fbpx Wallace Smith | Le Monde de Demain

Wallace Smith

De nouveaux dieux, de nouveaux péchés

Beaucoup pensent que l’âge de la religion et de la superstition appartient au passé, que l’humanité a finalement surmonté ces jours anciens d’adoration de dieux, d’obéissance à des listes de commandements et de condamnations des péchés. Mais ils se trompent. Bienvenue à l’ère de « nouveaux dieux » et de « nouveaux péchés ».

[Le texte ci-dessous est l’adaptation de la transcription de cette émission du Monde de Demain.]

Beaucoup pensent que l’âge de la religion et de la superstition appartient au passé, que l’humanité a finalement surmonté ces jours anciens d’adoration de dieux, d’obéissance à des listes de commandements et de condamnations des péchés.

Mais ils se trompent. Bienvenue à l’ère de « nouveaux dieux » et de « nouveaux péchés » – une ère que nous allons explorer ici au Monde de Demain !

De nouveaux dieux

Bonjour à tous et bienvenue à notre émission, où nous vous aidons à comprendre le monde grâce aux pages de la Bible. Nous sommes ravis de vous avoir ici.

Dans cette émission, nous allons discuter de l’ère de « nouveaux dieux » et de « nouveaux péchés » qui nous entoure aujourd’hui. Nous allons également vous proposer un des DVD les plus puissants et les plus pertinents que nous ayons jamais envoyés à nos téléspectateurs : « Un monde pris de folie. » Comme toujours, ce DVD est entièrement gratuit pour ceux qui le demandent.

Vous pouvez commander ce média en cliquant sur l’image le bouton « DVD GRATUIT » dans le cadre « Offre de la semaine ».

Il peut sembler étrange de parler de « nouveaux dieux », mais ne vous y méprenez pas. Ce que Jésus-Christ déclara devant Ses disciples le soir de la Pâque, il y a environ 2000 ans, est toujours valable de nos jours : « La vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ » (Jean 17 :3).

Plus nous examinons le monde qui nous entoure, plus nous voyons une jungle de « nouvelles religions » qui poussent comme de mauvaises herbes. Il ne s’agit pas de religions traditionnelles du passé, centrées sur des dieux de la mythologie grecque, égyptienne ou scandinave, par exemple. Cependant, leurs partisans sont tout aussi passionnés que ces anciens païens. Et leur dévouement à l’égard de leurs divinités est tout aussi grand.

Ces « dieux » modernes dont nous allons parler aujourd’hui sont évoqués dans les paroles que Dieu inspira au prophète Ézéchiel dans Sa condamnation de l’ancien Israël – une condamnation qui est toujours valable de nos jours. Ézéchiel a écrit : « Et la parole de l’Éternel me fut adressée, en ces mots : Fils de l’homme, ces gens-là portent leurs idoles dans leur cœur, et ils attachent les regards sur ce qui les a fait tomber dans l’iniquité… » (Ézéchiel 14 :2-3).

Ils « portent leurs idoles dans leur cœur ». Il est facile de songer à des idoles sous la forme de statues de pierre ou d’or – ou encore à des gravures, des icônes et autres œuvres d’art. Et de telles images transgressent assurément le deuxième commandement !

Mais Dieu révèle ici que l’adoration des idoles va bien au-delà des objets que nous pourrions fabriquer avec nos mains ! Les êtres humains sont particulièrement adeptes de créer des idoles dans leur cœur – de faux dieux auxquels il se dédient religieusement, soumettant leur esprit, leurs actions, leur morale et leur conscience.

Et, mes amis, nous vivons de nos jours dans un panthéon virtuel d’idoles du cœur : comme les philosophies politiques, les causes sociales, les problèmes identitaires et les nouvelles visions du monde... La société qui nous entoure encourage un nombre croissant de « nouveaux dieux » et elle exige que toutes les « personnes raisonnables » les acceptent et les incluent dans leur liste de « nouvelles doctrines » éclairées et de « nouveaux péchés ».

Pis encore, les prêtres et les fidèles de ces « nouveaux dieux » sont de plus en plus disposés à imposer leur foi au monde et ils sont prêts à punir ceux qui se sortiraient du rang.

Contrairement au christianisme biblique qui, dès ses origines chercha à témoigner au cœur et à l’esprit des gens par de bonnes paroles et un bon exemple, les adeptes de ces « nouveaux dieux » ressemblent plutôt le christianisme apostat : ils sont prêts à utiliser la force pour obliger par tous les moyens la confession ou l’acceptation.

Que ce soit dans les tribunaux, les corps législatifs, les marchés financiers ou les médias, les partisans acharnés de ces « nouveaux dieux » cherchent à punir tous ceux qui oseraient défier la foi dans laquelle ils se sont jetés corps et âme.

La science omnisciente

Examinons quelques-unes des philosophies, des visions du monde et des idéologies des êtres humains qui ont été élevées au rang de « divinité » dans notre société actuelle.

Le premier « nouveau dieu » que nous allons examiner est celui de la science. Cela me brise le cœur parce que j’aime la science. Proverbes 25 et verset 2 nous dit que « la gloire de Dieu, c’est de cacher les choses ; la gloire des rois, c’est de sonder les choses. » Pour moi, la science est un des meilleurs exemples de sonder les choses.

Les avancées issues de la recherche scientifique ont fortement amélioré notre vie et elles ont apporté des solutions à un grand nombre de maladies, d’inconvénients et de souffrances humaines. Nous avons découvert certains secrets de l’Univers et notre compréhension du monde s’est considérablement accrue.

Cependant, la science ne remplace pas Dieu. Elle ne nous dit pas comment différencier le bien du mal. Les théories et les expérimentations qui ont révélé les secrets du monde subatomique nous ont aussi permis de fabriquer des armes qui ont dévasté Hiroshima et Nagasaki en 1945, tuant des centaines des milliers d’êtres humains.

Alors que les gens expulsent Dieu hors de la civilisation, quelque chose doit Le remplacer et ceux qui ne comprennent pas, ou qui ne se soucient pas, des limitations de la science sont heureux de bâtir des autels en son nom et de l’élever au rang de « nouveau dieu ». Et comme toute religion, ses adorateurs la créent avec ses orthodoxies, ses dogmes et ses péchés. En invoquant le nom de leur dieu, les gens cherchent à avoir le dernier mot en proclamant que la « science » est de leur côté – peu importe si d’autres études scientifiques soutiennent une opinion contraire.

Les scientifiques sont considérés comme des prêtres délivrant la parole de Dieu – et leurs opinions sont considérées comme des vérités canoniques, de sorte que tous ceux qui osent être en désaccord sont considérés comme des hérétiques devant être brûlés sur le bûcher – même si d’autres scientifiques apportent des preuves soutenant un point de vue contraire.

Trouvez-vous cette déclaration trop sévère ? C’est pourtant ce que confirme l’expérience de la vie réelle. Le site Internet FreeScience.today recense les noms de plusieurs scientifiques qui ont été pratiquement « excommuniés » pour s’être écartés du dogme de l’évolution. Ils ont perdu leur poste et leur emploi. Ils ont fait l’objet d’une enquête dans leur département et leurs cours ont été annulés. Au sujet de la mise à l’écart de l’un d’entre eux, Richard Sternberg, qui est titulaire de deux doctorats en biologie, voici les conclusions du Bureau américain des enquêtes spéciales : « Il est clair qu’un cadre de travail hostile a été créé avec pour objectif ultime de vous forcer à quitter le SI [Smithsonian Institute] » (“Richard Sternberg”, FreeScience.today). Son tort ? Avoir autorisé la publication dans un journal scientifique d’un article, après un examen collégial, qui ne dénigrait pas le design intelligent.

Car lorsque la science est élevée au rang divin, toute once de désaccord avec l’évolution devient une hérésie totale et les hérésies ne doivent pas être tolérées.

Le changement climatique

Un autre « nouveau dieu » que beaucoup associent à la science – bien qu’il ne soit pas exactement le même – concerne le « nouveau dieu » du changement climatique.

Soyons clairs : nous devons prendre soin de la Terre. L’homme n’a pas été fait pour la Terre, mais la Terre a été créée pour l’homme et nous devons gérer ses ressources avec sagesse.  Et je ne suis pas ici pour entrer dans le débat au sujet du changement climatique global – à savoir si le comportement de l’humanité en est ou non la cause principale.

Ce débat est devenu hors sujet, car une fois que le changement climatique a été élevé au rang de « divinité », cela met fin à toutes les discussions. Le bien suprême devient l’acceptation des « dogmes divins » concernant le changement climatique. Les bonnes et les mauvaises valeurs morales ne sont plus déterminées que par la doctrine de l’impact environnemental, qu’il soit valide ou non.

Il n’y a plus aucun problème à détruire la capacité de production d’une nation, ses systèmes économiques et ses structures sociales afin d’atteindre la nouvelle donne verte et de préserver l’environnement, car il s’agit du « nouveau dieu » du changement climatique. Le bien moral ultime est de prendre soin de la Terre – du moins de donner l’apparence d’en prendre soin.

Le professeur de science politique Michael Munger expliqua ce point dans un article de 2019 pour l’American Institute for Economic Research. Lors d’une conférence sur le recyclage, il démontra que le recyclage du verre pouvait être nocif pour l’environnement – en raison de la pollution générée, des coûts carbone, des dépenses, etc. Il s’attendait à une vague d’indignation de la part des personnes présentes qui défendaient toutes le recyclage. Mais il fut surpris par leur réaction. Il écrit :

« Un participant allait complètement dans mon sens : “Oh, nous savons tous que c’est absurde de recycler le verre. Le constat économique est simple. Mais les gens doivent continuer à recycler, car c’est la bonne chose à faire. Ça n’a rien à voir avec l’environnement. Il s’agit de mobiliser les gens afin qu’ils prennent soin du symbole de l’environnement. Globalement, ça vaut toujours la peine de recycler, quelques soient les répercussions.”

« Une jeune femme intervint : “Ce n’est pas un problème de mentionner ce genre de choses ici, car nous sommes des initiés. Mais il vaut mieux ne pas parler des questions économiques auprès du grand public. Nous devons aider à les entraîner à prendre soin de l’environnement et le recyclage est une des meilleures façons de le faire” […]

« Le message qui me tracassait et que je pensais être polémique n’avait rien de nouveau dans ce milieu professionnel. Mais c’était hors sujet, car le recyclage était un impératif moral pour eux. Une fois que vous commencez à voir le recyclage comme un symbole d’une dévotion religieuse, au lieu d’une solution pragmatique aux problèmes environnementaux, la situation générale prend tout son sens » (“For Most Things, Recycling Harms the Environment”, American Institute for Economic Research, AIER.org, 14 août 2019).

Cesser de consommer de la viande car vous êtes préoccupé par l’impact de la filière bovine sur le réchauffement climatique, ou encore décider de ne pas avoir d’enfants afin de réduire « l’empreinte carbone » de l’humanité... de telles actions sont considérées comme étant un faible prix à payer pour satisfaire les demandes du « nouveau dieu » du changement climatique. Mais si vous mangez un steak, que vous avez une famille nombreuse ou que vous ne recyclez pas cette bouteille de soda, attentez-vous à être qualifié de « pécheur ».

L’anarchie sexuelle

Nous avons examiné deux des « nouveaux dieux » de notre ère moderne. Notre prochain « nouveau dieu » concerne l’anarchie sexuelle.

En termes de sexualité, le modèle biblique est simple : l’humanité a été créée homme et femme – deux catégories biologiques clairement identifiables. Ces deux genres ont été créés l’un pour l’autre, afin que lorsqu’ils décident de s’engager l’un envers l’autre au sein du mariage, un homme et une femme profitent des avantages de cette union sacrée – dont l’intimité sexuelle et les enfants qui naîtront.

Pourtant, le « nouveau dieu » de l’anarchie sexuelle impose que la sexualité et la nature sexuelle ne supporte aucune règle, aucune contrainte, ni aucune loi naturelle.

Aux yeux de ses adeptes, ce « nouveau dieu » publie une longue liste détaillée de péchés qui peut être résumée très simplement : tous ceux qui affirment croire aux concepts bibliques du genre, de la sexualité ou du mariage sont, au mieux, prudes et, au pire, fanatiques. De tels concepts sont considérés comme beaucoup trop restrictifs par les adorateurs de l’anarchie sexuelle. Comme le mot « anarchie » l’implique, tout est envisageable.

La sexualité n’est plus réservée au mariage – et le « mariage » lui-même a été redéfini pour y inclure toutes les combinaisons possibles d’individus, quel que soit leur nombre ou leur genre. En fait, le genre lui-même a été redéfini. Il n’est plus seulement constitué d’hommes et de femmes, mais il a été « libéré » pour se déplacer avec fluidité le long d’un spectre de possibilités – sans aucune règle, contrainte ou limite.

Chaque année, de nombreux enfants sont sacrifiés à ce « nouveau dieu » de l’anarchie sexuelle. Les enfants qui sont considérés comme trop jeunes pour voter, servir dans l’armée ou conduire une voiture, reçoivent la permission de prendre une décision fondamentale, aux lourdes implications, concernant leur genre, qui peut modifier le restant de leur vie de façon irrémédiable.

Même plusieurs tribunaux ont commencé à reconnaître le problème que pose une telle situation. Le 1er décembre 2020, la BBC décrivait une affaire portée devant un tribunal contre le service de santé publique britannique par plusieurs personnes, dont une jeune femme qui s’était vu prescrire des inhibiteurs d’hormones pendant son adolescence afin de bloquer sa puberté de façon irrémédiable, car elle souhaitait alors être un homme. Les différentes plaignantes dans ce dossier ont gagné le procès. Elles ont fait valoir que des enfants n’avaient pas la capacité de prendre de telles décisions. Une des juges a déclaré :

« Il est hautement improbable qu’un enfant âgé de 13 ans ou moins possède les compétences pour donner son consentement à l’administration de bloqueurs de puberté. Il est improbable qu’un enfant de 14 ou 15 ans puisse comprendre et mesurer les risques et les conséquences à long terme de l’administration de bloqueurs de puberté » (“Puberty blockers : Under-16s ‘unlikely to be able to give informed consent’”, BBC News, 1er décembre 2020).

Mais ne vous attendez pas à ce que les croyants de l’anarchie sexuelle abandonnent leur foi après ce petit échec. Ils vont continuer à chercher à punir ceux qui pensent que la sexualité et la moralité selon la Bible représentent ce qu’il y a de mieux pour la société – et les sacrifices continueront à avoir lieu dans leur poursuite.

La révolution sociale

En fait, la foi dans le « nouveau dieu » de l’anarchie sexuelle ne représente qu’une seule secte parmi une multitude de « nouvelles religions » qui tombent sous l’égide d’un « nouveau dieu » plus grand que cela – comme Zeus était au-dessus tous les dieux dans la Grèce antique, ou Jupiter dans la Rome antique. Ce « nouveau dieu » plus étendu pourrait être appelé révolution sociale.

Une puissance particulière de ce « nouveau dieu » est sa capacité à s’adapter à l’image de l’adorateur. Si vous pensez que les normes concernant la sexualité et le genre sont le grand ennemi empêchant la société de progresser, alors la révolution tourne autour de ce sujet. Si vous étudiez en tant que femme dans une université prestigieuse et que vous pensez que le monde ne sera pas sûr tant que le patriarcat ne sera pas détruit, alors le « nouveau dieu » de la transformation sociale est prêt à bénir votre cause. Si vous pensez que le capitalisme est le VÉRITABLE fléau de la société, peu importe le nombre de vies qu’il a améliorées, alors la révolution est prête à vous aider à faire progresser l’extrême gauche, le communisme, ou même l’anarchie, avec des pancartes, des banderoles, voire des cocktails Molotov. Et si le rêve de Martin Luther King, selon lequel les gens seraient jugés sur le contenu de leur caractère plutôt que sur la couleur de leur peau, semble « ne pas suffire », alors la transformation sociale est prête à vous armer pour le combat sur les réseaux sociaux autour des théories raciales, dont la discrimination positive, ainsi que pour l’endoctrinement dans les écoles et sur les lieux de travail.

Tous les « nouveaux dieux » engendrent de « nouveaux péchés ». Pour le dieu de la révolution sociale, le plus grand péché devient le délit d’opinion – comme George Orwell l’avait imaginé dans son roman 1984. Ceux qui pensent différemment des partisans de la révolution sociale sont « effacés » et désavoués publiquement. Des professeurs d’université sont menacés de perdre leur titularisation. Des écrivains populaires, comme J.K. Rowling, sont menacés de boycott. Même les revenus des célébrités médiatiques peuvent être mis en danger lorsque d’anciens tweets ou commentaires sont découverts sur les réseaux sociaux, car l’inquisition examine chaque déclaration publique pour s’assurer que leur mode de pensée soit « pur ». Parfois, après avoir fait amende honorable, en se répandant en excuses publiques et déclarant leur fidélité à la nouvelle foi, ces individus sont pardonnés – même s’ils resteront souvent considérés comme suspects après cette « repentance » servile.

Le « péché » de la mauvaise opinion ne doit tout simplement PAS être toléré.

Conclusion

Dans un sens, ces « nouveaux dieux » ressemblent bien plus qu’il n’y paraît aux « anciens dieux » de la mythologie. Comme dans les légendes des anciens dieux grecs qui se querellaient, se jalousaient et se combattaient, ces nouveaux faux dieux font la même chose. Par exemple, les études scientifiques qui contredisent les conclusions des anarchistes sexuels sont qualifiées de haineuses et d’inexactes – sur des bases idéologiques et non factuelles. Et même au sein même des croyances individuelles générées par ces « nouveaux dieux », il y a aussi de nombreuses divisions. Certains des débats les plus mouvementés et les plus agressifs que vous pouvez trouver sur Internet ont lieu entre des féministes et des partisans de l’identité de genre.

Mais tous ces « nouveaux dieux » sont plus anciens qu’il n’y paraît. Chacun d’entre eux est la manifestation d’une espèce très différente de faux dieu ; il s’agit d’un être bien réel qui a dominé sur la Terre depuis des milliers d’années, Satan le diable.

Se référant à lui comme « le dieu de ce monde » (version Semeur) – ou, selon la version Louis Segond « le dieu de ce siècle » – l’apôtre Paul explique comment Satan utilise des tactiques comme ces faux dieux et ces idoles du cœur pour détourner les gens de la vérité du vrai Dieu de la Bible :

« Si notre Évangile est encore voilé, il est voilé pour ceux qui périssent, pour les incrédules dont le dieu de ce siècle a aveuglé l’intelligence, afin qu’ils ne voient pas briller la splendeur de l’Évangile de la gloire de Christ, qui est l’image de Dieu. » (2 Corinthiens 4 :3-4)

Depuis que le diable a incité Ève à manger du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal – en invitant Adam à manger avec elle – les êtres humains ont placé leur confiance dans leurs propres philosophies, leurs propres systèmes gouvernementaux et leurs propres hypothèses concernant le monde qui les entoure, au lieu de se laisser guider par le Dieu qui les a créés dans un objectif précis. Les « nouveaux dieux » actuels ne sont que les derniers exemples de la confiance mal placée de l’humanité dans sa propre folie.

Mais, heureusement, Dieu ne nous a pas abandonnés malgré une telle folie !

Il enverra Jésus-Christ sur cette Terre pour restaurer toutes choses et mettre en place Son Royaume – le seul véritable espoir pour l’humanité. Dans ce Royaume, les « nouveaux dieux » seront poursuivis et jugés ineptes, comme les faux dieux de l’Égypte lorsque le Tout-Puissant libéra les enfants d’Israël.

La science reviendra à sa place, comme outil pour découvrir et comprendre la création. L’anarchie sexuelle sera remplacée par la paix d’esprit de Celui qui a créé la sexualité. L’environnement sera restauré et les habitants de la Terre apprendront à le respecter de façon équilibrée. La transformation sociale ultime aura enfin lieu – l’ensemble de la société se tournera vers le vrai Dieu pour obtenir Ses directives, Sa sagesse et Son amour.

Que le Christ revienne bientôt et nous sauve au plus vite de ces « nouveaux dieux » en montrant au monde qui est le véritable Dieu.


De nouveaux dieux, de nouveaux péchés



La plupart des temples des faux dieux païens du passé sont désormais en ruine, mais l’homme moderne n’est pas moins « créatif » que ses ancêtres. Bienvenue dans un monde de « nouveaux dieux » et, avec eux, de nouveaux dogmes et de nouvelles obligations – ainsi que de nouveaux péchés.

Des réponses à vos questions bibliques!

Ceux qui lisent et étudient la Bible voient leur vie enrichie et éclairée par la direction divine qui se révèle dans ses pages. Mais cela ne signifie pas qu’ils ne trébuchent pas sur une ou deux questions de temps à autre. Aujourd’hui, nous allons examiner quelques questions que nous recevons souvent au sujet de la Bible et vous montrer comment trouver les bonnes réponses directement de la parole de Dieu. Si vous regardez régulièrement nos émissions, vous savez que nous basons tout ce que nous enseignons sur la parole de Dieu, la Bible.

Ceux qui lisent et étudient la Bible voient leur vie enrichie et éclairée par la lumière de la direction divine qui se révèle dans ses pages. Mais cela ne signifie pas qu’ils ne trébuchent pas sur une ou deux questions de temps à autre. Aujourd’hui, nous allons examiner quelques questions que nous recevons souvent au sujet de la Bible et vous montrer comment trouver les bonnes réponses directement de la parole de Dieu.

Vous pouvez connaître la vérité biblique

Bonjour à tous, et bienvenue au Monde de Demain où nous vous aidons à comprendre le monde à travers la Bible !

