Pourquoi Satan est-il le “dieu de ce siècle” ?

Commenter cet article

Si Dieu est tout-puissant, pourquoi permet-Il à Satan d’être le « dieu de ce siècle » (2 Corinthiens 4 :4) ?


Les Écritures révèlent que le diable – Satan – est actuellement en charge de la planète Terre. Même Jésus-Christ, peu avant Son arrestation et Sa crucifixion, a reconnu l’autorité de Satan : « Je ne parlerai plus guère avec vous ; car le prince du monde vient. Il n’a rien en moi » (Jean 14 :30).

Comment le diable exerce-t-il son règne ? Il influence les événements mondiaux en injectant ses idées mauvaises dans l’esprit des êtres humains, comme un émetteur de télévision diffuse ses ondes qui seront captées dans les foyers. Cette analogie nous aide à comprendre pourquoi les Écritures appellent Satan « le prince de la puissance de l’air, de l’esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion. Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres » (Ephésiens 2 :2-3).

Y a-t-il toujours eu un Satan ? Non ! Dieu a créé un archange puissant et magnifique appelé Lucifer, qui – avec Michel et Gabriel – servait devant le trône de Dieu, dans les cieux. Pourquoi donc Lucifer (mot latin signifiant “porteur de lumière, étoile du matin”) trébucha-t-il pour devenir Satan (mot hébreu signifiant “accusateur, adversaire”) ? Vous lirez cela dans Ézéchiel 28 :12-19 et Luc 10 :18.

Lucifer et un tiers des anges (Apocalypse 12 :3-4) se rebellèrent contre leur Créateur, et ils furent chassés de la présence de Dieu (versets 7-8). Manifestement, Lucifer et les anges avec lui avaient reçu pour mission de préparer la terre selon un but précis du plan divin pour l’humanité. Mécontent du rôle que Dieu lui avait attribué, ce puissant archange mena une rébellion manquée contre Dieu le Père et contre la Parole (Luc 10 :18 ; Ésaïe 14 :15).

Satan a manqué sa rébellion, mais il reste au poste que Dieu lui avait confié, et dans lequel il reste encore un instrument dans le plan divin. Voyez-vous, les êtres humains ont passé presque 6000 ans à vivre à leur façon, influencés par un esprit d’égoïsme et de méchanceté venant de Satan. Ils ont écrit par leur propre sang, leur sueur et leurs pleurs l’histoire d’un monde qui vit dans la désobéissance aux voies divines.

La Parole est venue sur la terre, il y a quelques 2000 ans, comme un simple être humain – Jésus-Christ. En vivant Sa vie parfaite – avec toute la puissance du Saint-Esprit – Il a montré qu’avec l’aide divine, les êtres humains pouvaient vivre en obéissant à Dieu, et en rejetant les voies de Satan (Galates 2 :20).

C’est grâce à Jésus-Christ que le règne de Satan sur la terre se terminera bientôt. C’est pour cela que le diable est seulement appelé le dieu de « ce siècle » (ou de “cet âge”, selon certaines versions). Un nouvel âge viendra bientôt, lorsque Jésus-Christ remplacera Satan comme chef de ce monde. Nous appelons cette époque, « le Millénium ». Jésus-Christ, qui est venu sur la terre comme un simple être humain en menant une vie parfaite sans péché, reviendra comme Roi et détrônera Satan de son règne.

Puisque le Millénium n’est pas encore là, que pouvons-nous faire pour échapper aux conséquences néfastes du règne de Satan ? Ceux qui acceptent le sacrifice de Jésus-Christ peuvent, par la puissance du Saint-Esprit, se placer maintenant sous le gouvernement divin, et recevoir la force de résister à l’influence de Satan dans leur vie. « Soumettez-vous donc à Dieu ; résistez au diable, et il fuira loin de vous. Approchez-vous de Dieu, et il s’approchera de vous. Nettoyez vos mains, pécheurs ; purifiez vos cœurs, hommes irrésolus » (Jacques 4 :7-8).

Dieu observe celui qui obéit à Jésus-Christ, et celui qui se soumet au mal. « Car c’est le moment où le jugement va commencer par la maison de Dieu. Or, si c’est par nous qu’il commence, quelle sera la fin de ceux qui n’obéissent pas à l’Évangile de Dieu ? Et si le juste se sauve avec peine, que deviendront l’impie et le pécheur ? » (1 Pierre 4 :17-18).

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +