La Pâque ou les Pâques ?

Commenter cet article

La plupart des églises se proclamant chrétiennes observent, en tant que jours saints, des fêtes que Jésus n’a jamais observées. Dans le même temps, elles n’observent pas les Jours saints qu’Il a observés. La Pâque fait partie de ces fêtes observées par Jésus, mais abandonnée depuis longtemps par la tradition chrétienne.

Pourquoi observer la Pâque et non les Pâques ?

Dans le Nouveau Testament, le mot « disciple » (mathetes en grec, signifiant apprenti) est le terme le plus utilisé pour définir les partisans de Jésus. « Un “disciple” n’était pas seulement un étudiant, mais aussi un partisan ; par conséquent, on parle d’eux comme étant des imitateurs de leur maître… » (Vine’s Complete Expository Dictionary of Old and New Testament Words, page 171. C’est nous qui traduisons tout au long de ce commentaire). Les disciples du Christ n’étaient pas seulement des auditeurs, mais ils suivaient Son exemple et ils restaient fidèles à Sa parole (Luc 14 :26-27 ; Jean 8 :31).

Jésus mangea la Pâque et Il déclara que les chrétiens devaient faire de même en Sa mémoire (Luc 22 :7-19). Dans les instructions données à la grande congrégation non-juive de Corinthe, Paul expliqua qu’il ne fallait pas prendre le « repas du Seigneur », la Pâque, comme un repas de fête, mais comme une commémoration solennelle des souffrances et de la mort du Christ (1 Corinthiens 11 :23-28).

Les agneaux tués pour la Pâque de l’ancienne alliance étaient un symbole de Jésus-Christ, qui est souvent dépeint comme un agneau dans le Nouveau Testament, nous rappelant la signification du sacrifice de Jésus-Christ, en tant que Pâque pour les chrétiens (1 Corinthiens 5:7).

Ainsi, en suivant l’exemple du Sauveur, Jésus-Christ, et en obéissant à Ses instructions, les chrétiens doivent garder la Pâque du Nouveau Testament en mémoire de Son sacrifice volontaire pour sauver nos vies.

Deuxièmement, les chrétiens observent la Pâque afin de suivre l’exemple de la véritable Église originelle de Dieu. L’Église est bâtie « sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire » (Éphèsiens 2 :19-20).

Les écrits historiques confirment ce point. Les apôtres du Nouveau Testament se conformèrent aux enseignements et à l’exemple de Jésus-Christ en observant, année après année, la Pâque à la bonne date – et non les Pâques. « Les premiers chrétiens célébraient la Pâque du Seigneur en même temps que les juifs […] Vers le milieu du deuxième siècle, les plupart des églises déplacèrent cette célébration au dimanche suivant la fête des juifs » (Encyclopedia Britannica, “Christianity”, 1998). « Au deuxième siècle, la célébration chrétienne [de la Pâque] fut déplacée au dimanche suivant le 14-15 Nisan, si ce jour tombait pendant la semaine » (The New Grolier Multimedia Encyclopedia, “Easter”, 1993).

Une troisième raison pour observer la Pâque et non les Pâques, est que les Pâques sont un mélange de traditions bibliques et de traditions païennes. Dans certaines langues, le mot utilisé pour définir les Pâques – Easter (anglais), Ostern (allemand) – tire son origine du nom babylonien de la grande déesse mère (Ishtar) – la reine du ciel. Cette déesse a été adorée à travers le monde sous plusieurs noms.

Dans la mythologie babylonienne, Tammuz et son épouse Ishtar (Easter) ressuscitaient ensemble chaque année « afin que la nature puisse revivre grâce à leur retour » (The New Golden Bough, Criterion Books, page 285). Le nom de Tammuz vient d’une expression sumérienne signifiant « fils véritable ». Chez les Babyloniens, il était aussi connu sous le nom sémite d’Adon, signifiant “Seigneur”, et cette même divinité était adorée par les Grecs sous le nom d’Adonis (ibid., page 286).

Dans certaines cultures, il était de coutume de pleurer et de se lamenter à certaines périodes de l’année pour la mort de ce dieu. Dans le sanctuaire phénicien d’Astarté, à Byblos, la mort d’Adonis (ou Tammuz) était célébrée chaque printemps avec des pleurs, des gémissements et en se frappant la poitrine. Mais les gens croyaient qu’il ressuscitait ainsi d’entre les morts, le jour suivant (ibid., page 289).

Les célébrations des Pâques n’ont pas des origines chrétiennes, mais des origines païennes. Jésus-Christ n’a jamais ordonné à l’Église d’observer une fête célébrant Sa résurrection, mais la Bible ordonne clairement aux chrétiens d’observer la Pâque en mémoire de la mort du Christ. L’église apostate mit plusieurs siècles avant d’établir une date pour la célébration des Pâques – une évidence de plus que cette fête ne tire pas ses origines de l’Église originelle des apôtres.

Pour en apprendre davantage à ce sujet – essentiel pour tout véritable disciple du Christ – lisez notre brochure intitulée La vérité au sujet des Pâques