Le dernier jihad

Commenter cet article

Les dernières décennies ont vu la résurgence d’un islam militant. Cette tendance a surpris les spécialistes, notamment ceux qui pensaient que la religion allait s’évanouir dans nos sociétés de plus en plus laïques. Cependant, l’islam est désormais la religion qui progresse le plus dans le monde.


Au sein de cette foi, une résurgence islamique est conduite par des croyants déterminés à renverser le cours de l’Histoire. Leur but est de revenir à la « vraie foi », de récupérer leurs anciens territoires et d’accomplir la promesse de Mahomet que l’islam finira par dominer – et éliminer – toutes les autres religions. Ils pensent que cela aura lieu lorsque la sharia sera imposée dans le monde – à commencer par l’Amérique du Nord, l’Europe et Israël !

Mais le cours de l’Histoire tournera-t-il à nouveau en faveur de l’islam ? Les prophéties bibliques donnent une réponse surprenante.

 

Des aspects étouffés de l’islam

De nos jours, les politiciens, les intellectuels et les théologiens cherchent à présenter l’islam comme une religion de paix – et de nombreux musulmans la considèrent ainsi. Ils affirment que le jihad est seulement une lutte spirituelle interne et que la coexistence pacifique est possible lorsque les peuples de différentes religions se comprennent les uns les autres. Cependant, les faits historiques et les enseignements fondamentaux de l’islam décrivent une histoire bien différente – et les islamistes radicaux veulent revenir à ces enseignements fondamentaux.

Depuis son apparition en Arabie dans les années 600 apr. J.-C., l’islam a été un rival implacable contre ceux qu’il appelle les « mécréants » – incluant les chrétiens, les juifs et la civilisation occidentale. Comme le rapporte le Coran, les enseignements de Mahomet ordonnent aux vrais fidèles de l’islam : « Combattez ceux qui ne croient [pas] en Allāh […] qui ne professent pas la religion de la vérité [l’islam], parmi ceux qui ont reçu le Livre [les juifs et les chrétiens], jusqu’à ce qu’ils versent la capitation [jizîa, une taxe extorquée aux mécréants] par leurs propres mains, après s’être humiliés » (sourate 9 :29, éditions Albouraq, 2005/2012). Les seuls choix sont de se convertir à l’islam, être asservi ou mourir !

Le concept de jihad ou de « guerre sainte » contre les infidèles – les mécréants – fut encouragé par Mahomet comme un devoir religieux. S’ils survivaient, il promettait à ses partisans de les récompenser généreusement dans cette vie (avec le butin de guerre), mais s’ils mourraient au combat, leur récompense était d’accéder directement au paradis, avec des rivières de vin et des vierges splendides – une situation gagnant-gagnant pour les jihadistes. Ces combattants féroces partirent d’Arabie et conquirent rapidement Jérusalem, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. Ils menacèrent ensuite l’Europe de l’Est et de l’Ouest. Ils laissèrent la mort et la destruction dans leur sillage, en égorgeant, décapitant et torturant les « infidèles », tout en faisant d’innombrables esclaves parmi les Africains et les Européens. Les hommes et les garçons étaient castrés et vendus, tandis que les femmes et les filles étaient envoyées dans des harems. Cette partie de l’histoire oubliée de l’islam s’est perpétuée pendant près de 1300 ans. Les islamistes radicaux actuels n’ont pas « détourné » l’islam comme certains le prétendent – ils veulent simplement raviver l’islam traditionnel (Sword and Scimitar, Ibrahim, pages xiv-xv).

L’affrontement entre l’islam et la chrétienté est également marqué par des croyances religieuses incompatibles et la réticence de l’Occident d’adorer Allah ou d’accepter Mahomet comme son messager. L’islam reconnaît de nombreux personnages bibliques, dont Jésus, mais les musulmans pensent que les juifs et les chrétiens ont corrompu les Saintes Écritures et que les dernières révélations d’Allah à Mahomet ont rectifié ces problèmes – ils pensent que nous ne pouvons nous fier ni à l’Ancien ni au Nouveau Testament. L’islam enseigne que Jésus était seulement un prophète parmi d’autres et non le Fils de Dieu, qu’Il n’est pas mort crucifié et qu’Il n’a pas été ressuscité, mais au contraire qu’Il est monté aux cieux afin de revenir assister le Mahdi au Jour dernier pour convertir le monde à l’islam. Le Coran diffère beaucoup de la Bible, en permettant par exemple de frapper ses femmes (4 :34) et en ordonnant l’amputation de la main pour les voleurs (5 :38). La Bible enseigne d’aimer vos ennemis (Luc 6 :27), quand le Coran déclare que « les mécréants demeurent pour vous un ennemi déclaré » et « Tuez-les [vos ennemis], où que vous les rencontriez » (4 :101 ; 2 :191). Certains musulmans sont offensés par les lois occidentales qui s’opposent à celles du Coran. Certains considèrent que la liberté sexuelle et la dégénérescence de la morale dans un Occident de plus en plus impie sont un affront à Allah qui doit en être lavé.

 

Le dernier jihad

Quelle sera l’issue de la résurgence actuelle de la colère et de l’agressivité islamique ? L’Histoire montre que les conquêtes musulmanes pour la domination du monde au travers des guerres saintes (ou jihads) sont marquées par des périodes d’avancées et de défaites. La longue période d’efforts initiée par Mahomet lui-même prit fin avec les défaites à la bataille de Poitiers et lors du siège de Vienne. Les Turcs ottomans et les Tartares de Crimée virent la conquête de la Constantinople « chrétienne », mais cet effort prit fin avec la défaite de l’Empire ottoman lors de la Première Guerre mondiale.

La résurgence actuelle de l’islam est considérée par certains comme le début d’un « troisième jihad » – marqué par les attentats en Europe, en Amérique et ailleurs. Cependant, cette dernière résurgence ne se limite pas à la violence et au terrorisme. Ce jihad comprend aussi un aspect démographique, avec un taux de naissance élevé chez les musulmans et leur immigration massive en Europe et en Amérique du Nord. Ce jihad est devenu culturel, alors que certains musulmans réclament des tribunaux appliquant la sharia et des changements législatifs s’adaptant aux coutumes et aux pratiques musulmanes – tandis que des traditions locales sont interdites afin de ne pas offenser ces musulmans. Dans certaines régions de Suède, l’appel à la prière musulmane est autorisé, alors que les églises n’ont plus le droit de faire sonner les cloches. Dans le cadre de ce jihad culturel, des groupes musulmans font pression sur les écoles pour les obliger à présenter l’islam sous un jour favorable et organiser des journées spéciales où les élèves portent des vêtements musulmans, des noms musulmans et récitent des prières musulmanes – tandis que l’histoire et les coutumes des nations hôtes sont minimisées ou ignorées. De nombreux observateurs considèrent que cela fait partie d’une stratégie organisée pour islamiser et conquérir graduellement l’Occident (cf. sources à la fin de cet article). S’il ne s’agit pas d’une stratégie organisée, c’est assurément une tendance qui se développe. Bien entendu, l’État islamique et ses responsables ont ouvertement promis d’éradiquer Israël et de conquérir l’Europe, Londres, Rome et Washington.

 

Le monde arabe, l’Europe et la prophétie

L’islam finira-t-il par dominer le monde occidental ou l’Histoire prendra-t-elle une autre direction ? Le prophète Daniel écrivit : « Au temps de la fin, le roi du midi [du Sud] se heurtera contre lui [le roi du septentrion ou du Nord] » (Daniel 11 :40). Mais cette prophétie dit aussi que « le roi du septentrion fondra sur [le roi du midi] comme une tempête, avec des chars et des cavaliers, et avec de nombreux navires » – autrement dit, le roi du Nord réagira, il envahira et il occupera le territoire du roi du Sud (cf. Daniel 11 :41-43).

Le roi du Nord sera lié à l’ancien Empire romain (sous la forme d’une Union européenne) et il émergera comme le pouvoir central de la « bête » en Europe (Daniel 2 :40-45 ; 7 :7, 23-27). Il s’associera avec une Église dominante et un grand dirigeant religieux, également basé en Europe, et il sera composé de dix rois ou dirigeants qui remettront leur souveraineté à une autorité centralisée (voir Apocalypse 13 et 17). La prophétie de Daniel indique aussi que le roi du Sud sera lié à des pays du monde arabe dominés par l’islam. Le terrorisme islamique, la pression démographique constante de l’immigration musulmane en Europe et les efforts culturels pour promouvoir l’islam font partie de ce que beaucoup de gens perçoivent comme une menace islamique contre les identités, les valeurs et les territoires européens. De telles pressions joueront-elles un rôle de détonateur dans l’accomplissement des prophéties de la fin des temps ? Ce qui se déroule au Moyen-Orient pourrait bien être un tournant décisif majeur de l’Histoire – une répétition violente des croisades au Moyen-Orient – avec une fin destructrice mais habituelle pour ce dernier jihad.

 

Sources (en anglais) :
Differences : The Bible and Koran (Ben J. Smith)
Destiny Disrupted (Tamin Ansary)
The Third Jihad (Wayne Kopping et Erik Werth)

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +