Marchez-vous sur les traces du Christ ?

Commenter cet article

Jésus-Christ a lancé à Ses disciples le défi de « suivre Ses traces ». Dans Jean 10 :10, nous voyons un aspect important de Son message : « Je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles l’aient en abondance. » Mais, pour des millions de chrétiens et de non-chrétiens, cette vie physique est pleine de problèmes, de maladies et d’autres maux semblables, qui pourraient être évités si leur « façon de vivre était semblable à celle du Christ » !


Au fil des siècles, le christianisme s’est divisé en des centaines de sectes et de dénominations, à cause des disputes théologiques sur les enseignements de Jésus. Certains points délicats de doctrines bibliques ont engendré des guerres. Cependant, on considère rarement que l’aspect physique du style de vie de Jésus est important. Si Ses enseignements spirituels sont largement répandus et discutés, Son exemple physique est en grande partie ignoré.

Comment Jésus a-t-Il vécu ?

Vous êtes-vous jamais demandé pourquoi Jésus, le Fils de Dieu, est venu sur cette terre comme charpentier ? Pourquoi n’est-Il pas venu comme un monarque loué et aimé, ou comme un grand érudit d’une école réputée de Grèce ou de Rome ? Ou comme un moine cloîtré dans un monastère isolé, d’où Il aurait pu consacrer Sa vie à étudier et à méditer tranquillement ? Ou encore, comme assistant d’un prêtre d’une grande Église à Jérusalem ou à Rome ? Vous êtes-vous jamais demandé pourquoi Jésus a passé Son enfance dans les collines de la Galilée, et non dans une synagogue à Jérusalem ?

En tant que charpentier (Marc 6 :3), Jésus a passé de nombreuse heures à scier, à poncer des planches, à percer des trous et à confectionner des assemblages avec un marteau et un ciseau. Comme Il habitait « dans une région où il y avait peu de bois », Jésus a probablement travaillé aussi la pierre (Èveryday Life in Bible Times, 1967, p. 330. C’est nous qui traduisons tout au long de cet article). À cette époque, ce genre de travail nécessitait une dépense d’énergie considérable, car il se faisait sans outils électriques. Avez-vous déjà serré la main d’un charpentier ou d’un entrepreneur ? Jésus était, incontestablement, un homme robuste, musclé, à la poigne vigoureuse.

Par ailleurs, pour Se déplacer dans le territoire vallonné de la Galilée, Jésus marchait. Trois fois par an, Il Se rendait à Jérusalem pour célébrer les Jours saints (la Pâque, la Pentecôte et les Fêtes d’automne – Lévitique 23 ; Luc 2 :41-43). À chaque occasion, Jésus parcourait environ 240 km aller-retour, soit environ 720 km par an. Si vous considérez le fait qu’Il marchait probablement plus de 2 km par jour les autres jours de l’année, il n’est pas difficile de constater que Jésus parcourait facilement plus de 1600 km à pied, par an.

Ce Jésus-Christ, qui surgit des pages de la Bible et qui nous a laissé un exemple, afin que nous suivions Ses traces (1 Pierre 2 :21), était un individu physiquement actif. Mais pourquoi Lui, le Sauveur de l’humanité, aurait-Il choisi un tel style de vie active ? Après tout, il y a tant de gens à travers les âges, qui ont pensé qu’une vie comme celle du Christ consistait uniquement à étudier, à prier, à réfléchir et à méditer. Comment Jésus était-Il, mentalement et spirituellement, sur la terre ? Quels sont les principes qui ont guidé Son comportement physique ?

La mentalité de Jésus

Les principes qui ont guidé la façon de vivre du Christ se trouvent dans les Écritures. Jésus a déclaré : « J’ai gardé les commandements de mon Père », et Il enseigna que nous devrions faire de même (Jean 15 :10). Il comprenait pleinement que les commandements avaient pour but d’encourager les êtres humains à faire le bien. Moïse n’avait-il pas écrit, plus de 1400 ans auparavant : « Observe ses lois et ses commandements […]afin que tu sois heureux […] et que tu prolonges désormais tes jours » (Deutéronome 4 :40 ; 5 :29).

Les Écritures déclarent que Jésus n’a jamais commis de péché (Hébreux 4 :15). Le péché est la transgression de la loi (1 Jean 3 :4). Jésus savait que l’obéissance aux lois divines procure la santé, une longue vie, et prévient les maladies (Exode 15 :26 ; Deutéronome 28 :2-4). En tant que Fils de Dieu, Il avait une parfaite connaissance de la Création ; Il savait que le corps humain, comme l’univers, est régi par des lois physiques. La violation de ces lois amène des problèmes physiques – y compris la maladie et la mort prématurée.

Jésus a mené une vie physiquement active, pour que nous ayons un exemple à suivre. Il connaissait ce que la science moderne a confirmé récemment, après des milliers d’études : l’exercice est un besoin corporel, et ceux qui n’en font pas transgressent, en fait, les lois physiques établies par Dieu. Le style de vie choisi par le Sauveur de l’humanité n’était pas arbitraire ou accidentel. Mais, pourquoi a-t-Il vécu de cette façon ?

Les bienfaits d’une vie active

Il y a plusieurs raisons évidentes d’être physiquement actif. Pour suivre l’obéissance qu’Il a prêchée, Jésus a donné à Son corps physique l’exercice qui lui était nécessaire, afin de fonctionner sainement. Ainsi, Il a laissé un modèle positif et productif à tous ceux qu’Il a côtoyés. Il avait une endurance physique, qui L’aida à entretenir l’acuité mentale dont Il avait besoin pour exécuter Son ministère de trois ans et faire face à la persécution.

Jésus a destiné Ses disciples à être « la lumière du monde ». Mais ils devaient premièrement faire, personnellement, l’expérience (spirituelle et physique) de la façon de vivre qu’Il avait défendue par Son exemple et par Ses enseignements (Matthieu 5:14). Il savait que la validité de Ses enseignements serait dans les « fruits », ou les résultats produits par ceux qui ont choisi de Le suivre. Dans ces circonstances, la bonne santé et la forme physique peuvent être, pour la plupart des gens, un dérivé du style de vie chrétien.

Les recherches modernes montrent que les bienfaits d’une activité physique sont extrêmement importants pour toutes les catégories d’âge. Chez l’enfant et l’adolescent, l’activité physique développe la force musculaire, une meilleure coordination, plus de confiance en soi et de meilleurs résultats scolaires (Tufts University Diet & Nutrition Newsletter, octobre 1991). Elle réduit aussi les problèmes d’obésité et les comportements suicidaires tels la consommation de tabac ou de stupéfiants (Journal of School Health, décembre 1995). Chez l’adulte, elle diminue les risques de maladie. Elle renforce le système immunitaire, elle réduit le nombre et la durée des rhumes ; la tension artérielle est moins basse, le mental est plus positif et les blessures guérissent plus vite.

Les personnes âgées qui commencent à faire de l’exercice, ou qui se maintiennent physiquement actives réduisent les risques d’ostéoporose, de diabète, de maladies cardiovasculaires et de cancer. Elles souffrent moins de la dépression et elles ont moins besoin d’assistance médicale. Leur espérance de vie augmente, et leur qualité générale de vie s’améliore (Geriatrics, mai 1993). L’activité physique accroît la vigueur et la coordination, qui permettent aux personnes âgées de marcher plus vite et de monter plus facilement les escaliers. Elle réduit la crainte de tomber et de se casser des os, et renforce le sentiment d’indépendance (Tufts University Diet & Nutrition Newsletter, septembre 1994). L’activité physique semble ralentir le processus normal du vieillissement. Même des personnes invalides, confinées dans un lit ou dans un fauteuil roulant, se sentent mieux si elles sont impliquées dans un programme d’exercice.

L’un des aspects les plus curieux d’une activité physique est son effet sur le cerveau. On a aussi observé que les gens qui ont une activité physique, active, sont plus stables mentalement ; ils gèrent plus efficacement le stress, ils montrent de meilleures capacités mentales (créativité, mémoire, mathématiques, organisation et raisonnement logique), et ils sont moins sujets à la dépression. Ceci semble être en rapport avec une meilleure oxygénation du cerveau par l’exercice, et une transmission plus rapide des impulsions nerveuses (Health, mars 1983 ; An Invitation to Health, 1992, p. 172-174).

Les mollassons paient le prix

Alors que beaucoup de prétendus chrétiens ont choisi de rejeter l’exemple du Christ, en ce qui concerne l’observance du sabbat et des Jours saints (Luc 4 :16 ; Jean 7 :8-10), la plupart des gens dans les nations occidentales industrialisées ont choisi également de ne pas suivre le style de vie physiquement actif de Jésus. Des estimations indiquent que 80 à 90% des gens, dans ces pays, n’ont pas une activité physique suffisamment adéquate, et que 25% ou plus mènent une vie essentiellement sédentaire (Time, 7 octobre 1983).

En Amérique, les entreprises dépensent plus de cent milliards de dollars par an, pour leurs employés, en soins médicaux qui pourraient être évités. Les hommes et les femmes inactifs ont un taux de mortalité quatre à cinq fois plus élevé que leurs collègues actifs. Une récente étude a montré que ceux qui ne faisaient de l’exercice qu’une fois par semaine avaient sept fois plus de chance de mourir subitement, que ceux qui en faisaient au moins cinq fois par semaine (The Arizona Republic, 9 novembre 2000). Dans les pays développés, le manque d’activité physique, régulière, est une raison importante des décès causés par les maladies cardiovasculaires et le diabète.

Les individus inactifs ont tendance à faire de l’hypertension, à être obèses, et sont sujets au diabète et aux effets de l’ostéoporose. Chaque année, plus de deux cent mille personnes âgées sont hospitalisées en Amérique, pour des fractures de la hanche ; un coût d’environ sept milliards de dollars en soins médicaux (Atlanta Journal & Constitution, 12 juin 1990). Les personnes âgées qui ne font pas d’exercice perdent en masse musculaire et en vigueur, en coordination neuromusculaire, en capacités mentales et en sentiment d’indépendance qu’elles pourraient conserver si elles pratiquaient une activité physique, régulièrement (Tuft Newsletter, septembre 1994).

Les enfants sont peut-être les victimes les plus malchanceuses de notre société inactive. Depuis les années 60, les enfants sont devenus plus gros, et leur forme physique s’est détériorée. Les estimations indiquent que 20 à 30% sont trop gros, la moitié ne font pas assez d’exercice pour développer un cœur et des poumons en bonne santé, et plus de 90% ont au moins un risque majeur d’avoir une maladie de cœur (An Invitation to Health, 1992, p. 155). La télévision, les jeux vidéo et les mauvais exemples des parents – tous liés à l’inactivité – semblent être les premiers facteurs qui y contribuent (New Scientist, 23 avril 1994).

On est loin de la « vie abondante » que Jésus avait envisagée pour l’humanité. Cependant, c’est le « résultat » de ne pas avoir « suivi les traces » du Sauveur de l’humanité. Nous récoltons ce que nous semons (Galates 6 :7).

Changement de direction

Au cours des dernières années du 20ème siècle, des efforts importants ont été faits pour mettre un frein à cette épidémie d’inactivité. Il y a de plus en plus de gens qui marchent, courent, nagent, font du vélo et qui s’inscrivent dans des classes d’exercice. Les sociétés développent des programmes de promotion de la santé pour les employés. Certaines ont même proposé que le gouvernement américain fasse des campagnes de sensibilisation (comme pour l’alcool et le tabac), déclarant : « Le manque d’activité physique est nuisible à votre santé » (USA Today, 5 février 1996). Le but est d’encourager un changement d’attitude, d’habitude et de coutume, pour ensuite profiter des bienfaits qu’apporte une activité physique régulière.

En termes bibliques, ce changement de direction est appelé repentance. C’était, et c’est, un aspect important du message du Christ (Marc 1 :14-15 ; Luc 13 :1-5). L’apôtre Pierre a encouragé une foule de quelque 3000 personnes à « se repentir » et à « se sauver de cette génération perverse [qui s’éloigne contre l’évidence de ce qui est bon] » (Actes 2 :38, 40). Bien que Pierre ait parlé en termes spirituels – de la repentance spirituelle – nous voyons que les ramifications physiques de ce défi s’appliquent aussi à notre vie physique.

Cependant, la véritable repentance – le véritable changement – nécessite plus qu’une simple prise de conscience momentanée et qu’un espoir de faire mieux. Dans la Bible, le mot « se repentir » (du grec metanoeo) signifie se détourner en regrettant vraiment une mauvaise action commise (la violation des lois de Dieu), et modifier complètement sa voie ! Cela ne demande pas de changer seulement notre esprit, mais aussi de changer nos actions – en développant de nouvelles attitudes, perspectives, habitudes et un changement de comportement (Romains 6 :4-6). Si nous désirons sérieusement marcher en toute chose sur les traces de Jésus-Christ, et faire l’expérience de la vie abondante dont Il a parlé, nous devons changer notre façon de penser, nos croyances et notre façon de vivre au quotidien – y compris notre style de vie physique !

Le chemin à suivre

Il n’est pas facile de changer notre attitude et nos habitudes ! Nos pensées et notre comportement sont ancrés, et résistent aux changements ! Cependant, il est plus facile lorsque nous voyons les dangers qu’il y a de persister dans nos anciennes habitudes, et de comprendre les bienfaits résultant d’un changement de comportement.

La motivation de base est importante si nous désirons avoir un changement durable. Nous pouvons faire de l’exercice pour améliorer notre santé physique, notre apparence ou nos qualités, mais ce ne sont là que des raisons physiques. La réalité est affligeante, car beaucoup de gens savent qu’ils devraient faire de l’exercice, mais peu en font réellement ! Il nous faut une motivation beaucoup plus forte pour que les changements soient durables. C’est ici où les valeurs religieuses entrent en scène. Lorsque les raisons religieuses sont associées aux raisons physiques, le changement devient réel, parce que nous agissons sur le fondement de nos croyances – sur ce qui est vrai ou faux, bien ou mal – qui fait que nous glorifions Dieu ou non !

Jésus le savait ! Il savait comment travaille l’esprit humain. Ce n’est pas un hasard s’Il a demandé à Ses disciples de « suivre » Ses pas et de « marcher » comme Il a marché. L’apôtre Paul a dit aux Corinthiens : « Votre corps est le temple du Saint-Esprit […]Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu » (1 Corinthiens 6 :19-20). Nous sommes responsables, en tant que chrétiens, de prendre soin du corps que Dieu nous a donné. Ce facteur devrait stimuler notre motivation !

Dans une lettre à Timothée, l’apôtre Paul déclare que la croissance spirituelle est plus importante : « L’exercice corporel est utile à peu de chose » (1 Timothée 4 :8). C’est exactement ce que comprend la science moderne sur les bienfaits de l’exercice physique ; ils sont importants, mais temporaires ; ils ne durent pas longtemps ! Pour un résultat optimal, l’activité physique doit se faire régulièrement – une fois par mois ou par an n’est pas suffisant ! Cela requiert de la discipline. Par ailleurs, Paul fait remarquer que celui qui désire marcher sur les traces du Christ doit d’abord discipliner son esprit et son corps, pour obtenir les récompenses que Jésus a promises (1 Corinthiens 9 :24-27 ; Hébreux 12 :11). L’exercice profite au corps durant la vie physique. La discipline requise pour l’exercice forme notre caractère, qui durera pour l’éternité ! Le véritable christianisme n’est pas un sport de spectateur ! C’est une façon de vivre, active et stimulante, qui nécessite croissance et changement ; nous devons vaincre nos anciennes attitudes, nos habitudes, et les remplacer par des nouvelles. La Bible demande de les vaincre (Apocalypse 2 :26 ; 3 :12). Vaincre est aussi important dans le domaine physique que dans le domaine spirituel ! C’est aussi la base de notre récompense future dans le Royaume de Dieu (Apocalypse 2 :7, 11, 17, 26 ; 3 :5, 12, 21).

Faire régulièrement un peu d’exercice est mieux que de ne rien faire du tout ! Si vous ne pouvez pas commencer avec 30 minutes par jour, essayez de faire dix minutes trois fois par jour. Au lieu de faire une pause café, faites une courte promenade – sortez de votre bureau, traversez le couloir, descendez les escaliers, faites le tour de l’immeuble, remontez les escaliers et rentrez dans votre bureau. Vous vous sentirez mieux ; vous aurez brûlé des calories, et vous fortifierez votre cœur, vos poumons, vos os et vos muscles. Faites de l’exercice avec un ami ou avec votre animal domestique. Ou faites-le en famille. Montrez l’exemple à vos enfants et à vos petits-enfants. Encouragez-les à continuer – et montrez-leur le chemin à suivre ! Une activité physique régulière changera votre vie – votre forme physique, votre façon de penser et de voir !

Jésus-Christ est venu sur cette terre pour montrer le chemin d’une vie plus abondante – pas seulement pour cette vie physique, mais aussi pour le Royaume de Dieu à venir (Jean 10 :10). La mission de Jésus, lors de Son premier Avènement, était d’appeler et de préparer un petit groupe de disciples (Jean 17 :6-19). En suivant Son exemple, Ses disciples devaient finir par « craindre la parole de Dieu » (Ésaïe 66 :2) – par comprendre et apprécier pleinement les Écritures. En appliquant cette nouvelle façon de vivre, ils croîtraient dans la perfection (la maturité spirituelle), que Dieu désire pour toute l’humanité (Genèse 17 :1 ; Matthieu 5 :48).

Ceux qui comprennent l’importance de vivre selon les lois physiques et spirituelles, partageront ensuite la connaissance de ce style de vie active avec le reste de l’humanité. En tant qu’enseignants dans le Royaume de Dieu à venir, ils montreront la véritable façon de vivre (Ésaïe 30 :20-21). Les saints – les futurs fils et filles de Dieu, qui régneront sur cette terre avec Jésus-Christ (Apocalypse 5 :10) – montreront à des millions d’êtres humains, confus et séduits, comment marcher sur les traces de Jésus-Christ. Ces gens-là seront des enseignants efficaces, parce qu’ils auront d’abord appris eux-mêmes comment vivre.

L’activité physique régulière était importante dans le mode de vie de Jésus-Christ. Elle est absolument nécessaire à notre corps pour fonctionner correctement, et pour être un « temple » de l’Esprit de Dieu. Les lois physiques et spirituelles de Dieu font partie de « tout le conseil de Dieu » (Actes 20 :27). Marcher sur les traces du Christ est réellement avantageux. C’est une partie de l’Évangile – de la bonne nouvelle que Jésus a apportée sur cette terre, tant par Son exemple que par Ses enseignements ! Vous pouvez vous préparer à jouer un rôle significatif, et à entrevoir un avenir sensationnel dans le Royaume de Dieu à venir, si vous commencez maintenant à marcher sur les traces du Christ. Physiquement et spirituellement ! Si vous souhaitez découvrir plus en détails cet avenir passionnant, lisez notre brochure intitulée Votre ultime destinée.

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +