Année 2009   Novembre-Décembre Afficher en grands caractères

Le siècle de la Chine ?

par Roderick C. Meredith

Il y a seize ans, lorsque le financier Philip Schaefer organisa une conférence d’investisseurs intitulée « Le siècle de la Chine : De Wall Street à la Grande Muraille », peu de gens avaient compris que le terme « le siècle de la Chine » décrivait l’ascension de cette mystérieuse nation au rang de superpuissance mondiale.

De nos jours, alors que les Etats-Unis déclinent rapidement et que de nombreux investisseurs, comme Warren Buffet, proclament ouvertement que le 21ème siècle est le « siècle de la Chine », davantage de gens commencent à prêter attention. Les efforts de la Chine pour dominer l’Occident, au plan économique et militaire, seront-ils suffisants pour dominer le monde, de la même manière que les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont dominé le siècle dernier ? Ce 21ème siècle sera-t-il le « siècle de la Chine » ?

Avec une population estimée à 1,3 milliard d’habitants, la Chine est le pays le plus peuplé du monde. Elle a davantage de réserves financières, et de loin, que n’importe quelle autre nation – une réserve estimée à 2100 milliardsde dollars ! Ses forces navales et militaires sont en constante augmentation. Les sinologues ont noté que les projets de la nation allient délibérément la croissance économique et la puissance militaire. Avec une croissance moyenne de 9% l’an, au cours des vingt dernières années, la Chine a décuplé son produit intérieur brut (PIB) et a multiplié par vingt-et-un ses dépenses militaires. Lentement, mais sûrement, la Chine fait évoluer ses forces armées en puissance militaire capable d’agir sur tout le spectre des opérations, n’importe où sur la planète.

Dans un article paru il y a quelques mois dans le Wall Street Journal, le journaliste Willy Lam rapportait : « La Chine a récemment annoncé que son PIB avait augmenté de plus de 7,1% pour le premier semestre de l’année en cours et qu’elle s’emparera ainsi, à la fin de l’année, du rang de deuxième puissance économique mondiale au détriment du Japon. Mais le temps des célébrations n’est pas encore venu. Les paysans et les travailleurs migrants, qui représentent 65% des 1,3 milliard de Chinois, ne bénéficient pas de cette croissance. Celle-ci profite principalement au gouvernement central. L’année dernière, Pékin a collecté plus de 6000 milliards de yuans (878 milliards de dollars) de taxes et d’impôts, une hausse impressionnante de 4000 milliards de yuans en cinq ans. Depuis le début du [21ème] siècle, les revenus du trésor public à Pékin ont augmenté de 22% l’an en moyenne, plus du double de sa croissance moyenne de 10% du PIB au cours des deux dernières décennies » (“Rich Chine, Poor Peasants”, 24 juillet 2009. C’est nous qui traduisons tout au long de cet article).

La Chine est donc en train de devenir la deuxième puissance économique mondiale – seulement devancée par les Etats-Unis d’Amérique. Un autre article du Wall Street Journal rapporte : « Le Pentagone considère la Chine comme étant le seul pays capable, dans un proche avenir, de concurrencer la puissance militaire américaine à l’échelle mondiale […] L’amiral Wu Shengli, commandant en chef de la marine chinoise – officiellement connue sous le nom de marine de l’Armée populaire de Libération – a déclaré que son corps d’armée allait accélérer la modernisation de son arsenal, et lancer la construction de navires plus grands et plus fonctionnels afin “d’augmenter les capacités de combat dans les guerres maritimes régionales”, en utilisant des armes de haute technologie. Lors d’un entretien avec l’agence de presse officielle Xinhua, pour le soixantième anniversaire la marine chinoise qui sera célébré la semaine prochaine, cet officier a déclaré que la marine allait aussi accroître ses capacités d’intervention en haute mer. Ces derniers mois, d’autres représentants officiels ont mentionné le projet de construction du premier porte-avions chinois, augmentant encore les craintes des U.S.A. à l’égard du projet de croissance [militaire] de la Chine » (“China, Friend or Foe ?”, 18 avril 2009).

Cependant, il est important de comprendre que pendant de nombreuses décennies, les Chinois eux-mêmes se considéraient comme des perdants sur la scène mondiale – une situation plutôt embarrassante pour une nation qui valorise son passé de grande puissance mondiale. Malgré sa splendeur passée, la nation chinoise a été freinée pendant des siècles par des gouvernements impuissants et des efforts désordonnés. La Chine se retrouvait constamment dominée par les Américains ou les Britanniques. C’est alors que la révolution communiste a commencé – et brusquement, des millions de Chinois ont commencé à être fiers de leur propre gouvernement, chose qu’ils n’avaient plus connue depuis longtemps. Assurément, le communisme n’est pas la réponse aux problèmes de l’humanité. Néanmoins, il donna une raison d’être à des millions de Chinois et, graduellement, la nation commença à prendre confiance en elle-même. Lentement, elle commença à acquérir une prospérité matérielle et une puissance militaire qu’elle n’avait plus connues depuis des lustres. Il est logique de penser qu’une telle nation souhaitera dominer à nouveau l’Asie du sud-est.

De nombreuses personnes surveillent cette situation de près. Jim Rogers, un célèbre financier américain, a récemment quitté les Etats-Unis pour déménager à Singapour avec sa famille, déclarant qu’il souhaitait se rapprocher de l’épicentre de la « véritable action » du système économique mondial à venir. Rogers est célèbre pour avoir répondu en interview que ses filles ont appris le chinois (le mandarin) afin d’être préparées à l’avenir ! Quels sont ses arguments ? Voici ce qu’il a récemment déclaré au magazine TIME : « Historiquement, le centre du monde s’est toujours déplacé là où se trouvaient les capitaux, là où se trouvaient les actifs. Vous ne trouverez jamais une période de l’histoire où les choses se sont regroupées autour des emprunteurs, or l’Amérique est la nation la plus endettée de l’histoire. A moins d’un changement radical, à moins que le monde change extrêmement rapidement, le centre d’influence, le centre de la puissance, le centre du monde se dé­­­­place rapidement vers l’Asie, car c’est là où se trouve l’argent. Avez-vous déjà entendu quelqu’un dire : “Allons nous installer là où se trouvent les emprunteurs ?” Les choses ne se sont jamais passées ainsi » (“Q&A : Investment Guru Jim Rogers”, 28 avril 2009).

Rogers voit-il juste ? Ou y aura-t-il un changement extrêmement soudain ? La véritable question est : Quelle sera l’issue de tout cela ? Que se passera-t-il vraiment ? Que nous dit la parole inspirée de Dieu à ce sujet ?

La révélation de Dieu

A plusieurs reprises dans la Bible, Dieu indique clairement qu’Il contrôle les grands événements mondiaux. Dans le livre de Daniel, nous lisons que le roi Nebucadnetsar fut déchu de sa puissance pendant sept ans, et qu’il mangeait de l’herbe comme les bœufs, afin d’apprendre une leçon. Quelle était cette leçon ? Dieu donne la réponse : « Sept temps passeront sur toi, jusqu’à ce que tu saches que le Très-Haut domine sur le règne des hommes et qu’il le donne à qui il lui plaît » (Daniel 4 :32). Même la majorité des prétendus chrétiens ne comprend pas la réalité de l’autorité suprême et de l’existence réelle de Dieu. Mais ils commenceront à comprendre cela, pendant cette génération – lorsque Dieu commencera à intervenir dans les affaires humaines plus que jamais auparavant. La parole inspirée de Dieu nous dit encore : « L’Eternel renverse les desseins des nations, il anéantit les projets des peuples ; les desseins de l’Eternel subsistent à toujours, et les projets de son cœur, de génération en génération » (Psaume 33 :10-11).

Bien que la Chine devienne – et continuera à devenir – une des nations les plus puissantes et les plus influentes du monde, la Bible révèle clairement qu’elle ne sera pas la plus grande menace pour l’Amérique. Et le 21ème siècle ne sera pas le « siècle de la Chine ».

Au contraire, la parole inspirée de Dieu nous dit qu’un puissant empire s’élèvera en Europe – un empire qui dominera le monde entier au niveau économique et commercial. Et, si nous laissons la Bible s’interpréter d’elle-même, nous n’avons pas besoin de « deviner » où se trouve cette puissance et d’où elle émergera.

