Les États-Unis et le Royaume-Uni vont-ils galvaniser l’Europe ?

Commenter cet article

« Angela Merkel insiste pour rencontrer Donald Trump après qu’il a causé “de la stupéfaction et de l’agitation” parmi les dirigeants européens avec ses déclarations fracassantes sur l’OTAN, l’UE et la chancelière allemande elle-même » (The Times, 17 janvier 2017).

« Les gouvernements européens ont appelé à garder la tête froide et à resserrer les liens d’unité après avoir été choqués par les remarques du président élu Donald Trump contre l’OTAN et en prévoyant que d’autres nations de l’Union européenne suivraient le Royaume-Uni en quittant le bloc. » Selon l’article, le ministre délégué italien aux Affaires européennes a déclaré : « Si les Européens veulent être acteurs, pas seulement spectateurs, ils doivent travailler de façon plus rapprochée et accélérer la politique commune en matière de défense et de sécurité » (Bloomberg, 16 janvier 2017). 

Dans le même registre, le ministre français des Affaires étrangères a fait remarquer : « La meilleure façon de défendre l’Europe […] c’est de rester unis, de faire bloc, de ne pas oublier que la force des Européens, c’est leur unité » (RP France, 18 janvier 2017). Enfin, la chancelière Merkel a déclaré dans une interview parlant de Trump : « Nous, les Européens, avons notre sort entre nos mains » (Deutsche Welle, 16 janvier 2017).

La Bible prophétise qu’à la fin des temps plusieurs nations européennes, conduites par dix rois ou dirigeants, s’allieront sous l’autorité de la bête dirigée par l’Allemagne (voir Apocalypse 17). Ce dernier groupe doit encore émerger de la configuration actuelle de l’UE. Le Brexit et la nouvelle présidence américaine pourraient, entre autres, amorcer le rapprochement de ces nations. Visionnez notre émission La bête de l’Apocalypse pour en savoir plus.