Le côté obscur de “Twilight”

Karl Harmdierks (rédacteur invité)
Commenter cet article
Récemment, de nombreuses personnes autour de nous s’enthousiasmaient pour le deuxième volet du film Twilight – une série dont le point central est l’histoire d’amour entre une fille et un vampire. Des centaines de milliers de cinéphiles se sont pressés devant les cinémas pour assister à la toute première projection, à minuit pile. Le Los Angeles Times rapporte que ce film a battu le record d’entrées pour une seule journée et il sera probablement parmi les cinq films ayant enregistrés le plus grand nombre d’entrées en un seul week-end. Même en allant dans un fast-food près de chez moi, la nourriture était placée dans un sac faisant la publicité du film et m’encourageant à « dévorer » mon repas.

Ce regain d’intérêt pour les vampires nous renvoie à une vieille fascination pour ce genre de créatures. La plupart des cultures anciennes possèdent des fables impliquant des démons ou des dieux qui consomment du sang humain. Le mot actuel de « vampire » est né au 18ème siècle, il vient de l’expression albanaise dhëmp-pirë (littéralement, les “dents qui sucent”). Le concept du vampire et la base des récits actuels sur les vampires sont nés à travers la nouvelle The Vampyre de John Polidori et le célèbre Dracula de Bram Stoker. Les vampires doivent notamment boire du sang pour survivre. Cette caractéristique fait également penser à un ordre donné par Dieu aux Israélites dans le désert : « Seulement, garde-toi de manger le sang, car le sang, c’est la vie » (Deutéronome 12 :23).

Cependant, ces sinistres créatures sont récemment apparues sous un jour nouveau. Elles sont devenues « sympathiques » et gentilles. Plusieurs vampires dans Twilight ont renoncé à s’abreuver de sang humain et sont « victimes » de leur destin – utilisant leur puissance démoniaque pour échapper à la mort par la maladie. Et le héros (?) de l’histoire est un formidable jeune homme (qui est immortel et ne vieillit pas, lui permettant de conserver ses formidables caractéristiques) dont l’héroïne tombe amoureuse, faisant ainsi apparaître une image romantique et gentille de ces démons.

Peut-être considérez-vous ce spectacle comme un divertissement inoffensif ? Cependant, il est important de comprendre le danger qu’il représente, car la ligne entre ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas devient de plus en plus floue. Esaïe fut inspiré à écrire : « Malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal, qui changent les ténèbres en lumière, et la lumière en ténèbres… » (Esaïe 5 :20). Dans ces films, nous éprouvons de la sympathie pour les vampires. Cependant, Dieu a dit au peuple d’Israël : « Si quelqu’un s’adresse aux morts et aux esprits, pour se prostituer à eux, je tournerai ma face contre cet homme, je le retrancherai du milieu de son peuple. Vous vous sanctifierez et vous serez saints, car je suis l’Éternel, votre Dieu » (Lévitique 20 :6-7).

Dans Ephésiens 5 :8, 10-11, l’apôtre Paul donne un avertissement à ceux qui déclarent suivre Dieu : « Autrefois vous étiez ténèbres, et maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur. Marchez comme des enfants de lumière ! […] Examinez ce qui est agréable au Seigneur ; et ne prenez point part aux œuvres infructueuses des ténèbres, mais plutôt condamnez-les ». Nous ne pouvons pas suivre deux voies en même temps, car Jacques 4 :4 nous dit que « l’amour du monde est inimitié contre Dieu » ! Mais parfois, nous nous laissons entraîner car nous avons du mal à discerner la limite entre ce qui est bien et ce qui est mal. Satan lui-même, le maître de la séduction, se transforme en ange de lumière (2 Corinthiens 11 :14) ! Nous devons demander à Dieu de nous guider pour être attentifs à ce qui nous est proposé et être particulièrement honnêtes avec nous-mêmes pour analyser ce qui en ressort réellement. Posez-vous la question suivante : « Cela est-il spirituellement édifiant ? » Dieu approuve-t-Il cela ? La réponse sera évidente pour ceux qui veulent plaire à Dieu.

Pour en savoir davantage à ce sujet, je vous invite à lire les articles suivants : Les dangers de l’occultisme par Richard Ames et La résurrection du paganisme par Douglas Winnail. Demandez-vous toujours : « Cela est-il agréable à Dieu ? » Efforçons-nous de devenir saints, comme Dieu est saint (Lévitique 11 :44).