Rechercher la vraie chrétienté

Commenter cet article

Comme je l’ai mentionné dans le passé, j’ai eu une enfance « ordinaire », comme la plupart d’entre vous qui lisez cette revue. J’ai grandi dans le Missouri et pendant 19 ans, je faisais partie d’une Église « dominante » très respectée. Mes parents étaient diplômés d’une école dirigée par cette Église. Je fus délégué de ma classe de catéchèse le dimanche et je fus diplômé de l’école secondaire de Joplin.


J’étais co-capitaine de l’équipe de course sur piste et je fus champion sur 1 mile (1,6 km) pendant trois années consécutives. J’étais bon au football américain et je fus deux fois Gants d’or en boxe. Je devins lieutenant dans le Programme du Corps d’entraînement des officiers de réserve de mon école secondaire. Plus tard, j’ai étudié à la faculté de Joplin où je fus élu président du Club de discussion – une organisation destinée à discuter des affaires civiques et des événements mondiaux.

J’étais en somme quelqu’un de « normal » – un « Américain moyen ».

Cependant, au début de mes études secondaires, un de mes meilleurs amis se tua pendant un combat de lutte. Cette tragédie m’incita à chercher si Dieu était réel et à trouver de vraies réponses. Je commençai à voir que la véritable « clé » de la chrétienté était de savoir si nous croyions et observions bien ce que Jésus-Christ et les premiers apôtres ont cru et mis en pratique. Que disaient-ils à propos du paradis et de l’enfer ? Que disaient-ils sur le but de la vie ? Quel jour de la semaine et quels Jours saints annuels observaient-ils ? Que disaient-ils à propos de la « fin du monde ? », du second Avènement du Christ et de ce que les véritables saints doivent faire avant le retour du Christ ? Quelle serait réellement notre « récompense » ?

L’Église originelle

Une étape importante pour comprendre la mosaïque de la « chrétienté » actuelle, qui contredit directement les enseignements et les pratiques du Christ et des premiers apôtres, est d’étudier le mode de vie de l’Église-mère originelle et véritable – l’Église de Dieu à Jérusalem.

Paul écrivit ainsi aux croyants non-Juifs à Thessalonique : « Car vous, frères, vous êtes devenus les imitateurs des Églises de Dieu qui sont en Jésus-Christ dans la Judée » (1 Thessaloniciens 2 :14). Presque tous les historiens reconnaissent que le premier siège central de l’Église était basé à Jérusalem – établissant un modèle pour l’enseignement et le mode de vie pratiqué par les véritables chrétiens.

L’Œuvre monumentale d’Edward Gibbon, Histoire du déclin et de la chute de l’Empire romain, est un des ouvrages séculiers les plus respectés et les plus approfondis sur cette période de l’histoire. En parlant des ères apostolique et postapostolique, Gibbon écrit : « Les quinze premiers évêques de Jérusalem furent tous des Juifs circoncis ; et la congrégation à laquelle ils présidaient unissait la loi de Moïse avec la doctrine de Jésus-Christ. La tradition primitive d’une Église fondée quarante jours seulement après la mort du Sauveur, et gouvernée pendant presque autant d’années sous l’inspection immédiate des apôtres, devait naturellement être reçue comme le modèle de la foi orthodoxe. Les Églises éloignées avaient souvent recours à l’autorité respectable de leur mère » (tome 1, chapitre 15, éditions Laffont, page 332. Traduction François Guizot).

