Séisme en Nouvelle-Zélande

Commenter cet article

Le 22 février, un séisme d’une magnitude de 6,3 sur l’échelle ouverte de Richter a frappé la zone densément peuplée de la métropole de Christchurch, dans l’île méridionale.

Les secousses ont frappé la ville de 350.000 habitants vers 13h, pendant un jour ouvré. C’était le deuxième séisme d’importance en cinq mois. Des bâtiments du centre d’affaires de la ville se sont effondrés, ainsi que la flèche en pierre de la cathédrale.

Les rapports décrivent « des routes et des trottoirs brisés et défoncés, tandis que des milliers d’habitants, hébétés, en pleurs, et poussant des cris, erraient dans les rues, alors que les sirènes et les alarmes de voitures retentissaient ». Le Premier ministre, John Key, a déclaré : « C’était une terrible scène de dévastation […] Je pense que nous pouvons considérer que nous avons vécu le jour le plus sombre de la Nouvelle-Zélande » (Associated Press, 22 et 23 février 2011).

Mercredi soir, 75 personnes étaient décédées et 300 autres étaient portées disparues. Les observateurs estiment que le coût du séisme pourrait atteindre les 12 milliards de dollars – ce qui serait la catastrophe naturelle la plus coûteuse pour la Nouvelle-Zélande.

Jadis, Jésus avait prédit qu’un des signes des temps de la fin et de Son retour imminent, serait des « tremblements de terre en divers lieux » (Matthieu 24 :3-7 ; Marc 13 :8). Alors que nous approchons de la fin de cette ère, nous verrons des tremblements de terre, de plus en plus fréquents et puissants, à travers le monde. Pour en savoir davantage à ce sujet, lisez notre brochure intitulée « Qui contrôle le temps ? »