Les merveilles de la vie intra-utérine

Commenter cet article

Lorsqu’une mère pose ses mains sur son ventre arrondi, en contemplant l’enfant qui s’y développe, elle touche une des grandes merveilles de la vie. La création de cette nouvelle vie est miraculeuse. Et ce miracle nous renvoie au but même de l’existence humaine ! Voyons brièvement ce qui se produit pendant les neufs premiers mois de notre vie.


 

Des débuts humains

Toute vie humaine commence à la conception – à l’engendrement – lorsqu’un ovule s’unit avec un spermatozoïde. Un ovule fait environ le diamètre d’un cheveu humain et un spermatozoïde est (en volume) la plus petite cellule du corps humain – chacun de ces éléments transporte la moitié du matériel génétique, ou l’ADN, de chaque parent. Ces deux cellules s’unissent alors pour devenir une cellule unique. Les deux moitiés génétiques s’assemblent pour former un ADN entier et créer un tout nouvel être humain. Grâce au bagage génétique de la mère et du père, l’enfant ressemblera à ses parents. Tout est déjà en place depuis la toute première cellule !

À cet instant, une nouvelle vie apparaît : une nouvelle vie humaine. Tous les êtres humains, des anonymes aux plus célèbres – Léonard de Vinci, Jeanne d’Arc, Molière ou Napoléon – ont commencé leur vie dans ces circonstances modestes, sous la forme d’une cellule microscopique.

Bien que les débuts soient modestes, la vie sous la forme d’une cellule simple n’est qu’un début et cette nouvelle vie humaine va connaître une transformation à peine croyable en seulement 9 mois !

Avant même que l’ovule fertilisé ne s’implante dans l’utérus de la mère, la cellule commence à se diviser et à se multiplier à une vitesse effrénée, en fabriquant ce qui deviendra un corps humain. Ce processus de développement avance à une vitesse époustouflante.

Environ 3 semaines après la conception, l’enfant fait seulement la taille d’une pointe de crayon – mais tellement de choses ont déjà eu lieu ! Les organes du bébé et son système nerveux central (SNC) – le cerveau et la moelle épinière – se développent. Avant la fin du premier mois, le cœur du bébé commence à battre et à transporter le sang, avec son propre réseau de vaisseaux.

Les quatrième et cinquième semaines, les yeux et les mâchoires commencent à se former. Des ébauches de bras et de jambes commencent à bourgeonner sur le tronc.

À 5 semaines, l’enfant est gros comme un bouton de chemise, mais son cerveau commence déjà à former les creux et les replis caractéristiques du cortex cérébral, tellement essentiel dans la pensée des êtres humains. Une semaine plus tard, les ondes cérébrales deviennent détectables !

Pendant les deux mois suivants, les yeux – protégés par les paupières fermées –, les lèvres et les oreilles se développent sur le visage du bébé, qui ne dépasse pas les 10 cm de la tête aux pieds. Les papilles gustatives se forment, permettant au fœtus de goûter ce qui l’entoure, selon l’alimentation de la mère. Il commence à bailler, à toucher et même à sentir – emmagasinant de plus en plus d’informations sur son « monde » en rapide expansion.

Les étapes continuent à s’enchaîner sans relâche : les organes arrivent à maturité, les muscles se renforcent, le bébé commence à bouger et les poumons « respirent » continuellement dans le liquide, prêts à recevoir leur première bouffée d’air.

Lorsque le bébé naît dans notre monde, il ou elle a déjà connu un peu plus de neuf mois de vie exaltante dans le ventre de sa mère ! L’enfant qui a commencé sa vie comme une cellule simple et unique a grandi dans un merveilleux « système soutenant la vie » conçu spécifiquement pour lui permettre un développement et une croissance rapides jusqu’à ce que – 40 semaines plus tard – un magnifique bébé naisse. Un bébé prêt à être étreint par ses parents qui l’aiment et dont il a entendu les voix étouffées, auxquelles il s’est habitué et attaché pendant des mois.  

C’est un processus formidable que la plupart des couples mariés contemple pendant les mois de grossesse. Les merveilles de Dieu sont vraiment visibles dans de telles choses.

Cependant, Dieu utilise aussi les choses physiques, qu’Il a conçues, pour illustrer des réalités spirituelles. Et la reproduction humaine représente une des plus grandes réalités spirituelles d’entre toutes – la reproduction de Dieu Lui-même et Son dessein pour l’humanité !

Une analogie frappante avec le divin

La symbolique dans les Écritures est parfaitement claire. Tout comme un père humain transmet une partie de sa nature à sa descendance lors de la conception, via son sperme, Dieu nous transmet Sa propre nature lorsque nous nous repentons et que nous sommes baptisés, en nous donnant Son Esprit lors du baptême et l’imposition des mains (Actes 2 :38 ; 8 :17) ! L’apôtre Pierre explique cela clairement en mentionnant que nous devenons « participants de la nature divine » (2 Pierre 1 :4).

Pourtant, ce n’est que le commencement. À leur baptême, les chrétiens sont seulement engendrés par l’Esprit de Dieu – leur naissance réelle comme membre à part entière dans la famille divine n’aura lieu qu’au retour de Jésus-Christ, lorsqu’ils deviendront les « fils de la résurrection » (Luc 20 :36). Comme les enfants humains se développent et grandissent énormément entre la conception et la naissance, il en va de même pour les enfants de Dieu !

Un enfant humain dans le ventre de sa mère ne ressemble pas vraiment à ses parents au tout début, mais il s’en approche jour après jour, jusqu’à l’accouchement. De la même manière, un enfant de Dieu grandit et se développe dans le ventre de l’Église de Dieu, croissant en grâce et en connaissance (2 Pierre 3 :18), ainsi qu’en développant la pensée du Christ à travers le Saint-Esprit de Dieu (Philippiens 2 :5). Les chrétiens apprennent à croître vers la perfection, comme leur Père céleste est parfait (Matthieu 5 :48).

Comme les bébés ne peuvent pas voir leurs parents – ils ne peuvent pas scruter leur visage, leur apparence, ni la vie physique qui les attend – avant d’être nés dans ce monde, de même les chrétiens engendrés de l’Esprit ne voient pas entièrement leur destinée avant leur naissance. Comme l’apôtre Jean l’a écrit : « Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté ; mais nous savons que, lorsqu’il paraîtra, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu’il est » (1 Jean 3 :2).

Au retour de Jésus-Christ, les enfants de Dieu entreront dans la plénitude de leur destinée, transformés entièrement selon l’apparence de Dieu, avec des corps spirituels éternels, pleins de puissance et de gloire (1 Corinthiens 15 :42-45) – un événement tellement merveilleux et glorieux que toute la création soupire comme une femme dans les douleurs de l’enfantement (Romains 8 :19-23) !

La création divine est non seulement merveilleuse pour sa remarquable ingénierie, mais aussi pour la façon dont Dieu l’utilise pour représenter Son formidable dessein. Notre Concepteur tout-puissant est aussi un Artiste tout-puissant ! En utilisant le processus de la reproduction humaine, Il exécute réellement une œuvre d’art. Dans ce processus, Il représente le véritable but de l’humanité et Il nous permet de voir dans les yeux de chaque nouveau-né une image de notre destinée éternelle dans la Famille de Dieu.

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +