Une nouvelle plaie en Haïti

Commenter cet article

Près d’un an après le tremblement de terre, le choléra est de retour dans l’île, et il a déjà tué 290 personnes.

Après le terrible tremblement de terre en janvier, les familles haïtiennes déplacées et vivant dans des villes de tentes doivent maintenant affronter une nouvelle menace – le choléra – qui peut tuer en 24 à 48 heures, si la personne n’est pas traitée de manière forte avec une thérapie par réhydratation orale.

Ce jeudi [28 octobre], plus de 4000 Haïtiens ont été traités contre le choléra – une maladie que l’on n’avait plus vue depuis 50 ans en Haïti. Cette maladie a déjà tué 290 personnes et elle est suspectée dans 174 autres décès de personnes hospitalisées. La zone touchée se trouve à une heure environ de la capitale, Port-au-Prince. Plus d’un million de personnes, sans abri, habitent actuellement dans des camps de tentes, à l’intérieur et autour de la capitale. Les autorités sanitaires craignent que la diffusion de la maladie à l’intérieur de ces camps provoque une épidémie, puis que cette maladie deviennent endémique en Haïti – cela pourrait alors prendre des années [pour l’éradiquer].

Un sauveteur en Haïti témoigne : « Il y a de nombreuses flaques d’eau stagnantes car c’est actuellement la saison des pluies. Les familles vivent entassées les unes sur les autres et il y a des détritus un peu partout. Cette maladie pourrait se répandre très rapidement. » Le choléra se transmet en effet par la contamination de l’eau, par des conditions de vie insalubres et par une mauvaise hygiène – des conditions qui sont réunies dans les grands camps de tentes, densément peuplées par les réfugiés (Sky News online, 28 octobre 2010).

Quand les disciples de Jésus Lui demandèrent quels seraient les signes de la fin du monde, Il leur répondit qu’en plus des « tremblements de terre […] en divers lieux », il y aurait une augmentation des maladies épidémiques, ou des pestes (Luc 21 :11). Ces événements, et d’autres événements dévastateurs, ne seront que le « commencement » des douleurs (Matthieu 24 :8). Nous devons prier avec ferveur pour TOUS les êtres humains sur la terre, qui ont été créés à l’image de Dieu. Nous devons aussi réaliser que la fréquence des événements tragiques, dont nous sommes témoins, DOIT encore augmenter avant le retour de Jésus.