La Grande-Bretagne se rapproche de Rome

Commenter cet article
Elizabeth II, reine de Grande-Bretagne, d’Irlande du Nord et de ses autres territoires, a donné son assentiment royal au Traité de Lisbonne, le mercredi 16 juillet 2008. Cet acte marque la fin effective de sa souveraineté sur cette grande nation, qui régna sur de vastes territoires en Afrique, en Asie et en Océanie.

Selon l’édition du Times, datée du 17 juillet 2008, le processus de ratification s’est achevé avec l’adoption du traité par les deux chambres parlementaires, avec « l’assentiment royal » de la reine et avec l’apposition de la signature du ministre des affaires étrangères sur les «instruments de ratification » rédigés sur un papier spécial sans chlore ne se dégradant pas avec le temps. Ces documents ont été scellés, reliés de cuir bleu et déposés à Rome en présence du ministre des affaires étrangères italien.

Quelles seront les conséquences de cet événement ?

En ratifiant le Traité de Lisbonne, le gouvernement britannique accepte la « politique étrangère et de sécurité commune » de l’Union européenne, décrite aux articles 23 et 24 du traité. Selon ces articles, « la compétence de l’Union en matière de politique étrangère et de sécurité commune couvre tous les domaines de la politique étrangère, ainsi que l’ensemble des questions relatives à la sécurité de l’Union » (article 24, paragraphe 1).

Par ailleurs, « les Etats membres appuient activement et sans réserve la politique extérieure et de sécurité de l’Union, dans un esprit de loyauté, de solidarité mutuelle et respectent l’action de l’Union dans ce domaine » (paragraphe 3).

De plus, « ils s’abstiennent de toute action contraire aux intérêts de l’Union ou susceptible de nuire à son efficacité en tant que force de cohésion dans les relations internationales » (paragraphe 3).

Les Britanniques (ainsi que les autres pays de l’Union) devraient réaliser la gravité de la situation. Cela veut dire qu’ils ne peuvent plus décider d’une action unilatérale pour la défense de leur pays ou d’une alliance stratégique avec une autre nation comme les Etats-Unis. Ils sont dorénavant subordonnés au Haut Représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. Cette nouvelle fonction, établie par le Traité de Lisbonne, sera effective lorsque le traité sera promulgué. Dès lors, le ministre des affaires étrangères britannique n’aura plus de pouvoir de décision finale en matière de sécurité nationale et de défense.

Si l’Union européenne déclarait une guerre contre les Etats-Unis, les forces britanniques seraient appelées à participer à l’action militaire, incluant, le cas échéant, l’utilisation de leur arsenal nucléaire !

Le gouvernement travailliste de Gordon Brown a ignoré les appels de l’opposition à l’organisation d’un référendum, comme il l’avait pourtant promis lors des dernières élections. Les travaillistes s’étaient engagés auprès des électeurs à organiser un plébiscite leur permettant de dire « oui » ou « non » à la Constitution européenne. Quand cette constitution fut transformée en traité, ils annoncèrent qu’il ne serait plus nécessaire d’organiser un référendum.

Quelles sont les conséquences de ces changements rapides en Europe ?

Les 27 pays membres de l’Union européenne s’aventurent en territoire inconnu, où la démocratie s’effrite, alors que des milliers de directives sont émises par la Commission européenne sans aucune consultation, ni représentation. Les membres de la Commission sont désignés, et non élus par les 460 millions de citoyens de l’Union.

Les prophéties bibliques parlent d’un dictateur à venir qui s’élèvera dans une région située au nord de la Terre Sainte et qui dominera le monde. Cette grande puissance économique, militaire et politique est appelée « la bête » dans le langage prophétique.

Les érudits bibliques ont souvent identifié cette bête comme étant l’Empire romain, qui a connu plusieurs résurgences au cours des siècles et qui prépare actuellement sa dernière résurgence.

Dans leur majorité, les Européens ne réalisent même pas quel sera leur avenir. Vous pouvez savoir et comprendre que cette superpuissance ne dirigera pas seulement l’Europe, mais aussi le monde entier.

Si vous désirez en apprendre davantage sur l’identité de cette « bête », et comment elle affectera la vie de tous les êtres humains dans un futur proche, vous pouvez lire notre brochure intitulée La bête de l’Apocalypse.