Le Vatican réfute les prétentions territoriales d’Israël

Commenter cet article

Des déclarations qualifiées de « pire forme d’antijuadïsme, frôlant même avec l’antisémitisme » par la Ligue Anti-diffamation.

Il y a deux semaines, lors du Synode des évêques, le Vatican a déclaré que les prétentions des Israéliens sur la Terre sainte et sur Jérusalem, comme une terre donnée par Dieu, n’avaient aucune légitimité biblique. Monseigneur Bustros a déclaré : « En tant que chrétiens, nous ne pouvons pas parler de la “Terre promise” comme d’un droit exclusif, un privilège pour le peuple juif […] Il n’y a plus de peuple élu ».

La Ligue Anti-diffamation a immédiatement fait savoir que les propos de Monseigneur Bustros illustraient « la pire forme d’antijudaïsme, frôlant même avec l’antisémitisme » (Jerusalem Post online, 27 octobre 2010).

Bien que la présence israélienne actuelle en Terre sainte ne représente pas la réalisation finale des prophéties bibliques, comme le prétend la nation actuelle d’Israël, la Bible montre clairement que le jour viendra où Dieu rassemblera « tout Israël » dans cette Terre promise. Cependant, « tout Israël » représente bien plus que le peuple juif.

À l’origine, Israël était constitué de douze tribus, et tous leurs descendants reviendront en Terre promise, après la grande tribulation (Ézéchiel 34 :11-13 ; Osée 3 :4-5 ; Zacharie 8 :7-8). Ils reviendront des quatre coins de la terre, depuis leurs lieux de captivité, ils reviendront avec des chants de triomphe et ils ne seront plus jamais troublés (Ésaïe 35 :8-10). En ce temps-là, Dieu révèlera Sa vérité à toutes les nations de la terre, pas seulement aux descendants des nations israélites (Joël 2 :28-29). Pour en apprendre davantage sur la véritable identité d’Israël, vous pouvez lire notre brochure intitulée « Les États-Unis et la Grande-Bretagne selon la prophétie ».