L’agitation mondiale s’intensifie

Commenter cet article

Une étude récente d’une grande société d’analyse des risques et de prévisions mondiales indique qu’environ « un quart des pays du monde ont connu une recrudescence des protestations et des troubles l’année dernière » (News-24.fr, 16 janvier 2020). Les conclusions de l’étude se fondent sur la gravité et la fréquence des protestations contre les gouvernements, l’utilisation des forces de sécurité pour contenir les troubles et les atteintes nationales aux droits civils. Selon l’étude : « La rage refoulée qui a débouché sur des manifestations de rue au cours de l’année dernière a pris la plupart des gouvernements par surprise... [La plupart] des griefs sont profondément ancrés et il faudrait des années pour y remédier » (The Guardian, 16 janvier 2020). Selon le rapport, de nombreuses manifestations de colère ont été motivées par des griefs similaires : « la stagnation des revenus et l’augmentation des inégalités [...] la perte de confiance dans les élites politiques traditionnelles, la corruption et l’érosion des droits civils et politiques ». Les auteurs de l’étude prédisent que l’intensité des troubles et le nombre de nations concernées augmenteront au cours de l’année prochaine. Alors que « Hong Kong et le Chili [ont été identifiés] comme les deux points d’éclair les plus touchés par les troubles », les chercheurs prévoient que « 75 des 125 pays examinés connaîtront [...] une augmentation des troubles [en 2020] [...] Les pays identifiés dans cette tranche troublante comprennent les nations très influentes de la Russie, de la Chine, de l’Arabie saoudite, de la Turquie, [et] de la Thaïlande » (News-24.fr, 16 janvier 2020).

Les gens heureux vivant dans un environnement stable et pacifique, qui se sentent en sécurité et dont les besoins sont satisfaits ne ressentent généralement pas le besoin de protester. Les gouvernements qui répondent aux réels besoins de leur population ont tendance à être stables et durables. Le livre des Proverbes reprend ce principe fondamental du leadership : « Quand les justes sont avancés, le peuple se réjouit ; mais quand le méchant domine, le peuple gémit » (Proverbes 29 :2, Martin). La Bible révèle que la fin de cette ère sera marquée par des « temps difficiles », avec la propagation de la violence, de bruits de guerres et de conflits ethniques (Matthieu 24 :1-7 ; 2 Timothée 3 :1-4). Cependant, la Bible indique également qu’une puissance qui surgira en Europe, appelée « la bête », fournira une apparence temporaire et superficielle de paix et de stabilité – peut-être en rétablissant une certaine stabilité financière qui apaisera les troubles civils (voir Apocalypse 13 et 18). Pour en savoir plus sur l’impact que cette puissante « bête » aura sur le monde, lisez notre brochure intitulée La bête de l’Apocalypse – mythe, métaphore ou réalité à venir ?