Vous n’êtes pas bête !

Commenter cet article

Vous êtes-vous déjà senti moins intelligent que d’autres personnes ? À l’école, des enfants vous ont-ils déjà traité « d’idiot » ? Si c’est le cas, comment cela a-t-il affecté votre capacité d’apprentissage et vos efforts pour être considéré comme un bon étudiant ?


 

J’ai connu un homme qui avait redoublé à l’école primaire et qui avait souffert, pendant tout le reste de sa scolarité, d’avoir été académiquement « lent ». Il avait certes quelques difficultés avec la lecture et l’écriture, mais je peux vous assurer qu’il n’était pas bête ! Il avait des talents artistiques au-dessus de la moyenne et il reste une des personnes les plus créatives que je connaisse. Il était aussi un excellent athlète, devenant rapidement un des coureurs sur piste les plus rapides et une star dans l’équipe de football de l’école.

Vous connaissez probablement des personnes semblables, ou peut-être avez-vous vécu la même histoire. Beaucoup de gens se sont fait traiter « d’idiots » ou de « lents » parce qu’ils n’excellaient pas dans certaines matières à l’école et les « meilleurs » étudiants les considéraient comme inférieurs.

Mais sont-ils vraiment moins intelligents ? Sont-ils inférieurs ?

Ou est-ce juste à cause de l’approche du système scolaire traditionnel, qui se concentre sur la lecture, l’écriture et les mathématiques ? Qu’en est-il des étudiants dont les capacités naturelles ne les conduisent pas à réussir dans ces matières ? Que signifie vraiment être « bête » ?

Une perspective plus large

L’éducatrice et auteur Kathy Koch pense que tout le monde est intelligent. Elle enseigne également qu’une nouvelle compréhension de « l’intelligence » est nécessaire : « Il est une question que les enfants ne devraient jamais se poser : “Suis-je intelligent ?”, car la réponse est toujours “oui”. S’ils se posent cette question, c’est parce qu’ils doutent d’eux-mêmes, c’est que quelqu’un ou quelque chose les a fait se sentir bêtes et qu’ils ont besoin d’être encouragés » (CelebrateKids.com).

En disant aux gens qu’ils sont « bêtes », un des effets tragiques est que certains d’entre eux y croient et se dévalorisent fortement. Une fois adultes, beaucoup continuent à se sentir inférieurs car ils ont reçu à l’école le message qu’ils n’avaient pas le niveau académique – malgré le fait que ce message soit basé sur un système qui tend à récompenser ceux qui réussissent dans un nombre restreint de matières, principalement les compétences linguistiques et mathématiques.

Bien que ces aptitudes soient très importantes, elles ne représentent que deux zones d’intelligence parmi les huit souvent mentionnées. Découvrir et développer les six autres peut aider les gens à découvrir qu’ils ne sont pas bêtes, même s’ils ne réussissent pas très bien dans certaines matières.

Huit sortes d’intelligence

Dr Howard Gardner, professeur d’éducation à l’université Harvard, est reconnu pour avoir développé la théorie des intelligences multiples. En 1983, il a écrit un livre décrivant les intelligences multiples et leur signification. Depuis, l’éducateur Thomas Armstrong a simplifié le modèle original et l’a rendu plus compréhensible (Les intelligences multiples dans votre classe, éditions de la Chenelière). Voici un bref résumé de chacune d’entre elles :

Intelligence linguistique : Penser avec des mots et aimer les utiliser pour lire, écrire, raconter des histoires, persuader, divertir ou instruire.

Intelligence logique : Aptitude à bien raisonner, à catégoriser et à comprendre les relations de cause à effet. Inclinaison naturelle pour les mathématiques, les sciences, les statistiques, les puzzles et à poser des questions.

Intelligence spatiale : Penser de façon visuelle et apprécier les arts créatifs, le dessin, la photographie, l’esthétisme, les travaux manuels, construire des jouets et apprendre l’Histoire.

Intelligence musicale : Penser en rythmes et en mélodies. Ce type d’intelligence est caractérisé par des talents en musique, en chant ou par le fait d’avoir l’oreille musicale.

Intelligence kinesthésique : Aptitude à contrôler les mouvements de son corps au travers des activités physiques, comme le sport et la danse, mais aussi la broderie ou la menuiserie.

Intelligence naturaliste : Intérêt marqué pour les animaux, les plantes, la géologie, les étoiles, le camping, la randonnée et les autres facettes de la nature. Si vous aspirez à être dehors, vous avez ce type d’intelligence.

Intelligence interpersonnelle : Savoir percevoir l’humeur, le tempérament ou le désir des autres, et y répondre correctement. Ces gens aiment travailler et être avec les autres, ils font souvent de bons dirigeants.

Intelligence intrapersonnelle : Avoir une conscience de soi et agir selon celle-ci. Ces gens ont tendance à être bien dans leur peau, indépendants, motivés par un but et auto-disciplinés.

En élargissant notre compréhension de ce qu’est l’intelligence, il est plus facile de comprendre que la question n’est pas de savoir si nous sommes « bêtes » ou « intelligents », mais plutôt : « De quelle façon suis-je intelligent ? » Une fois que nous avons trouvé les intelligences que nous possédons, nous pouvons utiliser ces capacités pour bâtir notre réussite.

Développer vos “intelligences”

Regardez autour de vous et vous verrez que le monde est rempli de gens ayant réussi dans des domaines variés, qui ne sont pas récompensés dans les programmes scolaires traditionnels. Certains des plus grands cerveaux de notre société, comme Thomas Edison ou Albert Einstein, avaient du mal avec certaines matières scolaires, mais ils furent couronnés de succès lorsqu’ils purent développer les autres aspects de leur intelligence.

Gardner pense que chaque individu naît avec ces huit intelligences et que chacune d’entre elles se développe en fonction de nos capacités naturelles et des opportunités à utiliser les différents types d’intelligence. Comment pouvez-vous trouver vos intelligences et identifier les opportunités pour les développer davantage ?

Notez d’abord les choses que vous aimez faire. Aimez-vous lire ? Si oui, vous avez probablement une « intelligence linguistique ». Mais vous avez peut-être aussi une « intelligence logique » si vous aimez les histoires de détectives et les intrigues. Aimez-vous faire du skateboard ou du ski ? Même si vous n’êtes pas le joueur-clé de votre équipe de basketball, cela pourrait indiquer que vous avez une « intelligence kinesthésique », que vous pourriez développer pour bâtir une réussite.

Cherchez ensuite des opportunités vous permettant d’améliorer vos talents existants, tout en essayant de développer les domaines où vous êtes moins à l’aise. Par exemple, si vous n’avez pas de grands talents musicaux, utilisez vos autres intelligences pour améliorer vos connaissances musicales, peut-être en étudiant l’histoire de la musique ou en apprenant à jouer d’un instrument.

Ce faisant, vous apprendrez non seulement de nouvelles compétences, mais vous deviendrez aussi plus confiants en affrontant de nouveaux défis et en surmontant votre peur d’avoir l’air « bête » et d’être incapable de progresser.

Dieu nous a tous donné des talents et des capacités que nous devons développer, tant que nous en avons l’opportunité, comme Jésus l’a expliqué dans la parabole des talents (Matthieu 25 :14-30). Si vous n’avez pas encore trouvé les intelligences que vous possédez, sachez qu’elles sont là – elles attendent seulement que vous les découvriez. Dès que vous les trouverez, développez-les et vous verrez par vous-même que vous n’êtes pas bête !

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +