fbpx Jusqu’où va aller la « cancel culture » ou culture du bannissement ? | Le Monde de Demain

Jusqu’où va aller la « cancel culture » ou culture du bannissement ?

Commenter cet article

Notre société est de plus en plus obsédée par l’idée « d’annuler » des personnalités ou des organisations dont les actions, les écrits ou les opinions sont considérés comme répréhensibles et en décalage avec les sentiments populaires et progressistes. Qu’il s’agisse de boycotter des produits, de bannir des livres d’Amazon ou de fermer de force des comptes sur les réseaux sociaux, l’objectif de cette « culture du bannissement » est d’empêcher l’expression de pensées ou d’idées impopulaires. Aujourd’hui, les étudiants « bannissent » les professeurs et les présidents d’université avec lesquels ils sont en désaccord. Les nations, les villes et les manuels scolaires bannissent des personnages historiques ou des événements historiques considérés comme « non politiquement corrects ». Les réseaux sociaux bannissent les personnes dont les idées ou les commentaires peuvent être interprétés, même de loin, comme offensants. Lorsque les contrevenants tentent de clarifier le sens de leurs commentaires, la culture du bannissement refuse souvent de reconnaître ces tentatives. Tous les êtres humains font des erreurs et disent des choses fausses et inacceptables, mais où va ce mouvement nouveau et extrême ?

L’attitude de la culture du bannissement vise normalement ceux qui expriment leur soutien à une valeur traditionnelle, judéo-chrétienne. Bien sûr, la motivation pour abattre, réduire au silence ou éliminer les ennemis et les concurrents (idéologiques ou autres) par la guerre ou d’autres moyens n’est pas nouvelle. Pourtant, à mesure que la société s’éloigne des valeurs traditionnelles, nous voyons une culture qui hait de plus en plus tout ce qui ressemble à la morale, aux normes et à la vision du monde de la Bible. Pourquoi cela se produit-il ? Les Écritures révèlent que Satan, le diable, est le « dieu de ce siècle » (2 Corinthiens 4 :4) et celui qui « agit maintenant dans les fils de la rébellion » (Éphésiens 2 :2). Jésus enseigne que ceux qui aiment le mal détesteront automatiquement le bien (Jean 3 :20-21) ! Au fur et à mesure que le temps de Satan en tant que maître de ce monde tire à sa fin, sa colère sera plus évidente (1 Pierre 5 :8 ; Apocalypse 12 :12). En fin de compte, si Satan pouvait parvenir à ses fins, il convaincrait les peuples de ce monde à « bannir » Dieu Lui-même. Nous devons éviter d’être emportés par les idées et les sentiments remplis de haine de la culture moderne du bannissement. Pour en savoir plus sur ce sujet d’actualité, ne manquez pas de lire notre article « Aux portes d’une “révolte” gigantesque ! »