La polygamie peut-elle dégrader l’économie française ?

Commenter cet article

L’Europe est empêtrée dans une lutte contre les problèmes de dettes nationales qui s’accroissent et de contre la contagion de la crise financière. Des nations comme l’Espagne, l’Italie ou la France sont en train de geler leurs dépenses, de réduire les salaires, de réduire les allocations et de faire des coupes budgétaires (Reuteurs, “Des mesures d’austérité dans la zone euro”, 8 juin 2010). Au milieu de tous ces problèmes, il est surprenant que la polygamie puisse aussi contribuer aux malheurs financiers de l’Europe.

Bien que la polygamie soit souvent associée aux mormons, ce n’est pas une invention mormone. Dans l’islam, le Coran permet d’épouser jusqu’à quatre femmes, pour autant que le mari soit capable de prendre soin d’elles (Sourate 4 :3). Environ 1000 ans av. J.-C., l’ancienne dynastie chinoise Zhou pratiquait une forme de polygamie (le mariage sororal consistant à épouser les sœurs de la première épouse). La polygamie était également courante en Inde, dans les castes guerrières et chez les riches marchands.

Alors que de nombreuses ethnies continuent d’immigrer vers la France, la polygamie devient non seulement un problème éthique, mais aussi un problème économique pour la nation.

L’Associated Press rapporte : « La burqa, ou le voile intégral, occupe toute la place dans les débats sur l’immigration musulmane en France. Mais une autre tradition, qui est un sujet de controverse parmi les immigrants, est moins répandue et fait moins parler d’elle : la polygamie. » L’article continue en disant que « les analystes rapportent que la polygamie en France est directement liée à la fraude fiscale, car certains époux détournent, à leur profit, les généreuses aides sociales accordées par le gouvernement à chacune de leurs épouses » (FoxNews.com, “Polygamy banned but some immigrants in France use system to male money on their wives”, [“La polygamie est interdite mais certains immigrés en France profitent du système pour se faire de l’agent sur leurs femmes”], 2 mai 2010. C’est nous qui traduisons tout au long de ce commentaire).

Dans cet article, Jean-Marie Ballo, fondateur d’une association aidant les femmes à échapper de la polygamie, déclare : « Je suis en mesure de dire que les polygames ici (en France) font des enfants pour l’argent » (ibid.).

La polygamie est une plaie pour la société et ce n’est pas un principe biblique. Roderick C. Meredith écrivit, à propos des instructions sur le mariage données dans Matthieu 19 :4 : « Notez qu’Il [Jésus-Christ] ne parla pas “d’un homme et de ses femmes” ou “d’une femme et de ses hommes”. Il n’était pas prévu qu’un homme ait plusieurs femmes. Il n’avait pas prévu la polygamie au commencement – Il ne l’a jamais enseignée ; Il parla d’un seul homme et d’une seule femme » (L’Évangile de Matthieu, programme 21).

M. John Ogwyn écrivit, à propos de l’importance de la famille : « La définition biblique d’une famille – reposant sur un homme et une femme (Matthieu 19 :4-5) – a longtemps façonné les positions du monde occidental. Du mariage découlait la famille » (Tomorrow’s World Magazine, “Les familles déstabilisées”, mars-avril 2001).

Bien qu’il y ait de nombreux exemples bibliques d’hommes ayant épousé plusieurs femmes, une étude attentive des Écritures montre que cette pratique crée des problèmes et des conflits, et ce n’était pas le modèle défini par Dieu. Quant à la pratique mentionnée dans l’Ancien Testament consistant, pour un frère, à épouser sa belle-sœur, veuve et sans enfants (Genèse 38 :8 ; Deutéronome 25 :5), il ne s’agit pas de polygamie au sens où certaines nations dans le monde la pratique. Il s’agissait d’une ordonnance spécifiquement établie par Dieu (et non par les hommes). Elle répondait à des conditions spécifiques dans le but de donner une descendance au frère décédé et une sécurité pour sa veuve.

La véritable Église de Dieu a toujours enseigné que le mariage était l’union d’un seul homme avec une seule femme. Comme Paul l’a mentionné dans Éphèsiens 5 :33, un homme marié doit « aimer sa femme comme lui-même » (au singulier) et une femme mariée doit « respecter son mari » (encore une fois au singulier). Quand Paul donna les lignes de conduite pour le ministère, il déclara que « l’évêque [doit être] irréprochable, mari d’une seule femme… » (1 Timothée 3 :2) – encore une fois, il s’agit d’une relation monogame.

Les polygames s’opposent non seulement à cet enseignement biblique, mais en plus, la polygamie conduit souvent à des abus, des négligences, des souffrances émotionnelles et au dénuement. La France en est témoin actuellement. De plus, en se mariant ou en « faisant des enfants pour l’argent », les polygames contribuent à affaiblir l’économie française, en transgressant aussi les instructions contenues dans 1 Timothée 5 :8 – en n’étant pas capable de subvenir à sa propre maison.

La définition du mariage dans la Nouveau Testament est une alliance entre un seul homme et une seule femme – pas entre un homme et plusieurs femmes, ou une femme et plusieurs hommes ! Pour en apprendre davantage sur les principes du mariage créé par Dieu, lisez notre brochure intitulée Le plan divin pour un mariage heureux.