Comment Jésus voterait-Il ?

Commenter cet article

Qui pourrait sortir la France de la morosité et de la décadence morale ? Qui pourrait relever son économie et régler les tensions croissantes au sein de la société ? Alors que cette puissance déclinante dans le monde francophone se prépare à voter, comment notre Sauveur aurait-Il agi ? Comment Ses véritables disciples devraient-ils agir ? Et que penser des élections en général ?


2017 sera une année électorale chargée pour la France. Après les élections présidentielles au mois de mai, les électeurs seront de nouveau appelés aux urnes les 11 et 18 juin pour choisir les députés siégeant à l’Assemblée nationale. Enfin, le 24 septembre, plus de 150.000 grands électeurs (dont feront partie ces députés nouvellement élus et le collège électoral composé d’élus locaux) renouvelleront la moitié du Sénat.

Après des primaires relativement calmes dans le clan des Républicains, en novembre 2016, François Fillon a largement remporté l’investiture du parti à la surprise générale. Un « coup dur » potentiel pour Marine Le Pen, candidate du parti d’extrême droite lors de l’élection présidentielle, car « les électeurs de la primaire de droite ont choisi la droite de droite plutôt que la droite de gauche », comme l’a fait remarquer son père, Jean-Marie Le Pen (Le Figaro, 29 novembre 2016).

Quant à la gauche, elle apparaît plus divisée que jamais. Le candidat du parti socialiste ne récolterait que 9% des intentions de vote au premier tour de la présidentielle, tandis que le mouvement dissident d’Emmanuel Macron empocherait 14% et Jean-Luc Mélanchon 13% (Le Parisien, 27 novembre 2016).

Mais les sondages sont-ils encore fiables ? Ils annonçaient François Fillon en « troisième homme » des primaires de la droite et du centre, loin derrière Alain Juppé et Nicolas Sarkozy, mais il a finalement remporté les deux tours avec respectivement 44,1% et 66,5% des voix.

À l’international, les élections américaines ont également défié les sondages fin 2016 avec la victoire inattendue de Donald Trump, au détriment d’Hillary Clinton. Au Royaume-Uni, c’est le referendum en faveur du Brexit, le 23 juin 2016, qui avait fait mentir les sondages.

Quoi qu’il en soit, le choix des électeurs sera-t-il motivé par la peur ou par l’espoir ? Qui prendra les rênes du pays ? Comment les véritables chrétiens devraient-ils réagir ? Et que ferait notre Sauveur face à ce choix politique ?

Dieu ordonna assurément à tous Ses véritables disciples de se tenir informés des tendances mondiales et de « surveiller » les signes des temps (Luc 21 :34-36). Mais Il nous demande aussi de respecter et même de prier pour les responsables gouvernementaux élus et nommés qui nous dirigent (1 Timothée 2 :1-4 ; 1 Pierre 2 :13-14, 17-18). Les véritables chrétiens devraient-il faire allégeance à tel ou tel candidat ? Si oui, lequel et pourquoi ?

 

Est-ce important ? Que faire ?

Au milieu des accusations et des paroles des candidats qui se « traînent dans la boue » les uns les autres, que devrait faire un véritable chrétien – et que ferait Jésus-Christ ? Tout d’abord, nous devons reconnaître que les véritables chrétiens sont ceux chez qui le Christ vit Sa vie au travers de la puissance du Saint-Esprit. L’apôtre Paul a écrit : « J’ai été crucifié avec Christ ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi ; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi » (Galates 2 :20).

Un véritable chrétien doit apprendre à vivre comme Jésus-Christ a réellement vécu – pas comme beaucoup de gens imaginent qu’Il a vécu. Jésus Lui-même nous dit : « L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu » (Matthieu 4 :4). La véritable réponse sur la façon de vivre et de nous comporter dans une nation démocratique se trouve dans la Bible – la parole inspirée de Dieu. Car nous devons avoir « les sentiments qui étaient en Jésus-Christ » (Philippiens 2 :5). La Bible est la révélation de la pensée divine – nous disant ce que le Père et le Christ pensent réellement des sujets fondamentaux de la vie.

Combien de fois entendez-vous parler de Dieu dans les campagnes électorales ? Dès le commencement, les êtres humains ont essayé de gouverner par eux-mêmes, en délaissant l’autorité divine. La plupart des prétendus chrétiens ne réalisent même pas que Jésus-Christ reviendra pour établir un gouvernement mondial sur cette Terre. Ils ont plus souvent entendu parler du « petit Jésus » dans la crèche que du Jésus-Christ biblique qui est maintenant à la droite de Dieu dans les cieux (Actes 7 :55-56). Le véritable Christ reviendra bientôt dans une gloire majestueuse pour régner sur la Terre entière en tant que Roi des rois ! Ce Jésus est inconnu pour la plupart des gens.

Peu de gens comprennent que l’Évangile de Jésus parlait d’un gouvernement mondial à venir. Une des séductions les plus astucieuses de Satan est d’avoir diffusé l’idée que le message de Jésus-Christ parlait principalement de Sa propre personne. Le point de départ du vrai christianisme est d’accepter le sang versé du Christ (Romains 5 :8-11) après s’être réellement repenti de ses péchés (ce point est rarement mentionné – Actes 2 :38-39). Cependant, le message principal de Jésus – l’Évangile qu’Il a prêché – est axé sur un gouvernement mondial et la volonté de chaque être humain de se soumettre réellement à Dieu afin de faire finalement partie de Sa famille divine. Ce gouvernement divin sera bientôt établi sur la Terre entière (Apocalypse 12 :5) !

 

Qui règne sur le monde actuel ?

Beaucoup de gens pensent que Dieu règne sur le monde actuel, mais la Bible nous explique une réalité bien différente. L’apôtre Jean fut inspiré à écrire : « N’aimez point le monde, ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est point en lui » (1 Jean 2 :15).

Pendant Sa tentation, Jésus-Christ fut emmené sur une haute montagne afin de voir la gloire des royaumes de ce monde et le diable lui dit : « Je te donnerai toute cette puissance, et la gloire de ces royaumes ; car elle m’a été donnée, et je la donne à qui je veux » (Luc 4 :6).

Jésus a-t-Il contredit Satan en lui disant qu’il n’était pas en charge des royaumes de ce monde ? Non. Au contraire, vers la fin de Son ministère, Jésus déclara à propos de Satan : « Je ne parlerai plus guère avec vous ; car le prince du monde vient. Il n’a rien en moi » (Jean 14 :30).

Plus tard, Paul écrivit : « Si notre Évangile est encore voilé, il est voilé pour ceux qui périssent, pour les incrédules dont le dieu de ce siècle a aveuglé l’intelligence, afin qu’ils ne voient pas briller la splendeur de l’Évangile de la gloire de Christ, qui est l’image de Dieu » (2 Corinthiens 4 :3-4). Satan le diable est le dirigeant invisible – le « dieu » de cette ère – qui a influencé environ 6000 ans d’histoire humaine, depuis la création d’Adam. Mais cette ère prendra fin avec le second Avènement de Jésus-Christ, en tant que Roi des rois ! Dieu inspira Paul à nous révéler que Satan est « le prince de la puissance de l’air, de l’esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion » (Éphésiens 2 :2). Cet être invisible – ce prince – qui règne actuellement sur la société est donc Satan le diable !

Toutefois, le véritable Dieu créateur intervient lorsque cela est nécessaire afin d’accomplir Son plan. Dans Galates 1 :4, Paul écrivit que le Christ « s’est donné lui-même pour nos péchés, afin de nous arracher du présent siècle mauvais ». Mais les êtres humains, qui pensent tout savoir dans leur fierté, ignorent qu’ils sont sous la puissante influence de Satan. Ils pensent que leurs idées – souvent contraires à celles de Dieu – au sujet de la société et de la forme de gouvernement ont du sens. Cependant, Dieu déclare : « Telle voie paraît droite à un homme, mais son issue, c’est la voie de la mort » (Proverbes 14 :12).

Satan séduit le monde entier de mille et une façons. Dans le livre de l’Apocalypse, Jean décrivit un esprit de guerre à venir, lorsque « le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, [sera] précipité sur la terre, et ses anges [seront] précipités avec lui » (Apocalypse 12 :9).

Plus loin, Dieu nous révèle qu’au début du règne du Christ sur la Terre, Satan sera jeté dans un abîme « afin qu’il ne séduise plus les nations, jusqu’à ce que les mille ans soient accomplis » (Apocalypse 20 :3). La Bible explique très clairement que la société actuelle est sous l’emprise de Satan. Au lieu de chercher la volonté de Dieu, notre civilisation est basée sur la vanité, la compétition, la tromperie et la fraude.

Jésus répondit à Ponce Pilate : « Mon royaume n’est pas de ce monde […] Si mon royaume était de ce monde, mes serviteurs auraient combattu pour moi afin que je ne sois pas livré aux Juifs ; mais maintenant mon royaume n’est point d’ici-bas » (Jean 18 :36). Nous voyons clairement que Jésus n’avait pas l’intention de s’impliquer dans la politique et les guerres de ce monde. Il représentait un autre monde, un autre gouvernement – le Royaume de Dieu. C’est pourquoi Jésus n’essaiera pas de réorganiser ce monde, en s’impliquant dans un système politique basé sur le mensonge et sous l’emprise de Satan le diable !

 

Entraînés à devenir des rois

Le Jésus-Christ de la Bible reviendra s’asseoir sur un véritable trône à Jérusalem, probablement pendant cette génération. Son gouvernement sera établi sur la Terre entière – un gouvernement littéral recevant l’autorité du Dieu tout-puissant, dirigé par le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs (Apocalypse 19 :15-16). Que feront alors les disciples de Jésus – les véritables saints de Dieu ? « Ne savez-vous pas que les saints jugeront le monde ? Et si c’est par vous que le monde est jugé, êtes-vous indignes de rendre les moindres jugements ? Ne savez-vous pas que nous jugerons les anges ? Et nous ne jugerions pas, à plus forte raison, les choses de cette vie ? » (1 Corinthiens 6 :2-3). Dans les versets suivants, Paul explique comment les chrétiens à Corinthe étaient supposés apprendre à mettre en pratique le gouvernement divin au sein de l’Église, en « jugeant » correctement les problèmes parmi eux. De la Genèse à l’Apocalypse, les positions dans le gouvernement de Dieu ont toujours été attribuées par « nomination » – pas sur des bases politiques, ni en faisant des promesses trompeuses pour acheter un bulletin de vote. C’est dans ce contexte que Paul leur demanda pourquoi « ce sont des gens dont l’Église ne fait aucun cas que vous prenez pour juges » (verset 4).

Les véritables chrétiens sont actuellement à l’entraînement pour devenir des rois et des sacrificateurs dans le Royaume de Dieu à venir. Jésus déclara : « Car à celui qui aura vaincu, et qui pratiquera mes œuvres jusqu'à la fin, je lui donnerai puissance sur les nations. Il les gouvernera avec un sceptre de fer, et comme on brise des vases d'argile, ainsi que je l'ai moi-même reçu de mon Père » (Apocalypse 2 :26-27, Ostervald). Nous devons donc vaincre notre nature et notre égoïsme humain – en apprenant à pratiquer le gouvernement de Dieu dès maintenant. Notez les paroles du « cantique nouveau » dans Apocalypse 5 :9-10 : « Tu es digne de prendre le livre, et d’en ouvrir les sceaux; car tu as été immolé, et tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation ; tu as fait d’eux [les saints] un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils régneront sur la terre. » Nous voyons clairement que les véritables saints de Dieu régneront bientôt sur la Terre – pas dans les cieux !

Étudiez aussi la parabole des mines [une monnaie de l’époque] dans Luc 19 :11-27. Jésus s’en va dans les cieux afin de recevoir Son Royaume, avant de revenir. À Son retour, Il récompense Ses serviteurs selon la façon dont ils ont fait fructifier leur temps, leurs talents et leur sagesse au service de Dieu. Quelle récompense le Christ donna-t-Il à Ses fidèles serviteurs ? « Il lui dit : C’est bien, bon serviteur ; parce que tu as été fidèle en peu de chose, reçois le gouvernement de dix villes » (verset 17). Puis Il dit au serviteur qui avait produit cinq mines : « Toi aussi, sois établi sur cinq villes » (verset 19).

Voyez-vous ici une mention à la politique ou au vote ? Absolument pas. Au contraire, c’est un exemple spirituel supplémentaire montrant clairement aux chrétiens que la meilleure forme de gouvernement – selon Dieu – n’est pas basée sur la politique humaine, les compromis, les manigances et les tractations, tout en n’apportant que des demi-solutions.

Jésus déclara : « Mon royaume n’est pas de ce monde » (Jean 18 :36). Il ne s’abaisserait pas à faire partie de l’approche gouvernementale erronée de ce monde. En établissant un exemple pour nous, Jésus-Christ n’engagea jamais de pourparlers avec les dirigeants de Son époque, pendant Son ministère physique ; Il ne s’impliqua jamais dans une campagne politique et Il n’enseigna jamais à Ses disciples d’essayer de changer le paysage politique ou de redresser les gouvernements humains de Son époque !

Par contre, le Christ s’occupera de manière décisive des rois de ce monde à Son retour : « Dans le temps de ces rois [ceux qui gouverneront juste avant le retour du Christ], le Dieu des cieux suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit, et qui ne passera point sous la domination d’un autre peuple ; il brisera et détruira tous ces royaumes-là, et lui-même subsistera éternellement » (Daniel 2 :44).

Plus loin, Dieu décrit clairement comment les véritables saints recevront l’autorité de diriger tous les gouvernements de cette Terre, sous le Christ : « Le règne, la domination, et la grandeur de tous les royaumes qui sont sous les cieux, seront donnés au peuple des saints du Très-Haut. Son règne est un règne éternel, et tous les dominateurs le serviront et lui obéiront » (Daniel 7 :27).

 

Les chrétiens et les gouvernements actuels

Jésus-Christ s’est abstenu de participer activement aux gouvernements de ce monde séduit, mais Il a établi un exemple d’obéissance à la loi civile, en montrant du respect à ceux qui étaient en charge. Lorsque les pharisiens vinrent Lui demander s’il fallait payer les impôts, Jésus leur répondit : « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu » (Matthieu 22 :21).

Dieu inspira l’apôtre Paul à écrire : « Que toute personne soit soumise aux autorités supérieures ; car il n’y a point d’autorité qui ne vienne de Dieu, et les autorités qui existent ont été instituées de Dieu. C’est pourquoi celui qui s’oppose à l’autorité résiste à l’ordre que Dieu a établi, et ceux qui résistent attireront une condamnation sur eux-mêmes » (Romains 13 :1-2). « C’est aussi pour cela que vous payez les impôts. Car les magistrats sont des ministres de Dieu entièrement appliqués à cette fonction. Rendez à tous ce qui leur est dû : l’impôt à qui vous devez l’impôt, le tribut à qui vous devez le tribut, la crainte à qui vous devez la crainte, l’honneur à qui vous devez l’honneur » (versets 6-7).

Paul nous dit aussi de prier pour ceux qui ont des postes d’autorité : « J’exhorte donc, avant toutes choses, à faire des prières, des supplications, des requêtes, des actions de grâces, pour tous les hommes, pour les rois et pour tous ceux qui sont élevés en dignité, afin que nous menions une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté » (1 Timothée 2 :1-2).

Les véritables chrétiens – ceux qui forment l’Église (du grec ekklesia, ceux qui sont “appelés au dehors”) – sont comme des ambassadeurs à l’étranger. « Mais nous, nous sommes citoyens des cieux, d’où nous attendons aussi comme Sauveur le Seigneur Jésus-Christ » (Philippiens 3 :20).

Dans le passé, j’ai eu l’occasion d’être vice-président d’une petite université près de Londres, en Angleterre. Dans le cadre de cette responsabilité, je fus invité à deux reprises à la résidence de l’ambassadeur des États-Unis au Royaume-Uni.

L’ambassadeur à ce poste – comme n’importe quel autre ambassadeur – se doit de respecter les lois du pays dans lequel il habite, de respecter les autorités et d’honorer ceux qui doivent l’être. Lors de ces réceptions à Winfield House – la résidence de l’ambassadeur – un toast fut porté en l’honneur de la reine. Tout le monde leva son verre en l’honneur du monarque qui règne encore sur le peuple britannique de nos jours. À chaque fois, l’ambassadeur américain en poste – Elliot Richardson, puis Walter Annenberg – prit part au toast. Le fait de montrer cette sorte de respect envers les autorités reflète l’attitude que Dieu souhaite voir en chacun de nous. Nous devons assurément payer nos impôts et respecter les lois du pays dans lequel nous habitons, tant que ces dernières ne s’opposent pas à la loi divine. Bien entendu, si un gouvernement totalitaire essaie de nous faire désobéir aux lois supérieures du Dieu tout-puissant, nous devons suivre l’exemple inspiré des apôtres qui dirent : « Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes » (Actes 5 :29). Même dans cette situation, nous devons être prêts à subir le châtiment ou la condamnation que ces autorités pourraient nous imposer – en nous tournant avec foi vers Dieu qui prend soin de nous (cf. Daniel 3).

Paul écrivit que nous sommes « ambassadeurs pour Christ » (2 Corinthiens 5 :20). Nous devons donc faire preuve d’amour et de respect pour tous les êtres humains – y compris ceux qui ont des responsabilités politiques. Mais nous devons toujours nous souvenir que notre véritable citoyenneté ne se trouve pas dans un gouvernement de cette société sous l’emprise de Satan ! Nous devons servir les autres de manière individuelle, mais nous ne pouvons pas, et nous ne devons pas, participer à des efforts militaires ou politiques afin de tenter de réorganiser le monde séduit de Satan, car ce système n’est pas divin ! Dieu permet seulement aux êtres humains de faire ce qu’ils veulent et d’expérimenter leurs propres formes de gouvernement pendant les 6000 années allouées.

Paul écrivit : « Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité ? ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres ? Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial ? Ou quelle part a le fidèle avec l’infidèle ? » (2 Corinthiens 6 :14-15). En parlant du système politico-religieux qui dominera sur une grande partie du monde lorsque le Christ reviendra, Dieu ordonna à Son peuple : « Sortez du milieu d’elle, mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous n’ayez point de part à ses fléaux » (Apocalypse 18 :4).

Comment Jésus voterait-Il lors d’élections présidentielles ou législatives ? Il serait tellement occupé à proclamer la bonne nouvelle du Royaume de Dieu à venir qu’Il n’aurait même pas le temps de s’impliquer dans la politique, dans un scrutin ou dans un parti voulant nettoyer le monde de Satan. Il saurait que toutes les tentatives humaines pour sauver le monde – même en étant de bonne volonté – sont vouées à l’échec, car elles sont toutes sous l’influence de Satan et elles font partie de son système que Dieu appelle « Babylone » (Apocalypse 14 :8). Il saurait que seul Dieu le Père établit ou renverse les rois, selon Sa volonté, afin d’accomplir Son dessein sur la Terre (Daniel 2 :21). Les chrétiens ne doivent pas argumenter contre la volonté de Dieu dans ce domaine – ou s’y opposer.

La mission et l’appel des véritables chrétiens est de préparer la voie – en tant qu’émissaires – pour le Royaume de Dieu, le gouvernement littéral que le Christ vivant établira bientôt. Il remplacera tous les gouvernements humains égarés qui sont en place sur cette planète. « Le septième ange sonna de la trompette. Et il y eut dans le ciel de fortes voix qui disaient : Le royaume du monde est remis à notre Seigneur et à son Christ ; et il régnera aux siècles des siècles » (Apocalypse 11 :15).

Alors que les événements spécifiques de la fin des temps, prophétisés dans les Écritures – la parole inspirée de Dieu – commencent à se réaliser autour de nous, nous devons véritablement comprendre que le gouvernement à venir du Christ est bien réel ! Nous devons comprendre profondément que tout ce qui nous entoure est sur le point de changer. Lorsque nous nous focalisons sur le point culminant de l’Évangile, nous pouvons aller de l’avant en nous préparant à être des vainqueurs (Apocalypse 2 :26) et en faisant notre part pour être prêts à assister Jésus-Christ à gouverner le monde à Son retour – à la façon divine !

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +