29 ; Apocalypse 21 :8).

Finalement, j’ai réussi à trouver la personne en charge de la musique – un des instructeurs de l’école. Après lui avoir fait part de mes préoccupations, je fus stupéfait d’entendre son raisonnement aberrant. Cet homme rejeta l’idée que la musique choisie était inappropriée, arguant que chaque personne avait une idée différente sur ce qui est approprié ou non. Il me fit aussi remarquer que les enfants avaient l’habitude d’écouter ce genre de musique et que les parents devraient réaliser qu’ils ne peuvent plus contrôler ce que leurs enfants regardent ou écoutent.

Ces affirmations sont-elles correctes ? Bien sûr que non ! En tant que parents, nous devons savoir et surveiller ce que nos enfants regardent et écoutent en leur apprenant à discerner ce qui est juste de ce qui est mauvais. Nous devons éviter de les exposer à tout ce qui est inapproprié en leur enseignant à éviter par eux-mêmes ces choses-là. Nous devons définir des objectifs et des standards pour nos enfants sans accepter l’idée ridicule que nous ne sommes pas responsables de nos propres enfants.

Dans un autre article de Maclean’s, un spécialiste de la famille donnait le conseil suivant aux parents, afin de vaincre les médias et de combattre les menaces qui volent l’innocence de nos chers enfants et corrompent leurs pensées : « Beaucoup de parents ont l’approche des années 1980 consistant à donner de l’autonomie et de l’indépendance aux enfants : laissez vos enfants apprendre en faisant des erreurs. Un père m’avait dit : “Je pense que cela ne me regarde pas de savoir ce que ma fille fait sur sa page Facebook”. Cette approche des années 80 s’avère être complètement erronée au 21ème siècle. Les parents doivent comprendre que ces adolescents ont créé un monde dangereux […] Des jeunes de quinze ans ne sont pas des adultes, il leur faut du discernement et de la discipline, c’est pourquoi ils ont besoin de l’implication des adultes dans leur monde » (“Inside the Dangerously Empty Lives of Teenage Girls”, Maclean’s, 10 mai 2010).

En tant que parents, nous devons prendre au sérieux la responsabilité confiée par Dieu d’éduquer nos enfants (Proverbe 22 :6). Nous pouvons y arriver en suivant les instructions données par notre Père céleste. Si vous voulez traverser avec assurance et confiance le champ de mines de l’éducation de nos jours, nous vous invitons à lire certains de nos articles comme Les familles déstabilisées ou Comment les médias façonnent le monde – et enlever ainsi le bandeau qui couvre vos yeux, avant qu’il ne soit trop tard pour votre famille !

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +