Année 2001   Mai-Juin Afficher en grands caractères

Principes bibliques pour une bonne santé

Une dimension manquante à notre vie physique et spirituelle !

par Douglas S. Winnail

Quelles sont vos opinions sur la santé ? Comment se sont-elles formées ? Ont-elles changé au cours des années ? Pendant des siècles, se maintenir en bonne santé était un moyen de parvenir à un but – survivre, gagner sa vie, fonder une famille ou accomplir quelque chose de noble. Aujourd’hui, la quête de la santé est devenue une fin en soi – trouver le régime idéal ou l’exercice absolu pour se modeler un corps parfait ! Pour beaucoup de gens, leur santé et leurs corps sont devenus leurs dieux modernes !

En cherchant la perfection corporelle, nous poursuivons notre quête sans fin des dernières arcanes en matière de santé. Nous dépensons d’énormes sommes en mises en forme, injections, prescriptions et méthodes que nous expérimentons parfois sur nous-mêmes ! Nous consultons des spécialistes. Nous nous faisons prescrire un régime alimentaire spécial. Nous cherchons la cure magique ! Cette année, les Américains dépenseront plus de mille milliards de dollars en soins de santé et quelques milliards supplémentaires en traitements médicaux de substitution ou de complément. Et pourtant, les Américains ont du mal à rester les moins malades du monde. Plus de 60% d’entre eux souffrent d’un excès de poids, plus de 30% sont obèses, des millions souffrent de problèmes cardiaques, de cancers, d’attaques cérébrales, de diabète et d’autres maladies. Des millions de gens prennent des médicaments pour soigner des dérèglements psychiques. L’histoire est la même au sein des autres nations développées du monde. Pour beaucoup, être à l’affût de tout ce qui pourrait contribuer à se procurer une bonne santé est devenu une recherche coûteuse et sans fin du « saint Graal », laquelle ne réussit pas souvent à produire la santé et la paix d’esprit souhaités.

Pourquoi cela ? Y aurait-il une dimension manquante à nos connaissances, qui nous permette de jouir d’une bonne santé ? Le monde occidental a une vue déformée au sujet de la santé, parce que nous avons perdu la boussole qui était destinée à nous montrer le juste équilibre. Nous avons tendance à aller d’un extrême à un autre – des médicaments aux plantes, de la chirurgie aux massages énergétiques – parce que nous avons perdu de vue les principes de base que notre Créateur nous a fournis dans le manuel de fonctionnement des êtres humains – la Bible. Alors que le faux dieu de la santé a remplacé le Dieu de la Bible, la plupart des gens, aujourd’hui, ne réalisent pas que le Dieu réel – le Créateur de l’univers et le Concepteur du corps humain – Se soucie de notre santé. Des dizaines de versets bibliques traitent de ce sujet. Quoique certains individus mélangent santé et religion au point de devenir des fanatiques, les principes bibliques régissant la santé sont importants, remarquablement équilibrés, et d’applications pratiques !

La Bible n’est pas un traité de santé ou de diététique. Cependant, dans les Ecritures, Dieu donne des principes de base pour diriger nos choix personnels de façon à ce que nous puissions jouir d’une bonne santé et d’échapper aux maladies. Dans l’ancien Israël, c’était le travail des sacrificateurs et des lévites – pas des médecins, des gourous ou des législateurs – de dispenser l’enseignement sanitaire de base et d’orienter la politique de santé publique. En examinant quelques principes bibliques de santé, nous découvrirons combien ceux-ci sont simples et d’actualité – en dépit du fait qu’ils datent de quelques milliers d’années ! Dieu a révélé dans la Bible des vérités fondamentales que la science médicale a mis des dizaines de siècles à confirmer. Il est regrettable que beaucoup de théologiens n’aient pas compris la valeur des principes de santé, enregistrés dans les Ecritures ; ils ont en conséquence failli d’accomplir une importante fonction qui leur avait été assignée par Dieu !

