Approbation papale des unions civiles homosexuelles

Commenter cet article

Dans une interview télévisée enregistrée l’année dernière, le pape François exprima clairement son soutien aux unions civiles homosexuelles en demandant une législation pour les protéger (L’Orient-Le Jour, 22 octobre 2020). À l’époque où il était archevêque de Buenos Aires, « le pape François a soutenu la création d’une union civile pour les couples de même sexe. Cependant, il ne s’était jamais prononcé publiquement en faveur des unions civiles en tant que pape », et aucun pontife avant lui ne l’avait fait non plus. Dans un documentaire récemment présenté en première, le souverain pontife a déclaré que « les personnes homosexuelles ont le droit d’être en famille. Ce sont des enfants de Dieu, elles ont le droit à une famille ». Et il est allé plus loin en disant : « Ce qu’il faut, c’est une loi d’union civile, elles ont le droit à être couvertes légalement ». Les images proviennent apparemment d’une interview enregistrée en mai 2019 avec la chaîne mexicaine Televisa (SudOuest, 24 octobre 2020). Le clip n’a pas été inclus à l’origine lors de la diffusion de l’interview, et la copie officielle du Vatican de l’interview ainsi que leur transcription officielle ne contiennent pas ces commentaires papaux. Les interviews papales sont souvent montées à l’occasion des contenus controversés, et les images ont été obtenues par le réalisateur du film, qui a eu accès aux archives du Vatican. De nombreux observateurs ont noté que les commentaires du pape contredisent l’enseignement officiel du Vatican.

François, que des gens dans le monde entier considèrent comme le « Vicaire du Christ », exerce une influence puissante faisant autorité sur l’enseignement et la doctrine de l’Église catholique romaine. Si cette organisation commence à dégrader davantage ses positions sur la famille biblique, le mariage biblique entre un homme et une femme, et le péché de l’homosexualité, l’évolution sera très significative. L’Église catholique romaine a une longue tradition de s’écarter des enseignements bibliques pour faciliter le prosélytisme et ajouter des « convertis » à ses rangs. Si François, dans un effort pour créer un ton plus accueillant dans l’Église, éloigne encore plus son Église de la doctrine et de la moralité qui sont clairement bibliques, quels autres changements pourraient se produire ? Pour en savoir plus sur l’avenir de la moralité, lisez notre article « Promouvoir le mal, condamner le bien ».