Jérémie ou la “doctrine de la prospérité”

Wyatt Ciesielka
Commenter cet article
Les partisans de la « doctrine de la prospérité » proclament que Dieu veut vous donner la joie et les richesses matérielles… maintenant. Ces idées positives ont le mérite d’être optimistes, mais Dieu vous promet-Il la prospérité, la santé et la joie pendant cette vie ? Dans les années à venir, il est possible que cette question, de même que la solidité de votre relation avec Dieu et avec Jésus-Christ, devienne plus sérieuse que vous ne l’imaginez.

Reprenant le flambeau de Jim Bakker et Jimmy Swaggart, une nouvelle génération, dont font partie Joel Osteen, Benny Hinn et Kenneth Copeland, défend maintenant la « cause de la prospérité ». Et leur message est bien accueilli. Leur message est que Dieu veut nous donner immédiatement les richesses matérielles, la santé et la réussite, et que nous ne devons pas être inquiets de la crise économiques, des problèmes géopolitiques et de l’avancement des prophéties.

Ce message est agréable, mais il est incomplet.

Pendant les années d’avertissement à l’ancien royaume de Juda, il y avait des prophètes et des prêtres qui prêchaient la « prospérité » de la même manière. Cependant, Dieu consacra Jérémie pour être un véritable prophète des nations (Jérémie 1 :5). Jérémie prophétisa que la nation de Juda serait détruite à cause de sa méchanceté (Jérémie 7 :4-15). Plus loin, il fustigea les faux prophètes prêchant que les temps ne seraient pas mauvais que la situation s’améliorerait.

« Et l’Éternel me dit : C’est le mensonge que prophétisent en mon nom les prophètes ; je ne les ai point envoyés, je ne leur ai point donné d’ordre, je ne leur ai point parlé ; ce sont des visions mensongères, de vaines prédictions, des tromperies de leur cœur, qu’ils vous prophétisent. C’est pourquoi ainsi parle l’Éternel sur les prophètes qui prophétisent en mon nom, sans que je les ai envoyés, et qui disent : Il n’y aura dans ce pays ni épée ni famine : Ces prophètes périront par l’épée et par la famine. Et ceux à qui ils prophétisent seront étendus dans le rues de Jérusalem, par la famine et par l’épée ; il n’y aura personne pour leur donner la sépulture, ni à eux, ni à leurs femmes, ni à leurs fils, ni à leurs filles ; je répandrai sur eux leur méchanceté » (Jérémie 14 :14-16).

Comme l’ancienne nation de Juda, nos nations modernes courent à la catastrophe à cause des péchés nationaux. Certes, Dieu promet de récompenser ceux qui le cherchent avec diligence (Hébreux 11 :6) et Il promet de protéger les véritables Chrétiens des guerres et des épidémies (Psaume 91 :4-7), mais ces promesses sont assorties d’une condition de repentance et d’obéissance (Actes 2 :38 ; Luc 6 :48-49). De plus, la plus grande récompense n’est promise que pour l’époque où le Christ établira Son gouvernement sur terre (Luc 20 :36 ; Jean 14 :1-3).

La « doctrine de la prospérité » est simplement inappropriée et irresponsable. Elle n’enseigne pas les commandements de Dieu disant clairement que nous, et nos nations, devons nous repentir et recommencer à adorer le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob ; le Dieu qui nous a commandé d’observer le sabbat du septième jour (Deutéronome 5 :14 ; Esaïe 66 :23 ; Luc 4 :16) et qui nous a commandé d’enseigner l’établissement proche du Royaume du Christ (Luc 11 :2). La « doctrine de la prospérité » ne possède pas la vision globale – sans repentance nationale, nos nations vont droit vers la destruction prophétisée.

Ne pas prêcher la repentance et le Royaume de Dieu à venir revient à désobéir aux Ecritures (2 Jean 1 :9-11), mais cela donne également de faux espoirs, basés sur un évangile amputé, à des millions de fidèles pratiquants.

Dieu aime chacun d’entre nous (Jean 3 :16), mais Il nous demande de nous repentir et de Lui obéir. C’est à cette condition que nous pourrons recevoir la protection et l’aide promises dans les années à venir.

En dépit d’un bref rebond économique, qui sera soutenu par l’Europe, ce monde est incapable de procurer une richesse financière continue, ainsi qu’une paix et une sécurité durables. Dans les années à venir, le monde connaîtra l’époque la plus tragique de son histoire (Matthieu 24 :21). De nos jours, les fidèles pratiquants ont besoin de lire et de comprendre ce que dit réellement la Bible. Et les prédicateurs doivent faire attention aux avertissements donnés par Dieu, à travers Son prophète Jérémie.

Pour approfondir ce sujet, lisez nos articles suivants : Nous devons encore prêcher l’Evangile et Harmaguédon et après.