Promouvoir le mal, condamner le bien !

Commenter cet article

Au début de l’année, le président Barack Obama proclama le mois de juin 2009 comme le « Lesbian, Gay, Bisexual and Transgender Pride Month » [le mois des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres] aux États-Unis, exprimant ainsi son souhait que les Américains commenceront à voir ces tendances sexuelles comme des comportements normaux et acceptables ! En faisant cette déclaration, le président Obama nota qu’il était le premier président américain à nommer un membre ouvertement homosexuel au Sénat, dans les cent premiers jours de sa présidence.


Bien que de nombreux responsables de la communauté homosexuelle croient que le président Obama ne va pas assez loin, des millions d’Américains qui comprennent les valeurs de la loi divine – et l’importance de la famille biologique pour élever des enfants, et pour maintenir une communauté en bonne santé – ont trouvé les actions du président choquantes et presque inconcevables ! Ce que le président – et même la plupart de ses opposants – ne parvient pas à comprendre, c’est que par ses actions, les anciennes prophéties bibliques sont en train de s’accomplir, juste sous nos yeux ! Les actes du président amèneront des conséquences que ni lui ni ses partisans n’anticipent.

Décadence morale et sociale

Malheureusement, les paroles et les actions du président Obama ne sont que la partie visible d’un iceberg de changements sociaux, qui s’infiltrent dans la culture occidentale, et menacent de faire sombrer le navire de la moralité biblique, qui a été l’une des caractéristiques de la civilisation occidentale. Au cours de la dernière décennie, les écoliers en Amérique, en Grande-Bretagne, au Canada, en Australie et en Europe ont été endoctrinés par l’idée que l’homosexualité est un comportement normal, et que quiconque s’interroge à ce sujet a un esprit attardé et borné – et est probablement un fanatique religieux.

On encourage des enfants naïfs et non homosexuels à participer aux événements de la « Gay Pride », pour montrer leur soutien à l’agenda homosexuel. En Amérique, la National Education Association (le premier syndicat enseignant aux États-Unis) a décidé d’apporter son soutien en faveur du mariage entre individus de même sexe, de l’adoption d’enfants pour les couples homosexuels et des autres aspects de l’agenda « gay ». En Australie, là où se tient le plus grand événement social annuel de la nation, le Gay and Lesbian Mardi Gras, les ministres se sont même excusés auprès des homosexuels d’avoir qualifié leur style de vie comme étant mauvais. Aux États-Unis et en Grande-Bretagne, plusieurs grandes dénominations religieuses ordonnent maintenant dans le ministère des homosexuels actifs. Des congrès religieux invitent des couples homosexuels afin de leur permettre de promouvoir leur agenda. Récemment, dans une tentative de récupérer les voix de plus de 2,6 millions de Britanniques homosexuels, le leader du Parti Conservateur, David Cameron, publia des « excuses extraordinaires » sur la loi que son parti avait fait passer, pour bannir la promotion de l’homosexualité dans les écoles. Cameron s’est engagé, s’il était élu, à promouvoir les droits des homosexuels, et il a dit que soutenir son parti engendrerait le premier Premier ministre homosexuel en Grande-Bretagne. L’un des leaders homosexuels a dépeint le commentaire de Cameron « d’historique ». L’actuel Premier ministre travailliste, Gordon Brown, fait également ouvertement campagne pour le vote « gay » !

La parole de Dieu oubliée !

Malheureusement, ce qui est réellement « historique » à notre époque moderne, c’est un comportement qui, pendant des milliers d’années, était considéré comme socialement et moralement mauvais – une perversion et une abomination aux yeux de Dieu – est maintenant encouragé, non seulement comme un comportement « normal », mais encore comme un fait que tout le monde devrait accepter comme bon. De plus, ceux qui s’accrochent aux croyances bibliques en ce qui concerne le bien et le mal, sont en réalité considérés comme de mauvaises gens qui, par leur opiniâtreté, s’accrochent à ce que le président Obama qualifie « d’arguments véreux et d’attitude démodée ». Etonnamment, de plus en plus de ministres prétendument chrétiens ne se contentent pas de trouver des excuses aux comportements homosexuels pour les trouver acceptables ; ils acceptent même des homosexuels actifs dans le ministère, et ils s’excusent pour leurs anciennes idées (bibliquement fondées), qui considéraient le style de vie homosexuel comme un péché et une mauvaise chose !

La Bible révèle clairement que Dieu créa la femme pour l’homme, et l’homme pour la femme – et que le mariage doit se faire entre un homme et une femme (Genèse 2 :18, 23-25). Les Écritures déclarent que Dieu a détruit les villes de Sodome et Gomorrhe à cause de leur méchanceté et de leur perversion – et l’homosexualité est spécifiquement mentionnée comme l’un de leurs péchés (voir Genèse 13 :13 ; 19 :5-7). Par l’intermédiaire de Moïse, Dieu a averti les enfants d’Israël que l’homosexualité était une abomination à Ses yeux (Lévitique 18 :22 ; 20 :13) ; mais lorsque les Israélites se détournèrent de Dieu et adoptèrent les voies de leurs voisins païens, l’homosexualité fut l’une des pratiques de la liste noire que les Israélites adoptèrent (Juges 19 :22). Dans le Nouveau Testament, l’apôtre Paul – un ardent défenseur du christianisme biblique – écrit sans ambiguïté que, lorsque les gens rejettent les enseignements de Dieu, ils sont entraînés à la dérive, ils adoptent et encouragent des idées pécheresses, y compris l’homosexualité – et ils finissent par en récolter les conséquences (Romains 1 :22-32).

Prophéties et conséquences

Ce que les réformateurs sociaux « progressistes » semblent ne pas comprendre, c’est que Dieu a prédit dans les pages de la Bible, ce qui se passe aujourd’hui dans les nations modernes d’Israël. Il y a longtemps, Dieu ordonna à Moïse d’avertir les enfants d’Israël : « Car je sais qu’après ma mort vous vous corromprez certainement, et vous vous détournerez du chemin que je vous ai commandé ; et il vous arrivera du mal à la fin des jours, parce que vous ferez ce qui est mauvais aux yeux de l’Éternel, pour le provoquer à la colère par l’œuvre de vos mains » (Deutéronome 31 :29, Version Darby 1991). Dieu donna cet avertissement par l’intermédiaire du prophète Ésaïe : « Malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal » (Ésaïe 5 :20) – c’est exactement ce que nous voyons, aujourd'hui ! Dieu prophétisa également par la bouche d’Ésaïe : « Ceux qui conduisent ce peuple l’égarent, et ceux qui se laissent conduire se perdent » (Ésaïe 9 :15). Aujourd’hui, ce ne sont pas les simples membres des Églises, ni les électeurs, qui prônent la normalisation des comportements jadis considérés comme abominables ; ce sont les dirigeants religieux, les politiciens et les juges qui font entrer ces idées dans le crâne de l’homme moyen.

Cependant, Dieu révèle, dans les Écritures, que ces mauvaises actions entraîneront des conséquences dans les années à venir ! Dieu déclare : « Mais si vous ne m’écoutez point et ne mettez point en pratique tous ces commandements, si vous méprisez mes lois […] Je briserai l’orgueil de votre force, je rendrai votre ciel comme du fer, et votre terre comme de l’airain […] Je ferai venir contre vous l’épée […] Je vous disperserai parmi les nations » (Lévitique 26 : 14-33). Le prophète Osée avertit : « Mon peuple est détruit, parce qu’il lui manque la connaissance [des lois et des voies divines]. Puisque tu as rejeté la connaissance, je te rejetterai, et tu seras dépouillé de mon sacerdoce ; puisque tu as oublié la loi de ton Dieu, j’oublierai aussi tes enfants » (Osée 4 :6).

À la lumière de ces prophéties, il n’est pas surprenant que, dans le même temps que les dirigeants des nations modernes d’Israël encouragent à accepter des comportements abominables aux yeux de Dieu, ces mêmes nations sont en train de perdre leur influence et sont sujettes à de plus en plus de problèmes. Il est grand temps de nous réveiller, et de réaliser qu’il existe un Dieu dans les cieux qui tiendra Son peuple responsable de ses actions (Jérémie 2 17-19 ; Osée 4 :7-10). Le Dieu de la Bible ne tolère pas les dirigeants, ni ne bénit les nations, qui encouragent le mal et condamnent le bien !