Ceux qui seraient rois

Commenter cet article

Tout au long de l’histoire, des hommes sans scrupules ont cherché le pouvoir et n’ont amené que ruine et destruction. Aujourd’hui en Afrique, nous voyons se dérouler une telle tragédie de corruption et de souffrance. Au Zimbabwe (anciennement la Rhodésie), Robert Mugabe a dirigé le pays depuis son indépendance en 1980. Autrefois grenier de la région, le Zimbabwe doit maintenant importer de la nourriture pour son peuple en raison d’un violent plan de redistribution des terres qui a vu la production alimentaire péricliter drastiquement. La corruption s’est installée en près de 40 ans d’administration et les élites ont prospéré tandis que les salaires, les niveaux et l’espérance de vie ont diminué alors que le chômage et l’inflation ont grimpé en flèche. Aujourd’hui, à l’âge de 93 ans, le patriarche vieillissant semble déterminé à s’accrocher coûte que coûte au pouvoir, face aux appels croissants pour qu’il « s’en aille » (BBC Zimbabwe Country Profile, 9 mai 2017). En Afrique du Sud, où Jacob Zuma détient le pouvoir, c’est le même scénario. Malgré des centaines d’accusations de fraude et de corruption à son encontre, une fois élu, « il a commencé à contrôler d’importantes institutions de l’État en nommant des loyalistes […] pour harceler ses adversaires et protéger ses amis et alliés corrompus » (The Wall Street Journal, 28 juillet 2017). Le bilan de son règne s’est traduit par un taux élevé de crimes violents, de chômage élevé, de pauvreté généralisée et d’une épidémie galopante du sida, alors que la corruption parmi les élites et la mauvaise gestion de l’économie ont détruit la cote de crédit du pays. La situation a engendré de la colère parmi de nombreux Sud-Africains qui souhaitent que le président soit remplacé.

Il y a longtemps, Salomon a observé : « Quand les justes se multiplient, le peuple est dans la joie; quand le méchant domine, le peuple gémit » (Proverbes 29 :2). L’apôtre Paul avait prophétisé que l’égoïsme, la cupidité et l’amour du plaisir seraient évidents dans les derniers jours, y compris parmi les dirigeants de la société. Ce ne sont là que deux exemples de la raison pour laquelle Jésus-Christ va revenir et établir un gouvernement mondial qui apportera la paix et la justice à toute l’humanité (Ésaïe 9 :5-6).