Les coûts cachés des mégalopoles

Le bureau Nouvelles et Prophéties
Commenter cet article

Une étude récente met en garde que « les récoltes à venir feront face à la menace […] de l’expansion massive des villes […] En 2030, les surfaces urbaines devraient tripler de taille selon les estimations, en s’étendant sur des terres agricoles et en détruisant la productivité déjà fragile des systèmes agricoles […] Environ 60% des terres agricoles mondiales se trouvent en bordure des villes – et c’est particulièrement inquiétant, selon les auteurs de l’étude, car cet habitat périphérique est en moyenne deux fois plus productif que les terres ailleurs sur la planète » (The Guardian, 27 décembre 2017, c’est nous qui accentuons en italique).

Un des auteurs de l’étude ajoute que « suite à l’urbanisation au Nigeria, la production de riz baissera de 17% et celle de maïs de 12% […] L’Égypte perdra plus de 40% de son riz et plus de 60% de son maïs […] En Afrique, 26% de la production de blé sur le continent sera perdue. Le riz devrait souffrir encore davantage, avec une baisse prévue de 9% à l’échelle mondiale, principalement en Asie où se situe le plus gros de la production » (ibid.).

Dans le livre de l’Apocalypse, Dieu dit que le Christ reviendra et qu’Il allait « exterminer ceux qui détruisent la terre » (Apocalypse 11 :18). Ceux qui planifient les mégalopoles actuelles semblent effectivement avoir une approche irréfléchie en détruisant ainsi notre planète. En plus des coûts environnementaux, les villes modernes favorisent également des problèmes physiques, mentaux et spirituels. Cependant, lorsque Jésus-Christ reviendra, les villes changeront pour toujours. Pour savoir à quoi ressemblera cet avenir biblique, lisez notre article Les villes de demain.