Le retour discret de l’Allemagne !

Commenter cet article

À deux reprises au cours du siècle passé, les tentatives militaires de l’Allemagne pour dominer l’Europe ont laissé le continent couvert de ruines ensanglantées ! Mais depuis quelques décennies, ce pays reprend une fois de plus – silencieusement mais sûrement – un rôle dominant (économique, politique et même militaire) en Europe. Les prophéties bibliques ont prédit depuis longtemps la résurgence de l’Allemagne, juste avant le retour de Jésus-Christ. Nous sommes témoins de l’accomplissement de ces anciennes prophéties aujourd’hui !


Une reconstruction à multiples facettes !

Après les terribles carnages infligés par l’Allemagne lors des deux Guerres mondiales, des dirigeants politiques visionnaires cherchèrent à mettre un terme aux conflits sanglants, en rassemblant les nations européennes dans une union économique et politique. La création de la Communauté Economique Européenne (CEE) des années 1950 et celle de l’Union Européenne (UE) des années 1990 s’inspirèrent des tentatives françaises pour « museler » l’Allemagne au sein de l’Europe afin d’éviter de nouvelles guerres sur le continent. Durant ces années, la reconstruction de l’économie allemande en fit la « locomotive » qui conduisit les nations européennes dans une « union toujours plus proche ». Certaines personnes ont comparé la CEE et l’UE à un cavalier français tenant les rênes du puissant cheval allemand !

Mais en novembre 1989, la chute du mur de Berlin qui divisait le pays en deux, changea dramatiquement le paysage politique. La « réunification surprise » des deux Allemagnes, en octobre 1990, rassembla 80 millions de citoyens allemands au cœur de l’Europe, et soudain cette nation devint la plus peuplée de l’Union européenne. Lorsque les Allemands transférèrent leur capitale de Bonn à Berlin, un dirigeant irlandais perspicace fit cette remarque : « Le cheval allemand a désarçonné son cavalier français pour retourner à Berlin » – la deuxième plus grande ville de l’UE, après Londres et loin devant Madrid, Rome, Paris ou Bruxelles.Un autre observateur ajouta : « Il n’y a aucun doute, les Allemands tiennent le guidon et les Français pédalent » (Der Spiegel, 20 décembre 2010. C’est nous qui traduisons tout au long de cet article).

Au cours des dernières années, l’Allemagne est devenue la première puissance économique européenne et la quatrième sur le plan mondial. Le siège de la Banque centrale européenne se trouve dans la ville allemande de Francfort, et le pays est le plus grand contributeur du budget de l’UE. Grâce à sa croissance financière, la République Fédérale d’Allemagne peut se permettre d’exiger certaines conditions dans les accords de sauvetage des membres de l’UE (la Grèce, l’Irlande, et éventuellement l’Espagne, le Portugal et l’Italie) de la crise financière qui sévit en Europe – et cela esttrès gênant pour les autres membres de l’UE (Der Spiegel, 20 décembre 2010). L’Allemagne insiste également pour une surveillance renforcée et un contrôle central sur les budgets nationaux des états-membres. Selon certaines spéculations, elle pourrait quitter (avec d’autres pays d’Europe centrale et du nord ayant une situation financière stable) l’union monétaire, voire réintroduire le Deutsche Mark à la place de l’euro, si aucun accord pour résoudre les crises financières nationales n’était trouvé (Der Spiegel, 27 décembre 2010). L’Allemagne serait alors leleader incontestéd’une nouvelle configuration de nations européennes.

La résurgence militaire allemande

Un autre aspect encore plus intéressant et inquiétant concerne les activités militaires allemandes ! En 1987, la création d’une brigade francoallemande associa des soldats des deux pays à la défense de l’Europe. Le premier déploiement de militaires allemands sur le sol français depuis la Seconde Guerre mondiale eut lieu en décembre 2010. Les soldats allemands de cette brigade furent déployés à Strasbourg – région très disputée par l’Allemagne et la France au cours du siècle passé (Detroit Free Press, 10 décembre 2010). L’Allemagne avait également joué un rôle déterminant dans l’achat d’équipements des forces armées européennes.

En 1995, les soldats allemands commencèrent à se déployer en dehors de leur pays, dans le cadre d’une force de maintien de la paix dans les Balkans, gérée par l’Otan – une force que l’Allemagne commanda de nombreuses fois depuis lors. En 2006, les troupes allemandes participèrent à une action en Afrique pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, elles intégrèrent une force de maintien de la paix des Nations unies déployée au Congo. La même année, les forces allemandes se déployèrent aussi au Moyen-Orient : la marine se mit à patrouiller près du littoral libanais, et les pilotes entreprirent des opérations de reconnaissance. En 2007, l’Allemagne envoya des troupes et des avions de combat en Afghanistan, toujours dans le cadre d’une mission de l’Otan. En décembre 2010, le ministre allemand de la Défense, Karl-Theodore zu Guttenberg, fit une visite très médiatique en Afghanistan pour encourager les quelque 4000 soldats allemands stationnés là-bas (The Local, 28 décembre 2010). En 2008, c’est dans la Corne de l’Afrique que des forces armées allemandes furent acheminées pour lutter contre les pirates dans cette région instable (euobserver.com, 12 octobre 2008). Aujourd’hui, 65 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, plus de 8000 troupes allemandes servent dans les différentes parties du monde – une réalité très bien accueillie par le peuple allemand et par la communauté mondiale.

Beaucoup de gens l’ignorent, mais depuis 1958 les pilotes de l’Armée de l’Air allemande s’entraînent aux États-Unis, sur la base d’Holloman AFB, au Nouveau-Mexique, près de la ville d’Alamogordo – en raison des conditions météorologiques favorables pour voler tout au long de l’année. Ces pilotes d’élite allemands ont reçu une formation sur les F-4F Phantoms (avions de combat de conception américaine), et sur les avions de combat Tornado de conception européenne. Certains parmi les avions les plus sophistiqués de l’US Air Force – le F-117 Nighthawk (avion furtif) et le F-22 Raptor (avion de chasse) – sont également basés à Holloman AFB. Ce n’est pas par hasard que les pilotes allemands purent s’entraîner tranquillement en France, et tester leurs chars en Russie, avant la Seconde Guerre mondiale. Ce retour militaire progressif peut vous sembler insignifiant, mais ces préparatifs typiquement allemands joueront un rôle important dans le déroulement des événements des temps de la fin.

Des conséquences sérieuses

Des dizaines de prophéties bibliques nous révèlent que, juste avant le retour de Jésus-Christ, l’Allemagne (identifiée par “l’Assyrie” dans la Bible) jouera, une fois encore, un rôle important sur la scène mondiale et un impact majeur sur l’Israël moderne (pas seulement la nation juive de l’État d’Israël, mais aussi les États-Unis et les nations d’origine britannique). Il y a longtemps, dans des prophéties qui ont une double application pour nous aujourd’hui, Dieu mit en garde les Israélites des sérieuses conséquences – dont la défaite militaire et la déportation – qu’ils récolteraient s’ils désobéissaient à Ses lois et se détournaient de Son mode de vie (Lévitique 26 ; Deutéronome 28). Le prophète Ésaïe prédit que Dieu Se servirait de l’Assyrie comme « verge de ma colère […] Je l’ai lâché contre une nation impie, je l’ai fait marcher contre le peuple de mon courroux » (Ésaïe 10 :5-11). Le prophète Osée mit en garde les nations israélites qui chercheraient de l’aide auprès de l’Assyrie (Osée 7 :11-12 ; 12 :1), mais les Assyriens et leurs alliés se tourneraient contre elles et les emmèneraient en captivité (Osée 2 :5-13 ; 5 :13 ; Jérémie 30 :4-14 ; voyez particulièrement Ézéchiel 23 :5, 9, 22) – car les peuples israélites ont « oublié » leur Créateur et ont traité « les grandes choses » de la loi divine comme « une chose étrangère » (Osée 8 :1-14, version Darby). Parce qu’Israël a rejeté les instructions divines, le prophète Osée ajoute : « Mais l’Assyrien sera leur roi, parce qu’ils ont refusé de revenir à moi » (Osée 11 :1-5). Nous pouvons observer le retour discret, mais certain, de l’Allemagne à la tête de l’Europe, nous sommes les témoins oculaires de ces anciennes prophéties qui sont en train de s’accomplir, aujourd’hui ! Pour en apprendre davantage sur l’impact de l’Allemagne dans les événements mondiaux à venir, lisez notre article Un quatrième Reich ?

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +