Une future Église allemande ?

Commenter cet article

En janvier 2020, la ville de Francfort a accueilli la première assemblée synodale de l’Église catholique allemande. Retardées par les restrictions du Covid-19, des réunions régionales de moindre envergure ont repris récemment en septembre (CRUX, 12 octobre 2020 ; fsspx.news, 28 septembre 2020). Le synode de 230 membres, dont des évêques, des archevêques et des laïcs, s’est réuni afin de discuter de la manière d’enrayer la diminution des membres de l’Église catholique allemande. Ils ont examiné des questions dans quatre catégories de préoccupation : les questions concernant la façon dont le pouvoir et l’autorité sont exercés dans l’Église, les questions de moralité sexuelle, la prêtrise, et la manière dont les femmes pourraient s’intégrer dans la prêtrise et d’autres rôles officiels. Un évêque allemand a noté que le pape François avait fait part de sa « préoccupation dramatique » concernant les mesures prises par l’Église catholique romaine en Allemagne pour former un synode. En fait, le pape a mis en garde les évêques d’Allemagne pour qu’ils évitent de suivre « leur propre voie » au lieu de continuer à s’unir fortement à Rome. Il pensait peut-être à la création éventuelle d’une « Église nationale allemande » – une idée qui a déjà été discutée par certains en Allemagne.

Les prophéties bibliques décrivent clairement une puissante « bête » dirigée par l’Allemagne qui jouera un rôle important en Terre sainte à la fin de cette ère et influencera puissamment la géopolitique. Cette superpuissance politique et militaire sera également étroitement liée à une Église apostate mondiale, la « mère des prostituées » (Apocalypse 17 :5). Dans cette optique, ces développements intrigants méritent d’être surveillés. Pour en savoir plus sur cette future alliance entre Église-État, n’oubliez pas de lire ou d’écouter notre brochure intitulée La Bête de l’Apocalypse : Mythe, métaphore ou réalité à venir ?