Les Pères pèlerins

Commenter cet article

Dans ses Mémoires intérieures, François Mauriac écrivit : « Dis-moi ce que tu lis, je te dirai qui tu es. » Avec le temps, de nombreuses variantes sont passées dans le langage courant comme : « Dis-moi ce que tu fais, je te dirai qui tu es. » Posez-vous la question aujourd’hui : « Que faut-il faire pour être un “pèlerin” ? »

En 1621, la communauté des « Pères pèlerins » organisa pour la première fois une journée d’action de grâce aux États-Unis : le jour du Thanksgiving. En 1863, le président Lincoln en fit une fête nationale, observée chaque 4ème jeudi de novembre. Mais qui étaient ces colons venus d’Europe ?

Les Pères pèlerins étaient des séparatistes, un mouvement qui prit naissance en Angleterre à l’époque de la Réforme protestante. Les Pères pèlerins pensaient qu’il était nécessaire de se séparer de l’Église d’Angleterre car elle était trop proche de l’idolâtrie et des rites apportés par les catholiques. Sous les rois Henry VIII et Jacques Ier – deux fervents partisans de l’Église anglicane – les séparatistes étaient persécutés et emprisonnés. En 1607, les Pères pèlerins s’échappèrent en Hollande, avant de rallier finalement l’Amérique. La publication de la Bible à grande échelle avait permis à de nombreuses personnes de lire ce que la Bible disait réellement et de se rendre compte que les doctrines établies de l’Église en place étaient parfois contraires à la Bible.

Les Pères pèlerins pensaient que les croyances religieuses devaient être profondément ancrées dans les Saintes Écritures. Si vous le pensez aussi, vous êtes peut-être un « pèlerin ».

Si vous rejetez l’adoration des reliques, des icônes et des statues, car c’est de l’idolâtrie, vous êtes peut-être un « pèlerin ». Les Pères pèlerins ne croyaient qu’à deux sacrements de l’Église : le baptême et la Sainte Cène. Ils rejetaient les autres sacrements, comme la confession ou la pénitence, en les qualifiant de superstitions qui n’étaient pas fondées sur les Écritures.

Si vous rejetez les prières vaines où vous répétez toujours les mêmes mots, vous êtes peut-être un « pèlerin ». Ils rejetaient le fait de réciter des prières écrites par des hommes, comme le « Livre de la prière commune » utilisé par l’Église d’Angleterre.

Si vous rejetez les fêtes religieuses inventées par les hommes, des fêtes qui ne sont pas dans la Bible et que les disciples du Christ du 1er siècle n’ont pas observées, vous êtes peut-être un « pèlerin ». Les Pères pèlerins ne fêtaient pas Noël ou les Pâques. Ils croyaient que ces jours avaient été inventés par les hommes, qu’ils n’étaient pas enseignés dans la Bible et qu’ils ne pouvaient donc pas être considérés comme des Jours saints. John Robinson, le pasteur des Pères pèlerins en Hollande (avant qu’ils émigrent en Amérique), enseigna que les hommes n’avaient pas le droit de créer un anniversaire mémorial pour le Christ.

Si vous voyez que les chrétiens doivent être les meilleurs maris, épouses et citoyens possibles, vous êtes peut-être un « pèlerin ». Les Pères pèlerins s’efforçaient de contrôler leurs pensées en tout temps et de s’abstenir de faire le mal. Les Pères pèlerins désiraient vivre une vie juste.

Si vous croyez que vous devez enseigner la parole de Dieu à vos enfants et leur apprendre la discipline, vous êtes peut-être un « pèlerin ». Les Pères pèlerins faisaient attention à ce que leurs enfants ne se laissent pas emporter par les mauvais exemples présents dans la société. Ils s’efforçaient donc de vive d’une bonne manière afin d’éviter que les familles et la communauté ne se brisent.

Je pense que toutes les personnes prétendant suivre le Christ seront d’accord avec ces croyances. Bien que je ne fasse pas partie de la communauté des Pères pèlerins et que je ne sois pas d’accord avec plusieurs autres de leurs croyances, je les respecte pour leurs efforts d’obéir à Dieu en respectant les enseignements divins qu’ils comprennent. Qu’en est-il de vous ? Voulez-vous vivre votre vie selon la Bible et être un véritable chrétien ? Lisez notre brochure gratuite Qu’est-ce qu’un vrai chrétien ?

En conclusion, la question la plus importante est : « Que faut-il faire pour être un vrai chrétien ? »