L’autre aspect de “Twilight”

Commenter cet article
Dans un précédent commentaire, très intéressant, Karl Harmdierks a parlé de l’occultisme présent dans l’histoire de Twilight qui fait fureur en ce moment – à la fois sous forme papier et à l’écran – et bien d’autres choses pourraient être dites à ce sujet. Cependant, il y a un autre aspect qui rend ces histoires très dangereuses pour les jeunes fans qui les adulent – ainsi que pour les moins jeunes.

Certaines personnes saluent les livres et les films de Twilight car ils font la promotion de la « chasteté » puisque les personnages principaux, Bella Swan et le vampire Edward Cullen, sont forcés, par les circonstances et à contrecœur, de s’abstenir de toute relation sexuelle.

Dans un monde où les jeunes sont représentés comme étant prêts à se déshabiller dès que l’opportunité se présente, nous avons ici, dans Twilight, des personnages « chastes » qui ne « consomment » pas leur relation avant d’être mariés. N’est-ce pas merveilleux ?

Dans la Bible, Jésus-Christ enseigne que les bases de la véritable chasteté ne se limitent pas à l’abstinence de la chair, tandis que le cœur est libre d’être avide de débauche. Non, la véritable chasteté est avant tout une question de cœur (Matthieu 5 :27-28). Non seulement le corps doit être préservé avant le mariage, mais aussi les pensées et l’intimité émotionnelle unique du mariage (cf. Cantiques des Cantiques 2 :7).

À la lumière des Écritures, comment pouvons-nous juger l’abstinence sexuelle forcée des personnages dans cette histoire ?

La chasteté dans Twilight est une contrefaçon de chasteté.

Les hordes de fans n’en ont peut-être pas conscience, mais ceux qui travaillent dans l’industrie du spectacle savent exactement ce qui est vendu. Considérez, par exemple, ce commentaire de la part d’une des plus grandes stars de la série, Robert Pattinson – qui interprète le rôle d’Edward Cullen, le beau vampire éternellement jeune – lors d’une interview accordée au Daily Telegraph :

« Le succès des livres de Twilight vient du fait que les fans peuvent fantasmer sur Edward, et pourtant, en tout cas dans le premier livre, il n’y a aucun contact sexuel entre lui et l’héroïne de la série. Twilight est une grande métaphore de l’abstinence sexuelle, et cependant, il y a toujours un érotisme sous-jacent. Il y a tellement d’éléments de l’histoire qui sont sexys » (Daily Telegraph, 28 novembre 2009).

Stephen King, le célèbre auteur de livres d’horreur, explique le succès du livre dans des termes similaires sur MSNBC, le 3 février 2009 :

« Les gens sont attirés par les histoires, par le rythme et dans le cas de Stephenie Meyer [l’auteur de Twilight], il est évident qu’elle écrit pour toute une génération de filles et qu’elle exploite le thème de l’amour et du sexe sans risques. C’est excitant et émouvant, mais pas particulièrement menaçant car ce n’est pas ouvertement sexuel. »

Dans cette citation, le mot-clé est « ouvertement » – l’érotisme sensuel et la sexualité dont parlent MM Pattinson et King ne sont pas évoqués clairement, ni montrés explicitement à l’écran, mais sont bien présents, sans l’ombre d’un doute. Et le fait que ce ne soit pas évoqué ouvertement rend tout cela encore plus dangereux.

Stephen King continue dans la même interview : « Une grande partie de l’aspect physique passe par des situations où le vampire lui touche l’avant-bras ou fait courir sa main sur sa peau, et la voilà qui rougit et se retrouve en nage. Pour les filles, c’est un raccourci pour tous ces sentiments qu’elles ne sont pas encore prêtes à affronter. »

En fin de compte, le message de Twilight n’est pas d’être sage et d’éviter de jouer avec le feu. Au contraire, l’intérêt vient du fait de frôler constamment les flammes – la gloire de s’approcher autant du danger. Comme l’a noté un critique cinéma du New York Times : « Après tout, la chasteté est seulement attrayante quand elle peut être profanée » (The Twilight Saga : New Moon, Manohla Dargis, 20 novembre 2009).

Un « érotisme sous-jacent ». Une des clés du succès de ce film est que « les fans peuvent fantasmer » sur les personnages. La chasteté présente dans le film n’est pas pure et immaculée – c’est une chasteté « chaude » et érotique, car elle est en permanence sur le point d’être profanée.

Ce n’est pas comme cela que Dieu voit la chasteté. C’est une contrefaçon du diable.

Les limites fixées par Dieu entre les aspects physiques et émotionnels de la relation sexuelle en instituant le mariage sont là pour notre bien. Lisez nos publications suivantes à ce sujet : L’Age de Sexe et La sexualité est-elle un péché ? L’original est merveilleux par rapport à la contrefaçon.