Comment les médias façonnent le monde

Commenter cet article

La télévision, la radio, les films, Internet et la presse augmentent leur influence sur notre culture, nos comportements et nos esprits ! Qui est derrière cette puissante force des médias modernes ?


Nous sommes témoins d’une révolution culturelle majeure, qui a un impact incroyable sur notre société. Cependant, en dépit de nombreux avertissements, un petit groupe semble comprendre ce qui se passe véritablement, et sait d’où vient cette vague de changements sociaux déferlant sur nous !

Au cours des cinquante dernières années, les média électroniques – radio, télévision, films, jeux vidéo, et maintenant Internet – ont enveloppé le globe et ont transformé presque tous les aspects de notre vie ! Il y a plus de dix ans, un éducateur, Neil Postman, décrivait l’ascension de l’Age de la Télévision et le déclin de l’Age de l’Imprimerie comme « le fait culturel le plus significatif de la seconde moitié du 20ème siècle, chez les Américains » (Amusing Ourselves to Death, page 8, C’est nous qui traduisons tout au long de cet article). Les dirigeants des médias modernes reconnais- sent que « la télévision est indéniablement l’influence la plus puissante dans notre société actuelle […] nous pouvons communiquer tout ce que nous choisissons, presque n’importe où dans le monde […] instantanément, dans un souffle d’électrons » (Down the Tube, Baker & Dessart, pages X et XIV). L’éducateur Vincent Ruggiero a décrit les médias électroniques modernes comme « la force la plus puissante, qui ait jamais influencé l’esprit et le cœur humains » (Nonsense Is Destroying America, page 95).

Cependant, cette incroyable puissance a un mauvais côté. À cause de son immense potentiel pour influencer les cultures, la télévision est « le moyen de propagande le plus efficace » disponible de nos jours (Redeeming Television, Schultze, page 49). Les professionnels de la communication déplorent que les individus moyens soient « remarquablement naïfs » concernant les carnets personnels des scénaristes et des producteurs, les conséquences finales sur la société de ce qui est montré à l’écran, la manière dont opèrent les médias de masse, et comment le fait de regarder la télévision pendant des heures affecte le développement du cerveau humain. Pourtant, ces informations sont disponibles.

De nos jours, beaucoup de gens pensent que l’horaire et le contenu de ce que nous regardons est tout simplement une question de goût personnel. Certains déclarent que seuls des « fanatiques religieux d’extrême droite » sont gênés par le contenu des films ou des émissions de télévision, et que les individus « matures » préfèrent les « contenus pour adultes » produits par les médias modernes du divertissement. Cependant, ces suppositions se servent de mythes qui ne sont pas soutenus par des preuves réelles ! En fait, les membres bien informés des médias parlent de plus en plus des effets extrêmement néfastes de cette révolution électronique moderne. Vous devez comprendre comment les médias façonnent le monde et des effets possibles de votre ignorance – sur vous-même, vos enfants, votre communauté et votre pays – car l’enjeu est beaucoup plus grand que beaucoup d’observateurs ne le pensent !

Bénéfices, divertissement et propagande

Comment font les médias électroniques pour prendre les rennes du monde ? Qu’est-ce qui guide la croissance et l’acceptation de ces puissants moyens ? En un mot : l’argent ! Quelques-unes des premières stations de radio, en Amérique étaient fondées par les propriétaires des grands magasins pour vendre des récepteurs radio. Les principaux réseaux de télévision, en Amérique, sont la propriété de grandes sociétés qui sont dans les affaires pour engranger de l’argent. Le but des studios de cinéma est de générer des profits grâces aux ventes de billetteries. Les studios de télévision font de l’argent en attirant des audiences considérables, et en vendant des espaces publicitaires aux annonceurs. C’est l’une des raisons pour lesquelles le sexe et la violence jouent un rôle si important au cinéma et à la télévision. Le sexe et la violence vendent – ils attirent l’audience – et ils se transforment en argent !

Une autre raison du succès des films et de la télévision est que les spectateurs cherchent des choses qui procurent instamment de la satisfaction – du divertissement très agréable ! La télévision et les films sont faciles à regarder – et la plupart des gens les regardent premièrement pour se relaxer. Les soucis, les problèmes et la routine de la vie peuvent être oubliés – momentanément. Lorsque l’esprit humain est constamment bombardé d’images, il est incapable de penser et de réfléchir. La disponibilité immédiate de la nouveauté, l’excitation et l’émotion procurent une échappatoire agréable pour des gens qui trouvent leur existence ennuyeuse, vide, solitaire ou frustrante.

Un troisième facteur qui influence le contenu de la télévision et des films modernes, c’est le désir des scénaristes et des producteurs qui veulent remodeler la société à leur goût. Les décideurs de l’industrie des médias « sont généralement des libéraux […] enclins à la laïcité […] sortis de la norme […] [ayant la] tendance radicale d’ébranler le statut quo » (Schultze, pages 151, 156). Des études indiquent que 90% des producteurs d’Hollywood sont favorables à l’avortement ; plus de la moitié pensent que l’adultère n’est pas mauvais, et environ 75% ne voient pas le mal dans l’homosexualité (Ibid.). Près de 45% de ces gens déclarent ne pas avoir d’affiliation religieuse, et 93% ne vont jamais, ou vont très rarement, à l’Église. Les divertissements créés par ce genre d’individus sont fréquemment en conflit direct avec les valeurs judéo-chrétiennes, ancrées depuis des siècles dans nos sociétés occidentales. Le critique de cinéma, Michael Medved, explique que ce petit groupe de révolutionnaires sociaux, à l’esprit tolérant, a transformé la « machine à rêver » d’Hollywood en « machine à poison », qui attaque la religion et la légitimité de la famille, et fait la promotion des perversions sexuelles et glorifie la laideur (Hollywood vs. America, page 3). Quand nous regardons des divertissements, nous entrons dans un monde créé par des gens dont les valeurs sont fréquemment en contradiction totale avec les nôtres – nous devons être sur nos gardes !

Les pathologies sociales sont en hausse

Les dernières décennies révèlent les conséquences tragiques de cette tentative d’utiliser les médias de masse pour refaire la société. Tandis qu’Hollywood dément que la violence à l’écran rend notre société plus violente, les faits indiquent exactement le contraire ! Le chercheur James Hamilton note qu’il « existe beaucoup de publications faisant état de l’influence sur la société de la violence qui est montrée sur nos écrans de télévision […] les laboratoires ont établi, avec des preuves solides, que la violence à la télévision rendait les enfants plus agressifs […] les enfants apprennent des formes de comportements à la télévision qui les conduisent à être violents plus tard dans leur vie » (Channeling Violence, pages 6, 30). Plus de mille études ont établi des liens entre la violence à la télévision et les comportements qui émergent plus tard dans la vie (U.S. News & World Report, 11 septembre 1995, page 66). Quand les dirigeants de l’industrie du divertissement démentent que la violence, dans les productions, engendre des comportements violents, c’est comme les dirigeants des sociétés de tabac, qui nient que fumer provoque le cancer – ils ignorent simplement les faits !

De nos jours, nous sommes témoins des résultats tragiques de cette façon insensée de penser. De plus en plus, de jeunes enfants sont tués par leurs pairs et d’autres qui les croisent – ensuite, ils en rient et se vantent de leurs exploits. La presse publie régulièrement des documents établissant le lien direct de la violence à l’écran et les comportements humains. Quand des films télévisés comportant des suicides d’adolescents sont diffusés, des chercheurs ont constaté une hausse significative du nombre de suicides ou de tentatives de suicides d’adolescents (Boston Globe, 11 septembre 1986). Des films montrant des personnes jouant à la roulette russe avec un revolver chargé ont inspiré des enfants à imiter ce jeu mortel (Arizona Republic, 16 mars 1998). Un jeune qui avait regardé des vidéos extrêmement violentes a tué un camarade de classe – avec une machette, tandis qu’il portait un masque – exactement comme un personnage de l’une des vidéos (Boston Globe, 19 décembre 1988). Récemment, en France, un autre adolescent a tué un camarade d’école avec un couteau alors qu’il portait des gants, une cape noire et un masque comme un personnage de film. Après avoir regardé un film d’horreur, il s’est dit : « Je voudrais juste tuer quelqu’un » (Irish Times, 6 juin 2002). Lorsque des enfants voient plus de 100.000 actes de violence à la télévision, avant de quitter l’école élémentaire, il y a des conséquences ! Être continuellement exposé à la violence nous endurcit. En grandissant, les enfants « bombardés par la violence […] considèrent que la vie est bon marché et extensible » (Atlanta Journal, 18 mars 1992). La société en subit les conséquences.

L’histoire du sexe à l’écran est similaire. Tandis qu’Hollywood proclame que, seuls les fanatiques religieux s’opposent au sexe à la télévision et qu’il donne simplement à la société ce qu’elle demande, des études montrent que 70% des Américains pensent qu’il y a trop de sexe et de vulgarité à la télévision (Medved, page 4). Alors que les scénaristes et les producteurs insinuent que leurs films et leurs programmes sont seulement le reflet de la société, ils ne veulent pas voir qu’ils influencent profondément les valeurs de cette dernière. À la question : « La TV corrompt-elle nos enfants ? » un collège d’éducateurs a répondu : « Puisque beaucoup de productions télévisées et d’autres médias de masse traitent du thème des comportements sexuels, le potentiel pour les influencer dans ce domaine est particulièrement élevé » (Atlanta Journal, 24 mai 1992). Un autre professeur observe que « les médias sont tellement convaincants et remplis avec la sexualité, qu’il est difficile pour un enfant, même pour un critique, de résister […] Je pense que les médias sont devenus nos vrais éducateurs sexuels » (USN & WR, 11 septembre 1995) – cependant, les films et la télévision montrent rarement les graves conséquences de la promiscuité sexuelle. Le fait de montrer en permanence la promiscuité comme excitante, l’adultère comme naturel, et le divorce comme acceptable, exerce une forte influence sur les attitudes et les comportements. Cela a un effet dévastateur sur les valeurs morales judéo-chrétiennes traditionnelles.

Plus de 150 émissions de société sont visionnées par des millions d’Américains, chaque semaine. Pour beaucoup, c’est juste une façon de passer le temps. Cependant, des psychologues professionnels ont constaté que « les émissions de société contribuaient et même créaient plus de problèmes qu’elles n’en résolvaient » (Tuning in Trouble, Heaton & Wilson, page 4). Pour attirer les téléspectateurs, ces émissions mettent l’accent sur le bizarre et font la promotion d’idées tordues, en essayant de les faire passer pour « normales ». Elles offrent des solutions simples, mais irréalistes, à des problèmes complexes ; elles donnent des conseils dangereux, et elles ignorent les conséquences, hors caméra, sur les invités poussés à révéler « courageusement » des aspects intimes de leur vie. Malheureusement, des millions d’enfants qui regardent ces programmes « absorbent tous les jours les mêmes doses de pathologie, de perversité et de problèmes de personnalité que leurs homologues adultes » (Ibid., page 169). Les sujets et les comportements, présentés dans ces émissions de société, détruisent les fondations d’une société moralement et mentalement malade.

Les problèmes à venir !

Quel sera l’avenir pour des pays dont les citoyens regardent entre 20 et 30 heures par semaine de divertissements saturés de sexe, de vulgarité et de violence ? Que deviendra une nation dont les habitants sont informés des actualités presque uniquement par la télévision, dont la durée moyenne pour couvrir une information est de trente secondes ? Qu’arrivera-t-il à une nation dont ses scénaristes et ses producteurs sapent délibérément les valeurs morales sur laquelle elle est fondée ? Des observateurs perspicaces voient le danger venir ! Ken Burns, producteur de la série The Civil War (La Guerre Civile) sur PBS, croit que « la télévision est en train de détruire la force de notre république par l’intérieur » (Atlanta Journal, 13 mars 1991). Dans une colonne intitulée « La télévision et la chute de la civilisation », l’auteur William Murchison déplore « l’impuissance moderne, non pas seulement à distinguer [le bien du mal, la beauté de la laideur, la vérité du mensonge] mais même d’admettre la possibilité de faire une distinction » (Dallas Morning News, 13 octobre 1993).

Il y a à peine 20 ans, Neil Postman déclarait que « la télévision nivelle la culture par le bas […] quand une population se distrait avec des futilités, quand une vie culturelle est redéfinie par un cercle perpétuel de distractions, quand des discussions publiques sérieuses deviennent des conversations enfantines, quand […] un peuple devient spectateur et que ses affaires commerciales deviennent des actes de vaudeville, alors la nation se retrouve en danger ; la mort culturelle est une possibilité évidente (USN & WR, 23 décembre 1985, page 59 ; Postman, pages 155-156). Postman a aussi prévenu que, à cause de notre exposition constante de nos moyens à la télévision, « nous devenons incapables de mémoriser » (Ibid., pages 136-137). C’est très sérieux lorsque les historiens font remarquer que, « dans les grands empires de l’histoire, nous voyons une image de notre propre monde […] tous les symptômes du déclin présentés dans l’histoire sont aujourd’hui présents dans cette nation […] qui court au désastre en ignorant ces leçons » (When Nations Die, Black, page 4). De même, le chroniqueur John Leo a observé que « nous vivons dans un effondrement culturel » (USN & WR, 1er juin 1992, page 19). Le juge Robert Bork a averti que « la télévision montre la fin de la civilisation occidentale en couleurs vivantes » (Slouching Towards Gomorrah, page 335). Comprenons-nous ce qui est en train de se passer ?

Des forces obscures

Mais pourquoi des individus dans les médias cherchent-ils à saper les fondations d’une société où ils jouissent d’une liberté jamais égalée auparavant ? Pourquoi les nations tolèrent-elles des films et des émissions qui amènent leur propre destruction ? Pourquoi ignorons-nous les leçons de l’histoire, en nous rassasiant de divertissements superficiels ? Le critique de cinéma, Richard Grenier, croit que nous avons permis à un petit groupe d’intellectuels autoproclamés dominant le monde des médias électroniques de « prendre en otage » notre culture. Les idées de ce groupe de réactionnaires, qui rejette les valeurs éthiques fondamentales de la culture occidentale judéo-chrétienne, « sont diffusées par chaque TV » et rentrent quasiment dans tous les scénarios des films que nous voyons en ce moment (Capturing the Culture, pages XX-XXI). Le critique de télévision Medved a relevé, avec perspicacité, qu’Hollywood « dirige ses propres conceptions erronées d’intégrité artistique, influencé par quelque compulsion obscure dépassant la simple convoitise » (Medved, page 286).

Dans notre culture moderne du politiquement correct, certains sujets sont prudemment écartés – en particulier les sujets à connotation théologique, qui font référence à une époque antérieure à notre « siècle des lumières ». Cependant, ces sujets intellectuellement tabous apportent des vraies réponses aux questions que nous avons justement soulevées. La Bible, un livre dont se moquent beaucoup de médias, explique pourquoi les moyens de communications les plus puissants et influents conçus jusqu’ici ont été utilisés à des fins perverses et tordues. Les Écritures révèlent que ce monde est actuellement sous l’emprise d’un être spirituel extrêmement rusé : Satan le diable. La Bible parle de Satan comme étant le « dieu de ce siècle » qui a aveuglé l’intelligence de ceux qui ne croient pas (2 Corinthiens 4 :4). Il est aussi appelé le « prince de la puissance de l’air, de l’esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion » (Ephésiens 2 :2). Le nom de Satan signifie « adversaire » – et Satan s’est rebellé contre les voies divines depuis fort longtemps (Ésaïe 14 :12-15 ; Ézéchiel 28 :14-18). C’est une force obscure, qui travaille à travers des gens pour produire et promouvoir les contenus tordus des médias qui dégradent les valeurs et les comportements dans notre monde moderne. De plus, beaucoup ne croient même pas que Satan existe !

Quand nous comparons ce qui est projeté sur grand écran et ce que la Bible révèle au sujet de l’influence de Satan, le lien est évident. La Bible explique que lorsque les gens rejettent Dieu et Ses voies, Dieu les livre à « l’impureté de leur cœur [influencé par Satan] », lequel prend plaisir à l’immoralité sexuelle, à la méchanceté, à la convoitise, aux meurtres, aux querelles et à toutes sortes de méchanceté – dont l’homosexualité et d’autres perversions (Romains 1 :18-32) ; une description précise de nos médias de divertissements modernes ! Dieu permet aussi que nous récoltions ce que nous semons (Jérémie 2 :17-19). Nous lisons que, « dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles », car notre société a oublié Dieu et a rejeté les valeurs éthiques de la Bible – les gens seront égoïstes, matérialistes, insensibles, cruels, « ennemis des gens de bien […] aimant le plaisir plus que Dieu » (2 Timothée 3 :1-5) – une fois encore, nous voyons une description de notre époque ! Ésaïe décrit la société des nations modernes israélites comme étant « malade » des pieds à la tête (Ésaïe 1 :3-6), où les gens sont déterminés à « appeler le mal bien, et le bien mal » (Ésaïe 5 :20). Dieu proclame par l’intermédiaire du prophète Osée : « Mon peuple est détruit, parce qu’il lui manque la [bonne] connaissance. Puisque tu as rejeté la connaissance, je te rejetterai, et tu seras dépouillé de mon sacerdoce ; puisque tu as oublié la loi de ton Dieu, j’oublierai aussi tes enfants » (Osée 4 :6). Ces avertissements sérieux s’adressent à une société qui a été volontairement dévoyée par l’influence perverse des médias modernes corrompus.

Une meilleure voie

Comment pouvez-vous survivre à un effondrement culturel ? Comment pouvez- vous vivre et élever des enfants dans une société où la religion a été salie et corrompue, et où les valeurs morales sont constamment attaquées par les moyens les plus puissants jamais inventés ? Existe-t-il un espoir pour l’avenir ? Une fois encore, la Bible nous fournit des réponses instructives.

L’apôtre Jean révèle où va notre civilisation. Il écrit que « le monde passe, et sa convoitise aussi ; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement » (1 Jean 2 :17). L’apôtre Paul admoneste ainsi les chrétiens dans la ville laïque et séculière de Corinthe : « Sortez du milieu d’eux, et séparez-vous » (2 Corinthiens 6 :14-18). Pierre exhortait ses auditeurs à se « repentir », en leur disant : « Sauvez-vous de cette génération perverse [corrompue, égarée] » (Actes 2 :38-40). Se repentir signifie tourner le dos au mode de vie qui est mauvais, et suivre les instructions divines. Ces instructions donneront la voie à suivre à notre époque saturée par les médias – si vous voulez la mettre en pratique.

David savait qu’il devait « détourner [ses] yeux des choses vaines » (Psaume 119 :37). Ésaïe a écrit de « marcher dans la justice [selon les commandements de Dieu – Psaume 119 :172] […] fermer l’oreille pour ne pas entendre des propos sanguinaires, et [de] se bander les yeux pour ne pas voir le mal » (Ésaïe 33 : 15). Paul a exhorté les Corinthiens à « fuir la débauche » (1 Corinthiens 6 :12-18). Il y a quelque chose de biblique à faire contre le sexe et la violence, qui se sont infiltrés dans les médias, aujourd’hui. Il faut fuir des divertissements aussi dégradants ! Cela nécessite une réflexion et une décision de votre part – des actions sans effet par le fait même de regarder la télévision !

Le défi, pour les parents d’aujourd’hui, consiste à « instruire l’enfant selon la voie qu’il doit suivre » (Proverbe 22 :6). Ce n’est pas ce qui se passe lorsque la télévision est utilisée comme baby-sitter. Si les enfants regardent la télévision ou des vidéos, les adultes devraient être présents pour donner leur avis et leur point de vue. Mieux encore si les adultes peuvent montrer – par l’instruction et par l’exemple – qu’il y a un monde vraiment passionnant loin de la télévision, des films et des jeux vidéo. Les librairies sont remplies de livres sur les animaux, les sciences, la géographie, la littérature, les biographies de gens qui ont appris de grandes leçons dans la vie. Il faut encourager les enfants à être physiquement actifs, et à penser sur ce qu’ils veulent faire de leur vie (Proverbe 4 :26). Aidez-les à voir les besoins des autres, à découvrir leurs propres talents, à les développer, et à apprendre à servir. Enseignez-leur les avantages de vivre selon les lois divines (Deutéronome 4 :1-9), et les conséquences s’ils rejettent ou violent ces lois. Encouragez les enfants à utiliser sagement leur temps (Ephésiens 5 :15-16), et à mettre l’accent sur les choses qui sont vraies, nobles, justes et pures (Philippiens 4 :8). Ils pourront ainsi éviter les pièges de cette époque.

Notre véritable espoir, après avoir eu le courage de sortir de ce monde et de croire à l’Évangile du Royaume de Dieu (Marc 1 :14-15), sera d’avoir l’opportunité de travailler avec Jésus-Christ et les saints à rééduquer nos nations égarées, en restaurant les véritables valeurs. La Bible indique qu’au retour de Jésus-Christ, il y aura un « rétablissement de toutes choses » (Actes 3 :19-21), les saints enseigneront le mode de vie divin (Ésaïe 30 :20-21), et les lois divines seront proclamées au monde entier depuis Jérusalem (Ésaïe 2 :2-4). Il s’agit du Monde de Demain. C’est le message du mode de vie de Dieu, que nos religions modernes ont oublié, et que les médias laïcs ont remplacé par le sexe, la violence et la vulgarité.

Dans le Millénium, les médias proclameront le mode de vie divin à tous les êtres humains. Vous pouvez faire partie de cette mission, si vous refusez d’être façonné par les médias actuels et si vous développez vos propres talents et facultés pour servir votre Créateur.

 

Des esprits en danger

De nos jours, les enfants regardent la télévision en moyenne 20 à 30 heures par semaine. Cependant, le Dr Jane Healy prévient que nos « changements de style de vie risquent d’altérer le cerveau des enfants d’une manière subtile et dangereuse » (Endangered Minds, page 9). Les neuroanatomistes pensent que la structure interne du cerveau se modifie en fonction de son utilisation. Des actions visuelles sont essentiellement enregistrées dans la partie droite du cerveau. Le langage et les exercices de lecture sont concentrés dans la partie gauche du cerveau. Lorsque les enfants regardent la télévision plusieurs heures par jour (et donc, raisonnent ou conversent très peu) et ne lisent que 5 à 10 minutes par jour, les experts s’inquiètent des effets nuisibles sur le développement du cerveau. Étant donné que lire ou regarder la télévision stimule des parties différentes du cerveau, le fait de regarder beaucoup la télévision peut « réduire la stimulation des systèmes importants de l’hémisphère gauche pour le langage, la lecture et les facultés d’analyse […] pouvant affecter les capacités mentales et l’attention, en diminuant les interconnexions entre les hémisphères […] et pouvant réduire le développement des systèmes “directeurs”, qui régulent l’attention, l’organisation et la motivation » (Ibid., page 209). Regarder la télévision peut aussi créer une dépendance (Scientific American, février 2002).

Ces inquiétudes correspondent aux observations des enseignants du milieu scolaire. De nos jours, les étudiants ne sont pas attentifs très longtemps ; ils peinent sur des exercices de lecture et d’écriture, montrent moins de créativité, s’ennuient facilement et sont distraits ; ils manquent de persévérance, abandonnent facilement, ont des difficultés à se souvenir des instructions et à réfléchir sur des problèmes (Ibid., pages 13, 42). Une étude canadienne rapporte que ces problèmes augmentent sensiblement au sein des communautés après l’introduction de la télévision (The Impact of television, Williams). Cette étude montre aussi que « la télévision peut avoir un impact négatif pour les adultes sur leur créativité, sur leurs performances et leur persévérance à résoudre un problème » (Ibid., page 124) ; beaucoup voudraient plutôt fuir les problèmes que de trouver des solutions ! Ainsi, des recherches montrent que les meilleurs étudiants regardent moins la télévision et que leur « interaction personnelle avec les adultes est cruciale » pour développer le langage, leurs facultés d’écoute et leurs aptitudes à résoudre les problèmes (Ibid., pages 198, 266). Le Dr Healy explique que « les enfants avec qui on a beaucoup parlé [et posé des questions] et à qui on a lu des histoires, ont un réel avantage [car] ils apprennent à écouter et à être attentifs » – et ils apprennent à penser (Healy, page 80). On peut comprendre les graves conséquences que cela engendre de trop regarder la télévision, lorsqu’on réalise que le cerveau des enfants qui regardent moins la télévision peut, en fait, se développer autrement que le cerveau de leurs homologues téléphages !

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +