Davantage de sorties de l’UE ?

Commenter cet article

En mai, un sondage a montré que seuls 39% des Italiens font confiance à l’UE. Partant de ce constat, un sénateur italien populaire a récemment formé un nouveau parti politique avec l’intention d’aider l’Italie à sortir de l’UE – tout comme l’a fait le Royaume-Uni (Le Matin, 23 juillet 2020). Quelques jours avant de former son parti, Gianluigi Paragone a rencontré « l’architecte du Brexit, Nigel Farage » pour avoir un aperçu du processus. Le parti du sénateur Paragone s’appelle « Pas d’Europe pour l’Italie » (Agoravox.fr, 29 juillet 2020). Paragone a déclaré : « L’euro est en fait un mark allemand légèrement dévalué, donc l’Allemagne fait mieux » dans « une union germanique » (Bloomberg, 23 juillet 2020). Il estime que l’UE n’est pas pour tous les Européens, mais qu’elle est plutôt une « construction germanique ». Paragone espère tirer profit du « sentiment anti-euro » croissant sur tout le continent. Cependant, ce sentiment négatif à l’égard de l’UE pourrait s’atténuer lorsque l’Italie recevra une aide financière substantielle du fonds de relance de l’euro récemment approuvé.

Il reste donc à voir dans quelle mesure l’Italie s’éloignera de l’Europe et de l’euro. Toutefois, l’Italie n’est pas la seule à éprouver un ressentiment croissant à l’égard de l’Union européenne centrée sur l’Allemagne et la France, car plusieurs pays parmi les 27 membres actuels semblent hésiter à déployer davantage d’efforts en faveur de l’UE. La prophétie biblique affirme clairement que le réveil final de l’Empire romain sera une combinaison de « dix royaumes » qui remettent leur pouvoir à une puissante « bête » centralisée pour un temps (Daniel 2 :41-43 ; Apocalypse 17). Pour plus d’informations bibliques sur cette future superpuissance européenne, regardez notre émission sur « La bête de l’Apocalypse ».