Je dois préciser que « la loi » observée par les premiers chrétiens n’était pas la loi de Moïse dans son intégralité. Les véritables chrétiens observaient les Dix Commandements et les statuts de Dieu –magnifiés dans l’esprit, par rapport à l’Ancien Testament. Les véritables chrétiens ne croyaient pas qu’ils devaient continuer à observer les aspects cérémoniaux de la loi de Moïse, pas plus que les lois civiles et administratives que Dieu avait données à Israël. Mais puisque ces premiers chrétiens continuaient à observer le sabbat biblique, les Fêtes annuelles de Dieu, la dîme et certaines restrictions alimentaires (cf. Lévitique 11), de nombreux historiens ont continué à dire à tort qu’ils suivaient la « loi de Moïse » – faisant l’amalgame entre les commandements et les statuts de Dieu avec les sacrifices d’animaux et les ablutions rituelles. C’est absolument faux et trompeur !

Un petit troupeau

La vérité est qu’il y a toujours eu un « petit troupeau » de croyants (Luc 12 :32), qui a suivi les enseignements et les pratiques du Christ et des apôtres. Mais depuis les temps apostoliques, ils ont été traqués, persécutés et ils sont passés presque inaperçus dans le monde. Lorsque les premiers hérétiques s’emparèrent de l’Église existante et du nom de « chrétien », le dernier apôtre originel fut inspiré à écrire au sujet de l’un d’eux : « J’ai écrit quelques mots à l’Église; mais Diotrèphe, qui aime à être le premier parmi eux, ne nous reçoit point. C’est pourquoi, si je vais, je rappellerai les actes qu’il commet, en tenant contre nous de méchants propos ; non content de cela, il ne reçoit pas les frères, et ceux qui voudraient le faire, il les en empêche et les chasse de l’Église » (3 Jean 9-10).

Ainsi, les véritables disciples étaient « chassés » des congrégations locales et Jean lui-même, l’ami du Christ parmi les apôtres, n’était pas certain de pouvoir leur rendre visite pour régler la situation !

Des siècles plus tard, la plupart des gens sont toujours confus à propos de la vraie religion de Jésus-Christ. Ceux qui professent la chrétienté sont divisés en centaines de sectes et de dénominations concurrentes. Mais très peu comprennent la forme de chrétienté originelle que le Christ et les apôtres ont enseignée et mise en pratique ! Le monde « chrétien » a été bâti sur des sables mouvants. Son système moral est impotent sans la fondation solide de la loi de Dieu. Les forces séculières lui dictent de plus en plus son mode de conduite, ce qui était autrefois la prérogative des dirigeants religieux.

Un autre Jésus !

De nos jours, nous voyons des gens pervertis s’emparer des postes clés dans les gouvernements, dans l’éducation et même dans certaines Églises dominantes. Nous voyons les statistiques horribles des millions de bébés tués avant terme, dont on écrase la tête avant de les aspirer hors du ventre de leur mère ! Nous voyons une civilisation sur le point de s’effondrer. Nous vivons dans une société qui sera bientôt punie par le grand Dieu qui donne la vie et le souffle.

Pourquoi ? Dans une large mesure, nos peuples ont été séduits à croire dans un « autre Jésus » – ils ont aussi perdu le contact avec le vrai Dieu et Son mode de vie.

Jésus déclara : « Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais seulement celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom ? n’avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité » (Matthieu 7 :21-23).

L’iniquité ?

Oui ! La religion qui utilise le nom de chrétienté a adopté des idées et des pratiques païennes venant de l’ancienne religion à mystère babylonienne, en violation directe avec la loi de Dieu ! Dans 2 Thessaloniciens 2 :7, l’apôtre Paul en parle comme du « mystère de l’iniquité ». Ce faux culte a été institué en remplacement du mode de vie simple enseigné par Jésus et les apôtres. Le mode de vie de Jésus était basé sur l’obéissance aux Dix Commandements, à travers l’aide du Saint-Esprit habitant en nous, que nous recevons après nous être repentis et avoir été baptisés.

Dans cette œuvre du Dieu vivant, nous enseignons et mettons en pratique – du mieux possible et avec l’aide de Dieu – le même « mode de vie » de base enseigné par le Christ et Ses apôtres. Une de nos devises est : « Restaurer le christianisme originel ! »

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +