Richard Ames | Page 6 | Le Monde de Demain

Richard Ames

L'Apocalypse et le Jour du Seigneur

Sommes-nous proches d’Harmaguédon et de la fin du monde ? Quels sont les événements prophétiques majeurs qui vont bientôt commotionner le monde ?  Le livre de l’Apocalypse révèle un jour de jugement sur les nations appelé « le Jour du Seigneur ». Quel est ce mystérieux Jour du Seigneur ? Vous devez connaître les prophéties de l’Apocalypse et ce qu’est le Jour du Seigneur. Restez à l’écoute !

[Le texte ci-dessous est l’adaptation de la transcription de cette émission du Monde de Demain.]

La Bible est le seul livre au monde qui révèle l’avenir et le but de la vie

Sommes-nous proches d’Harmaguédon et de la fin du monde ? Que révèle la Bible ? Vous en possédez probablement une. Je vous exhorte à lire l’un de ses livres les plus révélateurs au sujet de l’avenir, le livre de l’Apocalypse. De tous les livres jamais écrits, c’est la Bible que vous devriez lire. Combien de livres ont-ils jamais été publiés ?  PCWorld déclare ce qui suit :

« Pour ceux qui se sont déjà demandé combien de livres différents existent dans le monde, Google a une réponse pour vous : 129.864.880, selon Leonid Taycher, un ingénieur logiciel de Google qui travaille sur le projet Google Books » (“Google: 129 Million Different Books Have Been Published”, PCWorld.org, 6 août 2010).

Nombreux sont ceux qui passent leur vie à consulter des ressources documentaires pour acquérir des connaissances, s’instruire, se former et même se divertir. Mais la Sainte Bible est le seul livre au monde qui révèle les grands mystères et le but de la vie !  Le livre de l’Apocalypse révèle un jour de jugement à venir appelé « le Jour du Seigneur ». Quel est ce mystérieux Jour du Seigneur ? 

Quels sont les événements prophétiques majeurs qui vont bientôt commotionner le monde ?  Vous devez connaître les prophéties de l’Apocalypse et ce qu’est le Jour du Seigneur. Restez à l’écoute !

Plus de 30 prophéties dans la Bible parlent d’un « Jour du Seigneur »

Le livre de l’Apocalypse dans la Bible décrit un événement impressionnant qui bouleversera le monde entier. Cet événement est annoncé dans plus de 30 prophéties de la Bible. Il s’appelle le Jour du Seigneur. Le Jour du Seigneur affectera toutes les nations et tous les peuples de la Terre. Il vous affectera, vous et vos proches, si vous êtes en vie pour le voir.

Qu’est que le Jour du Seigneur ? Est-ce un jour de la semaine ? Combien de temps durera-t-il ? Comment affectera-t-il chaque nation et chaque personne ici-bas ? Quelle importance aura-t-il dans le déroulement de la prophétie biblique ?

Le livre de l’Apocalypse introduit le Jour du Seigneur par des perturbations cosmiques dramatiques. « Les étoiles du ciel tombèrent sur la terre » (Apocalypse 6 :13). « Le soleil devint noir comme un sac de crin, et la lune entière devint comme du sang » (Apocalypse 6 :12). « Il y eut un grand tremblement de terre » et comme il est dit dans Apocalypse 6 :14 : « toutes les montagnes et les îles furent remuées de leurs places. »

Le Jour prophétique du Seigneur préparera toutes les nations de la Terre à l’événement le plus grand et le plus encourageant de l’Histoire mondiale, le retour du Sauveur, Jésus-Christ. Mes amis, vous devez comprendre cette période dramatique et mystérieuse qui affectera chaque être humain sur Terre ! Qu’est-ce que le Jour du Seigneur ? Plus de 30 prophéties dans la Bible font référence au Jour du Seigneur, bien plus que ce que nous pouvons couvrir dans cette courte émission.

Qu’est-ce que le Jour du Seigneur ?

Le Jour du Seigneur est un événement prophétique majeur qui se profile à l’horizon. Mais de quoi s’agit-il ? Comment s’inscrit-il dans le cadre de la prophétie biblique ? Si vous avez une Bible, consultez l’Apocalypse, ou le livre de la révélation. L’apôtre Jean écrit : « Je fus saisi par l’Esprit au jour du Seigneur, et j’entendis derrière moi une voix forte, comme le son d’une trompette » (Apocalypse 1 :10).

Jean ne parle pas d’un jour de la semaine, comme le croient certains. Jean parle de l’époque prophétique décrite dans le reste du livre comme le Jour du Seigneur. Jean ne parle pas du dimanche comme étant le Jour du Seigneur.

Si Jean avait fait cela, il l’aurait appelé « le premier jour » de la semaine, comme il le fit dans l’Évangile de Jean (Jean 20 :1, 19). En outre, Jésus se qualifia Lui-même de maître du sabbat, non pas du dimanche, comme il nous est dit dans Marc 2 :28 !  Écoutez bien ! Le terme « Jour du Seigneur » ici dans l’Apocalypse fait clairement référence au thème de tout le livre, le Jour prophétique du Seigneur, qui culmine avec le retour de Jésus-Christ comme Roi des rois et Seigneur des seigneurs !

Un rouleau scellé par sept sceaux

Dans Apocalypse 5, il est question d’un rouleau scellé par sept sceaux. Jésus, le Révélateur, ouvre les sceaux du livre. Nous lisons la description de ces sceaux dans Apocalypse 6. Les quatre premiers sceaux sont souvent surnommés les quatre cavaliers de l’Apocalypse. Le premier cheval, le cheval blanc et son cavalier représentent les fausses religions et les faux christs.

Jésus Lui-même indique la séquence de ces événements de la fin des temps dans la prophétie du mont des Oliviers, dans Matthieu 24. Nous avons expliqué cette convergence dans des émissions précédentes.

Le deuxième sceau révèle un cavalier montant un cheval roux ayant le pouvoir de retrancher la paix de la Terre. Le troisième sceau présente un cavalier sur une monture noir symbolisant la pénurie alimentaire et la famine qui en résulte. Le quatrième sceau montre un cavalier sur un cheval verdâtre dont le cavalier est nommé la mort et le séjour des morts.

Ces quatre cavaliers reçurent le pouvoir sur un quart de la Terre pour tuer des grandes populations. Jésus parla également de la peste qui survient normalement après la famine.

Puis, le Christ ouvre le cinquième sceau dans l’Apocalypse 6 :9 : « Quand il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l’autel les âmes de ceux qui avaient été immolés à cause de la parole de Dieu et à cause du témoignage qu’ils avaient rendu. »

Cela décrit le martyre des saints, des vrais chrétiens. Au premier siècle de notre ère, l’empereur Néron persécuta violemment les chrétiens et les mit à mort. Ce cinquième sceau annonce qu’une autre grande persécution des saints aura lieu à la fin des temps. Puis Jésus ouvre le sixième sceau, révélant les signes célestes qui traumatiseront les habitants de la Terre :

« Je regardai, quand il ouvrit le sixième sceau ; et il y eut un grand tremblement de terre, le soleil devint noir comme un sac de crin, la lune entière devint comme du sang, et les étoiles du ciel tombèrent sur la terre, comme les figues vertes d’un figuier secoué par un vent violent. Le ciel se retira comme un livre qu’on roule ; et toutes les montagnes et les îles furent remuées de leurs places » (Apocalypse 6 :12-14).

Le Dieu tout-puissant attirera l’attention des êtres humains rebelles au moyen de séismes violents et de signes célestes bouleversants. Le Dieu Créateur nous dit dans Hébreux 12 :26 : « Une fois encore j’ébranlerai non seulement la terre, mais aussi le ciel. »

Les signes célestes sont le prélude du Jour du Seigneur

Ces perturbations cosmiques et ces séismes introduiront la période de jugement sur toutes les nations. Jésus-Christ jugera les nations pendant le Jour du Seigneur. Quels signes célestes auront lieu ?

Le Jour du Seigneur est l’époque pendant laquelle le Dieu tout-puissant interviendra dans les affaires mondiales, comme jamais auparavant. Il prononcera un jugement contre les nations rebelles et, comme nous le verrons, Il les laissera même tenter de se détruire mutuellement dans un conflit mondial.

La Bible révèle ce qui se passera pendant le Jour du Seigneur. Encore une fois, si vous avez une Bible, reportez-vous au livre de Joël qui se trouve vers la fin de l’Ancien Testament. C’est le deuxième de ceux qu’on appelle les petits prophètes. Voici un avertissement pour notre génération :

« Sonnez de la trompette en Sion ! Faites-la retentir sur ma montagne sainte ! Que tous les habitants du pays tremblent ! Car le jour de l’Éternel vient, car il est proche, — jour de ténèbres et d’obscurité, jour de nuées et de brouillards, — il vient comme l’aurore se répand sur les montagnes. Voici un peuple nombreux et puissant, tel qu’il n’y en a jamais eu, et qu’il n’y en aura jamais dans la suite des âges » (Joël 2 :1-2).

La trompette est utilisée pour sonner l’alarme – pour aider les gens à se préparer à de grandes batailles, ou comme décrit ici, à une armée envahissante ! Le prophète Joël nous avertit d’une époque unique dans l’Histoire. « Voici un peuple nombreux et puissant, tel qu’il n’y en a jamais eu, et qu’il n’y en aura jamais dans la suite des âges » (Joël 2 :2).

Les versets suivants décrivent une destruction terrible, nous pourrions la qualifier de « politique de la terre brûlée » qui laissera derrière elle un spectacle de désolation. « Devant lui est un feu dévorant, et derrière lui une flamme brûlante ; le pays était auparavant comme un jardin d’Éden, et depuis, c’est un désert affreux : rien ne lui échappe » (Joël 2 :3).

L’humanité assistera également à des perturbations incroyables dans les cieux et à une dévastation de la surface terrestre :

« Devant eux la terre tremble, les cieux sont ébranlés, le soleil et la lune s’obscurcissent, et les étoiles retirent leur éclat. L’Éternel fait entendre sa voix devant son armée ; car son camp est immense, et l’exécuteur de sa parole est puissant ; car le jour de l’Éternel est grand, il est terrible : Qui pourra le soutenir ? » (Joël 2 :10-11)

Dieu continue de décrire Son jugement dans Joël 3 :12-16 :

« Que les nations se réveillent, et qu’elles montent vers la vallée de Josaphat ! Car là je siégerai pour juger toutes les nations d’alentour. Saisissez la faucille, car la moisson est mûre ! Venez, foulez, car le pressoir est plein, les cuves regorgent ! Car grande est leur méchanceté. C’est une multitude, une multitude, dans la vallée du jugement ; car le jour de l’Éternel est proche, dans la vallée du jugement. Le soleil et la lune s’obscurcissent, et les étoiles retirent leur éclat. De Sion l’Éternel rugit, de Jérusalem il fait entendre sa voix ; les cieux et la terre sont ébranlés. Mais l’Éternel est un refuge pour son peuple, un abri pour les enfants d’Israël. »

Le Jour du Seigneur est le temps de l’intervention divine dans les affaires mondiales

Le Dieu tout-puissant interviendra dans les affaires humaines de façon spectaculaire. Il y aura de grandes guerres pendant la période où Dieu répandra Son jugement sur les nations. En termes simples, le Jour du Seigneur est le temps de l’intervention divine dans les affaires mondiales.

Il s’agira non seulement d’une destruction militaire, mais aussi d’une incroyable catastrophe écologique. Lorsque Dieu châtiera les nations rebelles pendant le Jour du Seigneur, Il appellera ces nations à s’humilier et à se repentir ! Bien sûr, nous n’avons pas besoin d’attendre jusque-là ! Alors que les conditions se détériorent sur la scène mondiale, chacun d’entre nous doit prier avec ferveur et implorer Dieu – et nous devons nous assurer que nous sommes du côté de Dieu !

Maintenant, où se situe le Jour du Seigneur dans la chronologie prophétique de la fin des temps ? Apocalypse 8 et 9 révèlent des bouleversements dramatiques au cours du Jour du Seigneur. Quels sont ces événements futurs ? Il y a trois grandes périodes ou étapes que nous devons examiner. Il s’agit de la grande tribulation, des signes célestes et du Jour du Seigneur. Il est important d’en comprendre l’ordre. Jésus parla du point culminant à venir de notre ère :

« Car alors, la détresse sera si grande qu’il n’y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais. Et, si ces jours n’étaient abrégés, personne ne serait sauvé ; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés » (Matthieu 24 :21-22).

Cette période unique dans l’Histoire, qualifiée de grande tribulation, est parfois appelé un temps d’angoisse pour Jacob, comme indiqué dans Jérémie 30 :7 : « Malheur ! car ce jour est grand ; il n’y en a point eu de semblable. C’est un temps d’angoisse pour Jacob ; mais il en sera délivré. »

Notez la séquence des événements telle que Jésus la décrit : « Aussitôt après ces jours de détresse, le soleil s’obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées » (Matthieu 24 :29).

La première étape prophétique est la grande tribulation, suivie des signes célestes. Le Jour du Seigneur, troisième étape, conduit au second Avènement du Christ. Joël 2 confirme que le Jour du Seigneur suit les signes célestes :

« Je ferai paraître des prodiges dans les cieux et sur la terre, du sang, du feu, et des colonnes de fumées ; le soleil se changera en ténèbres, et la lune en sang, avant l’arrivée du jour de l’Éternel, de ce jour grand et terrible » (Joël 2 :30).

Nous voyons donc la séquence des étapes. La première étape concerne la grande tribulation ; la deuxième concerne les signes célestes (ou le sixième sceau de l’Apocalypse) ; et la troisième concerne le Jour du Seigneur (ou le septième sceau de l’Apocalypse).

Le Jour du Seigneur est l’année qui précède le retour du Christ

Combien de temps durera le Jour du Seigneur ? Beaucoup de lecteurs de la Bible sont familiers avec le principe prophétique d’une année pour un jour. Vous rappelez-vous quand les douze espions de l’ancien Israël, sous la direction de Josué, explorèrent la Terre promise ?

« De même que vous avez mis quarante jours à explorer le pays, vous porterez la peine de vos iniquités quarante années, une année pour chaque jour ; et vous saurez ce que c’est que d’être privé de ma présence » (Nombres 14 :34).

« Car c’est un jour de vengeance pour l’Éternel, une année de représailles pour la cause de Sion » (Ésaïe 34 :8). Là encore, le châtiment de Dieu, le jour de la vengeance de l’Éternel, équivaut à une année. Cette période d’une année est représentée par le septième sceau qui se compose de sept plaies de trompettes. Ces plaies de trompettes sont décrites dans les 8e et 9e chapitres de l’Apocalypse. « Quand il ouvrit le septième sceau, il y eut dans le ciel un silence d’environ une demi-heure. Et je vis les sept anges qui se tiennent devant Dieu, et sept trompettes leur furent données » (Apocalypse 8 :1-2).

Alors, combien de temps dure le Jour du Seigneur ? Le Jour du Seigneur est, en un sens, l’année qui précède le retour du Christ ! C’est une partie importante du plan de Dieu, que tous les chrétiens devraient connaître !

Le Jour du Seigneur, ou le septième sceau, est composé de sept plaies de trompettes

Les trompettes nous mettent en garde : elles annoncent sept plaies ou jugements ! En lisant Apocalypse 8, vous remarquerez que, lorsque les quatre premiers anges sonneront de la trompette, il y a une grande dévastation écologique sur toute la Terre. Il y aura des séismes, de grandes zones de végétation brûleront, un tiers de la vie aquatique mourra, les sources d’eau seront empoisonnées et les cieux s’obscurciront.

Les plaies des trois dernières trompettes sont qualifiées des malheurs. Ce mot « malheur » est une exclamation de douleur !

« Je regardai, et j’entendis un aigle qui volait au milieu du ciel, disant d’une voix forte : Malheur, malheur, malheur aux habitants de la terre, à cause des autres sons de trompette que les trois anges vont faire retentir ! » (Apocalypse 8 :13).

Le premier malheur, la plaie de la cinquième trompette, est décrit dans Apocalypse 9. Le cinquième ange sonnera d’une trompette qui déclenchera une campagne militaire qui durera 5 mois. Le deuxième malheur, la plaie de la sixième trompette, est représenté par des symboles de chevaux et de cavaliers. Nous assistons ici à une puissante contre-offensive armée :

« Le premier malheur est passé. Voici il vient encore deux malheurs après cela. Le sixième ange sonna de la trompette. Et j’entendis une voix venant des quatre cornes de l’autel d’or qui est devant Dieu, et disant au sixième ange qui avait la trompette : Délie les quatre anges qui sont liés sur le grand fleuve, l’Euphrate » (Apocalypse 9 :12-14).

