L’année du cochon !

Commenter cet article

Dans le calendrier lunaire chinois, 2019 est l’année du cochon. Pour de nombreux Chinois, le porc est un symbole de chance et de richesse. La Chine produit (et consomme) plus de porc que les États-Unis et l’Europe réunis – cela fait partie de leur nourriture de base. Fin 2018, la peste porcine africaine a commencé à sévir dans les élevages porcins chinois. Depuis, des millions d’animaux ont succombé à cette maladie. Selon les autorités, la Chine pourrait perdre jusqu’à 200 millions d’animaux (environ un tiers du total) avant que la maladie ne soit totalement jugulée.  Le virus qui infecte les porcs est jusqu’à présent inoffensif pour l’homme. Cependant, il décime de nombreuses petites exploitations porcines indépendantes en Chine. « Les analystes affirment qu’il n’y a pas assez de porc dans le monde pour combler la pénurie prévue en Chine et que les consommateurs se tourneront probablement vers d’autres viandes comme substitut » (CNN, 15 mai 2019 ;  France 24, 20 mai 2019). Les cours mondiaux du porc devraient également augmenter, car la viande porcine d’autres pays est expédiée en Chine. Entre-temps, la maladie a également migré vers d’autres pays asiatiques, dont le Cambodge et le Vietnam, et est apparue en Europe de l’Est avant même qu’elle ne soit découverte en Chine.

Il est triste de voir autant de porcs mourir de la peste porcine africaine. Pourtant, il s’agit d’une maladie qui n’aurait qu’un impact minime sur les populations porcines s’il n’y avait pas d’élevages porcins de production intensive. La Bible fait clairement la différence entre les animaux que Dieu a conçus pour la nourriture et ceux qu’Il a créés à d’autres fins (voir Lévitique 11 et Deutéronome 14). Le porc n’est pas un animal que Dieu a destiné à la consommation humaine, et la science a mis en lumière ces dernières décennies pourquoi Dieu fait de telles différenciations. Pour plus de détails sur les mets que Dieu avait l’intention de servir à la consommation humaine, assurez-vous de lire nos articles intitulés « Principes bibliques pour une bonne santé » et « Voulez-vous vraiment en manger ? »