Pouvons-nous toujours nous réjouir ?

Commenter cet article

Est-il facile de se réjouir dans un monde aussi malheureux ? Il nous semble parfois que la vie devient de plus en plus difficile. Presque toutes les nouvelles sont mauvaises. C’est déprimant de regarder les actualités à la télévision – les crimes odieux, la violence, la misère. Même certaines émissions sont outrageantes, la plupart du temps, remplies de toute sorte de préjugés, de partialité et de vulgarité.

Notre société est en pleine décadence morale. Les vraies valeurs et la compassion humaine sont en voie de disparition. L’homme moderne vit constamment dans la crainte. On s’attend toujours au pire. Pour certains, la vie n’a rien de positif à offrir. Ce ne sont que des déboires et de la déception. Beaucoup d’autres ne font qu’accepter leur « sort » car, pour eux, tout dépend de la chance et du hasard. Ils sont « malchanceux ». Ils ne comprennent pas le but de leur existence. Même les religions de ce monde et la politique n’offrent pas la solution, elles ne sont que tromperie et déception. Nous pouvons aisément comprendre pourquoi il y a tant de personnes grincheuses dans notre société.

Dans son épître aux Philippiens, l’apôtre Paul exhorta les chrétiens à toujours se réjouir et il ajouta de se réjouir « dans le Seigneur » (4 :4). Pour mettre l’accent, il a répété « réjouissez-vous ». Mais cela est-il vraiment possible dans ce monde ? Pouvons-nous réellement être toujours joyeux ?

Certains se disent : « Si seulement j’avais cet emploi ou ce salaire », ou « si seulement je pourrais avoir le cœur de la personne que j’aime… ma vie serait heureuse pour toujours ». Des milliers de livres et d’articles donnent des formules pour devenir riche et prospère, pour trouver la bonne vie que vous rêveriez d’avoir. Cependant, pour beaucoup, cela n’a donné à aucun résultat. Beaucoup s’adonnent à la consommation de stupéfiants, à l’abus d’alcool, à la pornographie, aux jeux de hasard et à d’autres habitudes très nocives, espérant y trouver le bonheur. D’autres se vantent et se mettent en avant pour se sentir mieux dans leur peau. La rivalité et la compétition prévalent dans notre société.

Sur quoi donc se baser pour trouver la joie réelle ? D’où vient joie constante et véritable que l’apôtre Paul nous encourage de retenir tout le temps ? Est-il possible de la posséder ? Que faut-il faire pour l’acquérir ? Gagner beaucoup d’argent ? Poursuivre une éducation supérieure ? Chercher à imiter le genre de vie de ceux que nous pensons avoir atteint le succès ? Devenir une célébrité ? Changer de profession ? Être plus beau ou plus belle ? Voyager partout dans le monde ? La liste peut s’allonger. Mais un fait est certain, rien ici-bas ne peut nous donner cette joie permanente dont nous parlons. La pure vérité est que cette joie n’est pas matérielle. Elle n’est pas du domaine physique. Nous ne pouvons pas l’acheter, la gagner ou l’obtenir par nos propres efforts. La vraie joie est spirituelle. Elle vient de notre Père céleste.

Le roi David était un homme joyeux. Il n’avait aucun problème à exprimer sa joie. Il n’avait pas honte de danser joyeusement devant tout le monde (2 Samuel 6 :14). Il a révélé la source de sa joie : « Je ferai de toi le sujet de ma joie et de mon allégresse, je chanterai ton nom, Dieu Très-Haut » (Psaume 9 :3). « Tu mets dans mon cœur plus de joie qu’ils n’en ont quand abondent leur froment et leur moût » (Psaume 4 :8).

La joie de David n’était pas basée sur des circonstances physiques. Elle était basée sur sa relation avec Dieu. « Poussez vers l’Éternel des cris de joie, vous tous, habitants de la terre ! Servez l’Éternel avec joie, venez avec allégresse en sa présence ! » (Psaume 100 :1-2). « Tu me feras connaitre le sentier de la vie ; il y a d’abondantes joies devant ta face, des délices éternelles à ta droite » (Psaume 16 :11).

David éprouvait beaucoup de joie à faire l’Œuvre de l’Éternel et à l’adorer (Psaume 122 :1). La vraie joie vient de Dieu. C’est un des fruits de Son Saint-Esprit (Galates 5 :22). Quand nous sommes convertis, après notre repentance, Dieu nous donne de Son Esprit saint, une partie de Lui-même. Dès lors, nous sommes engendrés de Dieu. Nous avons pris l’engagement de vivre de toute parole qui sort de Sa bouche, de marcher dans Sa voie, c’est-à-dire l’amour.

Le monde est séduit par Satan le diable, le prince de ce monde (Apocalypse 12 :9 ; Éphésiens 2 :2). Dès le commencement, il ne fit que mentir et tromper la race humaine (Jean 8 :44). Il profite de notre nature charnelle pour nous inoculer des pensées de vanité, de convoitise et de concupiscence. Son but est de nous détourner des commandements que Dieu nous a donnés pour nous procurer la joie et la paix. Satan est jaloux de notre futur – de notre incroyable potentiel humain – en tant qu’enfants de Dieu. Il sait ce que l’Éternel nous réserve.

Le monde cherche la joie et le bonheur dans les choses matérielles qui ne peuvent procurer qu’un plaisir éphémère (Job 20 :5). Mais nous, nous pouvons toujours nous réjouir, même en faisant face aux difficultés et aux persécutions de cette vie (Jacques 1 :2), parce que notre joie et notre bonheur ne dépendent pas des choses physiques, mais de notre relation avec notre Père céleste et Son fils Jésus-Christ. Pour approfondir ce sujet, lisez notre article intitulé Qu’est-ce que la vraie réussite ?