Une armée de 200 millions d’hommes se dirigera vers l’ouest, en direction de l’Euphrate, franchira le fleuve et détruira un tiers de la population mondiale ! Cette phase de la Troisième Guerre mondiale tuera des milliards d’êtres humains ! Comme Jésus le dit, si ces jours n’étaient abrégés, personne ne serait sauvé – toute forme de vie serait détruite sur la Terre.

La septième trompette annonce l’établissement du Royaume de Dieu

Enfin, la septième trompette retentira. Pour les véritables disciples du Christ, le son de la septième trompette est une bonne nouvelle car elle annonce l’établissement du Royaume de Dieu sur Terre et le retour de Jésus-Christ. Nous devons tous nous préparer pour cette époque !

« Le septième ange sonna de la trompette. Et il y eut dans le ciel de fortes voix qui disaient : le royaume du monde est remis à notre Seigneur et à son Christ ; et il régnera aux siècles des siècles » (Apocalypse 11 :15).

C’est la bonne nouvelle que nous attendons tous avec impatience ! À présent, quel autre événement aura lieu lorsque la septième trompette sonnera ? Que se passera-t-il après le Jour du Seigneur ?

La septième trompette contient aussi les sept derniers fléaux

Le Jour du Seigneur, dans la prophétie de la fin des temps, est composé de sept événements au son de sept trompettes qui auront lieu sur une période d’un an culminant avec le retour de Jésus-Christ. La septième trompette annonce la bonne nouvelle de la prise de contrôle des gouvernements mondiaux par le Christ. Mais la septième trompette est également appelée le troisième malheur ! Pourquoi ? Parce qu’elle annonce également les sept derniers fléaux ! Vous pouvez lire la description de ces fléaux dans Apocalypse 16.

Une plaie douloureuse frappera ceux qui ont adoré la bête et son image. Les mers et les cours d’eau seront tellement empoisonnés que « tout ce qui avait vie dans la mer » mourra, tel que mentionné dans Apocalypse 16 :3 (Ostervald). Le Soleil deviendra brûlant et tourmentera ceux qui ne se repentiront pas de leurs péchés !

Dans le nord du territoire actuel de l’État d’Israël, dans la plaine de Jizreel, se réuniront des armées immenses et d’énormes forces militaires ! Elles s’assembleront pour combattre Jésus-Christ, le Commandement des armées des cieux. L’apôtre Jean écrit :

« Puis je vis le ciel ouvert, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait s’appelle Fidèle et Véritable, et il juge et combat avec justice. Ses yeux étaient comme une flamme de feu ; sur sa tête étaient plusieurs diadèmes ; il avait un nom écrit, que personne ne connaît, si ce n’est lui-même : et il était revêtu d’un vêtement teint de sang. Son nom est la Parole de Dieu. Les armées qui sont dans le ciel le suivaient sur des chevaux blancs, revêtues d’un fin lin, blanc, pur. De sa bouche sortait une épée aiguë, pour frapper les nations ; il les paîtra avec une verge de fer ; et il foulera la cuve du vin de l’ardente colère du Dieu Tout-Puissant. Il avait sur son vêtement et sur sa cuisse un nom écrit : Roi des rois et Seigneur des seigneurs » (Apocalypse 19 :11-16).

Lorsque le Christ reviendra sur Terre, Il conquerra tous Ses ennemis, y compris les nations et leurs puissantes armées qui Le combattront à Son retour. Le Jour du Seigneur apportera le jugement de Dieu sur les nations.

Dans son sens large, le Jour du Seigneur s’étend après le retour du Christ pour toute l’éternité

Comme nous l’avons vu, dans le sens strict, le Jour du Seigneur est l’année qui précède le retour du Christ. Mais dans le sens large, le Jour du Seigneur s’étendra tout au long du millénaire et jusqu’à l’éternité. L’apôtre Pierre nous exhorte à être dans un état de préparation spirituelle. Dieu, dans Son grand amour à notre égard, révèle l’avenir à Ses serviteurs. L’apôtre Jean écrit dans le dernier chapitre de la Bible :

« Et il me dit : Ces paroles sont certaines et véritables ; et le Seigneur, le Dieu des esprits des prophètes, a envoyé son ange pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt. – Et voici, je viens bientôt. – Heureux celui qui garde les paroles de la prophétie de ce livre ! » (Apocalypse 22 :6-7).

Nous devons être prêts pour le Jour du Seigneur, cette époque difficile qui apportera d’abord un jugement sur les nations. Mais au-delà, ce sera aussi le début du monde de demain, une époque formidable de beauté, de prospérité et de restauration sous la direction du Christ. Que Dieu hâte ce jour !

Si vous souhaitez en savoir plus, cliquez sur le lien pour commander le CD gratuit intitulé « Le Jour du Seigneur ». Ce CD audio inspirant vous fournira beaucoup plus d’informations essentielles que ce que nous avons eu le temps d’aborder dans cette émission.


Qu’est-ce que le Jour du Seigneur?



Le mystérieux Jour du Seigneur affectera tous les habitants de la Terre. De quoi s’agit-il exactement ? Quel impact aura-t-il sur vous et vos proches ?

Quatre mystères cachés dans Jean 3:16

Dans le célèbre verset de Jean 3 :16, « le verset d’or », se cachent huit vérités spirituelles essentielles. Pour la plupart de gens, ce sont des mystères. Dans cet épisode du Monde de Demain, nous allons parler de quatre de ces mystères cachés dans Jean 3 :16. 

[Le texte ci-dessous est l’adaptation de la transcription de cette émission du Monde de Demain.]

C’est l’un des versets les plus connus de la Bible : Jean 3 :16 !  Des chrétiens zélés font connaître ce verset avec de grandes bannières lors de matchs de football télévisés au niveau national aux États-Unis, voire sur des panneaux d’affichage le long de l’autoroute. Ce célèbre verset offre une impressionnante espérance à tous les êtres humains que Dieu appelle. Mais peu de gens, même parmi les chrétiens, comprennent vraiment la profondeur de la vérité contenue dans cette profonde déclaration. 

Les traditions humaines obscurcissent les vérités révélées dans Jean 3 :16

Jésus Lui-même énonça cette vérité dans Jean 3 :16 : « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. » Dans ce célèbre verset se cachent huit vérités spirituelles essentielles. Mais pour la plupart des gens, ce sont huit mystères cachés.  Pourquoi donc ?  Parce qu’ils lisent ce verset en se basant sur des traditions humaines plutôt que sur des doctrines basées sur la Bible !

Vous pouvez en savoir plus sur les huit mystères cachés de Jean 3 :16, dans notre brochure gratuite : Jean 3 :16 – les vérités cachées du verset d’or.

Un Dieu qui aime le monde condamnerait-Il ceux qu’Il a créés à une souffrance éternelle dans un feu infernal ? Comment cela pourrait-il être juste ?  Si Dieu laissa Jésus mourir pour que les croyants ne périssent pas, d’où vient l’idée que les méchants ne périront pas mais vivront dans la douleur éternelle ? Et, plus important encore, que signifie avoir la vie éternelle en tant que disciple né de nouveau de Jésus-Christ ? Dans l’émission d’aujourd’hui, vous allez comprendre quatre mystères cachés de Jean 3 :16.

L’une des vérités les plus profondes de la Bible est énoncée dans Jean 3 :16.  On l’appelle « le verset d’or ». Nous devons rechercher cette vérité. Mais il y a tellement d’interprétations et de croyances différentes, même au sein du christianisme. Écoutez ce fait étonnant : L’Encyclopédie chrétienne mondiale identifie au moins 33.000 dénominations chrétiennes, dont 9.000 sont classées comme « protestantes » et 22.000 comme « indépendantes ».

Ces milliers de dénominations sont en désaccord entre elles sur nombre de leurs doctrines, enseignements et croyances. Pourtant, elles ne peuvent pas toutes avoir raison ! Se pourrait-il même que beaucoup croient en un faux Christ qui n’est pas le Jésus de la Bible ? Jésus Lui-même nous mit en garde dans Matthieu 24 :24 qu’il y aurait « de faux christs et de faux prophètes ; [et qu’] ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s’il était possible, même les élus. »

Puisque ces milliers de dénominations enseignent des doctrines différentes, se pourrait-il que beaucoup croient en un christianisme contrefait ? Dans l’émission d’aujourd’hui, nous examinerons quatre de ces vérités et mystères cachés fascinants que la plupart des chrétiens ne comprennent pas. Et nous vous offrirons une brochure gratuite et inspirante : Jean 3 :16 – les vérités cachées du verset d’or. Ne manquez pas de commander votre exemplaire gratuit.

Premier mystère

Qui est le Dieu qui a tant aimé le monde ? – Dieu est une Famille

Cette brochure aborde chacune des huit vérités ou mystères cachés de Jean 3 :16. Le premier chapitre est intitulé « Dieu a tant aimé le monde ». Il existe de nombreuses croyances différentes concernant la nature et l’existence de Dieu. Considérons donc le premier mystère caché de Jean 3 :16 : « Qui est le Dieu qui a tant aimé le monde ? » Comment est-Il décrit dans la Bible ? Si vous avez une Bible à la main, reportez-vous à Genèse 1 :1 : « Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. »

L’évangéliste Gerald Weston, rédacteur de la brochure gratuite que nous proposons aujourd’hui, déclare ceci :

« La première fois que le mot “Dieu” est utilisé dans les Écritures (Genèse 1 :1), il s’agit d’Elohim, la forme plurielle d’un mot hébreu. La pluralité de Dieu est confirmée au verset 26 : “Puis Dieu [Elohim] dit : Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance...” » (Jean 3 :16 – les vérités cachées du verset d’or, p. 8).

Remarquez « Nous » – c’est un pluriel. Mais Dieu est aussi un. Que révèle la Bible sur la relation entre Jésus-Christ et Dieu le Père ? Nous lisons dans Deutéronome 6 :4 : « Écoute, Israël ! L’Éternel, notre Dieu, est le seul Éternel. » Et Jésus de déclarer : « Moi et le Père nous sommes un » (Jean 10 :30). Nous devons donc répondre à la question suivante : « En quoi Dieu est-Il “un” ? ». M. Weston répond à cette question :

« Au cours de la nuit pendant laquelle Il fut trahi, notez les mots précis qu’Il utilisa à propos de l’unité en adressant la prière suivante à Son Père céleste : “Ce n’est pas pour eux seulement que je prie, mais encore pour ceux qui croiront en moi par leur parole, afin que tous soient un…” (Jean 17 :20-21). Nous voyons que Jésus voulait que tous ensemble nous soyons un, mais de quelle manière ?  “… afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu’eux aussi soient un en nous, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, afin qu’ils soient un comme nous sommes un, moi en eux, et toi en moi, afin qu’ils soient parfaitement un…” (Versets 21-23) » (Ibid., p. 10).

Comme nous le verrons plus tard dans l’émission, Dieu prépare une Famille. Les chrétiens devenus spirituels en naissant de nouveau feront partie de cette Famille lors de la première résurrection. Aujourd’hui encore, après le baptême, les chrétiens reçoivent le Saint-Esprit par l’imposition des mains. 

Nous avons tous besoin du don du Saint-Esprit de Dieu, la puissance de Dieu, comme Jésus le déclara dans Actes 1 :7-8 et comme l’apôtre Pierre l’exhorta dans Actes 2 :38. Nous remercions Dieu de donner aux pécheurs repentants le don de Son « Esprit [qui] nous remplit de force, d’amour et de sagesse » comme il est dit dans 2 Timothée 1 :7.

Oui, Dieu est le Père « de qui toute famille dans les cieux et sur la terre tire son nom » (Éphésiens 3 :15). Mes amis, priez pour que vous puissiez aussi avoir Dieu comme Père. Jésus nous enseigna de prier au Père dans Matthieu 6 :9.

Nous avons vu que Dieu le Père et Jésus-Christ sont un. Ils sont les deux êtres actuels dans l’unique Famille divine. En fait, Dieu le Père est le père « de qui toute famille dans les cieux et sur la terre tire son nom » (Éphésiens 3 :15). Les chrétiens fidèles les rejoindront lorsqu’ils seront nés de nouveau, comme nous le verrons plus tard dans l’émission.

Passons maintenant au premier chapitre de Jean. Nous avons vu que le Père et Jésus-Christ sont maintenant membres de cette Famille divine unique. Comme l’apôtre Jean nous l’enseigna dans Jean 1 :14 : « Et la Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père. »

C’est ce Jésus, le Fils de Dieu, qui répandit le Saint-Esprit sur les disciples dans Actes 2 :32. « C’est ce Jésus que Dieu a ressuscité ; nous en sommes tous témoins. Élevé par la droite de Dieu, il a reçu du Père le Saint-Esprit qui avait été promis, et il l’a répandu, comme vous le voyez et l’entendez. »  Mes amis, vous avez besoin du Saint-Esprit, comme nous le verrons plus tard dans cette émission.

Deuxième mystère

Dieu est-Il juste ? – Dieu donnera à tous une opportunité au salut

Une autre vérité cachée et un autre mystère de Jean 3 :16 se trouve dans la réponse à la question : « Dieu est-Il juste ? » Lorsque vous parviendrez à comprendre réellement le formidable amour éternel inconditionnel que le Dieu Créateur a pour les êtres humains, vous comprendrez que chaque être humain aura une véritable opportunité de salut. Ceci introduit cette deuxième vérité cachée.

De nombreux chrétiens ont l’idée fausse que Dieu jettera des milliards de personnes dans un feu infernal, simplement parce qu’Il s’est arrangé pour qu’elles naissent et meurent sans jamais avoir entendu ou compris le nom du Christ ou l’Évangile du Christ. Cela serait-il juste ? Dans le troisième chapitre de la brochure gratuite offerte d’aujourd’hui, l’évangéliste Gerald Weston écrit :

« L’apôtre Jean expliqua clairement que “Dieu a tant aimé le monde…” (Jean 3 :16). Ici, le “monde” n’est pas une référence à la planète Terre, mais plutôt à tous les êtres humains à sa surface. Peu importe la méthode de comptage, nous trouverons toujours davantage de personnes “non sauvées” que de personnes “sauvées”. Comment est-ce possible si Dieu aime autant le monde ? Est-Il faible au point de ne pas pouvoir sauver la majorité de Sa création ? Cela nous conduit aux questions suivantes : “Dieu est-Il juste ? Fait-Il acception de personnes – fait-Il du favoritisme ? Chaque être humain a-t-il, ou aura-t-il, une véritable opportunité de salut ?” » (Ibid., p. 22).

Ceux qui étudient la Bible savent que le salut ne vient que par le nom du Sauveur du monde, Jésus-Christ. Comme il est dit dans Actes 4 :12 : « Il n’y a de salut en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés. »

Dieu a un plan pour ceux qui n’ont jamais entendu le nom de Jésus-Christ. Dieu ne condamnera pas ceux qui n’ont jamais entendu le nom du Christ, comme le croient de nombreux membres du christianisme traditionnel. Posez cette question à votre pasteur ou à votre prêtre : Si une tribu de gens dans une jungle éloignée n’a jamais entendu le nom de Jésus-Christ, n’a jamais accepté Jésus-Christ comme son Sauveur, sera-t-elle condamnée à périr dans un feu infernal ? Vous serez peut-être choqué par la réponse.

La Bible révèle que Dieu donnera à ces personnes une opportunité de salut lors de la seconde résurrection. C’est ce qui est décrit dans Apocalypse 20 :11-13. Dieu nous y révèle le jugement du grand trône blanc. Ce jugement aura lieu après le règne de mille ans du Christ sur Terre. Il concerne « les autres morts » mentionnés au verset 5. Il s’agit de la deuxième résurrection générale des morts.

« Puis je vis un grand trône blanc, et celui qui était assis dessus. La terre et le ciel s’enfuirent devant sa face, et il ne fut plus trouvé de place pour eux. Et je vis les morts, les grands et les petits, qui se tenaient devant le trône » (Apocalypse 20 :11-12).

Si les morts se tiennent à ce moment-là devant Dieu, c’est qu’ils ont été ressuscités. Vous trouvez une description de cette résurrection à la vie physique dans Ézéchiel 37 – le chapitre sur la vallée des ossements desséchés qui reviendront à la vie. À présent, continuons dans Apocalypse 20 :12 : « Des livres furent ouverts ». Le mot grec original pour « livres » est biblion, d’où nous tirons le mot Bible. Continuons :

« Et un autre livre fut ouvert, celui qui est le livre de vie. Et les morts furent jugés selon leurs œuvres, d’après ce qui était écrit dans ces livres. La mer rendit les morts qui étaient en elle, la mort et le séjour des morts rendirent les morts qui étaient en eux ; et chacun fut jugé selon ses œuvres » (Apocalypse 20 :12-13).

Lors du jugement du grand trône blanc, des milliards de personnes qui n’ont jamais entendu le nom du Christ auront leur première véritable occasion de salut. Cette résurrection peut inclure des amis et des parents que vous pensiez perdus à jamais !

Nous avons brièvement discuté de deux mystères cachés dans ces vérités de Jean 3 :16. De nombreuses dénominations chrétiennes fondent leurs croyances davantage sur la tradition que sur la Bible. Elles ne croient pas les déclarations claires de la Bible.

Troisième mystère

Quelle est la définition biblique du verbe périr ? – les incorrigibles cesseront d’exister

La Bible est la source du véritable christianisme. Le premier mystère caché que nous avons abordé est le suivant : « Qui est le Dieu qui a tant aimé le monde ? ». Le deuxième mystère caché est : « Dieu est-Il juste ? » Le troisième mystère caché est très important pour comprendre la vérité de Dieu et c’est le suivant : « Quelle est la définition biblique du verbe “périr” ? »

Mes amis, Dieu est le pourvoyeur de la vie, le Créateur de toutes choses – Il est Celui qui nous a donné la vie. Dans Actes 17, l’apôtre Paul révéla la relation que Dieu souhaite entretenir avec chacun d’entre nous :

« Il a fait que tous les hommes, sortis d’un seul sang, habitent sur toute la surface de la terre, ayant déterminé la durée des temps et les bornes de leur demeure ; il a voulu qu’ils cherchent le Seigneur, et qu’ils s’efforcent de le trouver en tâtonnant, bien qu’il ne soit pas loin de chacun de nous, car en lui nous avons la vie, le mouvement, et l’être. C’est ce qu’ont dit aussi quelques-uns de vos poètes : De lui nous sommes la race » (Actes 17 :26-28).

Puisque Dieu est le pourvoyeur de la vie, que signifie « périr » ? Beaucoup supposent qu’ils ne périront jamais ! Ils croient à la doctrine païenne de l’âme immortelle. Ils croient qu’ils ont une âme immortelle qui ne périra pas après la mort. Mais voici ce que Gerald Weston écrit dans cette brochure gratuite sur Jean 3 :16 :

« Le dictionnaire Larousse définit le mot périr comme “cesser de vivre, disparaître, cesser d’exister”. Lorsqu’un navire périt en mer, nous savons ce que cela veut dire. Nous parlons aussi de personnes qui périssent dans un crash d’avion. Lorsque nous parlons de sujets bibliques, pourquoi les gens soutiennent-ils une définition incorrecte du mot périr ? La Bible s’accorde constamment et sans ambiguïté avec la définition classique de “périr” dans les dictionnaires ! Elle enseigne clairement que la vie et la mort sont des opposés ! Nulle part les Écritures ne décrivent la vie humaine comme un être ayant une immortalité inhérente. Comme nous l’avons déjà vu, même l’âme peut mourir (Ézéchiel 18 :4, 20). La parole de Dieu révèle que nous ne possédons pas encore l’immortalité ; c’est quelque chose que nous devons chercher (Romains 2 :6-7) et “revêtir” (1 Corinthiens 15 :53-54) » (Ibid., p. 56).

La Bible révèle clairement que seul Dieu possède l’immortalité (1 Timothée 6 :16) et que l’immortalité est quelque chose que nous devons revêtir dans le futur (1 Corinthiens 15 :53). Le but de Dieu est de nous sauver de la mort éternelle et de la perdition. Mais la Bible nous dit que ceux qui scellent leur caractère en choisissant le mal périront dans l’étang de feu :

« Celui qui vaincra héritera ces choses ; je serai son Dieu, et il sera mon fils. Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les débauchés, les magiciens, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera l’étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort. » (Apocalypse 21 :7-8)

Les méchants incorrigibles périront dans l’étang de feu. Ils seront punis de la seconde mort dont il n’y a pas de résurrection. C’est la punition de la mort éternelle. Comme il est dit dans Romains 6 :23 : « Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur. » Nous n’avons pas encore l’immortalité. La vie éternelle est un don de Dieu.

Ainsi, nous voyons le contraste entre le christianisme traditionnel et le christianisme biblique. Le christianisme traditionnel enseigne que nous avons une âme immortelle qui vivra toujours et ne périra jamais ou ne cessera jamais d’exister. Le christianisme biblique enseigne que les pécheurs non repentis périront dans un étang de feu, connaîtront la seconde mort, la mort éternelle et cesseront d’exister.

Mais la bonne nouvelle est que ceux qui croient vraiment au Jésus-Christ de la Bible, qui se repentent et se font baptiser comme il est dit dans Actes 2 :38, et qui restent fidèles, ne périront pas. Ils recevront le don de la vie éternelle. Le troisième mystère caché dont nous avons discuté aujourd’hui est le suivant : « Quelle est la définition biblique du verbe “périr” ? » Mes amis, allez-vous personnellement périr ? Notre Sauveur révéla que ceux qui vivent véritablement selon Jean 3 :16, ne périront pas à jamais, mais hériteront la vie éternelle à la résurrection

Quatrième mystère

Vous devez naître de nouveau – nous naîtrons de l’Esprit à la résurrection

Nous avons brièvement discuté de trois mystères cachés de Jean 3 :16. Le quatrième mystère caché : « Vous devez naître de nouveau » et il se trouve dans le cinquième chapitre de notre brochure gratuite est intitulé : « Vous devez naître de nouveau ».

La plupart des chrétiens connaissent l’histoire de Nicodème, le pharisien, qui vint à Jésus de nuit et admit que Jésus était envoyé par Dieu. Jésus lui dit : « En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu » (Jean 3 :3). La croyance commune est que si vous acceptez Jésus dans votre cœur comme votre Sauveur, vous êtes à ce moment-là « né de nouveau ». Mais que dit Jésus au pharisien abasourdi ? « En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’Esprit est esprit » (versets 5-6).

Que voulait dire Jésus ? Jésus dit au pharisien Nicodème : « En vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’Esprit est esprit » (Jean 3 :5-6). Il suffit de se poser la question : « Suis-je esprit ou suis-je chair ? ». Les chrétiens sont physiques et seront changés en esprit à la résurrection. Lisez le récit de ce changement miraculeux qui aura lieu lors de la première résurrection :

« Ce que je dis, frères, c’est que la chair et le sang ne peuvent hériter le royaume de Dieu, et que la corruption n’hérite pas de l’incorruptibilité. Voici, je vous dis un mystère : nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés, en un instant, en un clin d’œil, à la dernière trompette. La trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés. Car il faut que ce corps corruptible revête l’incorruptibilité, et que ce corps mortel revête l’immortalité. Lorsque ce corps corruptible aura revêtu l’incorruptibilité, et que ce corps mortel aura revêtu l’immortalité, alors s’accomplira la parole qui est écrite : La mort a été engloutie dans la victoire » (1 Corinthiens 15 : 50-54).

C’est à cet événement que Jésus fit référence lorsqu’Il disait : « ce qui est né de l’Esprit est esprit. » M. Weston explique le contexte de la déclaration de Jésus dans le cinquième chapitre de la brochure que nous proposons aujourd’hui : Jean 3 :16 – les vérités cachées du verset d’or.

Il nous faut comprendre, comme dans le processus d’engendrement et de naissance de l’être humain, la différence entre les mots « engendré » et « né ». M. Weston écrit :

« Pourquoi ce sujet provoque-t-il autant de confusion ? Dans ce passage, le mot traduit par “naître” vient du grec gennao. Les traducteurs de la Bible connaissaient le grec, mais ils ne comprenaient pas les implications doctrinales. C’est pourquoi ils ont traduit en français ce mot inhabituel par “naître”, “engendrer”, “procréer” ou “concevoir”. Ce qui semble être un détail en apparence a provoqué beaucoup de confusion et de mauvaise compréhension, particulièrement au sujet du concept de la “nouvelle naissance” » (Ibid, p. 39).

Lorsque nous recevons le Saint-Esprit de Dieu au baptême, nous devenons un enfant engendré de Dieu. Malgré le parti pris des traducteurs, le mot gennao est correctement traduit dans la version de la King James en français dans 1 Pierre 1 :3 :

« Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ, lequel selon son abondante miséricorde, nous a engendrés de nouveau en une espérance vivante par la résurrection de Jésus Christ d’entre les morts, pour un patrimoine incorruptible, et non souillé, et qui ne peut se flétrir, réservé au ciel pour vous ».

Notre Père céleste nous engendre comme Ses enfants et, en tant que tels, nous devons aimer tous les enfants engendrés de Dieu. Oui, pour naître de nouveau, vous devez d’abord être engendré au baptême.

Mes amis, je prie pour que vous envisagiez la repentance et le baptême et que vous commenciez votre vie spirituelle en tant que fils ou fille engendré(e) du Dieu tout-puissant et en tant que frère ou sœur de [Jésus] Christ, comme cela nous est dit dans Matthieu 12 :50 et Hébreux 2 :11. Si vous vous êtes vraiment repenti et aimeriez recevoir le baptême biblique, contactez l’un de nos représentants au bureau régional le plus proche de chez vous.

Il y a d’autres vérités cachées dans Jean 3 :16 que des milliards d’êtres humains dans le monde ne comprennent pas. Si vous souhaitez les découvrir par vous-même, il vous suffit de cliquer sur le lien dans la description pour commander un exemplaire gratuit de notre guide d’étude Jean 3 :16 – les vérités cachées du verset d’or.


Sept clés pour l’étude de la Bible



Découvrez sept clés essentielles pour enrichir votre étude biblique et déverrouiller les vérités de ce livre mystérieux.

Le sabbat chrétien: samedi ou dimanche?

Si Jésus-Christ établit l’observance du dimanche comme jour de culte, pourquoi fallut-il la déclaration d’un Empereur romain 300 ans après Sa mort et Sa résurrection pour le fixer comme le jour de culte pour les chrétiens ? Et comment se fait-il que les premiers apôtres et disciples – même ceux d’origine païenne – gardaient-ils le sabbat du septième jour ? Prenez votre Bible et lisez-la avec nous dans cet épisode du Monde de Demain où nous examinerons ce que Jésus-Christ et Ses apôtres enseignèrent réellement au sujet du sabbat.

[Le texte ci-dessous est l’adaptation de la transcription de cette émission du Monde de Demain.]

Quel jour de repos ?

Plus de deux milliards de ceux qui se disent chrétiens observent le dimanche comme jour de culte. Pourtant, des millions d’autres observent le samedi, le septième jour de la semaine, comme jour de culte. Quel jour est véritablement le sabbat chrétien ? La plupart des chrétiens connaissent les Dix Commandements. En fait, des plaques et des stèles des Dix Commandements ont été placés même dans des bâtiments publics pendant des siècles, jusqu’à ces dernières années.

Le 4e commandement commence ainsi : « souviens-toi du jour du sabbat, pour le sanctifier » (Exode 20 :8, Darby). Ce commandement figurait sur les tables en pierre que Dieu remit à Moïse au XVe siècle av. J.-C. Mais quand Dieu établit-Il le sabbat du septième jour dont il fallait se souvenir ? Nous répondrons à cette question dans l’émission d’aujourd’hui.

Lorsque l’Église chrétienne du Nouveau Testament commença le jour de la Pentecôte en l’an 31 de notre ère, les chrétiens du premier siècle observaient déjà le sabbat du septième jour. Ce n’est qu’au concile de Laodicée, en l’an 363 de notre ère que l’Église romaine interdit l’observation du sabbat du septième jour, faisant du dimanche le jour officiel de culte, à la suite de l’édit de l’empereur Constantin en l’an 321.

Alors, le Dieu du ciel veut-Il que vous L’adoriez n’importe quel jour ? Que dit vraiment la Bible ? Quel est le jour du sabbat chrétien ? Le samedi ou le dimanche ?

Paul enseigna le jour du sabbat, tant aux Juifs comme aux Gentils

Le monde est secoué par les perturbations, les troubles et les stress prophétisés des temps de la fin. Jésus de Nazareth prédit ces troubles dans la prophétie du mont des Oliviers :

« Une nation s’élèvera contre une nation, et un royaume contre un royaume, et il y aura, en divers lieux, des famines, et des tremblements de terre. Tout cela ne sera que le commencement des douleurs » (Matthieu 24 :7-8).

Mais Il fournit également un moyen de faire face à ces tensions lorsqu’Il déclara : « Par votre persévérance vous sauverez vos âmes » (Luc 21 :19). En ces temps agités, beaucoup recherchent la paix en pratiquant leur culte un jour particulier de la semaine.

Diverses religions célèbrent des fêtes religieuses ou des Jours saints. Les musulmans pratiquent leur culte le vendredi et suivent l’appel à la prière cinq fois par jour. Les Juifs du monde entier pratiquent leur culte depuis des milliers d’années le Jour du sabbat, qui commence au coucher du soleil le vendredi soir et se poursuit jusqu’au coucher du soleil le samedi. Des centaines de millions d’autres chrétiens se réunissent pour des cultes religieux le dimanche, proclamant que leur jour est le vrai jour de culte.

Mais saviez-vous qu’il y a aussi des millions de chrétiens qui gardent le sabbat du septième jour ? Pourquoi observent-ils le samedi comme jour de culte ? Le quatrième commandement dans la Bible enseigne l’observance du septième jour de la semaine en tant que repos sabbatique. Comme il est dit : « Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier. Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage. Mais le septième jour est le jour du repos de l’Éternel, ton Dieu » (Exode 20 :8-10).

Quel jour de la semaine les chrétiens du premier siècle observaient-ils ? La réponse se trouve ici, dans la Bible. Dans l’émission Le Monde de Demain, nous vous demandons de ne pas vous contenter de nous croire sur parole, mais de vérifier par vous-même ce que dit réellement la Bible.

Les spécialistes de la Bible admettent que l’Église chrétienne du premier siècle observait le sabbat du septième jour. Mais beaucoup affirment à tort que c’était uniquement parce qu’ils étaient des chrétiens d’origine juive. Alors, les chrétiens d’origine païenne du premier siècle observaient-ils le dimanche comme jour de culte ? Que dit la Bible comme vérité historique ?

Prenez l’apôtre Paul. Il reçut une formation de pharisien, et connaissait fort bien les Écritures hébraïques, les livres de l’Ancien Testament. Dans la ville de Thessalonique, Paul prêcha aux Juifs dans la synagogue trois sabbats de suite. Remarquez que c’était sa coutume – il prêchait régulièrement le jour du sabbat :

« Paul y entra, selon sa coutume. Pendant trois sabbats, il discuta avec eux, d’après les Écritures, expliquant et établissant que le Christ devait souffrir et ressusciter des morts. Et Jésus que je vous annonce, disait-il, c’est lui qui est le Christ » (Actes 17 :2-3).

Paul prêchait régulièrement aux Juifs le jour du sabbat. Mais s’adressait-il également aux Gentils le jour du sabbat ? Regardez le chapitre suivant. L’apôtre Paul se trouve dans la ville païenne de Corinthe, en Grèce : « Paul discourait dans la synagogue chaque sabbat, et il persuadait des Juifs et des Grecs » (Actes 18 :4) ! 

On pourrait penser que si les chrétiens observaient le dimanche, plutôt que le sabbat du septième jour, l’apôtre Paul pourrait parler aux Juifs le samedi et aux païens le dimanche. Est-ce bien ce que dit la Bible ?  Consultez Actes 13. Paul se trouvait à Antioche, dans ce qui est actuellement la Turquie. Après le sermon habituel de Paul à la synagogue pour les Juifs et les Gentils, remarquez ce qui se passa. « Lorsqu’ils sortirent, on les pria de parler le sabbat suivant sur les mêmes choses » le jour suivant, le dimanche ? Non ! Les Gentils supplièrent Paul de leur prêcher « le sabbat suivant » (v. 42).

Si Jésus, ou les apôtres, avaient changé le jour de culte prescrit par Dieu, c’était l’occasion rêvée pour Paul de dire aux Gentils : « Non, vous ne devez pas attendre jusqu’à samedi prochain, nous, les chrétiens, nous adorons maintenant le dimanche. Rencontrez-moi demain ! » Mais non, l’apôtre Paul ne fit pas cela. Que dit la Bible ? « Le sabbat suivant, presque toute la ville se rassembla pour entendre la parole de Dieu » (Actes 13 :44).

Paul enseignait aux chrétiens d’origine païenne le jour du sabbat ! Il ordonna également aux Gentils de Corinthe de suivre Son exemple. Rappelez-vous l’instruction de Paul : « Soyez mes imitateurs, comme je le suis moi-même de Christ » (1 Corinthiens 11 :1). Ou comme la Bible des Peuples (1998) le traduit : « Suivez mon exemple comme je suis celui du Christ. » Oui, Paul et Jésus donnèrent l’exemple à tous les chrétiens en observant le sabbat du septième jour !

À quelle époque le christianisme traditionnel commença-t-il à observer le dimanche comme le jour de repos au lieu du sabbat ? L’Encyclopédie catholique, sur le sujet du « dimanche », déclare ceci : « Tertullien (202 apr. J.-C.) fut le premier auteur à mentionner expressément le repos du dimanche » (Encyclopédie catholique, article “Dimanche”, 1912, volume 14, page 335). Tertullien a écrit :

« Pour nous, suivant la tradition, le seul jour de la résurrection nous devons éviter ce geste [l’agenouillement à la prière] comme tout ce qui exprime l’angoisse et la douleur et ce qui est de même nature, pour ne pas donner prise au diable » (“La Prière en Afrique chrétienne”, éditions Migne, page 31, traduction Adalbert-Gautier Hamman). 

L’observance du dimanche n’était même pas mentionnée avant l’an 202 de notre ère ! Cependant, de petits groupes de vrais chrétiens continuèrent à observer le sabbat du septième jour, même après que l’empereur romain Constantin eut imposé le culte du dimanche. Au XVIIe siècle, lorsque les chrétiens sabbatariens ont été persécutés en Angleterre, certains ont cherché la liberté religieuse dans de nouvelles terres, les colonies d’Amérique du Nord.

La charte royale de 1663, accordée par Charles II d’Angleterre, garantissait la liberté de religion à la colonie du Rhode Island. Cette charte peut être vue aujourd’hui dans la maison d’État de Providence, au Rhode Island.

Des précédents historiques de l’observance du sabbat du septième jour

Nous avons vu que les chrétiens du premier siècle observaient le sabbat du septième jour. Non seulement les chrétiens de racine juive observaient le samedi comme sabbat, mais les chrétiens d’origine païenne aussi. Nous avons également vu que même les premiers observateurs du dimanche n’ont pas pris le contrôle avant le troisième siècle de notre ère.

Nous avons également vu que c’est l’empereur romain, et non l’Église originelle, qui imposa le culte du dimanche dans l’Empire. Enfin, le concile de Laodicée déclara le dimanche comme jour de culte pour la religion catholique au quatrième siècle de notre ère.  N’est-ce pas étonnant ? Si le Christ établit le dimanche comme Son jour de culte, pourquoi fallut-il plus de 300 ans pour que l’Église déclare officiellement le dimanche comme jour de culte après Sa mort et Sa résurrection ?

Malgré les persécutions, les vrais observateurs du sabbat continuèrent à respecter le quatrième commandement tout au long des siècles. Lorsqu’ils furent persécutés dans l’Angleterre du XVIIe siècle, certains fuirent pour chercher la liberté religieuse en Amérique du Nord. En 1663, le roi Charles II garantit la liberté de religion dans la colonie du Rhode Island, et les observateurs du sabbat du septième Jour furent les bienvenus.

Les archives historiques montrent qu’un certain Stephen Mumford et son épouse arrivèrent à Newport, dans le Rhode Island, en 1665, en quête de liberté religieuse. Ils furent les premiers chrétiens à observer le sabbat en Amérique. Comme leur congrégation grandissait, ils avaient besoin d’une plus grande salle de réunion. Les sabbatariens bâtirent une grande salle de réunion en 1729. Elle est aujourd’hui conservée par la Société historique de Newport. Si vous vous trouvez un jour à Newport, Rhode Island, ne manquez pas de visiter ce bâtiment historique. Il est intéressant de noter que la plus ancienne synagogue juive d’Amérique est située juste à côté de la salle de réunion chrétienne du sabbat.

Dans la salle de réunion sabbatique de Newport se trouve une chaire surélevée. Derrière la chaire se trouvent deux grandes stèles sur lesquelles sont inscrits les Dix Commandements. Au bas de la deuxième stèle, on peut lire la déclaration directe de l’apôtre Paul dans Romains 3 :31 : « Annulons-nous donc la loi par la foi ? Loin de là ! Au contraire, nous confirmons la loi. »

Oui, ces chrétiens du Nouveau Testament affirmèrent leur allégeance à la déclaration du Christ : « Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements » (Matthieu 19 :17). Jésus enseigna l’obéissance et l’observation des Dix Commandements.

Dans le Rhode Island du XVIIIe siècle, il y avait d’autres sabbatariens éminents, dont deux gouverneurs de la colonie du Rhode Island, Richard Ward et son fils Samuel – et même le premier président de l’université Brown, James Manning, était sabbatarien.

Les registres de l’Église sabbatarienne, conservés au Musée historique de Newport, renferment les noms des membres et leurs contributions. De manière plus significative, l’Église se décrit dans ces registres comme « gardant les commandements de Dieu, et la foi de Jésus, et en particulier le sabbat du 7ème Jour du Seigneur ».

Au fil des siècles, les chrétiens du septième jour ont continué à observer le sabbat. Ils le considèrent comme un merveilleux jour de repos et de culte. Aujourd’hui encore, de nombreux groupes restent fidèles à leur croyance dans le respect du sabbat chrétien du premier siècle.

Maintenant, laissez-moi vous demander : pouvez-vous prouver à partir de la Bible quel jour un chrétien doit sanctifier ? C’est une question extrêmement importante. Celui qui devrait répondre à cette question pour nous est le fondateur du christianisme Lui-même, Jésus-Christ !

Les pharisiens reprochèrent à Jésus d’avoir transgressé leurs restrictions qui avaient été ajoutées au sabbat. Jésus n’enfreignit pas le quatrième commandement, sinon Il aurait péché. Il a rejeté la halakha rabbinique, les restrictions des rabbins. Mais, en même temps, Jésus affirma le caractère sacré du sabbat et exemplifia Sa bonne observance. Ses disciples ont profité de la liberté du sabbat en grignotant des épis de blé des champs – ils avaient faim et ont profité de ce qui était vraiment légitime de faire.

Remarquez la réponse de Jésus aux pharisiens : « …Le sabbat a été fait pour l’homme, et non l’homme pour le sabbat » (Marc 2 :27). Remarquez également ce que Jésus ne dit pas. Il ne dit pas : « Le sabbat a été créé uniquement pour les Juifs. » Car, en fait, le sabbat fut créé pour toute l’humanité – pour chaque homme, chaque femme et chaque enfant sur la planète Terre ! C’est ce que le Christ proclama ! Maintenant, à quel moment le sabbat fut-il établi ? Dans la Bible, Genèse 1, qui décrit ce qu’on appelle la « semaine de la création ».  Dieu créa l’homme et la femme le sixième jour de la semaine. Que s’est-il passé le lendemain, le septième jour ?

« Ainsi furent achevés les cieux et la terre, et toute leur armée. Dieu acheva au septième jour son œuvre, qu’il avait faite : et il se reposa au septième jour de toute son œuvre, qu’il avait faite. Dieu bénit le septième jour, et il le sanctifia, parce qu’en ce jour il se reposa de toute son œuvre qu’il avait créée en la faisant » (Genèse 2 :1-3).

Le sabbat est une commémoration de la création et révèle le Dieu réel, le Créateur de tout l’Univers. Le livre des Hébreux, dans le Nouveau Testament, met également l’accent sur le sabbat en tant que préfiguration du sabbat millénaire, le règne de 1 000 ans de Jésus-Christ ici-bas. Le sabbat du septième jour a une signification profonde pour les disciples du Christ.

Jésus fit une autre affirmation étonnante. A-t-Il dit qu’Il était le Maître du dimanche, que le dimanche était Son jour ? « Le sabbat a été fait pour l’homme, et non l’homme pour le sabbat, de sorte que le Fils de l’homme est maître même du sabbat » (Marc 2 :27-28). Si Jésus est le Maître du sabbat, quel jour est Son jour ? Le dimanche ? Non ! Le sabbat est le jour du Maître – c’est Jésus qui le dit Lui-même !

Jésus observait le sabbat. En fait, c’est Lui qui proclama les Dix Commandements sur le mont Sinaï. Rappelez-vous la déclaration claire de l’apôtre Paul concernant le Rocher spirituel de l’ancien Israël. Qui était ce Rocher qui les suivait dans le désert ? Les anciens Israélites, ceux-là mêmes qui ont entendu le tonnerre des Dix Commandements sur le mont Sinaï, ces anciens Israélites « ont tous bu le même breuvage spirituel, car ils buvaient à un rocher spirituel qui les suivait, et ce rocher était Christ » (1 Corinthiens 10 :4).

Nous avons vu que Jésus enseigna à Ses disciples à respecter les Dix Commandements. Il observa Lui-même le sabbat du septième jour, comme les apôtres. Mais existe-t-il d’autres preuves dans le Nouveau Testament que les chrétiens doivent observer le sabbat ?

L’observance du sabbat est basée sur la Bible

Dans Hébreux 4, le sabbat est décrit comme un type du repos millénaire, ainsi qu’une commémoration du repos de Dieu à la création. Parlant de l’incrédulité des anciens Israélites en route vers la Terre promise, ce passage déclare : « Car, si Josué leur avait donné le repos, Dieu ne parlerait pas après cela d’un autre jour. Il y a donc un repos de sabbat [ou sabbatismos] réservé au peuple de Dieu » (Hébreux 4 :8-9).

S’agit-il d’un repos symbolique ou d’un repos sabbatique littéral ? Le dictionnaire biblique Anchor cite plusieurs écrits grecs profanes, non dépendants de ce verset d’Hébreux, où le mot grec « sabbatismos » signifie « observance du sabbat » ou « célébration du sabbat » littéralement. Il ne fait aucun doute que ce verset est une déclaration du Nouveau Testament sur l’observance chrétienne littérale du sabbat. Remarquez cette importante déclaration dans le verset 10 : « Car celui [le chrétien individuel] qui entre dans le repos de Dieu [la conversion, symboliquement parlant] se repose de ses œuvres, [remarquez] comme Dieu s’est reposé des siennes. »

Si nous, en tant que chrétiens convertis, devons cesser nos œuvres comme Dieu cessa les siennes, nous devons simplement nous poser une question : Comment Dieu a-t-Il cessé de faire Ses œuvres ? « Car il a parlé quelque part ainsi du septième jour : Et Dieu se reposa de toutes ses œuvres le septième jour » (Hébreux 4 :4).

Il n’y a aucune confusion ! Les chrétiens du Nouveau Testament doivent se reposer, tout comme Dieu le fit, le septième jour ! La Bible est très claire à ce sujet. Tant l’Ancien que le Nouveau Testament, ils donnent aux disciples des exemples clairs et l’instruction de sanctifier le jour du sabbat ! Comme le dictionnaire biblique Anchor le déclare :

« Le respect physique du sabbat de la part du croyant de la nouvelle alliance tel qu’affirmé par le “repos du sabbat”, est caractérisé par la cessation des “œuvres” (4 :10) en commémoration du repos de Dieu à la création (4 :4 = Genèse 2 :2) et manifeste la foi dans le salut apporté par le Christ. »

C’est une déclaration remarquablement claire ! La question fondamentale est la suivante : qui ou qu’est-ce que vous reconnaissez comme faisant autorité ? Est-ce la Bible ? Ou une Église, voire une religion en dehors de la Bible ? Le célèbre théologien catholique, James Cardinal Gibbons, rédigea cette audacieuse déclaration :

« Vous pouvez lire la Bible depuis la Genèse jusqu’à l’Apocalypse, et vous ne trouverez pas une seule ligne autorisant, [ni] établissant la sanctification du dimanche. Les Écritures ordonnent la religieuse observance du Sabbat, jour que nous ne sanctifions jamais » (La foi de nos pères, James Gibbons, éditions Retaux-Bray, p. 107, traduction Adolphe Saurel).

C’est une citation tirée de l’ouvrage de Gibbons intitulé La foi de nos pères, imprimé pour la première fois en 1876. Voici un aveu de Harold Lindsell, rédacteur en chef du magazine Christianity Today et ministre de l’Église baptiste : « Les Écritures ne nous ordonnent à aucun endroit d’observer le dimanche au lieu du samedi, en tant que jour saint » (“Consider the Case for Quiet Saturdays”, Christianity Today, 5 novembre 1976, p. 42).

Il y a beaucoup d’autres aveux de ce genre sur ce point que vous pouvez lire dans notre brochure gratuite : Quel est le jour du sabbat chrétien ?

Mais laissez-moi en partager une autre avec vous. Cette déclaration est de l’anglican Isaac Williams, Docteur en théologie :

« Où voyons-nous dans les Écritures que nous devrions observer le premier jour ? Il nous est ordonné d’observer le septième jour ; mais nous n’avons aucun commandement nous disant d’observer le premier jour […] La raison pour laquelle nous observons le premier jour de la semaine, au lieu du septième, est la même raison pour laquelle nous observons beaucoup d’autres choses : non parce que la Bible nous le dit, mais parce que l’Église nous l’ordonne » (Plain Sermons on the Catechism, Isaac Williams, volume 1).

Ce sont des aveux étonnants – et il y en a d’autres. Encore une fois, mes amis, je vous demande : quelle est la source de votre foi ? Est-ce la Bible ? Ou bien est-ce les coutumes et les traditions en dehors de la Bible ? Jésus émit un très fort avertissement lorsque les traditions entrent en conflit avec les commandements de Dieu.

De nombreuses Églises ont suivi cette mauvaise voie, tout comme les pharisiens de l’époque de Jésus. Jésus dit :

« C’est en vain qu’ils m’honorent, en donnant des préceptes qui sont des commandements d’hommes. Vous abandonnez le commandement de Dieu, et vous observez la tradition des hommes [...] Vous rejetez fort bien le commandement de Dieu, pour garder votre tradition » (Marc 7 :7-9).

C’est un avertissement dont je l’espère, nous tiendrons tous compte. Jésus déclara être le Maître du sabbat. Il observa le sabbat et Il n’enfreignit pas la loi comme certains théologiens l’affirment à tort. Comme Il le dit dans Jean 15 :10 : « J’ai gardé les commandements de mon Père ». Mes amis, allez-vous suivre l’exemple de Jésus-Christ et les instructions bibliques ? Ou vous y opposerez-vous afin de suivre les traditions des hommes ?

Une restauration à venir du culte véritable

En parlant du Monde à Venir, du Monde de Demain, Dieu annonce cette bonne nouvelle :

« Car, comme les nouveaux cieux et la nouvelle terre que je vais créer subsisteront devant moi, dit l’Éternel, ainsi subsisteront votre postérité et votre nom. À chaque nouvelle lune et à chaque sabbat, toute chair viendra m’adorer, dit l’Éternel » (Ésaïe 66 :22-23).

Quel merveilleux monde ce sera ! « Le temps est venu de rassembler toutes les nations et toutes les langues ; elles viendront et verront ma gloire » (v. 18). Croyez-le ou non, toutes les nations de la Terre un jour viendront ensemble pour glorifier le vrai Dieu, le Créateur de toutes choses, et Son Fils Jésus-Christ comme Roi des rois et Seigneur des seigneurs. Et tous les peuples L’adoreront, comme Il le proclame « à chaque sabbat ».

Mes amis, saviez-vous qu’il y a des millions de chrétiens qui gardent le sabbat du septième jour ? Pourquoi observent-ils le samedi comme jour de culte ? Avez-vous prouvé à vous-même quel est le jour du sabbat chrétien ? Si vous souhaitez obtenir un exemplaire de notre brochure gratuite pour vous aider à répondre à ces questions, cliquez simplement sur le lien dans la description. Elle est entièrement gratuite. Elle vous montrera, directement à partir des pages de la Bible, Quel est le jour du sabbat chrétien.


Pages