Au bord du gouffre ?

Commenter cet article

Êtes-vous déjà allé au bord d’un profond canyon ou au sommet d’un gratte-ciel ? Vous souvenez-vous de vos impressions, alors que vous regardiez tout en bas ?

De nombreuses personnes ressentent cette même impression en regardant les actualités à la télévision ou en lisant les journaux. Un énorme gouffre se trouve devant nous, et la crainte qu’il provoque est tout à fait compréhensible. Dans de nombreux secteurs, les choses vont de mal en pis – dans l’éducation, l’économie et les problèmes sociaux, politiques, militaires ou religieux. Notre mode de vie est menacé et plusieurs commencent à se rendre compte que nous sommes, actuellement, proches d’une catastrophe mondiale qui pourrait emporter dans son sillage tout ce que nous pensions être stable et permanent.

Quels sont vos rêves et vos espoirs ? Sans une économie forte – nationale et individuelle – la majorité de nos projets deviennent inaccessibles. L’inflation mondiale entraîne la hausse des prix de tous les produits de consommation courante. Les conséquences se succèdent : notre pouvoir d’achat s’effrite, le marché de l’emploi s’essouffle et déstabilise les gouvernements.

Tandis que les experts et les politiciens parlent d’un risque de récession aux États-Unis, les mauvaises nouvelles économiques affluent, les entreprises peinent à faire des bénéfices, les travailleurs craignent les licenciements (Safe Money Report, juillet 2008). Tous les secteurs de l’économie américaine et mondiale sont interdépendants : si l’un fait défaut, les autres sont fragilisés. Le récent effondrement de la bourse a sapé la force de l’économie américaine.

En raison de la hausse fulgurante du prix des carburants, des constructeurs automobiles, comme Ford ou General Motors, ainsi que des compagnies aériennes, comme Continental, Delta et USAir, sont déficitaires. Ces entreprises épuisent rapidement leurs réserves de liquidité et sont au bord de la faillite, provoquant à leur tour des problèmes chez les fabricants aéronautiques tels qu’Airbus ou Boeing. Alors que ces géants de l’industrie perdent des marchés, ferment des installations et licencient des travailleurs, leurs fournisseurs et leurs sous-traitants sont à leur tour affectés. L’accroissement du chômage ainsi que la hausse des prix de l’essence et de l’alimentation diminuent le pouvoir d’achat. Cela affecte de nouveaux secteurs comme le commerce de détail, le tourisme, les arts, le monde du spectacle, etc.

Autrefois, les entreprises traversant une période difficile, pouvaient compter sur les banques et obtenir une assistance. Aujourd’hui, les bailleurs de fonds sont eux-mêmes ébranlés par un volume croissant de saisies hypothécaires, entraînant un resserrement des possibilités de crédit. Plusieurs grandes banques américaines seront  insolvables dans un avenir proche, mettant ainsi en péril les institutions financières étrangères dont la confiance reposait sur la qualité des fonds d’investissement et des bons du trésor des États-Unis. « Vos richesses sont pourries, et vos vêtements sont rongés par les teignes. Votre or et votre argent sont rouillés ; et leur rouille s’élèvera en témoignage contre vous, et dévorera vos chairs comme un feu » (Jacques 5 :2-3).

Cette crise est-elle si grave que cela ? À travers le monde, les rivaux des États-Unis anticipent avec impatience « l’ère post-américaine ». Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, les États-Unis étaient les policiers du monde. Sous leur hégémonie, plusieurs dirigeants nationaux sans foi ni loi furent réduits à néant. Maintenant, la Chine, la Russie, les nations islamiques – et même nos « anciens » amis d’Europe – se réjouissent de voir la grande Amérique récolter ce qu’elle mérite.

Pourquoi les États-Unis perdent-ils leur capacité à surveiller le monde et à contrôler leur propre destinée ? Dieu donna un choix à Son peuple : obéir à Ses lois ou faire les choses à leur façon (Deutéronome 30 :15-19).

Les États-Unis récoltent aujourd’hui les pénalités liées à leurs mauvais choix : « Vois, je mets aujourd’hui devant toi la vie et le bien, la mort et le mal. Car je te prescris aujourd’hui d’aimer l’Éternel, ton Dieu, de marcher dans ses voies, et d’observer ses commandements, ses lois et ses ordonnances, afin que tu vives et que tu multiplies, et que l’Éternel, ton Dieu, te bénisse dans le pays dont tu vas entrer en possession » (Deutéronome 30 :15-16). Ainsi, en tant que nation n’ayant pas observé les commandements divins, nous avons attiré sur nous les guerres ainsi que la ruine économique et politique (versets 17-18 ; Lévitique 26 :14-43).

La fin est-elle proche ? Y a-t-il de l’espoir ? Pour en savoir davantage à ce sujet, vous pouvez lire notre brochure intitulée Quatorze signes annonçant le retour du Christ.