Quelle Bible utiliser en français ?

Commenter cet article

De nos jours, il existe une centaine de traductions de la Bible en français. Dès lors, comment choisir la « bonne » traduction – celle qui est la plus proche des textes originaux ?


Lire la première partie de cet article : La première Bible en français

La première étape consiste à appliquer un certain nombre de critères afin de restreindre la liste de départ. Ces principaux critères sont : une traduction à partir des textes originaux (hébreu et grec), une traduction intégrale comprenant l’Ancien Testament (AT) et le Nouveau Testament (NT), ainsi qu’une volonté d’effectuer une traduction impartiale. Pour des raisons pratiques, un autre critère est d’utiliser une version facilement trouvable dans le commerce.

Il est important de comprendre qu’il n’existe pas de traduction parfaite. Seuls les textes originaux en hébreu et en grec, rédigés sous l’inspiration divine par les auteurs de la Bible, sont parfaits. Le travail d’un traducteur sera toujours influencé par sa culture, sa religion et son niveau d’éducation, même s’il s’efforce de rester le plus neutre et le plus impartial possible.

En recherchant la (ou les) meilleure(s) traduction(s) de la Bible en français, nous essayons en réalité de trouver le meilleur compromis entre ces critères.

 

Jean-Frédéric Ostervald

En 1744, le pasteur suisse Jean-Frédéric Ostervald publia une révision de la Bible de Genève, elle-même basée sur la Bible d’Olivétan. D’un naturel modeste, Ostervald commença cette révision à l’âge de 80 ans et il ajouta parfois des notes indiquant « la possibilité de versions différentes […] ce qui évite de laisser croire que “la” version d’Ostervald est “la bonne” version » (La Bible en France et dans la francophonie, Frédéric Delforge, page 185).

Le but d’Ostervald n’était pas « de mieux rendre le sens des textes hébreu et grec, mais d’actualiser le vocabulaire et le style. Il remplace “les eaux coies” par “les eaux tranquilles” (Ps 23, 2) » (ibid.).

En 1707, David Martin avait entrepris un travail similaire, mais la révision d’Ostervald connut un succès fulgurant dans le monde francophone grâce à « la réputation de son auteur, pasteur et professeur connu et apprécié » (ibid., page 186).

De nos jours, les révisions de Martin et d’Ostervald sont facilement trouvables en ligne. La version d’Ostervald est également disponible en version papier.

 

John Nelson Darby

À partir du milieu du 19ème siècle, nous assistons à un regain d’intérêt pour la traduction de la Bible à partir des textes originaux. Un des instigateurs de ce mouvement fut John Nelson Darby.

Né à Londres en 1800, Darby renonça à devenir avocat, car il pensait que cela n’était pas compatible avec sa foi et il devint pasteur. Il fut à l’origine du « dispensationalisme » et il popularisa la fausse doctrine de l’enlèvement – pour approfondir ce sujet, lisez notre article « Croyez-vous à “l’enlèvement ?” » (juillet-août 2014). Par contre, dans son travail de traducteur, Darby fit preuve d’une neutralité remarquable.

Maîtrisant l’usage de six langues (anglais, français, allemand, italien, hébreu et grec ancien), Darby traduisit la Bible entière en français et en allemand, ainsi que le NT en anglais. Une première traduction en français du NT fut publiée en 1859 et la Bible complète fut publiée en 1885, trois ans après sa mort.  

Sa traduction « se caractérise par son littéralisme. Quand il le faut, de courtes notes donnent le sens précis de certains mots ou de quelques expressions du texte grec » (Delforge, page 228). « Le traducteur est resté conservateur […] Faite d’après les mêmes principes que la version de Lausanne, [sa traduction] est d’un littéralisme plus habile, plus scientifique et souvent plus heureux » (Histoire de la Bible en France, édition augmentée 1984, Daniel Lortsch et Jules-Marcel Nicole, page 148). Charles Porret, professeur de théologie à l’université de Lausanne, écrivit : « C’est cette traduction qui me paraît répondre le mieux à ce que désirent ceux qui cherchent la reproduction aussi exacte que possible de l’original sans que la langue soit trop sacrifiée » (ibid.).

 

Louis Segond

De père français et de mère suisse, Louis Segond étudia les sciences naturelles, la médecine et la religion. Détenteur d’un doctorat en théologie, il enseigna l’hébreu et l’exégèse de l’AT à Genève et à Strasbourg.

En 1864, la Compagnie des pasteurs de Genève lui demanda d’effectuer une traduction originale de l’AT qu’il acheva en 1871 (publiée en 1874). Une version qui « reste encore le chef, malgré de nombreuses, de trop nombreuses faiblesses de traductions et surtout des amollissements du texte […] on doit reconnaître qu’elle a ouvert une ère nouvelle dans l’histoire des versions françaises » (Lortsch, pages 149-150).

Segond prit ensuite l’initiative de traduire le NT qu’il acheva en 1880, un travail de niveau élevé, mais qui « ne vaut pas [la] traduction de l’Ancien. Elle équivaut à une révision moyenne d’Ostervald » (ibid., page 150). 

Plus tard, son texte fut révisé par une commission d’experts et publié en 1910. Il s’agit de la Bible Segond 1910.

Une autre révision importante fut publiée en 1979 sous le titre de Nouvelle édition de Genève (NEG). La Société biblique de Genève a « apporté un certain nombre de retouches, tenant compte des modifications intervenues sur un plan linguistique » (Préface, NEG, page vii). Cette version est simple à lire avec un français actuel, tout en restant fidèle au travail original de Louis Segond. Sauf mention contraire, il s’agit de la version que nous utilisons dans les publications du Monde de Demain.

Notons aussi la révision dite « à la Colombe » parue en 1978, destinée à redonner une approche plus littérale à cette traduction. Selon Frank Michaeli, docteur en théologie qui a supervisé cette révision, « des modifications sont intervenues dans deux cas : celui où la connaissance actuelle des textes originaux permet une meilleure traduction ; celui où l’évolution de la langue française rend indispensable une nouvelle formulation » (Lortsch, page 249).

 

Les versions simplifiées

Une tendance actuelle est de « simplifier » (parfois à outrance) le langage utilisé dans la Bible. Les principales versions répondant à cette attente sont la Bible en français courant, Parole de Vie et Segond 21. Cette simplification conduit parfois à des imprécisions ou des approximations.

Dans le même ordre d’idée, la version Segond 21 convertit toutes les unités de mesure anciennes afin d’utiliser le système métrique. Cela présente l’avantage d’avoir une idée immédiate des distances et des poids, mais cela peut aussi enlever des informations précieuses. Par exemple, les dimensions de la Nouvelle Jérusalem données en kilomètres font perdre toute la symbolique liée au nombre 12 (cf. Apocalypse 21).

Il s’agit de versions d’études qui peuvent s’avérer utiles pour mieux assimiler le sens d’un verset, mais « ce genre de version doit être complété par des traductions qui permettent au lecteur de savoir exactement ce qu’il y a dans l’original » (Lortsch, page 251).

 

Quelle version choisir ?

Parmi les traductions présentées dans cet article, laquelle est la meilleure : Ostervald, Darby ou Louis Segond ?

Jadis, le directeur de l’Œuvre francophone, Dibar Apartian (1916-2010) prit la décision d’utiliser la Bible Louis Segond dans les publications de l’Église de Dieu, car cette traduction offre l’un des meilleurs compromis entre le texte original et une utilisation agréable du français moderne. Elle possède également un aspect pratique non négligeable : être facilement accessible et diffusée à grande échelle.

Comme je l’ai mentionné en introduction, il n’existe pas de traduction parfaite. Ces trois versions possèdent beaucoup de qualités et peu de défauts, mais il est important de ne pas devenir dogmatique en cherchant à établir une hiérarchie stricte entre les bonnes versions de la Bible. En fait, il est même souhaitable de posséder une version additionnelle à celle de votre choix, afin d’acquérir une compréhension plus précise du texte.

Au-delà d’une bonne traduction, n’oublions pas que le plus important pour les disciples du Christ reste de mettre en pratique ce qu’ils y lisent, car « l’homme [ou la femme] ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu » (Matthieu 4 :4).

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +