La façon de vivre

Commenter cet article

Des millions de gens disent être à la recherche des « standards » ou des « valeurs » justes. Certains essayent les diverses religions « naissantes », ou les différentes idées et théories des psychologues modernes. D’après ceux qui réalisent des sondages, beaucoup d’autres font tout simplement « une sélection » – ils rassemblent diverses idées et pratiques venant de différentes religions pour créer leur propre religion.


Beaucoup d’entre eux désirent « s’impliquer » dans quelque chose. Leur réaction montre que la tendance dominante des Églises qu’ils ont quittées ne correspondait pas à ce qu’ils recherchaient. Elle prouve aussi qu’une foi vaine et des rituels vains ne suffisent pas à combler ce besoin spirituel.

Fort bien !

Mais ils n’ont peut-être pas compris que la véritable religion de Jésus-Christ est une religion active. Elle a des valeurs et des standards spécifiques. C’est une véritable « façon de vivre ». En fait, dans Actes 9 :2, Saul, le persécuteur, avait demandé des lettres l’autorisant de s’emparer de tous les chrétiens de Damas, « afin que, s’il trouvait des partisans de la nouvelle doctrine, hommes ou femmes, il les emmène liés à Jérusalem ». Et l’auteur inspiré du livre des Actes nous dit au sujet de Paul : « Il discourait dans la synagogue chaque sabbat, et il persuadait; des Juifs et des Grecs » (Actes 18 :4). Et encore : « Aquilas et Priscille, l’ayant entendu, le prirent avec eux, et lui exposèrent plus exactement la VOIE de Dieu » (verset 26).

Dans Actes 19 :9, nous lisons : « Mais, comme quelques-uns restaient endurcis et incrédules, décriant devant la multitude la VOIE du Seigneur, il se retira d’eux, sépara les disciples, et enseigna chaque jour dans l’école d’un nommé Tyrannus. » Et plus loin : « Il survint, à cette époque, un grand trouble au sujet de la VOIE du Seigneur » (verset 23).

En examinant le christianisme apostolique, même les étrangers se rendaient compte que les premiers disciples du Christ avaient beaucoup plus qu’une foi vaine et des rituels en surnombre. Ils avaient « le feu » pour une certaine FAÇON de vivre ! Et la réalité du Royaume de Dieu à venir donnait un sens à leur vie et les motivait.

Les « chercheurs » modernes oublient aussi qu’une certaine FAÇON de vivre aida l’Amérique et le Canada à devenir de grandes nations. Au cours des premières années où l’Amérique considérée comme une nation, l’éthique judéo-chrétienne – bien que pratiquée imparfaitement – fut un puissant rempart contre la décadence morale, expérimentée ces dernières années. Dans son livre inspirant et éclairant, America’s Real War (p.96), le rabbin Daniel Lapin note ce point :

« Pendant presque 200 ans, l’Amérique se développa et prospéra selon cette convention tacite. L’Amérique était un pays religieux, qui n’exigeait pas d’être fidèle à une religion spécifique. Le Congrès s’ouvrait par une prière (et le silence se faisait) ; les Dix Commandements étaient affichés dans la salle du tribunal et dans les salles de classes. Dieu était fréquemment invoqué lors des discours présidentiels et des événements communautaires ; les Américains supposaient qu’ils étaient « une nation sous Dieu ». Non seulement la religion, en général, était respectée dans les affaires de la nation, mais encore le christianisme en particulier était favorablement bien perçu. »

Cependant, le rabbin Lapin peut clairement voir « l’écriture sur le mur », et il s’inquiète de l’avenir de notre nation. Il déclare :

« Cela me semble invraisemblable que la Déclaration d’Indépendance fût encore adoptée aujourd’hui, alors que trop d’Américains protesteraient l’utilisation du mot “Créateur”. Cela a probablement été perçu par les libéraux comme un soutien du gouvernement à la religion, comme une insinuation que les êtres humains ne sont pas apparus, par hasard, pour évoluer ensuite comme ce fut le cas du premier brouillon de Bach ou de Beethoven. Pourtant, le 4 juillet 1776, il n’y a pas eu de débat sur la phrase : “donné par leur Créateur” (avec un C majuscule). Que l’Amérique ait été fondée en tant que nation chrétienne est au-dessus du débat. Nous étions une nation chrétienne, avec un gouvernement plutôt constitutionnel que démocratique, mais une nation chrétienne néanmoins. Qui plus est, nous avons été fondés en tant que nation chrétienne, qui considéra comme allant de soi les principes judéo-chrétiens, lesquels étaient l’évidence même pour les pères fondateurs » (Ibid., p. 93. C’est nous qui traduisons).

Maintenant, nous voyons que nous nous sommes empressés d’abandonner les limites même de l’entendement spirituel, que nous avions reçu en tant que nation ; nous avons délaissé la façon convenable de vivre que nous devions mettre en pratique. Ayant grandi dans le Midwest américain pendant les années 1930-1940, je me rappelle fort bien la sécurité presque totale de notre ville et de ses environs. Les femmes âgées pouvaient sortir le soir sans aucune crainte. Les petits garçons et les petites filles jouaient « à cache-cache » ou « à donner des coups de pieds dans les boîtes de conserve », dans l’obscurité presque totale des quartiers autour de la ville. Les meurtres et les viols étaient pratiquement impensables. Et beaucoup ne se donnaient même pas la peine de fermer les portes à clé pour la nuit !

À cette époque-là, on enseignait et on pratiquait le respect de l’autorité. Les Dix Commandements étaient affichés dans bon nombre d’écoles et de places publiques.

Aujourd’hui, on a PERDU cette voie !

C’est l’une des raisons de l’existence de la revue Tomorrow’s World. Nous voulons aider toutes les personnes sincères quant à la façon de rattraper le christianisme apostolique – le christianisme enseigné par le Christ et les premiers apôtres. Cette sorte de christianisme a été abandonnée par la grande partie de l’humanité.

L’apôtre Jude fut inspiré à écrire : « Bien-aimés, alors que je désirais vivement vous écrire au sujet de notre salut commun, je me suis senti obligé de vous envoyer cette lettre pour vous exhorter à combattre pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes » (Jude 3). Notez que la véritable foi a été transmise « une fois pour toutes ». Elle n’avait PAS à être changée, modifiée, supprimée, diluée ou atténuée. Et Jude continue : « Car il s’est glissé parmi vous certains hommes, dont la condamnation est écrite depuis longtemps, des impies, qui changent la grâce de notre Dieu en dérèglement, et qui renient notre seul maître et Seigneur Jésus-Christ » (verset 4). Pendant le Moyen-Age, des hommes malicieux ont changé et perverti le mode de vie qui nous a été indiqué par Christ et les apôtres.

L’Amérique et le Canada ne continueront pas à exister comme nous les avons connus, à moins qu’il y ait une véritable réforme – une REPENTANCE nationale et un retour à la VOIE de divine. Mais chacun de nous, individuellement, peut être béni et protégé pendant les temps difficiles à venir SI nous avons la volonté de combattre – pour la foi qui a été transmise aux saints « une fois pour toutes ».

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +