Gerald Weston | Page 4 | Le Monde de Demain

Gerald Weston

Le verset le plus effrayant de la Bible



« Si quelqu’un vient à moi, sans me préférer à son père, à sa mère, à sa femme, à ses enfants, à ses frères, et à ses sœurs, et même à sa propre vie, il ne peut être mon disciple » (Luc 14 :26).

La moralité moderne fonctionne-t-elle?



Des comportements jadis honteux sont désormais louables. N’est-il pas temps de nous demander si la « nouvelle moralité » fonctionne ?

Les élus et le salut de l’humanité



Jésus n’a-t-Il pas apporté la paix lors de Sa première venue ? Qu’y aura-t-il de différent la deuxième fois ? Comment apportera-t-Il la paix sur notre planète troublée ?

Les épîtres aux sept Églises de l’Apocalypse

Pourquoi Jésus-Christ a-t-Il fait en sorte que l’apôtre Jean inclue les lettres à sept Églises différentes dans le livre de l’Apocalypse ? Ces lettres, ou ces épîtres, liées aux prophéties de la fin des temps dans la Bible, révèlent des avertissements, des récompenses et une sagesse pour les véritables serviteurs de Dieu au cours de différentes ères. Cette émission plonge en détail dans le contenu de ces lettres et leur signification.

[Le texte ci-dessous est l’adaptation de la transcription de cette émission du Monde de Demain.]

Le livre de l’Apocalypse intrigue des millions de personnes. Beaucoup le considèrent comme un livre scellé impossible à comprendre. D’autres y lisent leurs propres idées préconçues, divergentes et contradictoires. Parmi les nombreux mystères que recèle ce livre remarquable figurent sept lettres adressées à sept congrégations en Asie Mineure.

Pourquoi ces congrégations du premier siècle ont-elles été choisies parmi toutes celles qui existaient à l’époque ? Pourquoi leurs messages font-ils partie de l’Apocalypse ? Et sont-ils pertinents pour nous aujourd’hui ? Ce ne sont là que quelques-unes des nombreuses questions que les gens se posent au sujet des lettres aux sept Églises, consignées dans le deuxième et le troisième chapitre de l’Apocalypse.

Ces messages sont bien plus pertinents pour vous que vous ne l’imaginez, et vous devez savoir en quoi ils consistent. Alors, restez avec moi pour que je réponde à ces questions à partir des pages de la Bible.

La clé pour comprendre : un don de Dieu ?

Aujourd’hui, je vais vous expliquer un grand mystère qui se trouve dans ce dernier livre de la Bible, difficile à comprendre : l’Apocalypse. Des érudits se sont interrogés sur la signification des sept lettres adressées à sept congrégations en Asie Mineure, telles que décrites aux chapitres deux et trois, mais vous pouvez les comprendre, comme vous le verrez dans l’émission d’aujourd’hui.

Le livre de l’Apocalypse est rempli de symboles : d’étoiles, de chandeliers, de bêtes à plusieurs têtes avec des cornes, des trompettes, et bien plus encore. Le chiffre sept est significatif puisque nous y lisons au sujet de sept messagers, sept Églises, sept étoiles, sept chandeliers d’or, sept trompettes et sept derniers fléaux. Mais il n’y a pas de fin au nombre d’interprétations que les gens ont donné à ce livre déroutant, alors comment pouvez-vous en être sûr ? Comment pouvez-vous savoir si votre compréhension est correcte ?

Les réponses à ces questions essentielles se trouvent ailleurs dans ce recueil de livres que nous appelons « la Bible ».

« En ce temps-là, Jésus prit la parole, et dit :  Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants » (Matthieu 11 :25).

Et, voici ce que l’apôtre Paul écrivit dans la première épître aux Corinthiens :

« Aussi est-il écrit : Je détruirai la sagesse des sages, et je rendrai nulle l’intelligence des intelligents. Où est le sage ? où est le scribe ? où est le raisonneur de ce siècle ? Dieu n’a-t-il pas convaincu de folie la sagesse du monde ? » (1 Corinthiens 1 :19-20).

Paul continue en expliquant à partir du verset 26 :

« Considérez, frères, que parmi vous qui avez été appelés il n’y a ni beaucoup de sages selon la chair, ni beaucoup de puissants, ni beaucoup de nobles. Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages […] afin que personne ne se glorifie devant Dieu » (1 Corinthiens 1 :26-27, 29).

Ainsi, mes chers amis, selon la Bible, ce n’est pas une question d’intelligence humaine, mais de Dieu qui choisit à qui Il révélera Son message. C’est ce que montre le chapitre suivant :

« Nous prêchons la sagesse de Dieu, mystérieuse et cachée, que Dieu, avant les siècles, avait prédestinée pour notre gloire, sagesse qu’aucun des chefs de ce siècle n’a connue, car, s’ils l’avaient connue, ils n’auraient pas crucifié le Seigneur de gloire. Mais, comme il est écrit, ce sont des choses que l’œil n’a point vues, que l’oreille n’a point entendues, et qui ne sont point montées au cœur de l’homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l’aiment » (1 Corinthiens 2 :7-9).

Si cela est vrai, quel espoir avons-nous ? La réponse se trouve au verset suivant : « Dieu nous les a révélées par l’Esprit » (1 Corinthiens 2 :10).

Si nous voulons comprendre correctement la Bible, y compris le livre de l’Apocalypse, il faut que Dieu nous le révèle par la puissance de Son Esprit. Beaucoup de gens pensent qu’ils ont l’Esprit de Dieu, mais est-ce le cas ? Et vous ? Et comment pouvez-vous le savoir ? Croirons-nous à la réponse donnée par la Bible ? Le cas échéant, reportez-vous au livre des Actes : « Nous sommes témoins de ces choses, de même que le Saint-Esprit, que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent » (Actes 5 :32).

Le professeur William Ramsay a écrit ce qui est considéré par beaucoup comme le livre définitif sur les lettres aux sept Églises. Il ne fait aucun doute que c’était un homme d’une grande intelligence et d’un grand savoir, mais il est évident qu’il n’a pas compris la raison fondamentale pour laquelle ces lettres se trouvent dans l’Apocalypse.

De la part de Dieu, par le Christ et pour les saints

Certaines personnes supposent souvent à tort que les érudits de la Bible croient qu’elle est la parole de Dieu. Mais ce n’est pas le cas de tous. Le raisonnement humain entre en jeu et beaucoup d’entre eux sélectionnent ce qu’ils acceptent être vrai dans la Bible.

À la lecture du livre Les lettres aux sept Églises d’Asie du professeur Ramsay, il est évident que celui-ci considérait le livre de l’Apocalypse comme l’œuvre de l’apôtre Jean. Ceci devient évident dans sa phrase d’ouverture au chapitre 4 où il se réfère au livre de l’Apocalypse comme étant « la révélation de saint Jean » (page 35).

Comment quelqu’un de son intelligence peut-il passer à côté de la vérité révélée dans les premiers mots du livre qu’il essaie d’expliquer ? Pour être juste, il n’est pas le seul, car même certains traducteurs de la Bible n’ont pas compris qu’il ne s’agit pas de la révélation de Jean, mais de celle de Jésus-Christ. Parmi eux, on trouve les traducteurs de la vénérable version King James, en anglais, qui donne son titre au livre : « La révélation de saint Jean le divin. »

La version New King James l’intitule correctement : « La révélation [non pas de Jean, mais] de Jésus-Christ. »

Ce n’est pas un petit détail, car il révèle l’état d’esprit de nombreux traducteurs et érudits. Le professeur Ramsay voit clairement le livre de l’Apocalypse comme l’œuvre d’un homme, plutôt que comme inspiré par Dieu. Cette citation, tirée du livre de Ramsay, illustre ce que j’entends :

« Dans cette œuvre, juive par son origine et son plan général […] est inséré cet épisode des sept lettres […] Il devrait donc y avoir une raison pour que l’auteur exige l’insertion impérative d’un tel épisode dans une œuvre si diverse » (page 35).

Ramsay explique ensuite que ces lettres étaient une réflexion après coup, puisque, à part les récits historiques des Évangiles et du livre des Actes, le reste du Nouveau Testament est constitué de lettres. Par conséquent :

« Dans le développement ultérieur de la pensée de saint Jean, il est clair qu’il avait reconnu les lacunes et l’insuffisance des formes littéraires juives courantes. Il est fort probable que la perception de ce fait lui est venue pendant la composition de l’Apocalypse, et que les sept lettres, bien que placées près du début et soigneusement adaptées à cette position, ont été la dernière partie de l’œuvre à être conçue » (page 36).

Mais loin d’être une réflexion après coup, les lettres aux sept Églises sont au cœur du thème du livre – c’est-à-dire le Jour du Seigneur, qui culmine avec le retour de Jésus-Christ.

Les premiers mots de l’Apocalypse sont tous importants car ils nous révèlent d’où vient le message, qui nous ouvre l’entendement, qui l’a écrit et à qui il est adressé. Si vous avez une Bible, je vous invite à vous y reporter et à la consulter. Comme nous le disons souvent dans cette émission, ne nous croyez pas simplement sur parole. Croyez-nous parce que vous l’avez lu dans votre propre Bible. Donc, si vous avez une Bible, reportez-vous au dernier livre, le livre de l’Apocalypse, au premier chapitre, où nous examinerons les deux premiers versets. Nous y lisons ce qui suit :

  • « Révélation de Jésus-Christ… »

Ainsi, Jésus, et non Jean, est Celui qui ouvre notre compréhension au message. C’est Lui qui nous le révèle. Mais quelle est la source de cette révélation ?

  • « …que Dieu lui a donnée… »

Le message vient de Dieu le Père et est révélé par Jésus-Christ. Mais à qui le message doit-il s’adresser ? Est-ce le monde en général ? Ou est-ce plus restreint que cela ?

  • « …pour montrer à ses serviteurs… »

Il est clair que le message est destiné aux serviteurs de Dieu. C’est pourquoi le message n’est pas compris par tous, comme nous allons le voir. Remarquez ensuite ce que cela implique :

  • « …les choses qui doivent arriver bientôt… »

Une lecture attentive du livre montre que beaucoup de choses parlent des temps dans un futur lointain, mais qu’il relate aussi des événements qui doivent se produire bientôt. Nous découvrons ensuite que ce message révélé devait être transmis à Jean.

  • « …et qu’il a fait connaître, par l’envoi de son ange, à son serviteur Jean. »

Tout cela se trouve dans Apocalypse 1 :1. Le verset suivant explique que Jean a reçu trois choses à consigner. Il devait prendre :

  • la parole de Dieu
  • le témoignage de Jésus-Christ
  • et, tout ce qu’il a vu…

…aux serviteurs de Dieu, mais comment Dieu définit-Il ces serviteurs dans le livre ? C’est la question cruciale qui est presque universellement mal comprise. Pourtant, la réponse est juste sous nos yeux.

La véritable histoire de l’Église de Dieu

Revoyons d’abord ce que nous avons appris dans Apocalypse 1 :1-2. Le message de l’Apocalypse provient de Dieu, mais il faut que Jésus-Christ l’ouvre à notre compréhension.

Le message du livre entier devait être livré aux serviteurs de Dieu. Et Jean devait consigner par écrit la parole de Dieu, le témoignage de Jésus-Christ et tout ce qu’il a vu.

Qui sont donc les serviteurs de Dieu ? Cette question peut sembler simple, mais le livre de l’Apocalypse révèle une réponse surprenante. Jean a reçu l’ordre de transmettre le message à ces serviteurs et c’est exactement ce qu’il a fait, comme il est indiqué immédiatement après le prologue : « Jean aux sept Églises qui sont en Asie » (Apocalypse 1 :4).

Les sept Églises d’Asie Mineure sont synonymes de serviteurs de Dieu. On le voit encore au verset 11, où les Églises sont mentionnées par leur nom :

« Ce que tu vois… » [Cela veut dire toutes les choses qu’il a vues, pas seulement les sept lettres, mais l’ensemble de l’Apocalypse.] Ce que tu vois, écris-le dans un livre, et envoie-le aux sept Églises, à Éphèse, à Smyrne, à Pergame, à Thyatire, à Sardes, à Philadelphie, et à Laodicée » (Apocalypse 1 :11).

Nous lisons ensuite aux versets 12 à 16 que Jean a consigné une vision du Christ glorifié marchant au milieu de sept chandeliers d’or avec sept étoiles dans Ses mains. Que peuvent bien signifier ces chandeliers et ces étoiles ? La réponse se trouve au verset 20 :

« Le mystère des sept étoiles que tu as vues dans ma droite, et des sept chandeliers d’or. Les sept étoiles sont les anges des sept Églises, et les sept chandeliers sont les sept Églises » (Apocalypse 1 :20).

Il y avait d’autres congrégations en Asie Mineure à l’époque, mais ces sept-là avaient quelque chose de spécial. D’une part, elles se situaient toutes le long d’une voie postale où le livre pouvait être acheminé d’une Église à la prochaine. De plus, on voit le Christ marchant au milieu d’elles, alors qu’elles sont représentées par les chandeliers. N’est-il pas clair maintenant que les sept Églises d’Asie Mineure représentent les serviteurs de Dieu à travers le temps ? Cela est confirmé à la fin du livre, où l’on utilise indifféremment les termes « serviteurs » et « Églises ».

« Il me dit : Ces paroles sont certaines et véritables ; et le Seigneur, le Dieu des esprits des prophètes, a envoyé son ange pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt » (Apocalypse 22 :6).

« Moi Jésus, j’ai envoyé mon ange pour vous attester ces choses dans les Églises » (Apocalypse 22 :16)

Loin d’être une réflexion après coup, les messages aux sept Églises sont au cœur du thème de l’ensemble du livre, à savoir le Jour du Seigneur, qui culmine avec le retour de Jésus-Christ.

Le plan de l’Apocalypse est assez impressionnant quand on y regarde de plus près. Les serviteurs de Dieu sont synonymes des sept Églises.

Les chapitres 2 et 3 nous disent qui sont les serviteurs de Dieu à travers l’Histoire.

Le chapitre 4 décrit le trône de Dieu, qui est la source du message.

Le chapitre 5 montre que le message du livre scellé est ouvert par l’Agneau de Dieu.

Mais pour en revenir aux lettres elles-mêmes, elles s’appliquent de trois manières différentes.

  1. Les lettres décrivent sept attitudes ou conditions spirituelles trouvées dans sept congrégations littérales.

Les messages comportent à la fois des encouragements positifs ainsi que des avertissements et des d’appels à se repentir des mauvaises attitudes que l’on trouve dans chaque Église. Mais les avertissements vont au-delà d’une seule congrégation et concernent tous les serviteurs de Dieu. C’est pourquoi nous trouvons cette exhortation à la fin de chaque lettre :

  1. « Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Églises » (Apocalypse 2 :7).

Les messages, tout en étant spécifiquement destinés à des congrégations en particulier, contiennent également des conseils et des avertissements pour toutes les autres. Il existe également une troisième application de ces lettres, qui a intrigué des érudits et ceux qui étudient la Bible depuis des siècles.

  1. Les Églises représentent les ères, ou les époques, à travers lesquelles le vrai christianisme parcourt les siècles.

On constate qu’il y a des étapes ou des époques historiques, en analysant les lettres à la deuxième Église, Smyrne, et à la sixième Église, Philadelphie. Regardons d’abord Smyrne :

« Ne crains pas ce que tu vas souffrir. Voici, le diable jettera quelques-uns de vous en prison, afin que vous soyez éprouvés, et vous aurez une tribulation de dix jours. Sois fidèle jusqu’à la mort, et je te donnerai la couronne de vie » (Apocalypse 2 :10).

Ceux qui étudient la Bible connaissent le principe d’un jour pour une année que l’on trouve dans les Écritures. L’Histoire révèle qu’il y a eu une période de tribulation sévère, comme le prédisait cette Écriture. Remarquez le principe d’un jour pour une année tel qu’il s’applique à dix années de persécution, expliqué dans le commentaire d’Adam Clarke :

« Puisque les jours dans ce livre sont ce qu’on appelle communément des jours prophétiques, chacun correspondant à une année, les dix années de tribulation peuvent signifier “dix années de persécution” ; et c’était précisément la durée de la persécution sous Dioclétien, pendant laquelle toutes les Églises asiatiques ont été gravement affligées » (“Apocalypse 2 :10”, Adam Clarke’s Commentary, 1967, page 1335).

Cette persécution s’est produite entre 303 et 313 apr. J.-C., soit plus de 200 ans après que Jean eut écrit ces messages. De plus, cette persécution s’est abattue sur toutes les Églises d’Asie Mineure, et pas seulement sur celle de Smyrne. Ce message ne peut donc pas s’appliquer uniquement à une seule congrégation du vivant de Jean, mais aussi à une ère de l’Église de Dieu.

Regardons maintenant la sixième Église : Philadelphie. Nous trouvons ici une référence claire au temps de la fin tel qu’il est décrit dans l’Apocalypse :

« Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi, je te garderai aussi à l’heure de la tentation qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre » (Apocalypse 3 :10).

Ainsi, la deuxième Église, Smyrne, a connu un temps de persécution, au cours du 4ème siècle apr. J.-C. et la sixième Église, Philadelphie, est active à la fin des temps, quand une époque de tribulation s’abattra sur le monde entier. Mais il y a un problème. Si les preuves montrent clairement une progression de l’histoire de l’Église dans le temps, toutes les pièces du puzzle ne semblent pas s’emboîter. Alors, que pourrait-il nous manquer ?

D’éminents érudits ne peuvent pas relier l’Église censément chrétienne avec les sept Églises d’Asie Mineure. Pourquoi ?

Un avertissement pour les croyants à notre époque

Nous avons évoqué précédemment l’introduction de ce livre mystérieux :

« Révélation de Jésus-Christ, que Dieu lui a donnée pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt, et qu’il a fait connaître, par l’envoi de son ange, à son serviteur Jean » (Apocalypse 1 :1).

Les chapitres suivants apportent des précisions complémentaires :

Le chapitre 4 donne la source du message, qui est Dieu le Père sur Son trône.

Le chapitre 5 dit que le message se trouve dans un livre scellé de sept sceaux que seul l’Agneau de Dieu peut ouvrir. 

Nous connaissons donc la source et Celui qui révèle le message. Mais qu’en est-il des serviteurs de Dieu, à qui le message devait être adressé ?

Les chapitres 2 et 3 s’adressent aux serviteurs de Dieu à travers les siècles.

Alors, pourquoi cette connaissance est-elle si peu comprise ? La réponse peut être discernée à partir de deux autres chapitres de l’Apocalypse. Le chapitre 12 décrit l’Église de Dieu comme une petite Église persécutée qui dut fuir les grandes métropoles de l’Empire romain pendant une grande partie des deux mille dernières années. Parce que ce chapitre se réfère à la nation physique d’Israël au début, certains supposent qu’il n’a rien à voir avec l’Église, mais le fait qu’il se réfère à l’Église apparaît clairement dans la progression du chapitre, depuis la naissance, la mort et la résurrection du Christ jusqu’à la fin.

Le verset 9 nous apprend que Satan, le diable, séduit le monde entier. Comment cela peut-il être possible si la plus grande religion du monde se veut professer le christianisme ? Nous apprenons ensuite que Satan essaiera une fois de plus de s’emparer du trône de Dieu, mais qu’il sera à nouveau précipité sur cette Terre où il s’emploiera immédiatement à détruire et à persécuter l’Église.

« Quand le dragon vit qu’il avait été précipité sur la terre, il poursuivit la femme qui avait enfanté le fils » (Apocalypse 12 :13).

La femme, c’est-à-dire l’Église, doit alors fuir dans le désert pour être protégée du serpent qui tente de la détruire, mais tous les membres de l’Église ne fuient pas.

« Et, de sa gueule, le serpent lança de l’eau comme un fleuve derrière la femme, afin de l’entraîner par le fleuve. Mais la terre secourut la femme, elle ouvrit sa bouche et engloutit le fleuve que le dragon avait lancé de sa gueule » (Apocalypse 12 :15-16).

Remarquez bien. Il ne s’agit pas de l’Israël dans le sens physique, mais de la vraie Église de Dieu.

« Et le dragon fut irrité contre la femme, et il s’en alla faire la guerre au reste de sa postérité, à ceux qui gardent les commandements de Dieu et qui retiennent le témoignage de Jésus » (Apocalypse 12 :17).

Les chapitres 2, 3 et 12 font référence à la véritable Église de Dieu, mais le chapitre 17 parle d’une autre femme, une femme déchue – une Église apostate. Certains pensent savoir de quelle Église il s’agit. Elle est appelée la mère des prostituées. Voici sa description :

« Sur son front était écrit un nom, un mystère : Babylone la grande, la mère des prostituées et des abominations de la terre » (Apocalypse 17 :5).

Voici maintenant l’une des questions les plus importantes que l’on ne vous posera jamais : Si vous pouvez identifier la « mère des prostituées », alors qui sont ses filles, ces Églises prostituées ?

La raison pour laquelle si peu de gens peuvent relier l’histoire de l’Église, telle qu’elle est révélée dans les sept lettres aux sept Églises d’Asie, est qu’ils cherchent l’Église au mauvais endroit.

Mais si l’on regarde au bon endroit, il y a un message sérieux pour nous. Alors que la sixième ère de l’Église proclame avec zèle le véritable Évangile dans le monde entier et avertit le monde de la direction qu’il prend, la toute dernière ère est marquée par un esprit tiède, pensant qu’elle n’a besoin de rien. En conséquence, le Christ la vomira de Sa bouche dans la grande tribulation pour la réveiller. Maintenant, je vous laisse avec une dernière question. Quelle situation vous correspond le mieux, mes chers amis ? Pensez-y.

Merci d’avoir regardé. Pour en savoir plus sur ce qui est arrivé à l’Église que Jésus a bâtie, commandez un exemplaire gratuit ou lisez en ligne : L’Église de Dieu à travers les âges.


2022 selon la prophétie biblique

Malheur sur malheur : des révoltes civiles, l’augmentation du prix de l’énergie, des tempêtes hivernales catastrophiques, des incendies, l’inflation galopante, des rayons vides dans les magasins, des pénuries de carburant, des sécheresses, une rupture de la chaîne d’approvisionnement… Quand tous ces grands problèmes sont-ils apparus simultanément ou sans laisser suffisamment de temps pour s’en remettre ? Voyons les événements qui ont eu lieu en 2021 et ce à quoi nous attendre en 2022, selon la prophétie biblique

[Le texte ci-dessous est l’adaptation de la transcription de cette émission du Monde de Demain.]

Le monde devient de plus en plus instable et dangereux, et de nombreuses personnes commencent à s’inquiéter et à se poser des questions sérieuses. Une guerre se profile-t-elle à l’horizon ? Nous dirigeons-nous vers un effondrement économique ? Entrons-nous dans une période d’hyperinflation ? Qu’en est-il de la chaîne d’approvisionnement ? Pourrons-nous nourrir nos familles ?

Les guerres, les troubles civils, les crises économiques, l’inflation, les rayons vides des commerces et la sécheresse affectant les réserves alimentaires ont toujours été des situations quelque part dans le monde à un moment donné, mais depuis quand tous ces problèmes ont-ils été une préoccupation sérieuse en même temps dans nos nations occidentales ?

Chaque année à cette époque, nous vous donnons, ici au Monde de Demain, les tendances à surveiller pour l’année à venir et au-delà. Dans l’émission de l’année dernière intitulée « 2021 selon la prophétie biblique », j’ai fait une prédiction. Était-elle exacte ? Je répondrai à cette question en passant en revue l’année écoulée, avant de vous donner trois prédictions pour 2022 et au-delà, directement tirées des pages de la Bible.

Un retour sur l’année écoulée

Bienvenue au Monde de Demain, où nous vous donnons des nouvelles puisées dans les pages de la Bible. Outre les mauvaises nouvelles actuelles du monde, nous attendons avec impatience la plus grande des bonnes nouvelles – l’espérance certaine du retour de Jésus-Christ pour réparer le désordre que nous avons créé.

Au début de l’année dernière, j’ai passé en revue les prédictions et les tendances que M. Wallace Smith et moi-même avions données pour 2019 et 2020 – montrant que chacune de nos prédictions était en plein dans le mille, y compris l’avertissement de M. Wallace Smith concernant les épidémies. Et, soit dit en passant, cette émission a été enregistrée plusieurs mois avant que le Covid ne soit sur le radar de quiconque. Après avoir passé en revue les deux années précédentes, j’ai révélé seulement une prédiction pour 2021 :

« Dans cette émission, nous avons passé en revue les prédictions et les tendances à surveiller au cours des deux dernières années. J’ai ensuite promis de vous parler d’une seule tendance à observer en 2021 et dans les années qui suivront. Nous ne pouvons pas connaître le moment exact, mais la tendance est certaine :

« Il y aura désastre après désastre pour l’Amérique et les peuples de souche britannique.

« Remarquez comment le prophète Ézéchiel décrit ce qui attend l’anglosphère :

« “L’angoisse vient. Ils chercheront la paix, mais ils ne la trouveront pas. Il arrivera malheur sur malheur, une rumeur succédera à une autre rumeur. Ils réclameront sans succès une vision aux prophètes, les prêtres ne connaîtront plus la loi, les anciens n’auront plus de conseils à donner. Le roi prendra le deuil, le prince aura la consternation pour habit, les mains de la population du pays seront tremblantes. Je les traiterai en fonction de leur conduite, je les jugerai d’après leurs jugements, et ils reconnaîtront que je suis l’Éternel” (Ézéchiel 7 :25-27) » (extrait de l’émission “2021 selon la prophétie biblique”, diffusée le 29 janvier 2021).

La prédiction d’une succession de catastrophes n’est pas quelque chose que j’ai imaginé, mais comme mentionné dans ce clip vidéo, cela provient du livre biblique d’Ézéchiel, chapitre 7, au verset 26. Des catastrophes d’un genre ou d’un autre se produisent de temps à autre, mais ce passage prédit des catastrophes majeures en chaîne. Il prédit des temps extraordinaires. Avons-nous vu cela en 2021 ?

Je ne me souviens pas d’une année de mon vivant où des événements plus catastrophiques se sont empilés les uns sur les autres, mais ne me croyez pas sur parole. Il s’est passé tellement de choses en 2021 que je n’ai pas le temps de mentionner brièvement ces événements extraordinaires, alors commençons par un rapide « bilan de l’année ». Il n’a pas fallu longtemps pour que la catastrophe n°1 se produise.

1. La prise d’assaut du Capitole américain (le 6 janvier 2021)

Dois-je en dire plus ? Deux semaines plus tard, le désastre n°2 a frappé. Le 20 janvier, le jour de son entrée en fonction, le président Biden a annulé le projet de l’oléoduc Keystone XL, qui aurait permis d’acheminer du pétrole brut du Canada vers les raffineries de la côte du Golfe. Ce n’était que le prélude à ce qui s’est avéré être une guerre contre les énergies fossiles qui a laissé l’Amérique et son allié canadien dans le froid, comme le montre cet article paru le 14 octobre 2021 à New York et intitulé « Les factures de chauffage vont augmenter en hiver à cause de l’inflation » :

« Préparez-vous à payer des factures de chauffage nettement plus élevées cet hiver, de même que pour tout le reste, selon toute probabilité. Avec la hausse mondiale des prix du mazout, du gaz naturel et d’autres combustibles, le gouvernement américain a déclaré mercredi qu’il s’attendait à ce que les ménages voient leurs factures de chauffage augmenter de 54% par rapport à l’hiver dernier » (Associated Press, 13 octobre 2021).

Les prix du carburant sont également montés en flèche et, ironiquement, tout en faisant la guerre aux producteurs américains et canadiens, le président a supplié l’OPEP d’augmenter l’offre. Si cette déclaration semble politique, ce n’est pas mon intention. C’est juste pour rappeler les faits. L’Amérique était récemment devenue indépendante sur le plan énergétique, mais la guerre contre le gaz, le pétrole et le charbon a mis fin à cette indépendance.

Certains diront que la guerre contre l’énergie fossile est une bénédiction plutôt qu’un désastre. Il est vrai que le sujet est controversé, mais pas pour les personnes à faible revenu ou à revenu fixe qui grelottent dans leur maison ou pour ceux qui doivent choisir entre la nourriture ou le carburant pour remplir leur réservoir afin de se rendre au travail. Oublions donc la politique. Pour des millions de gens, la guerre contre les énergies fossiles est un désastre personnel. Donc voici le désastre n°2 de 2021 :

2. Les conséquences de la guerre contre les énergies fossiles

La prise du Capitole par la foule le 6 janvier et la guerre contre les énergies fossiles ne furent que le début. Il n’a pas fallu longtemps pour qu’une autre catastrophe majeure se produise. Du 11 au 20 février, ce fut le désastre n°3 :

3. Les tempêtes hivernales historiques qui ont frappé le Texas et les États américains des plaines centrales

Une série de tempêtes se sont succédé et ont paralysé la vie quotidienne, perturbant l’acheminement de marchandises essentielles vers le reste du pays. Au Texas, les températures sont descendues jusqu’à 6°F (-14°C), et les tempêtes de verglas catastrophiques qui les ont accompagnées ont fait tomber des arbres et des lignes électriques. La glace et les températures glaciales ont également stoppé les éoliennes produisant de l’électricité, mettant ainsi hors service le réseau électrique sur une grande partie de l’État.

Le service national de météorologie a rendu compte de l’ampleur des tempêtes :

« Il s’agit de l’un des événements hivernaux les plus marquants de l’histoire récente, entraînant des fermetures de routes sur plusieurs jours, des coupures de courant, des pannes de chauffage, des ruptures de canalisations entraînant d’autres impacts sociétaux dans la région. Alors que les dommages sont encore en cours d’évaluation, il est probable que cette catastrophe sera la première catastrophe d’un milliard de dollars de 2021 à l’échelle mondiale, et potentiellement la catastrophe météorologique la plus coûteuse de l’histoire pour l’État du Texas, dépassant même l’ouragan Harvey de 2017 » (“Valentine’s Week Winter Outbreak 2021 : Snow, Ice, & Record Cold”, National Weather Service, Weather.gov).

Une crise après l’autre… où cela va-t-il nous mener ?

Une nouvelle crise à la frontière sud des États-Unis a commencé au début de l’année et s’est amplifiée au fil des mois. Des centaines de milliers de migrants d’Amérique centrale et du Sud, d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient sont entrés illégalement aux États-Unis par le Mexique. Nombre d’entre eux ont été transportés par bus et par avion vers des villes lointaines aux premières heures du jour, dans le but de dissimuler l’ampleur du problème. Et avec ce déferlement de personnes sont également venus la drogue, les membres de gangs, et, presque certainement, des terroristes. Il faudra du temps avant de connaître l’impact complet d’une frontière ouverte, mais il y aura des conséquences, donc la catastrophe n°4 de 2021 était :

4. La crise à la frontière sud des États-Unis

Le désastre n°5 était à la fois inattendu et décourageant. De nouveaux vaccins promettaient de libérer l’humanité de l’emprise du virus Covid-19, mais le variant Delta est arrivé, et les États-Unis et la plupart du reste du monde ont vu leurs espoirs anéantis. Le Covid de 2021 s’est avéré être pire que celui de 2020. Notez ce titre de Daily Mail du 7 octobre 2021 : « Le nombre de décès liés au Covid aux États-Unis en 2021 dépasse celui de 2020 » (MSN.com, 10 juillet 2021). Et ce, alors qu’il restait encore trois mois dans l’année ! Donc le désastre n° 5 était :

5. Le variant Delta et la persistance de la pandémie de Covid-19

Les cyberattaques sont plus courantes et plus coûteuses que la plupart des gens ne le pensent. L’attaque par rançongiciel du 7 mai contre l’oléoduc Colonial, basé à Houston, a interrompu l’acheminement du carburant vers les États du sud-est et du centre du littoral atlantique. Et même après avoir recommencé à couler, il a fallu des jours pour qu’il arrive à destination. La société aurait déboursé cinq millions de dollars pour résoudre le problème, mais une partie a été récupérée, selon les rapports. Avant la fin du mois de mai, JBS, la plus grande usine de conditionnement de viande au monde, a été frappée par une attaque similaire, entraînant la fermeture d’usines en Amérique du Nord et en Australie. JBS aurait payé 11 millions de dollars pour éviter une longue fermeture, sans compter les pertes de revenus et de salaires, ainsi qu’une foule d’autres dépenses. Ces deux événements ne sont que les exemples les plus publics de la très réelle cyberguerre en cours, et c’est pourquoi la sixième catastrophe est :

6. La cyber-guerre silencieuse en cours

Cette guerre est réelle, elle coûte aux gouvernements des villes, des États et des nations, aux chaînes de télévision, aux agences d’évaluation de crédit, aux banques, aux centrales nucléaires et à des milliers d’entreprises publiques et privées, ainsi qu’aux particuliers, bien plus que n’importe quelle catastrophe naturelle.

Ces attaques sont quotidiennes et, à moins qu’elles ne vous touchent personnellement, elles passent généralement inaperçues – délibérément, car aucune entreprise ne souhaite la publicité négative associée à une cyberattaque réussie. Certaines attaques volent des secrets commerciaux ou des données personnelles. D’autres extorquent des millions en crypto-monnaies. Mais, fait inquiétant, des pays sondent discrètement les installations militaires et les infrastructures de leurs ennemis en vue d’une guerre armée.

Mes amis, 2021 a vu des catastrophes encore plus grandes ! Nous sommes loin d’avoir assez de temps dans cette émission pour vous rappeler tous les défis auxquels nous avons été confrontés en 2021. Nous n’avons pas non plus le temps de couvrir à l’avance toutes les nouvelles tirées des pages de la Bible. Jésus reviendra-t-Il bientôt pour redresser la situation ? Il donna des signes pour indiquer quand Son retour serait proche.

Une augmentation des tribulations, comme Jésus l’avait annoncé

Avant de continuer, passons rapidement en revue les six premières catastrophes que j’ai mentionnées :

  1. La prise d’assaut du Capitole le 6 janvier
  2. Les conséquences de la guerre contre les énergies fossiles
  3. Les tempêtes désastreuses au Texas et dans les États américains des plaines centrales
  4. La crise à la frontière sud des États-Unis
  5. Le variant Delta et la persistance de la pandémie de Covid-19
  6. La cyber-guerre silencieuse en cours

Mais, de l’avis général, la plus grande calamité de 2021 fut la manière dont les États-Unis se sont retirés d’Afghanistan. Ce fut un désastre humiliant aux proportions monumentales. Les amis de l’Amérique réévaluent leur confiance dans cette superpuissance en déclin, et ses ennemis se frottent les mains. Notez cette tribune publiée dans The Hill le 30 août, sous le titre : « En Afghanistan, nous avons ouvert les portes de l’enfer. » L’article poursuit, en faisant référence à Winston Churchill après l’apaisement d’Adolf Hitler par Neville Chamberlain :

« La débâcle du président Joe Biden n’aura pas de tel sauveur ; le jihad islamique n’est pas ce genre de guerre. Au lieu de nous faire sortir d’Afghanistan et d’apporter la paix à notre époque, il a ouvert les portes de l’enfer. En une seule manœuvre stratégique désastreuse et grossièrement mal conçue, Biden a armé et renforcé les talibans et a réjoui tous les fanatiques musulmans du Maroc à Mindanao. Depuis le 11 septembre 2001, aucun événement n’a autant galvanisé nos ennemis – les forces américaines abandonnant le terrain, les militaires afghans déposant les armes et les talibans rétablissant leur émirat islamique » (The Hill, 30 août 2021).

Donc, le septième désastre est le suivant :

7. La manière humiliante dont l’Amérique a quitté l’Afghanistan

Pour gagner du temps, permettez-moi d’en mentionner quelques autres en ne faisant que de brefs commentaires.

8. La rupture de la chaîne d’approvisionnement

Celle-ci est si évidente qu’il n’est pas nécessaire d’en dire plus, mais qui y aurait pensé il y a un an ?

9. L’inflation

Cela aussi est énorme, mais là encore, pas besoin d’en dire plus. Nous le constatons tous quotidiennement et ce sont les personnes à faible revenu ou à revenu fixe qui le ressentent davantage. Ensuite, il y a le n°10 :

10. La pénurie de main-d’œuvre

Les gouvernements ont emprunté pour inciter les gens à ne pas travailler. Il est incongru de voir des panneaux « Postes vacants » partout, alors que des mendiants et des campements de sans-abri se multiplient un peu partout. Alors que les statistiques du chômage sont faibles, on rapporte que cinq millions de travailleurs américains ont abandonné le marché du travail. Et cette pénurie de main-d’œuvre est aggravée par la onzième catastrophe.

Quelle que soit votre position sur le sujet, une chose est certaine : des policiers, des pilotes, des chauffeurs routiers, des personnels de santé et des travailleurs essentiels dans de nombreux secteurs ont choisi de laisser tomber leur emploi plutôt que de se faire vacciner. Nombre de ceux qui ont mis leur vie en danger et qui ont été salués comme des héros au plus fort de la pandémie ont été écartés. C’est pourquoi la catastrophe n°11 est :

11. L’obligation vaccinale

Voici un autre problème qui n’a fait qu’empirer en 2021 :

12. Des nations divisées contre elles-mêmes au sujet des masques, des vaccins, de l’immigration, du changement climatique et de bien d’autres sujets…

La société civile s’effondre. Quel que soit le camp dans lequel on se situe par rapport à ces questions, les citoyens des États-Unis, du Canada, d’Australie, d’Afrique du Sud, de France, des Pays-Bas, d’Allemagne, pour n’en citer que quelques-uns, ont perdu confiance dans leurs gouvernements et leurs citoyens deviennent des contestataires.

La prédiction du Monde de Demain pour 2021 était « malheur sur malheur ». Quelqu’un peut-il nier que 2021 fut un désastre pour les États-Unis ? Et je n’ai pas le temps de parler des sécheresses, des feux de brousse, des inondations et d’une infestation de souris en Australie, ni des pénuries de carburant au Royaume-Uni, ni de la sécheresse record et du déclin économique et politique en Afrique du Sud, ni de la pire marée noire de l’histoire d’Israël.

Il y en a eu beaucoup d’autres, comme la sécheresse extrême qui a sévi dans la majeure partie de l’ouest américain et du Canada. La ville de Lytton, en Colombie-Britannique, située à environ 160 km au nord de la frontière étasunienne a enregistré une température étonnante de 121,3°F (49,6°C) avant d’être rayée de la carte par un incendie de forêt.

Des prophéties pour 2022

Alors que pouvons-nous attendre en 2022 et au-delà selon la prophétie biblique ? Aucun d’entre nous, ici au Monde de Demain, n’est prophète. Nous lisons simplement la Bible et attirons votre attention sur ce qu’elle révèle. Le problème est que nous ne pouvons pas savoir exactement à quel moment certains événements auront lieu, mais nous pouvons en avoir une vue d’ensemble. Alors, à quoi devons-nous nous attendre pour 2022 et les années suivantes ?

Jésus emmena Ses disciples sur le mont des Oliviers et ils Lui posèrent la question suivante : « Dis-nous, quand cela arrivera-t-il, et quel sera le signe de ton avènement et de la fin du monde ? » (Matthieu 24 :3).

De nombreuses prophéties indiquent clairement qu’une ère meilleure, un monde nouveau, est à venir. Ce monde meilleur sera instauré au second Avènement de Jésus-Christ – un événement qui ébranlera le monde. Cela ne se produira pas en 2022 ou même dans un très proche avenir, mais cela arrivera. En fait, vous feriez mieux d’espérer qu’il se produise, car si ce n’est pas le cas, nous nous anéantirons littéralement nous-mêmes – c’est ce que dit Jésus.

« Car alors, la détresse sera si grande qu’il n’y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais. Et, si ces jours n’étaient abrégés, personne ne serait sauvé ; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés » (Matthieu 24 :21-22).

Certains se moquent de l’idée que le Christ doit revenir pour sauver l’humanité de la destruction, ou même qu’Il reviendra tout court. Ils expérimentent ce que l’apôtre Pierre appelle une sorte de constance sur le plan historique. Voici ce que Pierre a prédit pour notre temps :

« Sachez avant tout que, dans les derniers jours, il viendra des moqueurs avec leurs railleries, et marchant selon leurs propres convoitises. Ils disent : Où est la promesse de son avènement ? Car, depuis que les pères sont morts, tout demeure comme dès le commencement de la création » (2 Pierre 3 :3-4).

Mais tout ne demeure pas figé. Le monde devient plus dangereux d’année en année. Le prophète Ézéchiel nota également cette attitude identique chez les sceptiques qui prétendent à tort que la prophétie a échoué.

« Fils de l’homme, voici, la maison d’Israël dit : Les visions qu’il a ne sont pas près de s’accomplir ; il prophétise pour des temps éloignés. C’est pourquoi dis-leur : Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : Il n’y aura plus de délai dans l’accomplissement de mes paroles ; la parole que je prononcerai s’accomplira, dit le Seigneur, l’Éternel » (Ézéchiel 12 :27-28).

Nous devons être assez humbles pour reconnaître que nous ne connaissons pas le mois ou l’année où chaque prophétie de la Bible se réalisera, même si les deux dernières années sont une indication, le temps est compté pour que les peuples d’origine britannique et américaine se repentent avant qu’il ne soit trop tard. Voici donc la tendance n°1 à surveiller en 2022 et au-delà :

Tendance n°1 : Alors que vous pensez que le pire est arrivé, quelque chose de plus grave surgit

Oui, il y aura des hauts et des bas. Il y aura des périodes qui sembleront bonnes, mais la tendance à long terme est claire : des désastres en chaîne sur les peuples d’origine britannique et pour les États-Unis à cause de nos péchés. Par conséquent, la tendance n°2 pour 2022 et les années suivantes est :

Tendance n°2 : Des crises se succéderont en chaîne

Cette prédiction vient d’Ézéchiel 7 :26, que nous avons lu au tout début de cette émission : « Il arrive malheur sur malheur » Mais remarquez qu’il y a une deuxième déclaration dans ce verset – « il y aura rumeur sur rumeur » (Martin). Donc, la dernière tendance à surveiller est la continuation de quelque chose qui existe déjà malheureusement :

Tendance n°3 : Les rumeurs ne feront qu’empirer

Y a-t-il jamais eu une période plus riche en théories du complot et en rumeurs qu’aujourd’hui, toutes alimentées par les réseaux sociaux et Internet ? Attendez-vous à ce que les rumeurs, les théories du complot et les fausses nouvelles provenant de toutes sortes de sources imaginables continuent à déferler.

Mais la bonne nouvelle est que, lorsque les choses ne pourront vraiment pas empirer, notre Créateur interviendra pour nous sauver de notre folie. Il établira alors un Royaume mondial qui apportera la paix et la prospérité à toute la planète. Les guerres et les maladies prendront fin et les gens apprendront à s’entendre les uns avec les autres. Tel est le message du Monde de Demain.


Pages