Chute des marchés mondiaux

Commenter cet article

Les restrictions au commerce et aux voyages associées au coronavirus ont un impact négatif sur les marchés financiers mondiaux (Le Point, 9 mars 2020). Les marchés boursiers du monde entier, y compris aux États-Unis, sont en chute libre depuis plusieurs semaines, car la peur du virus se répand. Et, tandis que le prix du pétrole baisse, les marchés continuent d’être affectés. La Russie et les pays de l’OPEP, l’Arabie saoudite en tête, continuent de se faire la guerre financièrement dans le domaine du pétrole. La Russie et les pays de l’OPEP travaillaient ensemble sur la production pétrolière mondiale (Le Point, 10 mars 2020). Cependant, avec la stagnation des économies mondiales due à l’épidémie de coronavirus, ces pays ont besoin de plus de revenus. En réponse au refus de la Russie de réduire sa production de pétrole, non seulement l’Arabie saoudite a baissé les prix du pétrole, mais le royaume du Moyen-Orient envisagerait également une augmentation de la production de pétrole, ce qui ferait baisser encore davantage les prix du pétrole. Les économistes prédisent qu’une guerre des prix du pétrole pourrait avoir un impact négatif sur les revenus pétroliers des États-Unis et, avec d’autres effets de l’épidémie de coronavirus, pourrait déclencher une récession mondiale.

Il est difficile de savoir jusqu’à quel point les économies mondiales faibles s’effondreront et pendant combien de temps elles resteront étouffées. Mais, à mesure que les économies nationales déclineront, il pourrait arriver un moment où les nations commenceront à chercher un sauveur économique. Les prophéties bibliques indiquent qu’une future puissance européenne appelée la « bête » développera un puissant moteur économique grâce auquel les nations de la Terre s’enrichiront (Apocalypse 17-18). Pour en savoir plus sur le rôle futur de l’Europe, lisez « L’arrivée d’une entité forte : l’Allemagne s’élève à nouveau  ».