Si vous regardez régulièrement nos émissions, vous savez que nous basons tout ce que nous enseignons sur la parole de Dieu, la Bible. Lorsque Jésus-Christ pria Dieu la nuit précédant Sa crucifixion, Il demanda à Son Père de mettre à part Ses disciples du monde qui les entoure, en disant : « Sanctifie-les par ta vérité : ta parole est la vérité » (Jean 17 :17).

La parole de Dieu est la vérité. Aucune autre source de connaissance ne reflète l’Esprit même du Créateur comme la Bible, et les réponses aux questions essentielles de la vie se trouvent dans ses pages.

Mais cela ne veut pas dire que chaque verset est facile à comprendre ! En fait, certaines choses que nous lisons dans la Bible peuvent prêter à confusion. Mais les réponses sont à notre disposition, attendant que celui qui étudie diligemment, avec l’aide de Dieu, les découvre. Aujourd’hui, nous allons aborder trois questions bibliques que ceux qui étudient la parole de Dieu posent parfois, et nous allons vous montrer les propres réponses de la Bible à ces questions.

Pour ce qui est des questions bibliques d’aujourd’hui, voici les trois que nous allons aborder :

  1. Jésus-Christ enseigna-t-Il aux chrétiens de haïr les membres de leur famille ?
  2. Comment Judas Iscariot est-il mort exactement ?
  3. Pourquoi y a-t-il des âmes sous l’autel dans le livre de l’Apocalypse ?

Commençons par lire un verset qui suscite des questions chez nombre d’individus et voyons ce que la Bible révèle. Si vous avez une Bible à portée de main, reportez-vous à l’Évangile de Luc, où Jésus enseigna à une grande multitude. Nous y lisons dans certaines versions : « Si quelqu’un vient à moi, et ne hait pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, ses sœurs, plus encore sa propre vie, il ne peut être mon disciple » (Luc 14 :26).

À la lecture de ce verset, beaucoup se demandent si Jésus commande vraiment à Ses disciples de haïr les membres de leur famille.  

Bien sûr, l’idée que Jésus ordonne littéralement à Ses disciples de haïr leur mère, leur père et les autres serait réellement contraire à beaucoup de Ses autres enseignements. Chaque fois que vous rencontrez une contradiction apparente comme celle-ci dans la Bible, elle devrait toujours attirer votre attention, car la Bible – y compris les enseignements de Jésus – ne se contredit jamais. C’est ce que le Christ Lui-même dit dans Jean 10 :35, en rappelant aux dirigeants juifs auxquels Il s’adressait que « l’Écriture ne peut être anéantie ».

Alors, qu’entend-Il exactement dans ce passage ? Pour comprendre la Bible, il est important d’examiner le contexte de chaque verset, au lieu de se contenter de le lire séparément. Lorsque nous le faisons dans ce cas dans Luc 14, il est clair que Jésus parle des exigences des principes spirituels que Ses disciples doivent respecter. Plutôt que de leur dire : « venez tel que vous êtes », Jésus exige que Ses disciples changent pour Le suivre et qu’ils s’engagent pleinement à Lui. Au verset 27 de ce chapitre, par exemple, Jésus explique qu’il faut être prêt à porter sa propre croix pour être un de Ses disciples – non pas une croix littérale, mais il s’agit du fardeau de la persécution, des difficultés, de l’inconfort et des épreuves, voire de la mort – tout comme Lui. Il dit au verset 33 que Ses disciples doivent être prêts à abandonner tout ce qu’ils possèdent – prêts à renoncer à tout dans leur vie, et même leur propre vie, pour l’amour du Christ – sinon ils ne pourront pas du tout être Ses véritables disciples.

Ces versets donnent le contexte du message que Jésus a transmis. Il dit aux multitudes, et à nous, que nous devons Le considérer comme le centre de notre vie, pardessus toutes nos relations humaines, conforts physiques et possessions que nous pourrions détenir par ailleurs.

Il n’ordonne pas à Ses disciples de « haïr » littéralement les membres de leur famille. Voyez plus haut dans le livre de Luc, au chapitre 6, où Il enseigna aux disciples d’aimer même leurs ennemis : « Mais je vous dis, à vous qui m’écoutez : Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent, bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous maltraitent » (versets 27-28).

Pourquoi Jésus nous commanderait-Il d’aimer nos ennemis et ceux qui chercheraient à nous faire du mal tout en nous commandant de haïr les membres de notre famille ? Cela n’aurait aucun sens.

La déclaration de Luc 14 :26 est une question de préférence, et non de haine. Jésus dit que, pour être Son disciple, il faut être prêt à LE faire passer avant même nos affections les plus naturelles – nos parents, notre conjoint ou nos enfants. Cela ressort encore plus clairement en appliquant un autre principe de compréhension de la Bible : examiner plusieurs récits parallèles d’un même événement ou d’un même enseignement. Par exemple, ce même enseignement est formulé de façon plus claire par Matthieu dans son Évangile : « Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi, et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi » (Matthieu 10 :37).

En réalité, ceux qui renoncent à leur vie pour suivre Jésus-Christ, trouvent qu’ils n’aiment pas leur famille moins qu’avant. Au contraire, ils les aiment plus. Le fait de mettre Dieu au premier plan dans leur vie les aide à mettre de l’ordre dans toutes leurs autres priorités.

Donc, non, Il ne nous ordonne pas de haïr littéralement nos familles. Mais Il nous avertit que nous devons L’aimer par-dessus tout, plus que notre famille, et même plus que notre propre vie. 

Le contexte est important

La prochaine question en intrigue plus d’un lorsqu’ils lisent les récits de la mort de Judas et du début de l’Église apostolique : « Comment Judas Iscariot est-il mort exactement ? »

Vous vous souvenez peut-être que Judas Iscariot fut l’un des douze apôtres de Jésus. Celui qui Le trahit pour trente pièces d’argent. Et à première vue, les déclarations de la Bible sur la mort de Judas peuvent sembler contradictoires. Examinons deux passages clés et voyons si nous pouvons les concilier.

Dans Matthieu 27, nous lisons qu’après que Judas eut trahi Jésus pour 30 pièces d’argent, il éprouva des remords et essaya de rendre l’argent à ses conspirateurs, mais les sacrificateurs le refusèrent : « Judas jeta les pièces d’argent dans le temple, se retira, et alla se prendre » (verset 5).  

Les sacrificateurs estimèrent que l’argent était entaché de « prix du sang » et ne l’acceptèrent pas, en le laissant vraisemblablement au nom de Judas et, selon Matthieu, servit quelque temps plus tard pour acheter un champ dans lequel des étrangers pourraient être enterrés.

Cependant, bien que le livre des Actes parle du champ acheté avec l’argent de Judas, il semble décrire un destin différent pour le traître : « Cet homme, ayant acquis un champ avec le salaire du crime, est tombé, s’est rompu par le milieu du corps, et toutes ses entrailles se sont répandues » (Actes 1 :18).

L’achat du champ avec l’argent de Judas est cohérent, mais tomber la tête la première et éclater au milieu ne ressemble pas à une pendaison. Comment concilier ces récits ?

Comme nous l’avons déjà mentionné, chaque fois que nous voyons dans la Bible ce qui semble être des récits différents des mêmes faits ou circonstances, il n’est pas nécessaire de supposer une contradiction – en fait, Jésus nous dit que la parole inspirée de Dieu ne se contredit pas. Au contraire, les récits parallèles agissent comme de multiples témoignages, chacun ajoutant un élément complémentaire à l’ensemble.

Prenons, par exemple, l’écriteau qui fut cloué au-dessus de la tête de Jésus lors de Sa crucifixion. Selon l’Évangile que vous lisez, vous obtiendrez un rapport différent sur ce qui y était inscrit.

  • Matthieu 27 :37 – « Celui-ci est Jésus, le roi des Juifs »
  • Marc 15 :26 – « Le roi des Juifs »
  • Luc 23 :38 – « Celui-ci est le roi des Juifs » et Luc précise que c’était écrit en grec, en latin et en hébreu.
  • Jean 19 :19 précise que l’inscription de Pilate disait : « Jésus de Nazareth, roi des Juifs. »

Les auteurs des Évangiles se contredisent-ils ? Pas du tout ! En fait, non seulement ils disent essentiellement la même chose, mais quand on les met tous ensemble, on obtient une image plus complète – celle d’une inscription disant : « Celui-ci est Jésus de Nazareth, le roi des Juifs. »

De même, les récits de la mort de Judas ne sont pas contradictoires lorsqu’ils sont lus comme deux récits qui se complètent pour former une vue d’ensemble. Judas se pendit en effet par culpabilité et par honte. Mais après sa pendaison, son cadavre naturellement commença à se décomposer. Finalement, son corps se détacha de la corde, heurta le sol et éclata – une fin terrible et infâme pour celui qui trahit le Messie.

Encore une fois, lorsque vous comprenez que la Bible ne se contredit pas, en faisant appel à plusieurs récits pour donner une vue d’ensemble, le problème se résout de lui-même.

Des symboles bibliques expliqués

Pour la prochaine question, reportons-nous à Apocalypse 6. Ici, dans la vision que Jean eut du trône de Dieu dans le ciel, nous lisons cette étrange description :

« Quand il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l’autel les âmes de ceux qui avaient été immolés à cause de la parole de Dieu et à cause du témoignage qu’ils avaient rendu. Ils crièrent d’une voix forte, en disant : Jusqu’à quand, Maître saint et véritable, tarderas-tu à juger, et à tirer vengeance de notre sang sur les habitants de la terre ? Une robe balance fut donnée à chacun d’eux ; et il leur fut dit de se tenir en repos quelque temps encore, jusqu’à ce que soit complet le nombre de leurs compagnons de service et de leurs frères qui devaient être mis à mort comme eux » (Apocalypse 6 :9-11).

Alors, beaucoup se demandent : pourquoi ces âmes mystérieuses sont-elles sous l’autel dans la vision de Jean ? Cela signifie-t-il que les gens vivront, au ciel, sous un autel, jusqu’au retour de Jésus ? Cela semblerait certainement très étrange comme vie dans l’au-delà ! « Merci de votre fidélité et de votre sacrifice au nom du Christ ! Voici votre demeure – sous un autel ! »

Pour comprendre cette partie de la vision de Jean, nous devons d’abord comprendre que le livre de l’Apocalypse contient de descriptions littérales, mais utilise aussi de symbolismes. Par exemple, les versets 6 à 13 d’Apocalypse 8 décrivent les catastrophes écologiques qui surviendront sur la Terre avant le retour du Christ. C’est clair et littéral. Pourtant, le chapitre 6 décrit des événements tels que la séduction religieuse, la guerre, la famine et la peste, représentés symboliquement par quatre cavaliers montés sur des chevaux de différentes couleurs.

Dans ce cas, le symbolisme des âmes sous l’autel serait facilement compris par ceux qui étaient familiers avec les sacrifices des animaux au premier siècle dans le temple d’Hérode à Jérusalem – comme l’était sûrement l’apôtre Jean.

Lorsqu’un animal était sacrifié, le sang du sacrifice était versé au pied de l’autel. Nous lisons d’ailleurs une description de cela dans Lévitique 4 :7 : « Le sacrificateur mettra du sang sur les cornes de l’autel des parfums odoriférants, qui est devant l’Éternel dans la tente d’assignation ; et il répandra tout le sang du taureau au pied de l’autel des holocaustes, qui est à l’entrée de la tente d’assignation. »

Ainsi, les âmes dans la vision de Jean se trouvent au même endroit de l’autel que le sang des animaux versé pour le péché. Et, en effet, Apocalypse 6 :9 nous dit que les voix représentaient des innocents dont le sang fut versé à cause de leur fidélité à la parole de Dieu. Leur meurtre fait partie d’une terrible période de souffrance encore à venir sur la Terre – la grande tribulation prophétisée.

Pour comprendre plus clairement le symbolisme, considérons le récit de Caïn et Abel dans Genèse 4. Après que le méchant Caïn eut tué son frère innocent, Abel, Dieu le confronta en lui disant : « Qu’as-tu fait ? La voix du sang de ton frère crie de la terre jusqu’à moi » (verset 10).

Tout comme la voix du sang versé de l’innocent Abel cria symboliquement à Dieu, le sang des saints de Dieu versé dans la tribulation à venir réclamera la vengeance, décrit ici symboliquement comme venant du pied de l’autel. Donc, non, la Bible n’enseigne pas que les âmes des martyrs vivent consciemment dans une espèce de complexe de demeures sous un autel dans le ciel.

Nous voudrions conclure cette émission par quelques leçons générales que nous avons tirées de ces questions et voir comment nous pouvons les appliquer dans notre étude quotidienne de la Bible.

Conclusion

Il est très réconfortant de savoir que la Bible est une source fiable de vérité, digne de confiance dans tout ce qu’elle dit. Parce qu’elle a tellement plus à dire que n’importe quel livre d’histoire ou de philosophie jamais écrit par l’humanité. Elle répond aux questions les plus fondamentales de la vie, procure le seul véritable espoir et nous fait connaître la source même de la vie : Notre Dieu créateur.

Dans cette émission, nous avons répondu à trois questions bibliques courantes :

  1. Jésus-Christ enseigna-t-Il aux chrétiens de haïr les membres de leur famille ?

Absolument pas ! Il nous apprend à Le placer en premier, même au-dessus de ceux qui nous sont les plus chers. Mais tous ceux qui donnent la priorité au Christ finissent par aimer davantage les leurs.

  1. Comment Judas Iscariot est-il mort exactement ?

Nous avons découvert qu’en mettant les versets parallèlement, ils brossent une vue d’ensemble, à savoir qu’il se pendit effectivement avec remords et que son cadavre finit par tomber et éclater par le milieu.

  1. Pourquoi y a-t-il des âmes sous l’autel dans le livre de l’Apocalypse ?

Nous avons vu que dans ce livre certaines parties sont littérales et d’autres symboliques. Et nous avons relié d’autres Écritures qui décrivent l’autel dans le temple à l’époque de Jésus. Et nous avons examiné d’autres exemples qui utilisent de langage symbolique, comme la façon dont le sang d’Abel cria à Dieu au sens figuré. Nous avons trouvé que cette image revêt beaucoup de signification. C’est le sang de ceux qui ont été tués et dont la mort appelle Dieu à Se venger en leur nom.

Mais, nous avons fait plus que cela en répondant à ces trois questions. Nous avons également illustré un certain nombre de principes qui vous aideront à tirer davantage d’enseignements lors de votre étude de la Bible et à comprendre ce livre que trop de gens cherchent à rejeter.

