La vue à 10.000 mètres

Commenter cet article

La vie active est remplie de détails. Au travail, il faut écrire des rapports d’avancement de projets, il y a des dates limites à respecter et un thermos de café sur le bureau pour garder votre attention éveillée. Puis il faut remplir des formulaires pour l’école et signer des autorisations écrites, tandis que vos enfants terminent leur déjeuner et que vous voyez leur bus scolaire arriver au coin de la rue. Nous devons retourner chez l’ophtalmo pour un contrôle de la vue, il faut sortir les poubelles et emmener le chien chez le vétérinaire. Des détails, des détails, encore des détails.

Mais parfois, nous avons besoin de prendre un peu de recul et de nous libérer de la tyrannie des détails pour regarder les choses à un niveau supérieur.

Alors que j’écris ce commentaire, je suis dans un avion aux États-Unis, entre les villes de Charlotte, en Caroline du Nord et Dallas, au Texas. Le pilote survole actuellement Little Rock, en Arkansas. Ayant habité là dans le passé, je connais les détails que je ne vois pas à partir de mon point de vue privilégié : les lumières de la ville, les restaurants, les voitures, les maisons et les gens qui courent dans tous les sens, chacun occupé à accomplir la tâche ou la mission qu’il doit accomplir.

Cependant, à partir d’ici – à 10.000 mètres d’altitude – je vois tellement plus que les gens en bas. Certes, je ne vois pas les détails, comme quelqu’un les verrait à l’angle de la rue South Arch et de l’avenue West Capitol. Je ne vois pas les gens traverser les rues ou le camion de pompier rouler à toute allure vers le lieu d’un accident. Mais je vois une image tellement plus large, avec des choses que mes amis en bas ne voient pas. Je vois clairement la rivière qui longe la ville – à 700 mètres de là, mais invisible depuis le centre-ville, car elle est cachée par les bâtiments. Je vois les longues lignes des autoroutes, le patchwork de paysages et de couleurs qui entourent la région. Chaque point de vue, que ce soit à 10.000 mètres d’altitude ou au coin de la rue, a ses avantages et chacun d’entre eux offre une perspective nécessaire.

Cette méditation aérienne m’a rappelé un verset : « Considère le chemin par où tu passes, et que toutes tes voies soient bien réglées » (Proverbes 4 :26). En marchant dans un chemin, il est normal de faire attention à tous les détails qui nous entourent – une branche à enjamber, un canard près d’un buisson, etc. Mais par moments, il est aussi intéressant de prendre du recul pour avoir une vue d’ensemble. Où va ce chemin ? Mène-t-il là où je veux aller ? Si oui, est-ce le meilleur moyen d’y arriver ? La destination vaut-elle la peine de déployer des efforts pour s’y rendre ?

De la même manière que nous prenons du recul en considérant le chemin que nous empruntons, ou en ayant une vue d’ensemble d’une région depuis le ciel, nous devons réfléchir à une échelle plus large dans de nombreuses situations. Les enfants demandent beaucoup de « travail » dans nos vies, mais essayons-nous vraiment de les aider à réussir leur vie à long terme ? Si nous marchons dans la même voie que les semaines, les mois et les années précédentes, où cela nous conduira-t-il ? De la même manière, le mariage demande souvent de s’attarder sur des détails quotidiens, mais que verrions-nous si le regardions depuis la fenêtre d’un avion en vol ? Dans quelle direction va notre mariage ? Où en serons-nous dans 5 ans ? Dans 10 ans ? Dans 20 ans ? Quelles les choses que je voudrais voir dans notre mariage au cours des prochaines années ?

La vie est remplie de détails et il n’y a rien de mal à cela. Mais nous devons régulièrement prendre du recul et considérer la vue d’ensemble. De temps en temps, nous avons besoin de prendre de l’altitude pour nous élever au-dessus des tracas quotidiens et considérer la vue à 10.000 mètres.

Si vous voulez « considérer le chemin par où vous passez », nous avons des publications qui peuvent vous aider : Le plan divin pour un mariage heureux et Les familles déstabilisées. Toute notre littérature est absolument gratuite.