Au-delà des frontières de la science et de la morale

Commenter cet article

Des chercheurs de l’Oregon Health & Science University ont réussi à « éditer » une mutation génétique chez les embryons humains qu’ils ont créés. « Une équipe de scientifiques américains ont modifié avec succès les gènes d’embryons humains à l’aide de CRISPR-Cas9 [un “ciseau moléculaire”] [...]  Les chercheurs ont ciblé une mutation dans un gène [...] responsable de la cardiomyopathie hypertrophique qui est une maladie cardiaque héréditaire [dans 42 embryons] » (contrepoints.org, 8 août 2017). Bien que de nombreux scientifiques considèrent la recherche révolutionnaire, des experts de la bioéthique la jugent comme étant « des scientifiques hors de contrôle ». En effet, pour mener la recherche les scientifiques ont créé 58 embryons vivants mais suite à l’édition réussie des gènes, les embryons ont été détruits. Si le gouvernement américain empêche à la recherche de continuer, grâce à des lois sur la bioéthique, certains scientifiques envisagent d’ores et déjà de mener leurs recherches dans d’autres pays qui eux le permettent. Beaucoup comparent l’édition génétique à « se prendre pour Dieu » et y sont donc opposés.

Suite à l’évolution rapide actuelle, il convient de rappeler pourquoi Dieu a dû intervenir dans les affaires humaines à l’époque de la Tour de Babel. Dieu a vu la société humaine s’en aller vers une direction qu’Il ne souhaitait pas pour elle, aussi a-t-Il confondu les langues parce qu’Il savait que « maintenant rien ne les empêcherait de faire tout ce qu’ils auraient projeté » (Genèse 11 :6). Aujourd’hui, la science et la technologie progressent plus vite que l’éthique nécessaire pour contrôler cet avancement, ce qui constitue un autre indicateur de la nécessité du retour du Christ ! Le progrès scientifique sans fondement divin est voué au désastre. Pour en savoir davantage, lisez notre article : « Bâtir sur le fondement de Jésus-Christ ».