Une Église universelle à venir ?

Le bureau Nouvelles et Prophéties
Commenter cet article

Dans le courant de cette semaine, s’est déroulée une visite grandement anticipée par le pape François au Conseil œcuménique des Églises (COE) dont le siège se trouve à Genève. Dans une interview accordée au préalable, le pasteur évangélique Martin Robra, un cadre représentant du COE, faisait les commentaires suivants : « Il semble que nous ayons atteint un nouveau printemps avec le pape François et ses initiatives » (Vatican News, 31 mai 2018 ; RCF, 16 juin 2018). Il déclare plus loin qu’il « y a beaucoup plus de choses qui nous unissent que de choses qui nous séparent ». Quant à l’avenir, M. Robra est dans l’expectative d’une époque où « le pape ne parle pas que de l’intérêt de l’Église catholique, mais anticipe plutôt l’unique, la sainte et catholique Église [universelle] avec toutes celles qui, jusqu’à présent, s’étaient séparées d’elle ». Martin Robra et d’autres groupes attendent avant tout le jour où les catholiques et les protestants ne formeront plus qu’une seule et même Église universelle.

Cette vision semble-t-elle improbable ? Est-ce possible pour une Église divisée par la Réforme protestante de s’unifier ? Beaucoup de dirigeants protestants et catholiques le pensent et l’espèrent – et les prophéties bibliques indiquent que cela arrivera effectivement. Apocalypse 17 parle d’une femme, ou d’une grande Église universelle, qui dirigera la « bête » à la fin des temps (verset 3). Cette Église est la « mère » de laquelle beaucoup d’Églises sont sorties (verset 5) – des Églises qui referont le chemin inverse pour rentrer au bercail. Il est prophétisé que le dirigeant de cette Église accomplira de « grands signes » en faisant descendre le feu du ciel (Apocalypse 13 :13, Neuchâtel).  La Bible a beaucoup à dire au sujet de l’avenir de l’Église catholique romaine et de ses filles protestantes.  Pour plus de renseignements sur ce fascinant sujet, ne manquez pas de lire : « Qui est la prostituée de l’Apocalypse ? »