Diviser pour mieux régner

Commenter cet article

Un jour ou l’autre, tout le monde a été victime de la stratégie de « diviser pour mieux régner ». Souvent nous ne nous en rendons pas compte car nous sommes pris par les émotions et nous nous débattons avec des arguments, des contre arguments et des attaques personnelles. Ces situations peuvent survenir dans nos foyers, dans l’Église, dans une entreprise ou une société, mais aussi à l’échelle nationale et internationale. Que devrions-nous faire 

L’unité est une chose merveilleuse. Elle va souvent de pair avec la paix et le bonheur. Il y a alors un point de vue commun et toutes les parties travaillent conjointement vers le même but. Dans un foyer, le mari et la femme travaillent ensemble, dans l’amour et l’harmonie, pour édifier leur mariage et leur famille. À l’Église, tous les membres travaillent ensemble vers un but et un objectif communs. Au travail, les dirigeants et les employés travaillent ensemble à la réussite de l’entreprise. Et une nation travaille ensemble pour les intérêts communs du pays.

Malheureusement, et trop souvent, cette unité n’est pas totale. Des différences d’opinions sur différents sujets commencent à causer de la division. Parfois, les différences peuvent être résolues et l’unité peut être restaurée. Parfois, les deux opposants (ou davantage) se retranchent derrière leurs positions et refusent de faire la moindre concession. L’unité s’envole alors et la division survient, suivie par la rupture. Le mariage et le foyer sont divisés. L’Église vole en éclats. L’entreprise fait faillite. La nation échoue.

En 1858, Abraham Lincoln prononça un discours qui devint célèbre. Il était alors candidat pour le parti républicain à un poste de sénateur dans l’Illinois, aux États-Unis. Il affronta Stephen Douglas, son opposant du parti démocrate, dans une série de débats sur l’esclavage afin de savoir si l’État du Kansas pouvait ou non intégrer l’union, car c’était un État esclavagiste. Lincoln déclara : « À mon avis, cela [l’agitation autour de l’esclavage]ne cessera pas jusqu’à ce qu’une crise survienne et soit surmontée. “Une maison divisée contre elle-même ne peut pas rester debout.” Je pense que ce gouvernement ne peut pas indéfiniment être à moitié pour l’esclavage et à moitié contre. Je n’espère pas la dissolution de l’Union – je n’espère pas que la maison s’effondre – mais j’espère qu’elle cesse d’être divisée. Elle deviendra entièrement pour ou entièrement contre [l’esclavage]. » Dans ce discours, Lincoln cita Matthieu 12 :25 : « Tout royaume divisé contre lui-même est dévasté, et toute ville ou maison divisée contre elle-même ne peut subsister. » Bien que Lincoln ne croyait pas à dissolution de l’Union à cause de ce problème, cela divisa malgré tout le pays et conduisit à la Guerre de Sécession entre les États abolitionnistes et esclavagistes, sous sa présidence.

En général, la division n’arrive pas par accident, mais elle est le résultat d’une tactique délibérée connue sous le nom de « diviser pour mieux régner ». C’est une stratégie bien connue en politique, en économie et pendant les guerres – diviser pour mieux régner sur un ennemi, que ce soit une entreprise concurrente ou un autre pays. Le but est de détruire, d’offenser, de vaincre et de faire échouer l’autre. Il faut jouer sur l’amertume, les attitudes négatives et le vice.

Un véritable disciple du Christ ne doit jamais s’engager dans des « politiques de destruction personnelle », comme c’est souvent le cas en politique. Au lieu de chercher à détruire et à offenser quelqu’un, un véritable chrétien doit chercher à édifier les autres. Un véritable chrétien doit se revêtir « de sentiments de compassion, de bonté, d’humilité, de douceur, de patience. Supportez-vous les uns les autres, et, si l’un a sujet de se plaindre de l’autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi » (Colossiens 3 :12-13).

La véritable unité apparaît uniquement lorsque nous sommes « un seul corps » et que nous avons « un seul Esprit », comme cela est mentionné dans 1 Corinthiens 12. Ce chapitre est immédiatement suivi par le « chapitre de l’amour » (1 Corinthiens 13) expliquant que l’amour, ou la charité, consiste à ne pas se préoccuper premièrement de soi, à ne pas être facilement offensé et à ne pas méditer le mal. C’est ainsi que nous pouvons vaincre la stratégie de « diviser pour mieux régner » et devenir de véritables chrétiens. Lisez en ligne ou demandez un exemplaire gratuit de notre brochure Qu’est-ce qu’un vrai chrétien ?