Presque tous les lecteurs attentifs de la Bible savent que le Dieu tout-puissant a révélé, par l’intermédiaire de Daniel, une série de quatre royaumes qui émergeront sur la scène mondiale – le quatrième royaume sera finalement détruit par un « cinquième royaume » qui sera le gouvernement littéral de Dieu, sous Jésus-Christ (Daniel 2 :36-45). En décrivant ce « cinquième royaume », la parole de Dieu nous dit : « Dans le temps de ces rois, le Dieu des cieux suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit, et qui ne passera point sous la domination d’un autre peuple ; il brisera et détruira tous ces royaumes-là, et lui-même subsistera éternellement » (verset 44). En combinant les descriptions des quatre empires dominants, données dans Daniel 2 et Daniel 7, il est clair que la « quatrième bête » est l’Empire romain. Dieu reprend l’histoire dans Apocalypse 13 où nous avons une description des « survivances » de l’Empire romain depuis le Moyen Age. Bien que l’Empire romain originel se soit effondré en 476 apr. J.-C. avec la « blessure mortelle », cette blessure fut « guérie » par Justinien, avec la restauration du Saint Empire Romain, en 554 apr. J.-C. – qui sera suivie de six autres restaurations (Apocalypse 13 :3).

Plus loin, Jean décrit cet empire : « Et ils adorèrent le dragon, parce qu’il avait donné l’autorité à la bête ; ils adorèrent la bête, en disant : Qui est semblable à la bête, et qui peut combattre contre elle ? Et il lui fut donné une bouche qui proférait des paroles arrogantes et des blasphèmes ; il lui fut donné le pouvoir d’agir pendant quarante-deux mois. Et elle ouvrit sa bouche pour proférer des blasphèmes contre Dieu, pour blasphémer son nom, son tabernacle, et ceux qui habitent dans le ciel. Il lui fut donné de faire la guerre aux saints, et de les vaincre. Il lui fut donné autorité sur toute tribu, tout peuple, toute langue, et toute nation » (Apocalypse 13 :4-7). Cet empire est extrêmement puissant, et – sous l’influence de la papauté – il a persécuté les saints de Dieu de manière horrible et il a presque détruit l’Eglise de Dieu pendant le Moyen Age.

Plus loin dans la vision, Jean vit « monter de la terre une autre bête » (verset 11). Cette bête ressemblait à un « agneau » – et Jésus-Christ est décrit comme un Agneau à travers la Bible. Cependant cette bête « parlait comme un dragon ». Le terme « dragon », utilisé dans ce verset, se retrouve à travers tout le livre de l’Apocalypse pour décrire Satan le diable qui « séduit toute la terre » (Apocalypse 12 :9).

La « seconde bête », décrite dans Apocalypse 13 :11-18, représente clairement une grandepuissance religieuse qui séduit toute l’humanité. Cette puissance réalisera aussi de grands miracles vers la fin de cette ère. « Elle opérait de grands prodiges, jusqu’à faire descendre du feu du ciel sur la terre, à la vue des hommes. Et elle séduisait les habitants de la terre par les prodiges qu’il lui était donné d’opérer en présence de la bête, disant aux habitants de la terre de faire une image de la bête qui avait été blessée par l’épée et qui vivait » (versets 13-14).

Les débuts de cette puissance politico-religieuse sont actuellement en cours sur le continent européen. Dans un premier temps, cette puissance semblera « faire le bien », mais en fin de compte, elle s’emparera de la puissance religieuse, économique et politique dans le monde occidental. Cette suprématie commerciale et financière s’étendra sur toute la terre.

Apocalypse 18 décrit cette puissance – en la comparant à une « Babylone » moderne. La parole de Dieu déclare que « toutes les nations ont bu du vin de la fureur de sa débauche, que les rois de la terre se sont livrés avec elle à la débauche, et que les marchands de la terre se sont enrichis par la puissance de son luxe » (Apocalypse 18 :3).

Dieu décrit finalement la chute de ce système, quand les « marchands de la terre pleurent et sont dans le deuil à cause d’elle, parce que personne n’achète plus leur cargaison » (Apocalypse 18 :11). La parole de Dieu déclare encore : « Et tous les pilotes, tous ceux qui naviguent vers ce lieu, les marins, et tous ceux qui exploitent la mer, se tenaient éloignés, et ils s’écriaient, en voyant la fumée de son embrasement : Quelle ville était semblable à la grande ville ? » (versets 17-18). Ainsi, nous verrons cette très grande puissance politique, militaire et commerciale, apparaître sur terre aux temps de la fin – une puissance qui sera dominée et influencée par un faux système religieux : « Et l’on a trouvé chez elle le sang des prophètes, des saints, et de tous ceux qui ont été égorgés sur la terre » (verset 24).

A qui appartiendra ce siècle ?

Non, en fin de compte, le 21ème siècle ne sera pas le « siècle de la Chine » comme de nombreux politiciens et économistes l’annoncent. Et malgré la brève ascension de l’Europe dans les années à venir, ce ne sera pas non plus le « siècle de l’Europe ». La parole de Dieu nous répond clairement : Jésus-Christ reviendra bientôt et ce sera le siècle de Jésus-Christ !

Juste après avoir décrit la destruction totale de l’empire de la dernière « bête », la parole de Dieu nous dit : « Après cela, j’entendis dans le ciel comme la voix forte d’une foule nombreuse qui disait : Alléluia ! Le salut, la gloire, et la puissance sont à notre Dieu » (Apocalypse 19 :1). Et à partir du verset 11, Dieu nous dit, par l’intermédiaire de Jean : « Puis je vis le ciel ouvert, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait s’appelle Fidèle et Véritable, et il juge et combat avec justice. Ses yeux étaient comme une flamme de feu ; sur sa tête étaient plusieurs diadèmes ; il avait un nom écrit, que personne ne connaît, si ce n’est lui-même ; et il était revêtu d’un vêtement teint de sang. Son nom est la Parole de Dieu. Les armées qui sont dans le ciel le suivaient sur des chevaux blancs, revêtues d’un fin lin, blanc, pur. De sa bouche sortait une épée aiguë, pour frapper les nations ; il les paîtra avec une verge de fer ; et il foulera la cuve du vin de l’ardente colère du Dieu tout-puissant. Il avait sur son vêtement et sur sa cuisse un nom écrit : Roi des rois et Seigneur des seigneurs » (versets 11-16).

Quandcela se produira-t-il ? Cela arrivera au retour imminent du « Roi des rois » – le Monarque suprême, Jésus-Christ, qui descendra des cieux dans une gloire éclatante ! Puis, la « dernière trompette » sonnera et des voix d’ange proclameront : « Le royaume du monde est remis à notre Seigneur et à son Christ ; et il régneraaux siècles des siècles » (Apocalypse 11 :15).

A travers la Bible, Dieu nous indique clairement que nous devons « surveiller » l’accomplissement des prophéties qu’Il a inspirées. Lui, et Lui seul, connaît la fin depuis le commencement. Dans l’exposé des prophéties des temps de la fin, la Bible ne fait aucune mention d’une force navale chinoise – par contre, comment une armée terrestre de deux cent millions d’hommes, venue de l’Orient (Apocalypse 9 :16) pourrait-elle être constituée sans la participation de la Chine ? Le fait de connaître les prophéties bibliques nous permet de surveiller la construction de la Chine avec des informations que les observateurs politiques, à travers le monde, ne possèdent pas !

Alors que le monde a les yeux braqués sur la Chine, les lecteurs de la parole de Dieu savent que la « véritable action » aura lieu en Europe et au Moyen-Orient. Dix nations, ou groupe de nations, s’allieront sous l’autorité d’un dictateur suprême, que la Bible appelle la « bête ». Un « roi du sud », c’est-à-dire au sud de Jérusalem – une région où se trouvent les pays arabes musulmans – engagera ses forces dans un terrible conflit avec cette puissante « bête » européenne, et cela marquera le début d’une dernière série de guerres aux temps de la fin, qui s’achèveront avec le retour de Jésus-Christ !

Oui, il se passera plusieurs années avant que tout cela ne se réalise. Mais, alors que nous attendons et que nous surveillons tout cela, nous devons rester attentifs au grand plan que le Dieu tout-puissant est en train d’exécuter ici-bas – en enseignant aux êtres humains que nos voies n’apportent pas la paix. La race humaine n’est pas capable de se gouverner seule. La seule solution aux angoisses et aux souffrances, qui ne cessent d’augmenter dans tous les pays, est un gouvernement mondial spirituel, sous l’autorité de Jésus-Christ.

En vérité, chacun de nous devrait obéir, de tout son cœur et le plus rapidement possible, à cette instruction de Jésus-Christ : « Veillez donc et priez en tout temps, afin que vous ayez la force d’échapper à toutes ces choses qui arriveront, et de paraître debout devant le Fils de l’homme » (Luc 21 :36).

Les cieux sur la terre ?

Un des anciens noms de la Chine était Tian Chao – signifiant littéralement « l’Empire céleste ». Cependant, pour de nombreux Chinois, la réalité de la vie a souvent été éloignée des « cieux ». A plusieurs reprises, dans l’histoire chinoise, on a vu naître l’espoir de créer ces cieux sur terre, attendus depuis longtemps. Quelles leçons pouvons-nous en tirer ?

En août 1851, après s’être autoproclamé dirigeant suprême de ce qu’il appela Taiping Tien-Quo – le Royaume céleste de la Grande Paix – Hong Xiuquan, un Chinois qui avait échoué au concours d’entrée de la fonction publique, lança une campagne militaire qui lui permit de contrôler de grandes régions au centre et au sud de la Chine. En mars 1853, les forces de Hong capturèrent la grande ville de Nankin et en firent leur capitale. A partir de cette ville, la « rébellion Taiping » repoussa les attaques de la dynastie Qing, jusqu’à sa chute sous les forces Qing en 1864, peu après la mort de Hong.

Hong remplaça l’ancien système d’examens, basé sur les écrits de Confucius, par un système basé sur la Bible. Il interdit l’esclavage, la prostitution et les jeux d’argent, ainsi que la consommation d’opium, d’alcool et de tabac. Il abolit le droit à la propriété privée en déclarant que l’ensemble du territoire appartenait à l’Etat. Enfin, il prêcha un amalgame d’idées bibliques et hérétiques, déclarant aussi sa divinité – il disait être le jeune frère de Jésus-Christ.

Quel fut le résultat de la vision utopique de Hong ? En moins de vingt ans, son armée de plus d’un million de soldats, engagée dans des combats sanglants, fut responsable de la mort de plus de vingt millions de soldats et de civils chinois.

Quand les rebelles de l’Armée populaire prirent le contrôle de la Chine en 1949, l’athéisme de l’Etat mit un terme à l’idée de divinité des empereurs. Mais l’ancien désir d’instaurer les « cieux sur terre » continua d’exister. A partir du Grand Bond en Avant (1958-1961), puis pendant la Révolution culturelle (1966-1976), le dirigeant communiste Mao Tsé-toung encouragea des politiques qui allaient, de son point de vue, revigorer l’économie de la Chine, mais elles conduisirent, au contraire, à la famine et plus tard à la généralisation des assassinats politiques – causant finalement la mort de trente millions de Chinois !

Les tentatives de la Chine de créer les « cieux sur terre » n’ont pas connu plus de réussite que les tentatives des utopistes et des dictateurs en Europe, en Amérique et ailleurs dans le monde. L’aspiration à un royaume céleste est universelle, mais personne n’a réussi à atteindre cet objectif.

Cependant, il existera bientôt une époque où les êtres humains connaîtront réellement les « cieux sur la terre ». Au retour de Jésus-Christ, le Royaume des cieux sera établi sur terre pour une période de mille ans (Apocalypse 20 :4-6), et le « Siège central » physique de ce Royaume sera établi à Jérusalem, où Jésus-Christ siègera sur Son trône. Notez que ce sera le Royaume des cieux, et pas un Royaume « dans » les cieux. A la fin de cette période (aussi appelée le “Millénium”), Dieu convoquera le Jugement du Grand Trône Blanc (Apocalypse 20 :11-15) et tous ceux qui ont vécu et sont morts, sans que leur esprit ait été ouvert pour comprendre le véritable Evangile, auront leur première (et unique) opportunité de salut. Après cela, chaque être humain sera ressuscité à la vie éternelle, ou condamné à la mort éternelle s’il décide de se rebeller contre Dieu.

Finalement, après le Millénium et le Jugement du Grand Trône Blanc, la « Nouvelle Jérusalem » descendra sur la terre qui aura été régénérée (Apocalypse 21 :2) et qui deviendra le « Siège central » de Dieu, d’où sera administré l’univers entier. Que Dieu hâte ce jour !

– William Bowmer

Revues
Années :
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Google+ Suivez-nous sur YouTube