Nous avons vu que répondre à des questions bibliques implique de comprendre le contexte du verset, comme par exemple l’ensemble du passage, et pas seulement le verset de façon isolée. Nous avons vu qu’il est utile de comprendre qu’il existe des informations complémentaires grâce à de récits parallèles, dans lesquels différentes déclarations se complémentent pour nous donner une vue d’ensemble et clarifier les confusions que les interprétations humaines créent. Et nous avons appris que nous devons nous efforcer d’examiner d’autres Écritures sur un sujet connexe, en permettant à la Bible de s’expliquer elle-même.

L’apôtre Paul écrivit à son jeune ami évangéliste Timothée, lui rappelant la puissance de la parole de Dieu dans les vies de ceux qui croient au message de Jésus-Christ. Il lui fit remarquer que…  

« … dès ton enfance, tu connais les saintes lettres, qui peuvent te rendre sage à salut par la foi en Jésus-Christ. Toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne œuvre » (2 Timothée 3 :15-17).

Notez que le Nouveau Testament n’était pas encore complété lorsque Paul consigna ces paroles, il avait donc principalement à l’esprit l’Ancien Testament. Nous avons vraiment besoin de la parole de Dieu tout entière, à la fois l’Ancien et le Nouveau Testament – alors ne laissez jamais personne vous dire le contraire.

Un de mes amis m’a un jour expliqué qu’il appréciait un prédicateur qu’il admirait beaucoup, et il lui fit l’un des plus grands compliments que je pense avoir jamais entendus. Il dit que cet homme connaissait la Bible comme on connaît un bon ami avec qui on passe vraiment beaucoup de temps. Vous pouvez aussi entretenir une relation semblable avec la Bible.


La fin des États-Unis

Les États-Unis sont actuellement la nation la plus puissante et la plus prospère du monde. Pourtant, les prophéties bibliques annoncent clairement que la grandeur des États-Unis sur la scène mondiale touche à sa fin. Cela aura assurément des répercussions sur le monde entier.

Les trois segments qui composent le DVD gratuit proposé dans cette émission, « L’ascension et la chute de la Grande-Bretagne et des États-Unis », sont également disponibles sur notre site Internet :

[Le texte ci-dessous est l’adaptation de la transcription de cette émission du Monde de Demain.]

Les États-Unis sont actuellement la nation la plus puissante et la plus prospère du monde. Pourtant, les prophéties bibliques annoncent clairement que l’époque des États-Unis sur la scène mondiale touche à sa fin. Restez à l’écoute pour apprendre pourquoi la fin des États-Unis s’approche.

Notre émission aujourd’hui concerne l’avenir des États-Unis. Mais, par conséquent, elle concerne l’avenir du monde entier. Alors que les événements prédits par la Bible frapperont les États-Unis et certaines autres nations de manière plus puissante, les prophéties déclarent aussi que ces événements finiront par s’étendre sur la Terre entière. Tous les êtres humains, dans tous les pays et sur tous les continents, ressentiront l’impact des choses à venir – et la vie sur la planète Terre ne sera plus jamais la même.

Dans cette émission, nous vous offrirons également un DVD gratuit, « L’ascension et la chute de la Grande-Bretagne et des États-Unis », qui contient une série en trois parties, présentée par l’évangéliste Gerald Weston, expliquant les promesses divines derrière l’ascension des peuples anglophones et les causes qui produiront leur chute. Ce n’est pas ce que beaucoup de gens pensent.

Aujourd’hui, nous allons nous concentrer sur les États-Unis. Selon votre perspective, les États-Unis peuvent ou non sembler être une nation au bord de la destruction et de la désolation. Selon la plupart des indicateurs économiques, les États-Unis possèdent toujours l’économie la plus forte du monde, avec un produit intérieur brut d’environ 22.000 milliards de dollars à la fin de 2019, un niveau bien supérieur à celui de leurs concurrents nationaux les plus proches. Leur puissance militaire est également inégalée.

Bien sûr, les États-Unis sont aussi un pays qui connaît des bouleversements ces derniers temps. Leurs politiciens sont de plus en plus désagréables et colériques – comme beaucoup de leurs citoyens. Les informations montrent régulièrement des scènes de manifestants se réclamant de l’antifascisme, des foules d’extrême droite et des étudiants d’université, tous cherchant à faire taire des points de vue opposés, avec colère, fureur et même violence.

Pourtant, les vrais problèmes des États-Unis ne sont pas de nature politique ou économique – et il n’y aura pas de solution politique ou économique pour les résoudre ! Ces problèmes ne sont que des symptômes !

Fondamentalement, les problèmes de l’Amérique sont d’ordre spirituel ! Les États-Unis sont confrontés à un avenir de destruction garantie, non pas à cause de la politique ou de l’économie, mais à cause de l’omniprésence des péchés nationaux ! Et tant que ces problèmes spirituels n’auront pas été réglés – jusqu’à ce que ces péchés soient confessés – il n’y aura aucun espoir pour la nation !

« Quels sont les péchés nationaux ? » demanderez-vous peut-être. Franchement, ils sont bien trop nombreux pour être énumérés dans cette émission ! Le DVD gratuit offert aujourd’hui : « L’ascension et la chute de la Grande-Bretagne et des États-Unis », ajoute des détails supplémentaires, mais faisons un bref tour d’horizon…

Considérez l’obstination actuelle de l’Amérique pour l’avortement. Selon l’institut Guttmacher – une organisation généralement favorable à l’avortement – plus de 2300 enfants par jour ont été avortés aux États-Unis en 2017 – soit environ un toutes les 38 secondes. Sans compter les fausses couches, 18% des grossesses en Amérique se terminent par un avortement. Il s’avère qu’aux États-Unis, l’un des endroits les plus dangereux pour un enfant se trouve dans le ventre de sa mère (“Induced Abortion in the United States”, Guttmacher.org, Fiche d’information, septembre 2019).

Considérez aussi la pornographie. Les États-Unis produisent à eux seuls 60% des sites Internet pornographiques du monde, soit environ 428 millions de pages web (“Porn Stats”, FightTheNewDrug.org, 22 novembre 2017). Cela représente plus d’une page web pornographique unique pour chaque être humain dans le pays, indépendamment de son âge ou de son sexe.

Ensuite, il y a l’état du mariage. Autrefois considéré comme un engagement sacré et à vie entre un homme et une femme – et comme le contexte approprié pour les relations sexuelles et l’éducation des enfants –, le mariage est aujourd’hui à peine un contrat social. Fin 2019, le centre de recherche Pew rapportait que plus de 85% des adultes américains déclaraient qu’il était parfaitement acceptable qu’un homme et une femme vivent ensemble en dehors des liens du mariage – en fait, 69% des adultes américains ont déclaré que cela était acceptable même si le couple ne prévoyait jamais de se marier (“Marriage and Cohabitation in the U.S.”, PewSocialTrends.org, 6 novembre 2019).

Mais comment pouvons-nous espérer que le mariage reste sacré alors que l’Amérique nage dans la confusion sur tous les fronts s’y rapportant ? Concernant les rôles du genre et de l’identité de genre elle-même, les États-Unis sont dans un état de confusion totale.

Et si les États-Unis peuvent se targuer d’être le pays qui compte la plus grande population de chrétiens autoproclamés au monde, cette population et ces institutions soi-disant « chrétiennes » ne sont guère d’une grande aide. Affaibli par des doctrines et des approches non-bibliques qui annulent la parole de Dieu, le christianisme américain correspond trop souvent à la description de la fin des temps donnée par l’apôtre Paul, « … ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force » (2 Timothée 3 :5), ainsi qu’à l’accusation que Jésus fit aux Pharisiens, lorsqu’Il leur dit : « Vous rejetez fort bien le commandement de Dieu, pour garder votre tradition » (Marc 7 :9).

Aussi difficile à croire que cela puisse être, suite à ces péchés et bien d’autres, sept malédictions spécifiques vont s’abattre sur les États-Unis, entraînant à terme leur chute.

Nous commencerons à énumérer ces sept malédictions dans la prochaine partie de cette émission.

Les trois premières malédictions

Nous avons terminé le dernier segment par une déclaration lugubre : sept châtiments ou malédictions s’abattront sur les États-Unis, selon la prophétie biblique. Nous allons maintenant vous dire exactement quelles sont ces malédictions.

La clé pour comprendre pourquoi cela arrivera, et comment nous pouvons le savoir avec certitude, est d’identifier les États-Unis et d’autres nations de nos jours dans la Bible. Le DVD gratuit offert dans cette émission, « L’ascension et la chute de la Grande-Bretagne et des États-Unis », a été conçu pour vous aider à faire cela. Il vous donne les connaissances nécessaires pour étudier les prophéties dans la Bible par vous-même et pour appliquer ce que vous apprenez au monde actuel qui nous entoure aujourd’hui.

C’est la compréhension expliquée sur ce DVD qui a permis à notre ministère de proclamer avec assurance que l’Allemagne de l’Est et de l’Ouest seraient réunifiées – 37 ans avant la chute du mur de Berlin. C’est ainsi que nous avons compris – et proclamé – que le terrorisme arriverait dans les pays occidentaux, bien avant le 11 septembre. Et c’est ce qui nous permet de vous proclamer la vérité biblique sur la chute des États-Unis avant qu’elle ne se produise. Tous ceux qui voudraient plus d’informations devraient commander le DVD, « L’ascension et la chute de la Grande-Bretagne et des États-Unis », afin de comprendre ces choses par vous-mêmes.

Maintenant, voyons ce que la Bible déclare sur les États-Unis, à moins que la nation ne fasse volte-face et ne se repente de ses péchés. Voici sept malédictions auxquelles les États-Unis feront face dans leur avenir, à moins qu’ils ne se tournent vers le Dieu qui leur a donné une telle prééminence et une telle puissance dans le monde. Bien qu’elles ne se réalisent pas nécessairement dans cet ordre, elles se produiront assurément, selon la parole de Dieu !

La première malédiction dont nous allons parler aujourd’hui c’est le terrorisme.

Dans des prophéties annoncées comme des avertissements à l’ancien Israël, mais applicables aux États-Unis et à certaines autres nations aujourd’hui, Dieu a parlé de ce qui se produirait si la nation se détournait de Lui, de Ses voies et de Ses lois. Nous voyons dans Lévitique 26 :16 que Dieu a dit : « Voici alors ce que je vous ferai : J’enverrai sur vous la terreur… »

Les événements du 11 septembre 2001 ont attiré l’attention du monde entier – quelque 3000 personnes ont perdu la vie lors d’une attaque terroriste coordonnée contre la nation la plus puissante de la planète.

Tandis que l’Amérique et d’autres nations ont depuis lors accru leur préparation en cas de futures attaques terroristes, la parole de Dieu promet qu’en dehors de la repentance nationale, nous n’en avons pas vu la fin. Car si c’est Dieu qui a permis la terreur pour un peuple, alors seul un retour à Dieu pourra mettre fin à cette terreur.

Nous nous sommes arrêtés sur ce verset du Lévitique, qui mentionne également la prochaine malédiction qui s’abattra davantage sur les États-Unis dans les années à venir. Cette malédiction concerne les maladies : « Voici alors ce que je vous ferai : J’enverrai sur vous la terreur, la langueur et la fièvre, qui rendront vos yeux languissants et votre âme souffrante… » (Lévitique 26 :16).

Bien que l’Amérique possède les technologies médicales les plus avancées de la planète, la parole de Dieu prophétise qu’à moins d’une repentance nationale à grande échelle, des maladies qui feront des ravages se trouvent à sa porte.

Bien sûr, ces derniers mois nous ont apporté le fléau du coronavirus, rejoignant une longue liste de nouvelles maladies qui vont apparaître sur la scène mondiale et attirer l’attention d’un public inquiet.

Mais si nous pensons que le coronavirus est le pire qui puisse arriver, la prophétie biblique nous avertit que nous nous trompons lourdement. Dans le Deutéronome 28 :22, Dieu dit à une nation pécheresse, par la bouche de Moïse : « L’Éternel te frappera de langueur, de fièvre, d’inflammation, de fièvre brûlante… »

Lorsque Dieu envoie de tels châtiments sur une nation en raison de sa réticence à se repentir et à changer, alors ne vous attendez pas à ce qu’un médicament, un vaccin ou une quarantaine y mette fin.

Une troisième malédiction nationale à cause de la désobéissance concerne la famine et la disette. Nous voyons Dieu l’annoncer dans Lévitique 26 :19-20 :« Je briserai l’orgueil de votre force, je rendrai votre ciel comme du fer, et votre terre comme de l’airain. Votre force s’épuisera inutilement, votre terre ne donnera pas ses produits, et les arbres de la terre ne donneront pas leurs fruits. »

C’est difficile à imaginer, n’est-ce pas ? Une nation qui déborde de nourriture comme les États-Unis (une nation dont le surplus de nourriture a été utilisé pour nourrir les affamés d’autres nations) sera amenée à un état de disette et dénuement.

Je pense que la panique régnerait dans les rues des États-Unis si les immenses supermarchés n’étaient approvisionnés qu’avec la moitié du pain qu’ils contiennent normalement. Mais imaginez la panique si tout le pain disparaissait ! La Bible dit que ces jours arrivent pour les États-Unis, à moins qu’ils ne se tournent vers Dieu et ne se repentent de leurs péchés.

Les quatre prochaines malédictions annoncées pour l’Amérique sont encore plus dévastatrices que celles dont nous avons parlé jusqu’à présent. Vous devez les connaître et savoir ce que vous pouvez faire pour y remédier.

Les quatre dernières malédictions

Cette émission est solennelle, c’est certain, mais le Dieu tout-puissant nous tiendra pour responsables si nous n’avertissons pas nos semblables. Et la destruction prochaine des États-Unis n’est pas une question de conjecture ou de spéculation. C’est une question de péché, de repentance et de prophétie. Jusqu’à présent, nous avons discuté de trois malédictions à venir sur les États-Unis dans les années à venir :

  1. Le terrorisme
  2. Les maladies
  3. La famine et la disette

Une quatrième malédiction contre l’Amérique, décrite dans la prophétie, concerne la dette nationale.

Bien sûr, vous pouvez dire que ce châtiment s’est d’ores et déjà abattu sur les États-Unis ! Aucune nation au monde n’est plus endettée que les États-Unis. Au moment où cette émission a été enregistrée, la dette nationale, telle que rapportée par USDebtClock.org, s’élevait à plus de 23.000 milliards de dollars. C’est assez de billets d’un dollar américain pour aller jusqu’à la lune et revenir plus de 850 fois !

Pourtant, les États-Unis ont actuellement la confiance du monde entier et leurs nombreux créanciers étrangers ne semblent pas se soucier des énormes emprunts que l’Amérique fait pour tenir ses engagements. Mais la Bible promet que cette confiance finira par s’effondrer. « L’étranger qui sera au milieu de toi s’élèvera toujours plus au-dessus de toi, et toi, tu descendras toujours plus bas ; il te prêtera, et tu ne lui prêteras pas : il sera la tête, et tu seras la queue » (Deutéronome 28 :43-44).

Les États-Unis, habitués à être l’une des nations les plus riches du monde, apprendront ce que c’est que d’être au bas de cette échelle, en découvrant la pauvreté et l’endettement. Ils apprendront l’ancienne sagesse révélée dans Proverbes 22 :7 : « Le riche domine sur les pauvres, et celui qui emprunte est l’esclave de celui qui prête. »

Mais la chute nationale des États-Unis ne s’arrête pas au domaine financier. Les prophéties indiquent clairement que les États-Unis connaîtront également une défaite militaire totale.

Je sais que c’est difficile à imaginer ! Actuellement, les États-Unis possèdent l’armée la plus puissante, la mieux équipée et la plus avancée technologiquement dans l’Histoire du monde. Mais la prophétie biblique est claire sur ce qui arrivera si l’Amérique ne se repent pas et ne cherche pas son Créateur et son Bienfaiteur : « L’Éternel te fera battre par tes ennemis ; tu sortiras contre eux par un seul chemin, et tu t’enfuiras devant eux par sept chemins ; et tu seras un objet d’effroi pour tous les royaumes de la terre » (Deutéronome 28 :25).

Nous voyons un avertissement similaire dans Lévitique 26 :17 : « Je tournerai ma face contre vous, et vous serez battus devant vos ennemis ; ceux qui vous haïssent domineront sur vous, et vous fuirez sans que l’on vous poursuive. »

J’espère que vous comprenez que je ne souhaite pas que ces choses arrivent. Je suis moi-même américain et j’aime mon pays. Comme l’ancienne cité de Ninive l’a fait lors de l’avertissement du prophète Jonas, je prie pour que les États-Unis se repentent et changent – qu’ils cherchent Dieu et se mettent sous la direction de Jésus-Christ, futur Roi des rois et Seigneur des seigneurs ! Mais si ce n’est pas le cas, alors ces châtiments s’abattront – y compris la prochaine malédiction sur notre liste : les villes d’Amérique seront dévastées.

Lorsque les États-Unis ont largué la première bombe atomique sur Hiroshima, au Japon, le monde découvrit à quel point une seule arme puissante peut causer la destruction. Pourtant, la prophétie parle d’un temps où une Amérique non repentante sentira le poids de cette destruction : « Partout où vous habitez, vos villes seront ruinées, et vos hauts lieux dévastés ; vos autels seront délaissés et abandonnés, vos idoles seront brisées et disparaîtront, vos statues du soleil seront abattues, et vos ouvrages anéantis » (Ézéchiel 6 :6).

Dieu dit encore : « Je réduirai vos villes en déserts, je ravagerai vos sanctuaires, et je ne respirerai plus l’odeur agréable de vos parfums. Je dévasterai le pays, et vos ennemis qui l’habiteront en seront stupéfaits » (Lévitique 26 :31-32).

Aussi catastrophiques que ces conditions puissent paraître, le plus dévastateur des châtiments à venir, à moins que la nation ne se repente, est peut-être la septième malédiction dans notre liste : l’esclavage et la dispersion.

Nous le voyons dans de nombreux versets, mais considérons ce passage dans Deutéronome 28 : « L’Éternel te dispersera parmi tous les peuples, d’une extrémité de la terre à l’autre […] Parmi ces nations, tu ne seras pas tranquille, et tu n’auras pas un lieu de repos pour la plante de tes pieds. L’Éternel rendra ton cœur agité, tes yeux languissants, ton âme souffrante » (Deutéronome 28 :64-65).

Des passages tels que le verset 32 du même chapitre parlent de parents séparés de leurs enfants, pour ne plus jamais les revoir, comme ce qui est arrivé à tant de Juifs pendant la Shoah au cours de la Deuxième Guerre mondiale.

Je ne prends aucun plaisir à dire ces choses. Nous proclamons cet avertissement pour tenter de réveiller les États-Unis de leur état spirituel !

Que pouvez-vous faire pour vous préparer pour l’avenir ? Y a-t-il autre chose à dire sur l’avenir des États-Unis ?

Il y a des mesures que vous pouvez prendre et il y a un espoir, malgré cette nuée de malheur et de tristesse ! Nous aborderons ce sujet dans la dernière partie de notre émission.

Conclusion

Dans cette émission, nous avons discuté des sept malédictions qui s’abattront sur les États-Unis s’ils ne se repentent pas de leurs péchés nationaux :

  1. Le terrorisme
  2. Les maladies
  3. La famine et la disette
  4. La dette
  5. La défaite militaire
  6. Les villes dévastées
  7. L’esclavage

Bien qu’il soit difficile d’imaginer que certaines de ces calamités puissent frapper la nation la plus puissante du monde, nous souhaitons que vous réalisiez qu’à moins que la nation ne se repente, ces malheurs sont sûrs et certains.

Mais même face à des nouvelles aussi déprimantes, il y a de l’espoir, car Dieu aime les gens du monde entier, y compris les Américains. Dieu n’inflige jamais un tel châtiment par méchanceté ou par cruauté, mais toujours pour produire une restauration à la fin. Comme nous le lisons dans l’épître aux Hébreux : « Car le Seigneur châtie celui qu’il aime, et il frappe de la verge tous ceux qu’il reconnaît pour ses fils » (Hébreux 12 :6).

Affligés par leurs souffrances et disposés à reconnaître le Dieu éternel qu’ils avaient rejeté, le retour de Jésus-Christ et le début de Son règne se traduiront par une restauration du peuple Américain et d’autres nations qui ressentiront le poids du châtiment à cause de leur désobéissance.

Malgré ces châtiments et ces épreuves, l’objectif divin est plein d’amour et de miséricorde. Il dit très clairement aux États-Unis, et aux autres nations, ce qu’Il ressent pour eux : « Car je connais les projets que j’ai formés sur vous, dit l’Éternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l’espérance » (Jérémie 29 :11).

Mais vous et moi, nous n’avons pas à attendre le retour du Christ pour chercher Dieu. Même si notre pays – quel qu’il soit – ne se repent pas, il n’y a aucun motif pour que vous et moi ne puissions pas le faire. Jésus nous met tous en garde sur notre état spirituel personnel, sachant qu’Il porte Son regard sur ceux qui sont disposés à aller à contre-courant de la tendance populaire pour Le rechercher, Lui et Ses voies : « Veillez donc et priez en tout temps, afin que vous ayez la force d’échapper à toutes ces choses qui arriveront, et de paraître debout devant le Fils de l’homme » (Luc 21 :36).

Au Monde de Demain, nous avertissons les États-Unis et toutes les nations du monde. Nous ne pouvons pas contrôler le fait que notre nation se repente ou non. Mais notre repentance personnelle, en tant qu’individus, dépend entièrement de nous.

Que chacun d’entre nous y prête attention ! Je sais que nous prions pour que cela soit votre cas.


Le remède contre la politique



Le discours politique actuel est un cancer détruisant la société. Est-il possible de le guérir ? 

Pages