Aliments purs et impurs

Il est probable que la plus connue – quoique la moins comprise des lois bibliques régissant la santé – concerne les aliments purs et impurs (voir Lévitique 11 et Deutéronome 14). On en parle comme des lois alimentaires « juives », parce qu’elles sont encore observées par les Juifs orthodoxes ; cependant, les musulmans et quelques autres groupes observent des restrictions alimentaires semblables. Un certain nombre de théologiens considèrent que ces directives bibliques n’avaient pas été données pour des raisons de santé, mais comme pratiques cultuelles, destinées à faire la différence entre les Israélites et les autres peuples. D’autres enseignent que ces instructions étaient valables pour des gens vivant sous l’Ancienne Alliance, mais que les chrétiens qui dépendent de la Nouvelle Alliance sont libres de manger ce qu’ils veulent. D’autres encore disent que les restrictions diététiques bibliques sont ridicules, démodées, et qu’elles n’ont pour but que de limiter la liberté et les plaisirs humains !

Ces idées largement répandues sont basées sur l’ignorance. La plupart des théologiens n’ont que peu ou pas de formation en biologie, écologie, microbiologie, parasitologie, épidémiologie ou en matière de santé publique ; et pourtant, la connaissance de ces matières montre la pertinence des lois sur les aliments purs et impurs. Beaucoup d’animaux impurs sont des éboueurs (par exemple : les escargots, les crabes, les homards et les mouettes) – leur rôle écologique consiste à absorber des végétaux et des organismes morts. D’autres animaux impurs agissent comme des filtres (par exemple : les huîtres et les moules) – leur rôle écologique consiste à purifier l’eau des étangs, des courants et des estuaires. Certains animaux impurs sont des prédateurs (par exemple : les lions, les serpents et les alligators) – leur rôle écologique est de réguler le nombre et la qualité sanitaire des autres populations animales. Il existe d’importantes raisons écologiques pour que les animaux impurs, créés par Dieu, ne servent pas à l’alimentation humaine. Dieu les a voués à autre chose !

Il y a également d’autres raisons importantes de santé contenues dans ces restrictions. Beaucoup d’animaux impurs véhiculent des parasites qui peuvent occasionner des maladies graves chez les êtres humains. Les porcs, les ours, les écureuils et les ratons laveurs transmettent la trichinose et d’autres maladies. Les éboueurs, comme les crabes et les écrevisses peuvent transmettre des vers qui se logent dans les poumons et le foie. Les populations humaines, dont ces créatures sont à la base de leur alimentation régulière, présentent souvent un taux élevé d’infections parasitaires. Les organismes filtrants tels que les huîtres et les moules peuvent retenir des concentrations élevées de métaux toxiques lourds, de bactéries pathogènes et de virus – les rendant dangereux pour la consommation humaine. En mangeant ces créatures, vous ingérez finalement des organismes que Dieu a créés comme « équipe de nettoyage de la nature ». Souhaiteriez- vous manger les résidus de vos toilettes ou de vos sacs poubelles ? Bon courage ! Néanmoins, beaucoup d’assiettes appétissantes sont servies dans l’ignorance parfaite des risques qu’elles engendrent.

Loin de rendre désuètes les pratiques alimentaires de l’Ancien Testament, les lois bibliques concernant les aliments purs et impurs sont inspirées par le Dieu qui créa toutes choses à dessein – le Dieu qui S’intéresse à la santé et à la prévention des maladies ! Eviter les aliments impurs est la première démarche importante à mettre en œuvre pour éviter les grandes affections parasitaires, qui affligent des millions de gens de par le monde. Si nous violons ces principe de base, nous le faisons contre nous-mêmes ! Il est dommage que les théologiens modernes – pas plus que ceux qui se nomment chrétiens – ne comprennent pas l’importance de ces principes d’hygiène alimentaire publique.

Les lois diététiques bibliques

La Bible contient d’autres instructions importantes que la science médicale n’a comprises que tout récemment. Divinement inspiré, Moïse rapporte que le sang et la graisse, même des animaux purs, ne doivent pas faire partie de l’alimentation humaine (Lévitique 3 :17 ; 7 :23-26 ; Genèse 9 :4). Cependant, dans certaines cultures, la consommation de boudin, de lard et de mélange de sang avec du lait sont des habitudes courantes. Le sang animal peut contenir des bactéries et des virus qui sont transmissibles. Cette importante interdiction biblique consiste à prévenir la propagation des maladies.

L’interdiction de consommer la graisse visible a également son importance – particulièrement dans nos régimes alimentaires modernes. L’une des plus intéressantes découvertes des études épidémiologiques, réalisées au cours des cinquante dernières années, fut de découvrir le lien entre la consommation soutenue de graisse et les maladies cardiaques, les attaques d’apoplexie et divers types de cancer. Ces maladies conduisent à la mort dans les régions où l’on mange beaucoup de matières grasses – comme les hamburgers, les frites, les crèmes glacées, les sauces à salade. Beaucoup d’aliments ordinaires – le bacon, les hot dogs, le fromage et les pâtes à tartiner – peuvent contenir plus de 50 % de graisse. Dans notre société moderne, l’alimentation très grasse et riche en calories conduit à des problèmes de poids. La science médicale a appris que la consommation de graisse est dangereuse – alors que Dieu l’avait déjà révélée à Moïse des milliers d’années auparavant ! Il est tragique que ces informations bibliques aient été ignorées pendant si longtemps.

Dans la Genèse, nous lisons que Dieu avait donné aux hommes des fruits, des légumes et des grains pour nourriture (Genèse 1 :29 ; 2 :16 ; 9 :3). Les fruits, les légumes et tous les grains contiennent des fibres et d’autres hydrates de carbone. L’importance de ces substances, dans notre alimentation, n’a été bien mesurée que depuis quelques dizaines d’années. Les fibres, qu’on pensait inutiles, jouent un rôle important au niveau des intestins et tiennent une place importante dans la protection du corps contre le cancer du colon, ainsi que d’autres maladies chroniques. Les hydrates de carbones complexes sont également nécessaires dans un régime alimentaires, car ils réduisent le taux de cholestérol pour prévenir les maladies cardiaques et les attaques.

On rencontre également, en occident, de graves problèmes de santé à cause d’une trop grande consommation d’hydrates de carbone raffinés. Le sucre et la farine raffinés ont été vidés de leur contenu nutritionnel. Les populations qui consomment de grandes quantités d’hydrates de carbone raffinés sont parmi celles qui ont un taux très élevé de diabète et d’autres problèmes semblables. La Bible nous met pourtant en garde contre ce genre de régime. Salomon fut divinement inspiré à dire : « Il n’est pas bon de manger beaucoup de miel » (voir Proverbe 25 :16, 27). Même si le miel est une substance « naturelle », il est « raffiné » dans un sens par les abeilles qui le produisent. Le pollen collecté parmi un grand nombre de fleurs se trouve sous forme concentré dans certains miels. Le principe biblique consiste à consommer modérément les hydrates de carbone raffinés. Cependant, à cause de l’engouement pour les boissons légères (plus de 200 litres par personne chaque année aux Etats-Unis), les pâtisseries, les confiseries et la nourriture sucrée, beaucoup de gens ingèrent plus de 45 kilos de sucres raffinés par an – au détriment de leur santé !

Lorsque ces instructions bibliques sont analysées objectivement, elles confirment les conclusions des dernières recherches en diététique : réduire la consommation de graisses, augmenter l’usage des hydrates de carbone complexes (fruits, légumes et tous les grains), limiter la consommation de plats et d’hydrates de carbone raffinés. Cela n’est pas surprenant car la vérité ne change pas ! Cela fait des milliers d’années que Dieu a révélé des vérités fondamentales en matière d’alimentation humaine pour le bien de l’humanité – et Il a confié cette information aux chefs religieux dont la tâche consistait, entre autres, à enseigner les autres. Il est désolant de constater que la plupart des êtres humains, souffrant de maladies, auraient pu être épargnés s’ils observaient les instructions de Dieu !

La Bible donne aussi des recommandations sur des points de controverse relatifs à la santé. Certains croient que les êtres humains ne devraient pas manger de viande. Des philosophes païens et beaucoup d’autres en Orient répandirent, dans l’ancien monde, des idées sur le végétarisme. Certains disent que, puisque les Ecritures ne mentionnent pas spécifiquement que Dieu donna de la viande à manger à Adam et à Eve, il ne faudrait pas en manger. C’est oublier que Dieu – l’Auteur des lois sur les viandes pures et impures – a dit : « Voici les animaux que vous mangerez » (Deutéronome 14 :4). Abraham a également servi un repas à deux anges et à Celui qui devint le Jésus-Christ du Nouveau Testament (Genèse 18 :3). Ce repas était constitué de gâteaux, de viande, de beurre et de lait (Genèse 18 :6-8). Jésus-Christ a servi du poisson à Ses disciples (Jean 21 :9-13). L’apôtre Paul mit en garde les chrétiens du Nouveau Testament de ne pas se laisser séduire par le végétarisme (Romains 14 :2 ; 1 Timothée 4 :3). En diététique, la Bible nous aide à trouver la position d’équilibre entre les opinions extrêmes.

L’abus d’alcool et de drogues

Pour beaucoup d’âmes pieuses, l’alcool est signalé par un « drapeau rouge » – c’est un breuvage du diable ! Alors que la Bible condamne clairement l’ivrognerie et l’abus d’alcool (Proverbe 20 :1 ; 1 Corinthiens 5 :11), elle approuve son usage à de multiples occasions (Deutéronome 14 :26 ; Matthieu 26 :29). Jésus changea de l’eau en vin lors d’une noce (Jean 2 :1-11). Paul recommanda l’usage de vin pour la santé : « Fais usage d’un peu de vin, à cause de ton estomac et de tes fréquentes indispositions » (1 Timothée 5 :23). La clé est la modération (Philippiens 4 :5). Une quantité modérée d’alcool aide à la relaxation, réduit les risques de maladies cardiovasculaires et augmente la quantité d’acides gastriques, ce qui favorise la digestion chez les personnes qui commencent à prendre de l’âge. La Bible fournit d’importants conseils pour utiliser l’alcool, mais cela demande des décisions personnelles qui développent le caractère individuel !

Quoique le tabac et les drogues ne soient pas mentionnées dans les Ecritures, les principes qui orientent l’usage de telles substances y sont clairement exposés. Paul écrit : « Votre corps est le temple du Saint-Esprit » (1 Corinthiens 6 :19) et « Si quelqu’un détruit le temple de Dieu [le corps humain], Dieu le détruira » (1 Corinthiens 3 :17). La Bible déclare, sans l’ombre d’un doute, qu’il ne faut pas endommager notre corps – ce que font les drogues (qu’elles soient légales ou non). Ces principes bibliques sont de nature préventive ; celui qui a du bon sens le remarquera aisément. La dépendance envers l’alcool, le tabac ou la drogue est une sorte d’idolâtrie et de convoitise – une violation de plusieurs commandements divins. Les principes bibliques de santé n’ont pas pour but de brider le plaisir que nous pouvons éprouver, mais ils ont été donnés pour nous assurer que ces plaisirs soient positifs et profitables.

L’exercice, aussi !

A travers l’Histoire, certains ont pu croire que les chrétiens devraient idéalement mener une vie sédentaire et monastique, faite exclusivement de prière, d’étude et de méditation. Pourtant, Jésus-Christ n’est pas venu sur terre comme un moine cloîtré, mais comme un charpentier à l’époque où les outils étaient manuels ! Il choisit des pêcheurs comme Pierre, André, Jacques et Jean, qui ne disposaient pas de treuils actionnés par un moteur diesel pour hisser leurs filets ! Quand Jésus appela Ses disciples à Le « suivre » (Matthieu 4 :19), cela représentait des marches de plusieurs centaines de kilomètres par an. Ces exemples sont intéressants, car ce style de vie physiquement active nous maintient en bonne santé et nous fournit l’endurance nécessaire pour accomplir notre mission.

L’apôtre Paul le conseilla aussi, bien que notre priorité doit se porter sur les choses spirituelles, « car l’exercice corporel est utile à peu de choses [un peu, cependant] » (1 Timothée 4 :8). C’est exactement ce que les recherches actuelles ont démontré. L’exercice doit se faire régulièrement, car ses effets ne sont que temporaires ! Cependant, ces effets sont importants : ils réduisent le niveau de cholestérol, la pression du sang et le stress, et ils préviennent les diabètes, les maladies de cœur et une foule d’autres problèmes.

Une dimension spirituelle

L’un des progrès les plus intéressants du domaine touchant à la santé consiste en la reconnaissance de ce qu’on appelle la « santé de l’esprit ». Cette matière admet le rôle important que jouent les croyances et les valeurs sur le comportement et la santé. Des individus qui croient en Dieu, qui fréquentent régulièrement l’Eglise, et qui conservent de fortes convictions morales sont moins enclins à fumer, à abuser d’alcool, de drogue ou à s’adonner sans discernement à n’importe quelles activités sexuelles. Alors que notre société libérale qualifie cela de « libertés humaines normales », les professionnels en matière de santé disent que ce sont des comportements à hauts risques. La Bible dénonce des telles actions comme des péchés – à proscrire ! Les interdictions bibliques contre la gloutonnerie, la paresse, l’abus d’alcool, le relâchement des mœurs dans la sexualité – autant que les instructions bibliques en matière de diététique – sont sérieuses et constituent un code de santé publique qui procure une vie saine. Les principes bibliques sur la santé offrent un contraste frappant avec les fausses valeurs – « si cela semble bien » – de notre société libérale ! Lorsque ces principes sont enseignés dans les familles, et renforcées à l’Eglise et à l’école, les gens ont plus envie de développer des attitudes positives qui favorisent la santé et qui préviennent les maladies. Les croyances religieuses personnelles ont une puissante influence sur notre comportement. C’est pourquoi Dieu a donné, dans la Bible, des instructions importantes sur la santé, que les chefs religieux doivent enseigner !

Cependant, la Bible enseigne plus sur la santé qu’une liste de « fais ceci et ne fais pas cela ». Alors qu’aujourd’hui, beaucoup de gens ont perdu de vue les instructions divines et font de la santé une fin en soi, la Bible invoque des raisons plus profondes qui doivent déterminer le choix de notre mode de vie. Nous savons par les Ecritures que nous avons été créés à l’image de Dieu (Genèse 1 :26), que nous devrons rendre compte de nos actions et que nous devrons glorifier Dieu dans nos corps (1 Corinthiens 6 :20). Pourtant, nos corps n’ont pas été conçus pour durer à jamais (Psaume 39 :5 ; Jacques 4 :14). Notre vrai challenge consiste à penser comme Dieu, à développer en nous Son caractère (Philippiens 2 :5) et à faire preuve d’amour envers les autres (Jean 15 :17). Cette vie n’est qu’un terrain d’entraînement pour un avenir inimaginable (1 Corinthiens 9 :24-27). Si nous apprenons à observer les instructions divines et à être attentifs à ce que Dieu nous a donné, nous recevrons une récompense qui consistera, entre autres, à régner avec Jésus-Christ lorsqu’Il reviendra établir le Royaume de Dieu sur cette terre (Apocalypse 5 :10). C’est le message de l’Evangile (Marc 1 :14-15) !

Les saints qui gouverneront avec le Christ seront des enseignants (Esaïe 30 :20-21). Ils expliqueront les lois de Dieu à toute l’humanité – y compris les importants principes bibliques qui régisse la santé (Esaïe 2 :2-4). Grâce à cela, « la terre sera remplie de la connaissance de l’Eternel, comme le fond de la mer par les eaux qui le couvrent » (Esaïe 11 :9), et les conditions sanitaires seront considérablement améliorées de par le monde (voir Esaïe 35 : 5-7 ; Jérémie 30 :17). Il y a des raisons importantes pour apprendre à vivre selon les principes bibliques, inspirés par notre Créateur ; elles sont de nous préparer à changer le cours de l’Histoire, d’éliminer le fléau de la maladie, et de stimuler un mode de vie qui ne mène pas seulement à la santé physique, mentale et spirituelle, mais aussi et surtout à la vie éternelle ! Les saints qui régneront avec le Christ restaureront une dimension manquante dans la vie et la religion, parce qu’ils auront déjà développé eux-mêmes une perspective informée et équilibrée de la santé, et qu’ils auront appris la valeur de l’observance des instructions divines dans leur propre vie.

Ne soyez pas séduit ! Les principes de la santé tiennent une place importante dans la religion biblique. Ce sont des clés fondamentales – révélées par notre Créateur – pour encourager une bonne santé et éviter les maladies. Lorsque ces principes sont bien compris, expliqués et mis en application, ils sont vraiment une bénédiction pour tous les hommes.

Conférences publiques
Revues
Années :
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Google+ Suivez-nous sur YouTube