Q&R - Prier Jésus-Christ

Commenter cet article

Qui doit-on prier ? Le Christ, Dieu le Père ou les deux ?

QUESTION :

Un ministre m’a dit qu’il ne fallait pas prier Jésus-Christ, car Son sacrifice a levé le voile qui séparait les êtres humains d’avec Dieu le Père, à qui nous devrions désormais adresser nos prières. Est-ce vrai ?

RÉPONSE :

Non, il n’est pas mal de prier Jésus-Christ. Dieu est notre Père aimant, mais nous ne devrions pas laisser de côté Son Fils bien-aimé, Jésus-Christ. Les Écritures nous montrent que Jésus-Christ est digne de recevoir nos prières. Nous savons qu’Il était le Dieu de l’Ancien Testament (1 Corinthiens 10 :1-4). Il était avec Dieu le Père dès le commencement (Jean 1 :1-4). La Parole qui était avec Dieu, au commencement, fut incarnée (Jean 1 :14-15).

Les Écritures nous donnent l’exemple du diacre Étienne, le premier martyr connu de l’Église apostolique : « Et ils lapidèrent Étienne, qui priait et disait : Seigneur Jésus, reçois mon esprit ! » (Actes 7 :59). Même au tout dernier instant de sa vie, alors qu’il était lapidé à cause de sa prédication audacieuse, Étienne fit appel, non pas à Dieu le Père, mais à Jésus-Christ, son Sauveur. Étienne savait qu’il était intensément proche à la fois de Dieu le Père et de Jésus-Christ.

Jésus accepta l’adoration et le respect des autres à Son égard. Lorsqu’Il apparut à Ses disciples, après Sa résurrection, certaines des femmes « s’approchèrent pour saisir ses pieds, et elles l’adorèrent » (Matthieu 28 :9).

Cependant, nous ne devons pas laisser de côté Dieu le Père, à qui doivent s’adresser la plupart de nos prières. Jésus-Christ déclara que Lui et Son Père sont « un » en pensée, en attitude et dans leurs desseins (Jean 10 :22-39 ; Jean 17 :20-23). Depuis Sa résurrection, Jésus-Christ, en pleine gloire, est assis à la droite de Dieu le Père (Hébreux 10 :12 ; 1 Pierre 3 :21-22).

Jésus-Christ est Dieu comme Dieu le Père est Dieu. Sans Son sacrifice, le voile qui séparait les êtres humains de Dieu le Père n’aurait pas été retiré (2 Corinthiens 3 :14). Si nous ne prions pas le Père, nous sous-estimons la valeur du don offert par Jésus-Christ, qui nous a appris à prier le Père qui jouit de la prééminence (Matthieu 6 :9 ; Jean 14 :28). Nous ne devons pas ignorer Ses instructions concernant l’honneur dû à notre Père aimant.

Cependant, même quand nous prions Dieu le Père, nous le faisons au nom de Son Fils bien-aimé, Jésus-Christ : « Et quoi que vous fassiez, en parole ou en œuvre, faites tout au nom du Seigneur Jésus, en rendant par lui des actions de grâces à Dieu le Père » (Colossiens 3 :17).

L’apôtre Paul manifesta aussi l’espoir que les chrétiens « aient le cœur rempli de consolation, qu’ils soient unis dans l’amour, et enrichis d’une pleine intelligence pour connaître le mystère de Dieu, savoir Christ, mystère dans lequel sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la connaissance » (Colossiens 2 :2-3). Notre Sauveur ne nous a pas seulement enseigné à prier Dieu le Père, mais Il rend aussi ces prières possibles. Néanmoins, Dieu le Père ne nous demande pas d’éviter d’entretenir une relation personnelle, aimante, avec Son Fils bien-aimé (Matthieu 17 :5). Les Écritures nous montrent que Dieu le Père est le Membre principal de la Famille divine, comme l’a reconnu Jésus-Christ Lui-même. Avant le sacrifice du Christ, un voile séparait l’humanité de Dieu le Père, et c’est ce sacrifice qui supprima le voile. Conformément aux enseignements de Jésus-Christ, c’est à Dieu le Père que nous devons adresser nos remerciements, nos éloges et nos requêtes lorsque nous prions. Cependant, nous pouvons voir également que ces prières parviennent à Dieu le Père, au nom de notre Sauveur Jésus-Christ, avec qui nous devrions entretenir une relation personnelle et intime. Suivant l’exemple biblique d’Étienne, il n’y a pas de doute qu’une partie de cette relation puisse se traduire en adressant certaines de nos prières au Fils bien-aimé du Père : Jésus-Christ.

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +