Des eaux boueuses

J. Davy Crockett
Commenter cet article

Avez-vous déjà eu une chanson qui vous trotte dans la tête ? Il s’agit parfois d’une mélodie que vous n’avez plus entendue depuis des années et qui vous revient au moment où vous vous y attendiez le moins. Cela m’est arrivé récemment avec une vieille chanson américaine qui parlait de la difficulté du travail : « Je lavais mes mains dans l’eau boueuse. Je lavais mes mains qui restaient sales. J’ai fais comme papa m’a dit, mais il me faudrait une rivière d’eau boueuse. 

Ce refrain plaintif semble décrire une grande frange de la population actuelle, englobant les jeunes comme les personnes âgées. Tellement de gens semblent avoir perdu leurs repères, ils se laissent distraire et entraîner par des habitudes destructives et des valeurs glauques, au point de sembler incapables de faire la différence entre le bien et le mal. La musique, les divertissements, le travail et la politique vont à la dérive, sans savoir ce qui est juste ou mauvais. Les tribunaux sont remplis de plaignants qui cherchent uniquement à récupérer de l’argent ou à obtenir une décision en appel plus favorable. Les prisons sont surpeuplées, si bien que certains criminels bénéficient de sorties anticipées afin de faire de la place pour les nouveaux condamnés.

Malheureusement, les dirigeants politiques, à tous les niveaux de l’administration, ne sont pas en reste. Ils sont impliqués dans des fraudes, des pots-de-vin et toutes sortes de corruption – dont les infidélités conjugales, avec toutes les peines de cœur et les blessures psychiques que cela peut laisser. Même les plus grandes organisations caritatives connaissent des scandales et des malversations. Certaines Églises et les œuvres de bienfaisances qu’elles soutiennent ont connu de terribles scandales, allant jusqu’à des abus sexuels sur des enfants.

Beaucoup de gens dans notre société moderne semblent s’être « lavé les mains dans des eaux boueuses » – car ils sont assurément impropres.

Comment en sommes-nous arrivés à cet effarant état des lieux ? Pourquoi les valeurs morales de base se sont-elles effondrées ? Comment des comportements et des actes, autrefois réprouvés – voire condamnés – sont-ils devenus acceptables pour les êtres humains qui nous entourent ? Pourquoi les eaux de la permissivité des comportements humains sont-elles devenues si boueuses ?

La Bible donne les réponses à ces questions importantes, bien que la plupart des gens n’utilisent jamais cette source pour y trouver des réponses. L’origine de ces problèmes insolubles est la nature humaine. Le prophète Jérémie en donna une perspective claire lorsqu’il écrivit : « Le cœur est tortueux par-dessus tout, et il est méchant : qui peut le connaître ? » (Jérémie 17 :9). En l’absence de direction morale et d’enseignements clairs, les instincts de la nature humaine – la vanité, la jalousie, l’envie et la cupidité – contrôlent les agissements de l’humanité.

Malgré les nombreuses Églises et groupes religieux autour de nous, pourquoi tant de gens ont perdu la voie à suivre ? Le prophète Ézéchiel écrivit à ce sujet, et ses propos restent d’actualité. « Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : Voici, j’en veux aux bergers ! Je reprendrai mes brebis d’entre leurs mains, je ne les laisserai plus paître mes brebis, et ils ne se paîtront plus eux-mêmes ; je délivrerai mes brebis de leur bouche, et elles ne seront plus pour eux une proie » (Ézéchiel 34 :10). Il poursuit : « Est-ce trop peu pour vous de paître dans le bon pâturage, pour que vous fouliez de vos pieds le reste de votre pâturage ? De boire une eau limpide, pour que vous troubliez le reste avec vos pieds ? Et mes brebis doivent paître ce que vos pieds ont foulé, et boire ce que vos pieds ont troublé ! » (versets 18-19).

Assurément, certaines Églises, grandes ou petites, n’ont pas été fidèles pour enseigner diligemment les doctrines bibliques. En fait, elles ont mélangé de la boue à l’eau et elles ont piétiné les instructions bibliques pour les remplacer par des traditions humaines. Jésus lança aux dirigeants religieux de Son époque : « Hypocrites, Ésaïe a bien prophétisé sur vous, quand il a dit : Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est éloigné de moi. C’est en vain qu’ils m’honorent, en enseignant des préceptes qui sont des commandements d’hommes » (Matthieu 15 :7-9).

La voie divine n’est pas pesante (Matthieu 11 :30). Elle peut changer votre vie ! Lisez notre brochure Les Dix Commandements. Celle-ci est disponible gratuitement, sur Internet ou en version papier. Lisez en ligne ou commandez cette brochure dès aujourd’hui !