La gratitude

Commenter cet article

Le célèbre auteur et conférencier Zig Ziglar a déclaré : « Plus vous êtes reconnaissant de ce que vous avez, plus vous aurez de quoi être reconnaissant. »

Le sujet de la gratitude intéresse le public en général, comme le prouve le nombre de livres disponibles à ce sujet (plus de 2.600 ouvrages référencés sur Amazon.com). La plupart des publications expliquent qu’une vie basée sur la gratitude permet de guérir les blessures de la vie et le désir insatiable de posséder des choses. Le concept de la gratitude existe depuis très longtemps. La gratitude est une des qualités humaines les plus estimées dans le judaïsme, le christianisme, l’islam, le bouddhisme et l’hindouisme. Plus généralement dans le monde, il existe un consensus pour dire qu’une personne est moralement obligée de ressentir et d’exprimer de la gratitude lorsqu’elle reçoit quelque chose.

La gratitude peut être définie comme une émotion, une attitude, une valeur morale, une habitude, un trait de personnalité ou une stratégie d’autodéfense. En bref, la gratitude consiste être reconnaissant de ce que nous avons acquis en deçà de sa valeur. Il s’agit de mesurer la valeur du gain et de reconnaître que nous avons obtenu ce gain grâce à une autre personne.

Ainsi, la gratitude est la capacité à remarquer, à apprécier et à savourer les éléments essentiels de la vie pour notre bien-être. Le degré auquel une personne est capable de comprendre que la vie est un « don » correspond au degré de fonctionnement psychologique optimal de cette personne.

Dans son article intitulé « Comptez les bénédictions et les fardeaux », (Counting Blessings Versus Burdens, publié dans le Journal of Personality and Social Psychology), Robert Emmons rapporte que le fait d’écrire chaque semaine cinq choses pour lesquelles nous sommes reconnaissants permettait aux gens de se sentir mieux dans leur vie et d’être plus optimistes pour l’avenir. De plus, les effets de ce bien-être (être optimiste et satisfait de sa vie) se répercutaient de façon apparente sur les conjoints. Ces conclusions devaient tous nous encourager à avoir davantage une attitude de gratitude.

Emmons montra que pour être le plus heureux possible dans la vie, nous devons être reconnaissants pour nos bénédictions, en toute connaissance de cause. Au-delà des preuves empiriques apportées par Emmons, il ajoute que le fait de reconnaître nos bénédictions allait de pair avec une approche plus optimiste et positive de la vie, avec plus d’exercice physique et moins de symptômes physiques. Les gens qui voient leurs bénédictions aideront plus souvent d’autres personnes ayant des problèmes personnels ou leur apporteront un soutien émotionnel ; ce qui laisse à penser que le fait d’être « sociable » est un résultat de la gratitude.

La recherche d’Emmons valide et confirme les vérités et les principes contenus dans les pages de la Bible. Le dictionnaire Merriam-Wesbter utilise l’expression « rendre grâces » pour définir la gratitude. Dans les Psaumes, le roi David fut inspiré à écrire sur le fait de rendre grâces, dans des dizaines de versets. Jésus-Christ nous montra l’exemple en rendant grâces et ayant une attitude de gratitude à travers les Évangiles (Matthieu 15 :36 ; 26 :27 ; Marc 8 :6 ; 14 :23 ; Luc 22 :17, 19 ; Jean 6 :11, 23). L’apôtre Paul nous mit en garde de toujours rendre grâces pour toutes choses (Éphésiens 5 :20).

La gratitude est la réponse à donner pour les récompenses et les avantages immérités que nous recevons. Si Dieu a ouvert votre esprit à Sa vérité, alors vous avez reçu l’ordre et l’obligation de ressentir et d’exprimer votre gratitude. En méditant sincèrement sur cette « attitude de gratitude », vous comprendrez davantage l’attitude positive de l’apôtre Paul quand il était submergé par les mauvaises nouvelles. Paul comprenait la gratitude ; il comprenait que Jésus-Christ lui avait donné tout ce qu’il possédait (2 Corinthiens 5 :17-19).

Lisez nos publications Une attitude de gratitude et Qu’est-ce que la vraie réussite ? pour en apprendre davantage sur l’attitude que nous devons avoir face aux bénédictions que nous recevons.