Les tendances religieuses significatives

Commenter cet article

Lentement – mais sûrement – l’évolution de la religion dans le monde démontre que les prophéties bibliques sont en marche, aujourd’hui. Jésus-Christ a prédit qu’il y aurait des tendances religieuses significatives, juste avant Son retour sur cette terre. Mais beaucoup de gens ignorent ce qui se passe autour d’eux, étant fort occupés par leur train de vie. Sans l’aide des prophéties bibliques, les médias modernes ne peuvent pas saisir la véritable signification de ces tendances. Nous ne devons pas nous permettre d’ignorer – ou de ne pas nous tenir au courant – de ces événements décisifs.


Un journal européen déclarait récemment : « Les catholiques fréquentent à nouveau l’Église […] L’Église catholique revient à ce qu’elle était […] Pour la première fois depuis les quatre dernières décennies, la présence à la messe est en hausse […] Les paroissiens d’âge mûr qui semblaient avoir abandonné la pratique religieuse retournent maintenant au bercail […] Les étudiants aussi semblent découvrir Dieu : ils étaient 6000 à assister à la messe dans une université de Dublin » (The Sunday Times, 6 mai 2001. C’est nous qui traduisons tout au long de cet article). Un prêtre irlandais remarque : « Je ne sais pas pourquoi, mais c’est ce qui se passe […] [les gens] veulent un peu plus que la simple satisfaction [matérielle] du Tigre celtique » (Ibid.). Il se passe la même chose en Grande-Bretagne, où le pourcentage des catholiques dans la population est passé de 2% en 1700, à 6% en 1900 et à 10% aujourd’hui. Un autre y voit « l’évidence d’un véritable renouveau catholique » (Daily Telegraph, 1er juillet 1999).

Cela arrive juste après une récente déclaration du Vatican, affirmant que l’Église catholique romaine était la seule véritable Église, et que les Églises protestantes, qui s’étaient détachées lors de la Réformation, étaient dans l’erreur du point de vue doctrinal et n’étaient « pas des Églises au sens propre » (BBC News, 5 septembre 2000). Sur la scène mondiale, le Pape est de plus en plus considéré comme le porte-parole spirituel de l’humanité – même par de nombreux protestants.

L’actualité signale une autre tendance croissante. Une étude récente a montré qu’« un tiers des jeunes chrétiens évangéliques croient qu’ils peuvent vivre ensemble avant le mariage » (The London Times, 5 mai 2001). Cette découverte a choqué les dirigeants de l’Église protestante, et a révélé un dilemme épineux : « Ou bien ils mettent l’accent sur la moralité sexuelle selon l’enseignement biblique, avec le risque de voir partir plus de jeunes gens, ou bien ils compromettent leur enseignement traditionnel, au risque de voir les générations plus âgées s’éloigner » (Ibid.). Contrairement aux positions catholiques, qui sont de plus en plus fermes sur les sujets théologiques et moraux, « une Église en Angleterre rapporte qu’on lui a déjà conseillé d’abandonner la phrase “vivre dans le péché” » (Ibid.). Une étude a révélé que de nombreux jeunes évangéliques considéraient qu’il était normal de voler de petits articles, et qu’il était nécessaire de mentir. Cette absence de moralité, parmi ceux qui se disent chrétiens, est à mettre en relation avec les enseignements de plus en plus libéraux de leurs chefs religieux.

Alors que les dénominations protestantes libéralisent leurs doctrines pour s’adapter aux idées populaires, l’assiduité à l’Église continue à chuter ! Un évêque britannique a déclaré que son Église était « non pertinente, ennuyeuse et […] qu’il était à peine possible d’inspirer ou de convertir quelqu’un » (The London Times, 22 décembre 1998). C’est inquiétant, car les chefs de l’Église anglicane peuvent croire tout ce qu’ils veulent. Un autre article observe que les tendances séculières, matérialistes et irréligieuses en Angleterre, sont tellement manifestes que « des missionnaires d’Amérique du Sud et d’Afrique se dirigent en Grande-Bretagne, pour sauver nos âmes dans un revirement des rôles traditionnels » (The Sunday Times, 1er juillet 2001).

L’histoire du déclin du protestantisme est la même en Amérique et dans les autres pays. Au cours d’une récente conférence de l’Église presbytérienne, la tentative des libéraux pour ordonner des homosexuels et de savoir si croire en Jésus-Christ était nécessaire au salut (Jean 14 :6 ; Actes 4 :12), a provoqué des turbulences au sein d’une confession qui fut longtemps considérée comme un bastion de la théologie chrétienne conservatrice. Un délégué fait remarquer que « les débats sur l’homosexualité et le christianisme ont diminué la capacité administrative de l’Église » (2001, WorldNetDaily.com). Un autre observe : « C’est la fin de l’Église telle que nous la connaissons » (Ibid.). Les membres conservateurs des principales confessions ont menacé de démissionner, si les enseignements fondamentaux de la Bible étaient volontairement abandonnés.

Mais que signifie tout cela ? Pourquoi le renouveau du catholicisme romain et le déclin du protestantisme sont-ils si significatifs ? La réponse est simple : Jésus a demandé à Ses disciples d’observer les signes spécifiques, annonçant que Son retour est proche (Matthieu 24 ; Marc 13 ; Luc 21). La supercherie religieuse est l’un de ces signes importants. L’apôtre Paul a décrit deux autres événements, qui précèderont le retour du Christ – une grande apostasie et l’apparition d’un faux chef religieux, très influant, sur la scène mondiale (2 Thessaloniciens 2 :1-4). Le mot « apostasie » vient du grec apostasia, qui signifie « un abandon délibéré d’une ancienne position », une grande rébellion, ou un rejet en bloc de la vérité des Écritures et des lois de Dieu (The Expositor’s Bible Commentary). C’est exactement ce que nous voyons aujourd’hui, de par le monde, lorsque le matérialisme remplace la spiritualité, et le libéralisme les enseignements moraux traditionnels. Cette apostasie se voit également dans les enseignements des théologiens libéraux, qui incitent à la perversion et aux compromis. De nombreuses prophéties concernant les temps de la fin en parlent (1 Timothée 3 ; 4 ; 2 Pierre 2 :1-14).

Les prophètes de l’Ancien Testament donnent encore plus de détails sur cette apostasie des temps de la fin. Ésaïe a averti qu’il viendrait un temps où le « peuple [les nations d’Israël] a pour oppresseurs des enfants, et des femmes dominent sur lui […] ceux qui te conduisent t’égarent » (Ésaïe 3 :12). Aujourd’hui, des théologiens soutiennent l’ordination des femmes au nom de l’égalité, et l’acceptation de l’homosexualité, du divorce et du concubinage au nom de la tolérance, bien que de telles pratiques soient contraires aux Écritures. Les libéraux affirment que les lois bibliques interdisant ces pratiques sont intolérantes, critiquables et démodées. Jérémie a prophétisé : « Malheur aux bergers qui détruisent et dispersent le troupeau de mon pâturage […] qui prophétisent en mon nom le mensonge » (Jérémie 23 :1, 25). Il a aussi prophétisé qu’il viendra un temps où les gens refuseront de marcher sur les « anciens sentiers » (Jérémie 6 :16). Ils mentiront, déroberont, tueront, commettront l’adultère et pratiqueront l’idolâtrie – tout en prétendant qu’ils sont encore le peuple de Dieu (Jérémie 7 :8-10). Jérémie a écrit cela à cause des faux enseignements des chefs religieux, « tous leurs troupeaux se dispersent » (Jérémie 10 :21). Il a même indiqué à quelle époque ces prophéties arriveraient, disant : « Vous le comprendrez dans la suite des temps » (Jérémie 23 :20). Ces événements s’accomplissent aujourd’hui !

Certains peuvent se demander si le renouveau catholique est une évolution positive, et si l’Église catholique est la seule véritable Église. La réponse apparaît lorsqu’on compare ses enseignements à ceux de la Bible. L’apôtre Paul a écrit que l’un des mensonges qui circulerait aux temps de la fin concernerait le célibat (1 Timothée 4 :3). Le célibat, pour les prêtres et les nonnes, est un facteur caractéristique de l’Église catholique. Pourtant, la Bible déclare : « Il n’est pas bon que l’homme [ou la femme] soit seul » (Genèse 2 :18). L’apôtre Pierre était marié (Marc 1 :29-31 ; 1 Corinthiens 9 :5). Marie n’est pas restée vierge toute sa vie, comme l’enseigne la théologie catholique ; elle a eu d’autres enfants après la naissance de Jésus (Matthieu 12 :47 ; 13 :55-56). La Bible sanctifie le sabbat (Exode 20 :8-11) que Jésus, les apôtres et l’Église apostolique continuèrent d’observer (Luc 4 :16 ; Actes 17 :2), cependant le Pape encourage ses fidèles à observer le dimanche (The London Times, 6 juillet 1998). La liste est longue. Le renouveau du catholicisme romain n’est qu’un aspect de la grande apostasie ou du rejet des enseignements bibliques. Il continuera à se développer – surtout en Europe – à la fin de cet âge (Apocalypse 13 ; 17).

Les tendances religieuses significatives, qui se développent, affecteront le cours de l’Histoire dans un futur proche. Nous voyons, dans l’actualité, que les prophéties sont en marche !

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +