Quand le christianisme devient illégal

Commenter cet article

Ceux qui se définissent eux-mêmes comme étant des chrétiens et qui tentent d’appliquer une moralité biblique telle qu’ils la comprennent sont désormais les groupes religieux les plus persécutés dans le monde (Newsweek, 4 janvier 2018). C’est triste à dire, mais c’est incroyablement vrai même dans des nations dont le « christianisme » est considéré comme la religion prédominante. Selon The Weekly Standard, le journal estudiantin, The Harvard Crimson, de l’université de Harvard, rapportait récemment que « le Bureau de vie estudiantine dans cette grande école a placé le groupe Harvard College Faith and Action sous “probation administrative” parce que ce groupe en question “fit pression sur un membre de sexe féminin […]  pour qu’elle démissionne en septembre suite à sa décision de sortir avec une autre femme” » (1er mars 2018). Ironiquement, l’université de Harvard fut fondée par un membre du clergé dont l’intention était d’assurer au Massachusetts un clergé dit « chrétien ». Aujourd’hui, Harvard se targue d’inclure et d’accepter tout type de religion et d’orientation. « Harvard punit un groupe d’étudiants chrétiens dont la direction estudiantine applique l’enseignement fondamental d’une éthique chrétienne sur la sexualité conformément à la doctrine chrétienne vieille de 2000 ans sur de telles questions. » Harvard fait partie de plusieurs universités américaines dont les croyances bibliques sont en train d’être discriminées à cause d’une politique existante sur la non-discrimination. Un complexe d’appartements privés en Floride a récemment établi un arrêté interdisant les études bibliques et les « louanges chrétiennes » en groupe dans les parties communes (Christian Daily, 10 mars 2018). Quelques résidents se sont plaints au Ministère américain du logement et du développement urbain parce qu’ils pensent que cet arrêté a violé la loi sur l’égalité d’accès au logement autorisant tous les groupes à se retrouver paisiblement entre eux.

Alors que les sociétés s’éloignent de la moralité biblique qui caractérisait autrefois ces mêmes nations dites chrétiennes, ceux qui se définissent comme étant des chrétiens sont condamnés pour leurs croyances basées sur la Bible. Par le prophète Ésaïe, Dieu a averti qu’à la fin des temps ce qui était mal sera appelé bien et le bien mal (Ésaïe 5 :20). Les concepts et les principes bibliques constatés par Alexis de Tocqueville comme étant l’ingrédient phare de la réussite américaine font malheureusement l’objet d’une discrimination progressive. Pendant combien de temps cette tendance va-t-elle continuer ? Pour trouver les réponses, lisez notre article intitulé « La criminalisation du christianisme ».