Quelle est l’importance du sabbat ?

Commenter cet article

Les religions du monde ont établi différents jours de fête et de culte. De nos jours, plus de 2,1 milliards de chrétiens observent le dimanche, tandis que 1,3 milliard de musulmans observent le vendredi comme jour de culte hebdomadaire. Des millions de juifs observent le sabbat – leur jour de repos et de culte – du vendredi soir au coucher du soleil jusqu’au samedi soir au coucher du soleil.


Est-il important d’observer le bon jour ? Cela est-il important pour Dieu, pourvu que nous L’adorions ? La plupart des prétendus chrétiens acceptent les traditions enseignées par leurs parents, ou leur Église. Je faisais la même chose dans mon enfance. Un jour, j’avais demandé à ma mère : « Pourquoi observons-nous le dimanche, alors que le quatrième commandement dans la Bible nous enseigne d’observer le sabbat, le septième jour ? » Elle me donna une réponse vague que j’avais acceptée à l’époque. Mais pouvez-vous répondre à cette question ? Quel est le jour du sabbat chrétien ?

De nos jours, les chrétiens pensent que le dimanche est le jour de culte. D’où vient cette idée ? Vous serez peut-être surpris d’apprendre que certains groupes religieux enseignent que leurs traditions ont plus d’autorité que la Bible ! Notez cette déclaration du théologien anglican Isaac William : « Où voyons-nous dans les Écritures que nous devrions observer le premier jour ? Il nous est ordonné d’observer le septième jour ; mais nous n’avons aucun commandement nous disant d’observer le premier jour […] La raison pour laquelle nous observons le premier jour de la semaine, au lieu du septième, est la même raison pour laquelle nous observons beaucoup d’autres choses : non parce que la Bible nous le dit, mais parce que l’Église nous l’ordonne » (Plain Ser­mons on the Catechism).

Isaac William a-t-il raison ? La Bible – la parole de Dieu – a-t-elle moins de valeur que la tradition d’une Église ? Quel exemple Jésus-Christ a-t-Il établi ? Notez ce que la Bible déclare à Son sujet, au début de Son ministère : « Il se rendit à Nazareth, où il avait été élevé, et, selon sa coutume, il entra dans la synagogue le jour du sabbat. Il se leva pour faire la lecture » (Luc 4 :16).

Oui, Jésus avait pour coutume de célébrer le sabbat ! Quel jour de la semaine était-ce ? Depuis l’époque de Jésus, et bien des siècles auparavant, la communauté juive a toujours décrit avec précision son observance du sabbat du septième jour, du vendredi soir au coucher du soleil jusqu’au samedi soir au coucher du soleil. Des milliers de textes ont été préservés, nous apprenant que le cycle de la semaine de sept jours n’a jamais été brisé. Ceux qui gardent le septième jour à notre époque observent le même jour que Jésus !

Posez-vous la question : Jésus a-t-Il donné l’exemple, en observant le sabbat et tous les préceptes bibliques, pour que nous fassions le contraire ? Aussi choquant cela soit-il, c’est ce qu’enseignent de nombreux prédicateurs ! Mais Jésus a-t-Il dit, ne serait-ce qu’une fois, à Ses disciples d’ignorer Son exemple ? Jésus observa non seulement les commandements, mais Il instruisit les autres à faire de même : « Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements » (Matthieu 19 :17). La réponse de Jésus montre clairement qu’Il parlait des Dix Commandements.

L’exemple de Paul

Nous avons vu que Jésus observait le sabbat. L’apôtre Paul – « l’apôtre des Gentils » – l’a-t-il observé lui aussi, ou a-t-il montré un exemple contraire démontrant que les chrétiens non-Juifs ne devaient plus observer le sabbat ? Souvenez-vous que l’apôtre Paul reçut une formation de pharisien et il connaissait très bien les Écritures. Lorsqu’il était à Thessalonique, en Grèce, il prêcha aux Juifs trois samedis consécutifs dans la synagogue. Notez que c’était la coutume de Paul de prêcher régulièrement pendant le sabbat. « Paul y entra, selon sa coutume. Pendant trois sabbats, il discuta avec eux, d’après les Écritures, expliquant et établissant que le Christ devait souffrir et ressusciter des morts. Et Jésus que je vous annonce, disait-il, c’est lui qui est le Christ » (Actes 17 :2-3).

Nous avons vu que Paul prêchait régulièrement aux Juifs, mais prêchait-il aussi aux non-Juifs (les Gentils) pendant le sabbat ? Notez ce qu’il fit dans la ville non-juive de Corinthe, en Grèce : « Paul discourait dans la synagogue chaque sabbat, et il persuadait des Juifs et des Grecs » (Actes 18 :4) ! Oui, Paul prêchait aux non-Juifs pendant le sabbat !

Si Paul attendait des chrétiens qu’ils observent le dimanche au lieu du sabbat du septième jour, n’aurait-il pas prêché le dimanche – au moins pour les non-Juifs ? Que nous montre la Bible ? Voyons l’exemple de Paul à Antioche, en Turquie. Que se passa-t-il après que Paul eut donné son sermon de sabbat habituel aux Juifs et aux Gentils dans la synagogue ? « Comme ils sortaient de la synagogue des Juifs, les Gentils les prièrent de leur annoncer les mêmes choses le sabbat suivant » (Actes 13 :42, Ostervald).

Si Jésus ou les apôtres avaient déplacé le jour de culte au dimanche, Paul aurait eu ici une excellente opportunité de dire aux non-Juifs : « Non, vous n’avez pas besoin d’attendre samedi prochain, en tant que chrétiens, nous observons désormais le dimanche. Réunissons-nous demain ! » Mais il ne le fit pas ! Que nous dit la Bible ? « Le sabbat suivant, presque toute la ville se rassembla pour entendre la parole de Dieu » (Actes 13 :44). Paul enseignait les chrétiens non-Juifs pendant le sabbat ! Il ordonna aussi aux Gentils à Corinthe de suivre son exemple. Souvenez-vous des instructions de Paul : « Soyez mes imitateurs, comme je le suis moi-même de Christ » (1 Corinthiens 11 :1). Autrement dit : « Suivez mon exemple, comme je suis l’exemple du Christ. » Paul, Jésus et les apôtres ont montré l’exemple à tous les chrétiens en observant le sabbat !

Pourquoi un changement ?

Puisque l’exemple du Christ et des apôtres est clair, pourquoi les Églises « dominantes » ont-elles commencé à observer le jour de repos le dimanche, au lieu du sabbat du septième jour ? « Tertullien (202 apr. J.-C.) fut le premier auteur à mentionner expressément le repos du dimanche » (article “Sunday” [dimanche], The Catholic Encyclope­dia). Il écrivit : « Pour nous, suivant la tradition, le seul jour de la résurrection nous devons éviter ce geste [l’agenouillement à la prière] comme tout ce qui exprime l’angoisse et la douleur et ce qui est de même nature, pour ne pas donner prise au diable » (La prière, Tertullien, éditions Migne, traduction A.-G. Hamman). Cet écrit date de 202 apr. J.-C., plus de 170 ans après la mort, l’ensevelissement et la résurrection du Messie, Jésus-Christ !

Plus tard, au 4ème siècle apr. J.-C., l’empereur romain Constantin renforça l’observance du dimanche à travers son empire. Constantin était un adorateur païen du soleil. Il promulgua l’édit suivant en 321 apr. J.-C. : « Pendant le jour vénérable du Soleil, que tous les magistrats et que le peuple se reposent » (article “Sunday Legislation”, Schaff-Herzog, Encyclopedia of Religion Knowledge). Dans certaines langues, le mot dimanche signifie « jour du soleil » ; en anglais par exemple, soleil se dit « sun », jour se dit « day » et dimanche se dit « Sunday » (jour du soleil).

Pour les chrétiens observant le sabbat, le fait de désobéir à l’ordre de l’empereur était synonyme de mort. Quelques années plus tard, l’Église romaine adopta à son tour un décret effrayant, lors du Concile de Laodicée : « Que des chrétiens ne doivent pas judaïser et se reposer le samedi, mais travailler de jour-là, préférant, si du moins ils le peuvent, se reposer le dimanche, en tant que chrétiens ; mais s’ils se trouvent judaïser, qu’ils soient anathèmes auprès du Christ » (La collection canonique d’Antioche, page 309). Les chrétiens observant le sabbat étaient étiquetés comme hérétiques.

Le gouvernement et l’Église se tournèrent contre les chrétiens qui observaient le sabbat. Cependant, la véritable chrétienté du premier siècle – qui n’a jamais cessé de suivre l’exemple du Christ et d’observer le quatrième commandement – a continué jusqu’à ce jour, malgré les persécutions. De nombreux citoyens américains ont oublié que les premiers colons avaient traversé l’océan Atlantique au 17ème siècle pour y trouver la liberté religieuse dans les colonies d’Amérique du Nord. Des milliers d’entre eux s’installèrent dans l’État de Rhode Island pour bénéficier de sa charte royale, promulguée par le roi Charles II d’Angleterre, qui garantissait la liberté religieuse dans la colonie. De nos jours, cette charte est toujours affichée dans le Parlement de Rhode Island, à Providence.

Parmi ceux qui vinrent y chercher la liberté religieuse, certains observaient le sabbat du septième jour. Stephen Mumford et son épouse, qui arrivèrent à Newport en 1665, furent les premiers chrétiens, observant le sabbat, connus pour s’être implantés à Rhode Island. D’autres suivirent et leur groupe grandit tellement qu’ils eurent besoin d’une salle plus grande. Le bâtiment, édifié en 1729, est toujours préservé par la Newport Historical Society.

De nos jours, il est possible de visiter ce bâtiment historique et derrière le pupitre qui se dresse à l’intérieur de la salle, se trouvent deux grandes plaques sur lesquelles sont gravés les Dix Commandements. En bas de la deuxième plaque, on peut lire une déclaration forte de l’apôtre Paul : « Annulons-nous donc la loi par la foi ? Loin de là ! Au contraire, nous confirmons la loi » (Romains 3 :31). Oui, ces chrétiens du Nouveau Testament affirmaient leur allégeance aux paroles du Christ : « Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements » (Matthieu 19 :17). Ces chrétiens comprenaient à juste titre que les enseignements du Christ insistent sur le fait que Ses disciples observent et obéissent aux Dix Commandements !

Les archives de l’Église sabbatarienne, conservées au Musée historique de Newport, contiennent les noms et les contributions des membres. De manière significative, l’Église se décrit elle-même dans ces documents comme « gardant les commandements de Dieu et la foi de Jésus, en particulier le sabbat du septième jour du Seigneur ».

Certaines personnes observant le sabbat du septième jour étaient des citoyens influents dans l’État de Rhode Island au 18ème siècle. Deux gouverneurs de la colonie – Richard Ward et son fils, Samuel – observaient le sabbat du septième jour. Le premier président de l’université Brown – James Manning – était aussi un sabbatarien !

Le sabbat existait-il avant Moïse ?

De nos jours, beaucoup pensent à tort que l’observance du sabbat est une coutume juive instituée au mont Sinaï, lorsque Moïse reçut les tablettes gravées avec les Dix Commandements. Est-ce bien le cas ? Non ! Voyez comment la Bible décrit la « semaine de la création ». Nous lisons que Dieu créa l’homme et la femme le sixième jour. Que se passa-t-il le septième jour ? « Ainsi furent achevés les cieux et la terre, et toute leur armée. Dieu acheva au septième jour son œuvre, qu’il avait faite : et il se reposa au septième jour de toute son œuvre, qu’il avait faite. Dieu bénit le septième jour, et il le sanctifia, parce qu’en ce jour il se reposa de toute son œuvre qu’il avait créée en la faisant » (Genèse 2 :1-3).

Oui, le sabbat du septième jour commémore la création – il est centré sur le véritable Dieu et le Créateur de l’univers. Depuis la création, jusqu’à ce jour, le sabbat du septième jour revêt une profonde signification pour les chrétiens puisqu’il annonce le règne millénaire à venir de Jésus-Christ, sur la planète Terre.

Quels liens le Christ entretenait-Il avec le sabbat ? Déclara-t-Il qu’Il était le Maître du dimanche – et que le dimanche était le jour du Seigneur ? Non ! Jésus déclara : « Le sabbat a été fait pour l’homme, et non l’homme pour le sabbat, de sorte que le Fils de l’homme est maître même du sabbat » (Marc 2 :27-28). Si Jésus est le Maître du sabbat, quel est le jour du Seigneur ? Le dimanche ? Non ! Le sabbat, ou le samedi, est le jour du Seigneur – Jésus Lui-même l’a déclaré ! En fait, à chaque fois que l’expression « Jour du Seigneur » apparaît telle quelle dans la Bible, elle désigne alors la période de temps prophétique qui précédera le second Avènement du Christ. Elle ne se réfère pas à un jour de la semaine.

L’épître aux Hébreux décrit le sabbat comme étant une représentation du repos millénaire terrestre à venir, ainsi qu’une commémoration du repos de Dieu lors de la création. Lorsque les anciens Israélites étaient en route vers la Terre promise, nous lisons à propos de leur désobéissance : « Car, si Josué leur avait donné le repos, Dieu ne parlerait pas après cela d’un autre jour. Il y a donc un repos de sabbat réservé au peuple de Dieu » (Hébreux 4 :8-9). Dans le texte original en grec, le mot « repos » au verset 9 est sabba­tismos, qui signifie un « sabbat respecté » (Concordance Strong française).

Oui, un repos de sabbat pour le peuple de Dieu existe bel et bien, même de nos jours ! Mais est-ce un repos symbolique ou un véritable repos de sabbat ? Dans d’autres contextes, y compris dans des écrits grecs profanes et sans aucun rapport avec l’épître aux Hébreux, le mot sabbatismos signifie littéralement « observance du sabbat » ou « célébration du sabbat » (cf. Anchor Bible Dictionary). Il ne fait aucun doute que dans ce verset du Nouveau Testament, ce terme fasse référence à l’observance littérale du sabbat pour les chrétiens !

Si les chrétiens doivent cesser leurs activités, comme Dieu le fit (Hébreux 4 :10), nous devons nous demander pourquoi Dieu a cessé Ses activités. Les Écritures nous donnent la réponse : « Car il a parlé quelque part ainsi du septième jour : Et Dieu se reposa de toutes ses œuvres le septième jour » (Hébreux 4 :4).

Il n’y a pas de place au doute ! Les chrétiens du Nouveau Testament sont appelés à se reposer, comme Dieu S’est reposé, le septième jour ! L’Ancien et le Nouveau Testament donnent aux chrétiens des exemples et des instructions claires montrant que le sabbat doit être respecté comme un jour saint ! Si vous vous soumettez à l’autorité de la Bible, et non aux traditions de certaines Églises qui prétendent surpasser la Bible, vous n’avez pas d’autre choix ! Quelle autorité choisirez-vous ?

Écritures ou traditions ?

Pourquoi l’observance du dimanche a-t-elle remplacé celle du sabbat du septième jour ? Le théologien catholique James Cardinal Gibbons écrivit dans son livre La foi de nos pères : « Vous pouvez lire la Bible depuis la Genèse jusqu’à l’Apocalypse, et vous ne trouverez pas une seule ligne autorisant, établissant la sanctification du dimanche. Les Écritures ordonnent la religieuse observance du Sabbat, jour que nous ne sanctifions jamais » (chapitre VIII, “L’Église et la Bible”, traduction Adolphe Saurel). Gibbons reconnaît que si la Bible est votre autorité, vous n’avez aucune raison d’observer le dimanche. Au contraire, les Écritures « ordonnent la religieuse observance du Sabbat ». Gibbons admet que c’est le Concile de Laodicée, au 4ème siècle de notre ère – pas la Bible – qui a modifié l’observance du sabbat du septième jour pour le dimanche.

Harold Lindsell, ministre influent de la Convention baptiste du Sud et ancien éditeur de la revue Christianity Today, écrivit également : « Les Écritures ne nous ordonnent à aucun endroit d’observer le dimanche au lieu du samedi, en tant que jour saint. »

Que devriez-vous faire ? Vous devez étudier la Bible et décider si vous vivrez de « toute parole qui sort de la bouche de Dieu », comme Jésus nous y a exhortés dans Matthieu 4 :4. Jésus déclara qu’Il était le Maître du sabbat. Il observait régulièrement le sabbat du septième jour et Il ne brisa pas la loi. Au contraire, Il déclara : « J’ai gardé les commandements de mon Père » (Jean 15 :10). Suivrez-vous l’exemple de Jésus-Christ et les instructions contenues dans la Bible ? Ou vous y opposerez-vous, afin de suivre la tradition des hommes ?

Si vous avez encore des doutes sur le jour du sabbat chrétien, notez ce que la Bible enseigne à propos du Royaume de Dieu à venir, lorsque Jésus-Christ dirigera toutes les nations de la terre : « Car, comme les nouveaux cieux et la nouvelle terre que je vais créer subsisteront devant moi, dit l’Éternel, ainsi subsisteront votre postérité et votre nom. À chaque nouvelle lune et à chaque sabbat, toute chair viendra m’adorer, dit l’Éternel » (Ésaïe 66 :22-23).

Dans le Royaume de Dieu, le monde entier observera le sabbat du septième jour. Quel monde merveilleux cela sera. De nos jours, les véritables chrétiens préfigurent cette époque à travers leur observance du sabbat.

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +